Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782412064801
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 154 x 240 mm
Le monde caché - Comment les champignons façonnent le monde et influencent nos vies
Comment les champignons façonnent le monde et influencent nos vies
Collection : First Culture générale
Date de parution : 25/02/2021
Éditeurs :
First Éditions

Le monde caché - Comment les champignons façonnent le monde et influencent nos vies

Comment les champignons façonnent le monde et influencent nos vies

Collection : First Culture générale
Date de parution : 25/02/2021
Imaginez un organisme capable de vivre dans l’espace, ou de détruire les déchets les plus polluants, comme les mégots de cigarette. Imaginez un organisme à même de remplacer le cuir, le plastique, le béton. Imaginez encore un organisme en mesure de faire disparaître la radioactivité et de rattraper les dégâts environnementaux engendrés par l’activité humaine. Ce magicien aux multiples pouvoirs, c’est le champignon.
Le champignon… ou plutôt le fungus : les champignons n’étant que les fruits de ces organismes tentaculaires qui ont joué un rôle primordial dans le développement de la vie sur... Le champignon… ou plutôt le fungus : les champignons n’étant que les fruits de ces organismes tentaculaires qui ont joué un rôle primordial dans le développement de la vie sur Terre. Sous nos pieds, dans nos corps, à l’abri des regards, les fungi participent à la vie de tous les... Le champignon… ou plutôt le fungus : les champignons n’étant que les fruits de ces organismes tentaculaires qui ont joué un rôle primordial dans le développement de la vie sur Terre. Sous nos pieds, dans nos corps, à l’abri des regards, les fungi participent à la vie de tous les systèmes vivants, nous maintiennent en bonne santé et nous aident à comprendre notre planète, notre façon de penser et de nous comporter.
Dans ce livre passionnant, Merlin Sheldrake nous offre un changement de perspective exaltant. Des levures au LSD, des truffes aux champignons qui relient les plantes entre elles dans
le « Wood Wide Web », partez pour un voyage étonnant aux tréfonds de la terre…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782412064801
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 154 x 240 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • scry Posté le 2 Décembre 2021
    Le monde caché des champignons et son incroyable influence sur la Vie, Celle qu'on recherche sur la planète Mars. Cet ouvrage très fouillé est écrit par un scientifique. Il est très clair et passionnant. La vulgarisation reste suffisamment scientifique pour demander de l'attention . Cela ajoute à son charme. Un voyage extraordinaire dans un monde inconnu et fascinant
  • jlvlivres Posté le 30 Septembre 2021
    « Le monde caché - Comment les champignons façonnent le monde et influencent nos vies » de Merlin Sheldrake (2021, First, 400 p.), n’est pas tout à fait un roman, ni un guide pour chercheurs de ces organismes, qu’ils soient unicellulaires comme les levures ou pluricellulaires comme les moisissures, et ceci jusqu'aux « champignons supérieurs ». Mais ces derniers sont le plus souvent dotés d'un pied et d'un chapeau, que le cueilleur averti récolte. C’est la grande famille des « fungi », le pluriel de « fungus » ou mycètes. Famille qui a sa place à part dans le monde des eucaryotes, organismes à noyau et cellules, qui se distinguent des bactéries et des archées, formant ainsi une troisième branche dans le grand arbre de la vie. Merlin Sheldrake sait en principe de quoi il parle, étant biologiste à Cambridge. Il est célèbre pour ses travaux sur la botanique des forêts tropicales, y compris les plantes hallucinogènes, dont la préparation d’ayahuasca, (ou de yagé pour ceux qui sont vraiment addicts et ne peuvent pas attendre). Ceci dit, les effets secondaires et l’addiction à ce psychotrope sont bien plus puissants que le LSD, autre levure dérivée de l’ergot de seigle,... « Le monde caché - Comment les champignons façonnent le monde et influencent nos vies » de Merlin Sheldrake (2021, First, 400 p.), n’est pas tout à fait un roman, ni un guide pour chercheurs de ces organismes, qu’ils soient unicellulaires comme les levures ou pluricellulaires comme les moisissures, et ceci jusqu'aux « champignons supérieurs ». Mais ces derniers sont le plus souvent dotés d'un pied et d'un chapeau, que le cueilleur averti récolte. C’est la grande famille des « fungi », le pluriel de « fungus » ou mycètes. Famille qui a sa place à part dans le monde des eucaryotes, organismes à noyau et cellules, qui se distinguent des bactéries et des archées, formant ainsi une troisième branche dans le grand arbre de la vie. Merlin Sheldrake sait en principe de quoi il parle, étant biologiste à Cambridge. Il est célèbre pour ses travaux sur la botanique des forêts tropicales, y compris les plantes hallucinogènes, dont la préparation d’ayahuasca, (ou de yagé pour ceux qui sont vraiment addicts et ne peuvent pas attendre). Ceci dit, les effets secondaires et l’addiction à ce psychotrope sont bien plus puissants que le LSD, autre levure dérivée de l’ergot de seigle, dont Carlo Rovelli, physicien théorique, grand spécialiste de la mécanique quantique, vante les bienfaits dans son approche de la théorie des cordes. A lire « Et si le temps n'existait pas ? », bonne introduction à la mécanique quantique (2021, Dunod, 192 p). Et surtout son prochain livre « Helgoland » (2021, Flammarion, 272 p) dans lequel il raconte ses expériences sous hallucinogènes. « Il était environ trois heures du matin lorsque le résultat de mes calculs apparut devant moi. Agité, je quittai la maison et me mis à marcher dans la nuit. Après avoir grimpé au sommet d'un rocher surplombant la mer, j'attendis le lever du soleil. J'étais profondément troublé. J'avais la sensation de regarder, à travers la surface des phénomènes, vers un intérieur d'une étrange beauté ». Melvin Sheldrake a lui aussi tenté ces expériences, qu’il raconte dans « Le Monde Caché ». « Allongé sur mon lit d’hôpital, les yeux fermés, je fus transporté en sous-sol, entouré de filaments qui s’entrecroisaient lors de leur croissance. […]. Des troupeaux d’animaux sphériques paissaient ; le tohu-bohu des racines des plantes [...]. Le sol était un intestin sans fin exposé à l’air libre, partout la digestion et la récupération de ressources ; des hordes de bactéries surfaient sur les ondes d’impulsions électriques ; les systèmes météorologiques de la chimie ; des autoroutes souterraines ; une étreinte gluante et infectieuse ; de toute part les contacts intimes du grouillant... ». Ceci dit, je ne conseille pas de suivre ces expériences. Pour en revenir aux champignons, c’est bien le terme qu’il convient puisqu’ils étaient sur terre bien avant nous et qu’ils seront encore là quand nous n’y seront plus. « Les champignons sont partout, mais il est facile de les manquer. Ils sont en vous et autour de vous. Ils rendent possible votre vie et ainsi que celle de tout ce dont vous dépendez ». L’intérêt du livre est cependant tout autre. Au lieu de regarder les êtres du point de vue anthropocentrique, ou phytocentrisme (bien que ce ne soient ni des animaux, ni des plantes, l’auteur appréhende les fungi (levures, mycéliums, mycorhizes) comme des organismes en soi. Cela change radicalement la perception que l’on a des choses et des êtres. Et il ressort que leur complexité est grande, de même que leur variété, qui dépasse de loin les autres composants de l’arbre de vie. Cette complexité rend évidemment tous les modèles créationnistes et surtout évolution orientée tels l’« intelligent design » des cercles de réflexion conservateurs chrétiens américain », dans compter les modèles classiques d’évolution Darwinienne. « Les rapports entre les plantes et les champignons mycorhiziens sont fondamentaux pour comprendre le fonctionnement des écosystèmes ». Surtout l’auteur montre, à travers diverses anecdotes, l’incroyable diversité des capacités des champignons. Prenons les hyphes, éléments végétatifs filamenteux, souvent multinucléaire, c’est-à-dire à plusieurs noyaux cellulaires. Et bien les hyphes d’« Armillaria » (l’armillaire classique, de couleur miel, d’où son nom, qui pousse sur le bois vivant ou mort en tant que parasite) transmet le courant électrique. Ainsi après avoir « inséré les microélectrodes dans les brins d'hyphes d'Armillaria, [on] détecte des impulsions de type potentiel d'action régulières, se déclenchant à une vitesse très proche de celle des neurones sensoriels des animaux – environ quatre impulsions par seconde, qui ont voyagé le long des hyphes à une vitesse d'au moins un demi-millimètre par seconde, environ dix fois plus rapide que le débit de fluide le plus rapide mesuré dans un hyphe fongique ». De là à en faire des ordinateurs fongiques, il n’y a a qu’un pas. Ainsi il cite les travaux de Andrew Adamatzky, qui travaille sur des machines utilisant « Physarum polycephalum » qui pousse sur les écorces de certains arbres. Il en tire un livre « Advances in Physarum machines: Sensing and computing with slime mould» (2016, Springer, 839 p). Il va sans dire que ces études sur les fungi, surtout sur les interactions du mycélium, qui peuvent s’étendre sur plusieurs kilomètres, pourraient permettre de « développer des moyens d'utiliser les moisissures visqueuses comme capteurs et ordinateurs. Ces prototypes de bio-ordinateurs utilisent des moisissures visqueuses pour résoudre une série de problèmes géométriques. Les réseaux de moisissures visqueuses peuvent être modifiés, par exemple en coupant une connexion, pour altérer l'ensemble des « fonctions logiques » mises en œuvre par le réseau ». Le livre insiste surtout sur les relations, non pas entre des personnes comme le ferait n’importe quel auteur en SHS, mais sur les relations entre différentes formes de vie, sans entrer sur une quelconque compétition entre l’humain et le reste. Cela change agréablement des visions arboricoles du bonheur ou des câlineries prodiguées à nos animaux dits de compagnie. A ce propos, il faut rappeler les livres de Richard Dawkins dont « Le Gène Egoiste » (2003, Odile Jacob, 200 p.) qui a popularisé la notion d’évolution après Darwin. Je parle plutôt de « The Extended Phenotype » (2016, Oxford University Press, 496 p.) dans lequel il étend la notion de gène au phénotype, qui peut inclure plusieurs individus, et peut modifier le comportement et l’évolution de cet être. Héla, après cela, Dawkins a tout d’abord milité pour l’athéisme, avant de sombrer dans le prosélytisme à tendance plus ou moins religieuse. D’un point de vue plus pragmatique, le livre est divisé en 8 chapitres, après un prologue et une introduction « Qu'est-ce que ça fait d'être un champignon ? ». Il est suivi, heureusement d’ne important section bibliographique de 45 pages. A chaque fois, c’est presque un regard différent sur un aspect spécifique des fungi, du mycélium ou des réseaux radiculaires et les truffes, ou plus prosaïquement sur les lichens. Il se termine sur un intéressant « Comprendre les fungi ». Pour illustrer le tout, des photos et des dessins effectués à l’encre noire de coprins.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BlueEden Posté le 7 Juillet 2021
    Tout d’abord, je tenais à dire que je trouve la couverture magnifique, elle donne vraiment envie de ranger ce livre dans la bibliothèque ! Le thème de ce livre est assez simple et à la fois très complexe. En effet, les champignons sont des éléments qu’on a tendance à voir un peu partout que cela soit en cuisine ou en médecine. Au final, c’est un domaine très large qui englobe par mal de choses. Cependant, ce livre nous fait découvrir les champignons de manière différente, on se rend compte que ces organismes ne sont pas du tout si simples, ils sont même très complexes ! Prendre des choses que nous pensons simples de la vie quotidienne et expliquer leur complexité est quelque chose que j’apprécie beaucoup. Ce livre est gorgé d’anecdote sur les champignons et sur le cycle de la recherche (c’est un domaine où j’aimerais exercer donc ça m’a encore une fois beaucoup plus). Les schémas et ces petites anecdotes rendaient le récit un peu moins brut de pomme. Quand on lit un livre de sciences, il est souvent long et fastidieux, mais cela a donc été atténué. Ce livre est toutefois assez long (400 pages tout de même), je... Tout d’abord, je tenais à dire que je trouve la couverture magnifique, elle donne vraiment envie de ranger ce livre dans la bibliothèque ! Le thème de ce livre est assez simple et à la fois très complexe. En effet, les champignons sont des éléments qu’on a tendance à voir un peu partout que cela soit en cuisine ou en médecine. Au final, c’est un domaine très large qui englobe par mal de choses. Cependant, ce livre nous fait découvrir les champignons de manière différente, on se rend compte que ces organismes ne sont pas du tout si simples, ils sont même très complexes ! Prendre des choses que nous pensons simples de la vie quotidienne et expliquer leur complexité est quelque chose que j’apprécie beaucoup. Ce livre est gorgé d’anecdote sur les champignons et sur le cycle de la recherche (c’est un domaine où j’aimerais exercer donc ça m’a encore une fois beaucoup plus). Les schémas et ces petites anecdotes rendaient le récit un peu moins brut de pomme. Quand on lit un livre de sciences, il est souvent long et fastidieux, mais cela a donc été atténué. Ce livre est toutefois assez long (400 pages tout de même), je pense qu’un format plus court aurait été plus appréciable pour le lecteur. C’est un livre vraiment intense en informations et d’une certaine manière, il peut être très compliqué à lire étant donné qu’il fait appel à des notions en biologie plus ou moins complexes. Je conseillerais donc surtout ce livre à un public intéressé par la biologie (logique) et possédant aux minima quelques bases en sciences biologiques.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pilly Posté le 14 Mars 2021
    Voilà, je viens de refermer ce livre passionnant sur un monde caché, un monde si peu exploré, alors que nous avons encore plein de choses à en apprendre. Nous ne parlons pas ici réellement de champignons, ou plutôt si, au sens le plus strict du terme, puisque les champignons que nous connaissons le mieux, (car nous pouvons parfois nous en délecter) ne sont que les fruits d'organismes bien plus grands, bien plus étendus... Dans ce livre, l'auteur nous parlera des fungi. Un fungus, des fungi, vous suivez ? C'est un livre très riche et très précis. Après chaque chapitre, l'auteur a compilé toutes les notes et références supplémentaires, pour ceux qui se seront passionnés par le sujet, et voudront en savoir encore plus. Personnellement, je ne m'attendais pas à un ouvrage aussi pointu. Je n'en suis pas déçue pour autant, bien au contraire, mais il va certainement falloir que j'y revienne, pour mieux appréhender ce sujet si vaste, si complexe, mais si important ! Oui, ce sont des livres comme celui-ci, à mes yeux, qui sont primordiaux. Je pense que, tout comme moi avant, vous ne vous rendez pas compte de l'importance de ces organismes (mais il y a sans doute des exceptions parmi vous). Ils... Voilà, je viens de refermer ce livre passionnant sur un monde caché, un monde si peu exploré, alors que nous avons encore plein de choses à en apprendre. Nous ne parlons pas ici réellement de champignons, ou plutôt si, au sens le plus strict du terme, puisque les champignons que nous connaissons le mieux, (car nous pouvons parfois nous en délecter) ne sont que les fruits d'organismes bien plus grands, bien plus étendus... Dans ce livre, l'auteur nous parlera des fungi. Un fungus, des fungi, vous suivez ? C'est un livre très riche et très précis. Après chaque chapitre, l'auteur a compilé toutes les notes et références supplémentaires, pour ceux qui se seront passionnés par le sujet, et voudront en savoir encore plus. Personnellement, je ne m'attendais pas à un ouvrage aussi pointu. Je n'en suis pas déçue pour autant, bien au contraire, mais il va certainement falloir que j'y revienne, pour mieux appréhender ce sujet si vaste, si complexe, mais si important ! Oui, ce sont des livres comme celui-ci, à mes yeux, qui sont primordiaux. Je pense que, tout comme moi avant, vous ne vous rendez pas compte de l'importance de ces organismes (mais il y a sans doute des exceptions parmi vous). Ils sont cachés, dans notre sol, sous nos pieds, et nous avons alors tendance à les oublier. Et pourtant, nous les utilisons aussi depuis longtemps dans notre alimentation. C'est dire s'ils nous sont essentiels ! Je n'avais entendu parler de leurs relations avec les plantes que par le prisme du phytocentrisme. Dans cet ouvrage, on inverse notre regard, et les stars sont les mycéliums, les mycorhizes, les levures... Croyez-moi, ça change complètement notre perception des choses. Quoi qu'il en soit, je vous conseille cette lecture, si vous aimez apprendre de nouvelles choses, vous creuser la matière grise, et que vous êtes féru de biologie et d'écologie... Dans ce cas, certainement que ce livre vous plaira !
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter First Editions
Pour être informé en exclusivité de nos parutions, rencontres auteurs, salons et autres événements !