Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782749147932
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 220 mm
Le Livre interdit
Le Silence de Joseph Kessel
Collection : Récits
Date de parution : 14/01/2016
Éditeurs :
Cherche midi
En savoir plus

Le Livre interdit

Le Silence de Joseph Kessel

Collection : Récits
Date de parution : 14/01/2016
Les derniers feux de Kessel.
Un livre d’amour fou. Un coup de foudre d’amitié entre deux grands écrivains, Kessel, géant brûlant sa vie et son œuvre, tout à sa démesure, et Georges Walter, le compagnon... Un livre d’amour fou. Un coup de foudre d’amitié entre deux grands écrivains, Kessel, géant brûlant sa vie et son œuvre, tout à sa démesure, et Georges Walter, le compagnon des dernières années, dont on mesurera ici à quel point il était son fils spirituel. Et le récit d’une course... Un livre d’amour fou. Un coup de foudre d’amitié entre deux grands écrivains, Kessel, géant brûlant sa vie et son œuvre, tout à sa démesure, et Georges Walter, le compagnon des dernières années, dont on mesurera ici à quel point il était son fils spirituel. Et le récit d’une course de vitesse contre le déclin et la mort, doublé d’une méditation, au bord de l’abîme, sur le sens même de l’œuvre du vieux lion – l’un poussant l’autre, pour le tenir debout, à écrire le livre qu’il portait en lui sur sa mère, Raïssa, à partir des carnets intimes de celle-ci, l’autre s’y refusant obstinément, trichant, rusant pour l’éviter, sans doute parce qu’il savait que ce serait son livre ultime…
Le récit d’un amour fou, aussi, entre le vieux lion et Michèle O’Brien, son épouse irlandaise, sur laquelle est livré ici, au-delà de l’émotion, un témoignage unique, qui lui rend enfin justice.
Et un document exceptionnel sur les dernières années de Kessel, par celui qui en fut souvent le seul témoin, où passent les figures de Louis Nucéra, d’Alphonse Boudard et du neveu, Maurice Druon.
Un livre inspiré, drôle, émouvant, porté de bout en bout par une écriture somptueuse, comme en apesanteur, gagné contre la mort, à la différence du « livre interdit », puisque l’auteur devait décéder à peine posé le mot « fin ».
Une merveille.
Michel Le Bris
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749147932
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 220 mm
Cherche midi
En savoir plus

Ils en parlent

"C'est un livre miraculeux à plus d'un titre, un livre plein de charme, d'émotion et de délicatesse, un livre sur la grande amitié qui a lié l'auteur, Georges Walter, et l'écrivain Joseph Kessel."
JDD

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • saphoo Posté le 31 Janvier 2019
    J'ai commencé à lire l'oeuvre de Kessel en 2018, il n'est jamais trop tard pour bien faire, et c'est avec bonheur que j'ai reçu ce livre sur ce personnage atypique, impressionnant, tel un lion avec sa chevelure, sa carrure. Il en impose, c'est le moins que l'on puisse dire. J'ai beaucoup aimé découvrir ce personnage, cet amoureux des chats, des mots, des voyages. Un dernier hommage à Jef, par son ami Georges, qui a su nous dévoiler un peu plus ce personnage, sa famille, sa femme Michèle, ses demeures et son chat : Moustafa le plus beau matou de Paris. Aussi atypique que son maître, ça va de soi. Une très belle écriture, si belle qu'elle nous porte tel un fleuve sur les rives du plaisir. Une très belle découverte qui me permet d'imaginer mieux cet auteur et de découvrir encore ses livres. Sans doute, je pourrai les aborder différemment. Si vous appréciez Kessel, ce livre vous ravira sans aucun doute.
  • tynod Posté le 21 Mars 2016
    Georges Walter raconte avec talent , les dernières années de son ami Joseph Kessel. Beaucoup d'amitié , de sourires et d'émotion . Un vrai plaisir de lecture.
  • fuji Posté le 12 Mars 2016
    Grande admiratrice de l’œuvre de ce géant Joseph Kessel je ne pouvais pas ignorer ce récit. Plus qu'un récit, d'une plume inspirée, c'est pour moi la dernière lettre d'une amitié passionnée. Georges Walter, nous livre les dernières années d'un homme qui a tout vécu intensément et qui ne pouvait se résoudre à écrire Le livre, que tout écrivain voudrait écrire, celui sur sa mère. Avec l'exemple de celui de Gorki et d'Albert Cohen voir celui de son ami Romain Gary «la promesse de l'aube». Le début peut paraître lent, mais c'est plutôt l'empreinte d'une belle émotion à livrer ce témoignage d'une amitié virile et exaltante. Puis éclos, comme une fleur s'ouvre aux premiers rayons du soleil, encore enveloppée de rosée, le portrait d'un Joseph Kessel, intime sans voyeurisme. Un homme vieillissant, fatigué, et en filigrane Michèle sa femme depuis trente ans, en but aux démons d'un alcoolisme quasi-génétique, grand amour de l'écrivain même si cela ne plaisait pas à certains de son entourage. D'autres ont formé un noyau dur d'une amitié indéfectible et se sont relayés, épaulés, pour les entourer jusqu'au dernier souffle. Le mystère reste Le Livre, celui qu'il n'arrive pas à écrire, celui qui le tourmente...Le lecteur averti n'a pas besoin de consulter la bibliographie... Grande admiratrice de l’œuvre de ce géant Joseph Kessel je ne pouvais pas ignorer ce récit. Plus qu'un récit, d'une plume inspirée, c'est pour moi la dernière lettre d'une amitié passionnée. Georges Walter, nous livre les dernières années d'un homme qui a tout vécu intensément et qui ne pouvait se résoudre à écrire Le livre, que tout écrivain voudrait écrire, celui sur sa mère. Avec l'exemple de celui de Gorki et d'Albert Cohen voir celui de son ami Romain Gary «la promesse de l'aube». Le début peut paraître lent, mais c'est plutôt l'empreinte d'une belle émotion à livrer ce témoignage d'une amitié virile et exaltante. Puis éclos, comme une fleur s'ouvre aux premiers rayons du soleil, encore enveloppée de rosée, le portrait d'un Joseph Kessel, intime sans voyeurisme. Un homme vieillissant, fatigué, et en filigrane Michèle sa femme depuis trente ans, en but aux démons d'un alcoolisme quasi-génétique, grand amour de l'écrivain même si cela ne plaisait pas à certains de son entourage. D'autres ont formé un noyau dur d'une amitié indéfectible et se sont relayés, épaulés, pour les entourer jusqu'au dernier souffle. Le mystère reste Le Livre, celui qu'il n'arrive pas à écrire, celui qui le tourmente...Le lecteur averti n'a pas besoin de consulter la bibliographie du «lion» pour savoir qu'il n'a pas été écrit. Ce qui est attachant, ce sont toutes les anecdotes d'une vie normale, même pour quelqu'un comme l'écrivain, reconnaissant mais pas dupe, des manigances de ses amis, pour lui faciliter ces dernières années. Personnellement j'ai été ému de le retrouver, dans ce quotidien, fait de petits bonheurs à saisir, de difficultés, de cet attachement aux vraies valeurs. Cet homme était capable d'admiration et surtout son humilité réchauffe le cœur à une période où les sans talent font la une de tous les médias existants, sont partout tout le temps. Kessel était attentifs aux autres, jamais pontifiants... Cela m'a rappelé mes heures de lectures à rêver ces pays lointains, ces hommes et ces femmes et ces histoires si luxuriantes et sauvages. Le tout fait de vraies valeurs. La musique de ce récit est celle d'une voix étranglée par l'émotion de celui qui raconte, pour ensuite enfler sur des notes plus cocasses, et personnelles pour finir en sanglots car perdre un tel ami, pas facile. C'est avec émotion que je referme ce livre en préparant mentalement les livres de Kessel que je vais relire. Ce beau témoignage de Georges Walter nous aura redonner vie à son ami, tellement aimé et aura réhabilité sa femme Michèle disparue elle aussi en 1979, quelque mois après son Jeff. Un beau complément à la magnifique biographie d'Yves Courrière.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tiphrom Posté le 6 Mars 2016
    Voilà une douce lecture pour une soirée d'hiver au coin du feu. Le portrait que dresse Georges Walter de son idole et ami Joseph Kessel est extrêmement attachant. D'abord, parce qu'il jette une lumière totalement nouvelle sur l'artiste, en livrant les dernières années d'un écrivain qui ne veut plus prendre la plume pour raconter sa mère, malgré les invitations pressantes qu'il reçoit. C'est aussi l'homme qui est raconté, ses faiblesses mais surtout sa force, celle de son amour pour sa femme et la force que tente de lui transmettre Kessel alors qu'elle a sombré dans l'alcoolisme. Mais c'est aussi la plume de Walter qui est terriblement douce, oscillant entre l'admiration, l'amitié, une certaine colère aussi, celle de l'impuissance à changer la vie de cet ami-idole avant qu'il ne soit trop tard. Je recommande cette lecture qui m'a enchanté quelques heures.
  • Landor Posté le 1 Mars 2016
    Bien que je connaisse peu l'oeuvre de Joseph Kessel ce fut un véritable coup de foudre pour ce témoignage subtil, reflet d'une amitié puissante entre deux écrivains. Georges Walter témoin des dernières années de la vie du géant Kessel, reste dans l'ombre et nous éclaire sur la personnalité de l'écrivain. Ce n'est ni une biographie ni une "enquête" sur Kessel... Je n'aurais probablement pas autant apprécié si cela avait été le cas. Voici ce que l'auteur livrait à Jérôme Garcin qui lui a consacré une magnifique double-page : "Ma grande chance est de l'avoir connu à la fin de sa vie et non pas à l'époque de ses frasques où, du reste, je n'aurais pas été en mesure de le suivre. Car c'est au déclin de son existence que la lumière de cet homme est la plus belle - peut-être la lumière de la vérité." Il y a aussi l'histoire de ce "livre interdit", livre que Kessel se refuse à écrire sur sa propre mère. Un ouvrage inspiré, drôle, porté de bout en bout par une écriture talentueuse. Cela m'a donné envie de lire Kessel et Georges Water, prix Interallié pour Des vols de Vanessa et connu pour être l'auteur du Palanquin des Larmes... Bien que je connaisse peu l'oeuvre de Joseph Kessel ce fut un véritable coup de foudre pour ce témoignage subtil, reflet d'une amitié puissante entre deux écrivains. Georges Walter témoin des dernières années de la vie du géant Kessel, reste dans l'ombre et nous éclaire sur la personnalité de l'écrivain. Ce n'est ni une biographie ni une "enquête" sur Kessel... Je n'aurais probablement pas autant apprécié si cela avait été le cas. Voici ce que l'auteur livrait à Jérôme Garcin qui lui a consacré une magnifique double-page : "Ma grande chance est de l'avoir connu à la fin de sa vie et non pas à l'époque de ses frasques où, du reste, je n'aurais pas été en mesure de le suivre. Car c'est au déclin de son existence que la lumière de cet homme est la plus belle - peut-être la lumière de la vérité." Il y a aussi l'histoire de ce "livre interdit", livre que Kessel se refuse à écrire sur sa propre mère. Un ouvrage inspiré, drôle, porté de bout en bout par une écriture talentueuse. Cela m'a donné envie de lire Kessel et Georges Water, prix Interallié pour Des vols de Vanessa et connu pour être l'auteur du Palanquin des Larmes (en collaboration avec Chow Ching Lie).
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter pour ne rater aucune actualité du Cherche Midi
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !