Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377353347
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 316
Format : 112 x 179 mm

Le Mystère des frères siamois

Antoine Beguin (Traducteur)
Collection : Suspense
Date de parution : 11/09/2019
La réédition d'un classique de la littérature policière, aujourd'hui introuvable, par l'un des précurseurs du roman d'énigme, récompensé en 1961 par la Mistery Writers of America pour l'ensemble de son œuvre. Agatha Christie en personne guettait avec impatience chaque nouveauté de son confrère américain.
Aussi fort qu'Agatha ChristiePréface de Roland Lacourbe« Derrière le nom d’Ellery Queen se cache l’une des plus flamboyantes figures d’enquêteur du polar américain. » Yann Plougastel, Le MondeHéritier d’une grande famille d’antiquaires new-yorkais, Georg Kalkis vient d’être inhumé dans le cimetière privé de sa propriété . Mais où... Aussi fort qu'Agatha ChristiePréface de Roland Lacourbe« Derrière le nom d’Ellery Queen se cache l’une des plus flamboyantes figures d’enquêteur du polar américain. » Yann Plougastel, Le MondeHéritier d’une grande famille d’antiquaires new-yorkais, Georg Kalkis vient d’être inhumé dans le cimetière privé de sa propriété . Mais où donc se cache le testament qu’il venait de modifier ?  Pour Ellery Queen, jeune auteur de romans policiers féru d’énigmes, la réponse est évidente : dans la poche du défunt. Les enquêteurs décident alors d’exhumer le corps. Surprise : le cercueil ne contient pas un, mais deux cadavres !Publié en 1932, ce quatrième roman d’Ellery Queen sera le premier a être traduit en français, deux ans plus tard. Un choix judicieux : ce suspense a acquis, par l’excellence de sa construction dramatique, une aura particulière chez les amateurs de romans policiers.Ellery Queen est le pseudonyme de deux cousins – Fre de ric Dannay (1905-1982) et Manfred B. Lee (1905-1971) – et le nom du personnage de détective qu’ils ont créé en 1928. Élégant et raffine , intellectuel et érudit, Ellery Queen résout en compagnie de son père, l’inspecteur Richard Queen de la Brigade criminelle de New York, les enquêtes les plus ardues, celles qui défient toute logique.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377353347
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 316
Format : 112 x 179 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sami33 Posté le 4 Mai 2020
    Troisième livre des cousins Queen que j'ai découvert avec plaisir même si celui-ci est un brin différent des deux autres. Les Queen père et fils reviennent du Canada. Ellery décide de prendre un raccourci pour rentrer plus vite à la maison sauf que voilà un énorme incendie est en train de dévaster la forêt. Toute la base du mont sur lequel ils se trouvent est dévastée par les flammes. Si ils veulent s'en réchapper vivant, ils vont devoir quitter la route et trouver un autre chemin. Leur escapade forcée va les amener à s'arrêter devant une demeure où ils ne seront clairement pas accueillis à bras ouverts mais le Docteur Xavier, maître des lieux, accepte de leur offrir l'hospitalité après la terrible épreuve que les Queen venaient de traverser. Heureux d'avoir trouvé un endroit pour se reposer, ils ne sont pas moins fébrile. L'ambiance qui règne dans cette maison est assez particulière, quelque chose les met mal à l'aise mais ils ne sauraient dire quoi... A leur réveil, le lendemain, ils vont découvrir le maître des lieux mort, assassiné... A cause de l'incendie de grande ampleur qui fait rage dans la région, la police ne peut se rendre sur place pour enquêter... Troisième livre des cousins Queen que j'ai découvert avec plaisir même si celui-ci est un brin différent des deux autres. Les Queen père et fils reviennent du Canada. Ellery décide de prendre un raccourci pour rentrer plus vite à la maison sauf que voilà un énorme incendie est en train de dévaster la forêt. Toute la base du mont sur lequel ils se trouvent est dévastée par les flammes. Si ils veulent s'en réchapper vivant, ils vont devoir quitter la route et trouver un autre chemin. Leur escapade forcée va les amener à s'arrêter devant une demeure où ils ne seront clairement pas accueillis à bras ouverts mais le Docteur Xavier, maître des lieux, accepte de leur offrir l'hospitalité après la terrible épreuve que les Queen venaient de traverser. Heureux d'avoir trouvé un endroit pour se reposer, ils ne sont pas moins fébrile. L'ambiance qui règne dans cette maison est assez particulière, quelque chose les met mal à l'aise mais ils ne sauraient dire quoi... A leur réveil, le lendemain, ils vont découvrir le maître des lieux mort, assassiné... A cause de l'incendie de grande ampleur qui fait rage dans la région, la police ne peut se rendre sur place pour enquêter sur la mort mystérieuse et volontaire du Docteur Xavier. Devinez qui vont résoudre cette enquête ? Les Queen bien sûr ! Dans ce huis-clos, on va suivre une enquête bouillante et oppressante à la fois. Les recherches vont battre leur plein pour trouver le coupable de ce meurtre. Les rebondissements vont être nombreux, l'atmosphère sera plus tendue que jamais et les suspects... Il y a plusieurs candidats potentiels pour avoir commis le meurtre de ce cher docteur. C'est un huis-clos bien ficelé que nous ont composé les sieurs Queen ! En effet, l'atmosphère oppressante qui règne dans cette enquête est intense, brûlante, piquante. J'aime beaucoup ce genre de récits où tout le monde peut être le coupable et qu'il faut trouver qui est-ce ! Tout ça pour vous dire qu'une fois de plus j'ai été convaincu par les cousins Queen qui nous propose un huis-clos fort intéressant et très agréable à lire. Ce livre est à déguster bien froid car à travers les pages de ce récit, vous risqueriez d'avoir bien chaud...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jangelis Posté le 14 Mars 2020
    Un roman policier plutôt surprenant, bien que finalement assez classique dans le fond. J'avais lu il y a 10 ans un roman signé Ellery Queen, sans grand souvenir. Il y a longtemps que j'avais envie d'en relire, et au moment où L'Archipel/Archipoche ressortent certaines de leurs enquêtes, j'ai pris dans ma PAL un très vieil exemplaire déniché à une vente Amnesty. Un roman "en vase clos" au motif assez étonnant : Le détective Ellery Queen, et son père l'inspecteur Richard Queen se trouvent obligés de se faire héberger dans une maison isolée au sommet d'une montagne, le feu ayant coupé toute retraite. Une maison où sont rassemblés ce qu'il faut de personnages pour un bon roman : deux jeunes jumeaux siamois de 16 ans (attachés mais aussi attachants - oh le moche jeu de mots - mais qui semblent tout le long du roman avoir plutôt 12 ans). Un docteur qui paraît se spécialiser dans des expériences ... sa femme, son frère, un peu de personnel etc ... Bref, un beau début d'énigme classique. Ce qui fait l'originalité, c'est que le feu qui a conduit ici nos détectives continue à enflammer la montagne, se rapproche peu à peu, laissant peu d'espoir de survie... Un roman policier plutôt surprenant, bien que finalement assez classique dans le fond. J'avais lu il y a 10 ans un roman signé Ellery Queen, sans grand souvenir. Il y a longtemps que j'avais envie d'en relire, et au moment où L'Archipel/Archipoche ressortent certaines de leurs enquêtes, j'ai pris dans ma PAL un très vieil exemplaire déniché à une vente Amnesty. Un roman "en vase clos" au motif assez étonnant : Le détective Ellery Queen, et son père l'inspecteur Richard Queen se trouvent obligés de se faire héberger dans une maison isolée au sommet d'une montagne, le feu ayant coupé toute retraite. Une maison où sont rassemblés ce qu'il faut de personnages pour un bon roman : deux jeunes jumeaux siamois de 16 ans (attachés mais aussi attachants - oh le moche jeu de mots - mais qui semblent tout le long du roman avoir plutôt 12 ans). Un docteur qui paraît se spécialiser dans des expériences ... sa femme, son frère, un peu de personnel etc ... Bref, un beau début d'énigme classique. Ce qui fait l'originalité, c'est que le feu qui a conduit ici nos détectives continue à enflammer la montagne, se rapproche peu à peu, laissant peu d'espoir de survie aux personnes enfermées là. Donc une vision des choses assez différente. Quand on sait qu'on a bien peu de chance de sortir vivant, la recherche d'un criminel change un peu d'aspect ! Pas mal de côtés intéressants donc, dans un roman policier de type classique. Mais plusieurs points négatifs aussi : J'ai regretté que les déductions se traînent pas mal : père et fils nous expliquent, et réexpliquent ce qu’ils trouvent, puis qu'ils se sont trompés, c'est lent et souvent répétitif, j'avoue m'être souvent ennuyée. L'inspecteur, Queen père, prend des décisions étonnantes et d'une absurdité dangereuse, tirant par exemple sur un des suspects alors que personne ne peut s'échapper de la montagne en flamme, etc ... L’auteur et les 2 détectives s'appellent tous Queen, j'ai parfois eu du mal à distinguer père et fils !! Au final, une lecture dispensable, mais intéressante cependant à titre historique, car le duo Ellery Queen fait quand même partie des classiques du roman policier.
    Lire la suite
    En lire moins
  • michelblaise Posté le 15 Janvier 2020
    Élémentaire mon cher Watson... Ellery Queen et son père l’inspecteur Richard Queen de la brigade criminelle de New York sont de retour du Canada. Cernés par un incendie de forêt, ils sont contraints de quitter la route principale pour emprunter un chemin menant nulle part. Au terme d’un parcours parsemé d’embuches, au cours duquel ils croisent un véhicule conduit par un homme au comportement étrange, ils parviennent devant la demeure insolite du docteur Xavier qui leur offre l’hospitalité pour la nuit. Au cours de la soirée, ils rencontrent les neuf autres habitants et résidents qui montrent tous d’étranges comportements. Au moment de rejoindre sa chambre, l’inspecteur Queen est terrifié à la suite de la vision, au fond du couloir, d’une masse informe et inhumaine. Le lendemain matin, le docteur Xavier est retrouvé mort assassiné, la moitié d’une carte déchirée dans la main droite : le six de pique. L’incendie progresse dangereusement et menace la demeure et ses hôtes. Ceux-ci sont épuisés et démoralisés : « en même temps la présence parmi eux d’un sanglant assassin n’arrivait pas à leur faire oublier la menace bien plus terrible qui s’avançait vers dans la forêt… C’est qu’ils avaient peur d’être seuls, peur les uns... Élémentaire mon cher Watson... Ellery Queen et son père l’inspecteur Richard Queen de la brigade criminelle de New York sont de retour du Canada. Cernés par un incendie de forêt, ils sont contraints de quitter la route principale pour emprunter un chemin menant nulle part. Au terme d’un parcours parsemé d’embuches, au cours duquel ils croisent un véhicule conduit par un homme au comportement étrange, ils parviennent devant la demeure insolite du docteur Xavier qui leur offre l’hospitalité pour la nuit. Au cours de la soirée, ils rencontrent les neuf autres habitants et résidents qui montrent tous d’étranges comportements. Au moment de rejoindre sa chambre, l’inspecteur Queen est terrifié à la suite de la vision, au fond du couloir, d’une masse informe et inhumaine. Le lendemain matin, le docteur Xavier est retrouvé mort assassiné, la moitié d’une carte déchirée dans la main droite : le six de pique. L’incendie progresse dangereusement et menace la demeure et ses hôtes. Ceux-ci sont épuisés et démoralisés : « en même temps la présence parmi eux d’un sanglant assassin n’arrivait pas à leur faire oublier la menace bien plus terrible qui s’avançait vers dans la forêt… C’est qu’ils avaient peur d’être seuls, peur les uns des autres, peur du silence, peur du feu. (P. 255, 256). La police est empêchée de se déplacer pour enquêter par suite de l’incendie. L’inspecteur Queen et Ellery, mènent alors l’enquête clos dans une ambiance caniculaire. Après moult hésitations et accusations erronées, mais au terme d’une déduction d’une logique impitoyable, alors que les flammes sont sur le point de les consumer tous, Ellery, in extremis, finit par confondre le ou la coupable. Ellery Queen est, à la fois, le pseudonyme de deux auteurs américains, cousins par alliance - Frédéric Dannay (1905-1982) et Manfred B. Lee (1905-1971) - et le nom du héros, l’enquêteur détective, « Ellery », dans la série des romans « mystère ». Il y a plusieurs périodes dans le « cycle Ellery Queen » ; elles sont toutes unies par le même dénominateur : le roman policier et, plus particulièrement, le roman policier d’enquête. Précédant John Dickson Carr, Ellery Queen est la référence des auteurs américains de whodunit (1) au 20ème siècle. Les romans, les nouvelles ou les anthologies des deux cousins, qui ont écrit parfois sous un autre pseudonyme, mais toujours dans la catégorie « intrigues policières », constituent une œuvre de plus de quatre-vingts ouvrages. Malheureusement, tous ne sont pas traduits en français (3) ; or une maitrise parfaite de l’anglais s’impose pour une lecture idéale de ce style de récits dans le texte. « Le mystère des frères siamois » est le premier roman de la série traduit. Ellery est un dandy truculent, singulier et excentrique capable d’élucider comme nul autre - au côté de son père, l’inspecteur Richard Queen de la brigade criminelle de New York - grâce à sa science et à ses hautes capacités d’observation et de déduction, les enquêtes les plus ardues qui défient la logique ; un véritable personnage crée en laboratoire : distrait et tête en l'air, mais capable d'éclairs de génie au moment où l'on ne s'y attend pas. Très grand, il mesure près de deux mètres, les cheveux bruns, il porte parfois des lunettes. Il vit encore avec son père dans un petit appartement de Manhattan à New York où il passe son temps entre l'écriture de romans policiers et la participation aux enquêtes de son père. Toutes les enquêtes d’Ellery sont absolument jouissives. Avec maestria, l’auteur associe le lecteur à l’enquête en le défiant de résoudre celle-ci à l’aide d’indices, vrais ou insignifiants, dévoilés tout le long d’un récit où le suspense est omniprésent. Les décors et les ambiances, constamment en milieu clos, sont toujours singuliers et excitants ; les personnages sont insolites et troublants. Avant de révéler l'énigme, le récit s'interrompt afin que l’on puisse formuler une hypothèse avant qu'Ellery donne la solution : « – je vous préviens…que je vais vous exposer probablement l’affaire la plus extraordinaire du crime prétendument parfait.  » (P.271). C’est un jeu littéraire sensationnel magistralement orchestré. Les livres d’Ellery Queen appartiennent à ceux dont on a hâte de reprendre la lecture quand on a dû interrompre celle-ci. À ceux affirmant que l’intrigue serait un peu « tirée par les cheveux » (sic), il convient de répondre que le principe du whodunit n’est pas de raconter un fait divers, réel ou fictionnel, à l’origine d’une enquête policière traditionnelle telle que nous la comprenons communément ; il n’est pas un thriller ou un roman noir non plus. Le whodunit est un genre bien particulier de la littérature policière (1). L’enquête s’apparente à jeu intellectuel où le sens de la logique rigoureuse du lecteur, presque mathématique, est mis à l’épreuve (2). Le contexte de l’intrigue les décors et paysages ou bien encore les personnages ne sont que le prétexte à celui-ci. Et, il serait inopportun, pour apprécier la valeur d’Ellery Queen, de le comparer à Agatha Christie – ce que fait une certaine critique mal informée – dont les romans sont loin d’être tous des whodunit proprement dits et ceux qui le sont s’affranchissent quelquefois des règles les plus élémentaires du whodunit. (Narrateur/domestiques/enquêteurs coupables ; pluralité de criminels, etc.). Agatha Christie, aussi remarquable qu’elle soit, n’est pas, pour autant, « La reine du crime » ! En un mot comme en cent, Ellery est excellent ; il n’a rien à envier à Hercule Poirot. Ses enquêtes sont des réjouissances qui se dégustent avec une tasse de thé. Bonne lecture, Michel. 1) Le whodunit - contraction de « Who done it ? « Qui l’a fait ?  » - est devenu synonyme du roman d'énigme classique du début du XXe siècle, appelé aussi roman problème ou roman jeu. Ce roman de détection est une forme complexe du roman policier dans laquelle la structure de l’énigme et sa résolution sont les facteurs prédominants. Au cours du récit, des indices sont fournis au lecteur qui est invité à déduire l’identité du criminel avant que la solution ne soit révélée dans les dernières pages. L’enquête est fréquemment menée par un détective amateur plus ou moins excentrique, par un détective semi-professionnel, voire par un inspecteur de la police officielle. Le roman de type « mystère en chambre close » est une forme particulière de « whodunit » et renvoie à une énigme où la victime aurait été tuée ou agressée dans un local apparemment étanche dont le coupable se serait échappé de façon irrationnelle. En principe, le lecteur doit disposer des mêmes indices que l'enquêteur et donc des mêmes chances que lui de résoudre l'énigme, l'intérêt principal de ce genre de romans étant de pouvoir y parvenir avant le héros de l'histoire. (Source Wikipédia). 2) Il y a dans ce billet un indice pour résoudre l’énigme du « mystère des frères siamois » …… 3) Il est regrettable que les éditions archipoches, qui republient en français les certaines enquêtes d’Ellery Queen, méprisent autant ses lecteurs. Les traductions sont parfois approximatives, ruinées par des fautes d’orthographe et, parfois même, par des contresens ou phrases sans queue ni tête et illisibles. (Le mystère des frères siamois, nouvellement réédité, est, cette fois-ci, correct). J’ai interrogé l’éditeur – Archipoche - sur ce problème. Voici sa réponse édifiante : « Bonjour cher Monsieur, Merci de votre attention pour nos éditions. Vous retrouverez ici la totalité des titres traduits : http://www.archipoche.com/page-auteur/?id=104024 Je vous laisse vous faire votre propre avis via Babélio, site sur lequel nous avons proposé la lecture de ces romans ». Nous ne pouvons pas retraduire comme nous le souhaitons le texte original malheureusement. Cela ne nous incombe guère. Bonne journée, » Merci pour cet aveu, mais avec le décodeur, je comprends : « Allez-vous faire voir !  ». Quand on ne peut pas retraduire, on s’abstient de publier n’importe quoi en toute connaissance de cause !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bookliseuse Posté le 13 Décembre 2019
    De retour de vacances au Canada, l’inspecteur Queen et son fils Ellery, se retrouvent coincés au milieu de la forêt des monts teepee, pris au milieu des flamme qui ravage celle-ci. Alors qu’ils pensent leur dernière arrivée, ils découvrent au fond d’un chemin, au milieu de nul part, une maison. Ils sont accueillis par le Docteur John Xavier. Les Queen, trouvent cette maison étrange avec une atmosphère pesante, confirmée par la présence de plusieurs personnes. Et que font toutes ces personnes dans cette maison ? Tout se complique dès le lendemain de leur arrivée, quand le corps du Docteur Xavier est retrouvé, aucun doute, il a été assassiné ! Voilà les Queen parti sur une enquête bien complexe. Une histoire en huis clos, avec des personnages énigmatiques, cachant tous quelques chose. Dès les premières pages, nous ressentons l’ambiance oppressante qui entoure cette maison, renforcée par le fait que personne ne peut quitter la demeure, en effet celle-ci est envahie par les flammes. On devient très vite suspicieux, les imaginant tous coupable. Une lecture bien plaisante, quelques longueurs, l’auteur maintient le suspens jusqu’au bout, ce qui nous permet d’enchaîner les pages sans temps mort. Éditeur : ARCHIPOCHE (11/09/2019)
  • Joe391211 Posté le 1 Décembre 2019
    Voici un livre que j'ai beaucoup aimé car il renferme beaucoup de choses que j'adore dans un livre policier. J'ai trouvé les personnages atypiques et super intéressants. Je ne connaissais pas les enquêtes de ces deux héros mais j'ai bien envie de les découvrir car pour moi, ils font partie des personnes attachantes que l'on peut notamment retrouver dans les romans d'Agatha Christie. J'ai adoré leur complicité mais aussi leur côté un peu étrange. Cela ajoute beaucoup d'intérêt au livre. Pour l'histoire, je l'ai beaucoup aimée également car elle est très prenante. Les événements qui se passent sont troublants et l'auteur a su les amener petit à petit. Cela donne un beau suspense et je me suis amusée à essayer de trouver l'assassin avec grand plaisir. J'ai eu un peu l'impression de mener aussi ma propre enquête et j'adore cela. Pour l’écriture de l'auteur, je suis charmée. C'est super agréable à lire. C'est fluide à souhait et on ne s'ennuie pas. En résumé, je conseille vivement ce livre. A découvrir bien au chaud en cette période de fin d'année, je le trouve idéal. J'espère lire les autres tomes. Merci à Babelio et aux éditions Archipoche pour cette chouette lecture.
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés