En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le parlement des cigognes

        Cherche midi
        EAN : 9782749155753
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 128
        Format : 140 x 220 mm
        Le parlement des cigognes

        Collection : Romans
        Date de parution : 24/08/2017
        Le destin hallucinant d’un survivant des camps de la mort.
        Cracovie, au cœur de l’Europe : durant la visite d’une galerie de peintures, de jeunes Français rencontrent un vieillard insolite portant nœud papillon en laine et canne à pommeau. Il se tient immobile devant un tableau représentant des cigognes. Qui est cet homme irradiant tant d’énergie ?
        Au travers d’un récit...
        Cracovie, au cœur de l’Europe : durant la visite d’une galerie de peintures, de jeunes Français rencontrent un vieillard insolite portant nœud papillon en laine et canne à pommeau. Il se tient immobile devant un tableau représentant des cigognes. Qui est cet homme irradiant tant d’énergie ?
        Au travers d’un récit bouleversant, le vieil homme témoigne de son expérience dans un pays jadis asservi par les nazis. Il livre cette part de vérité sans laquelle il n’est pas de liberté possible. Cette vérité irréparable que l’on porte en soi pour toujours.

        Une poignante leçon d’histoire.

        Le parlement des cigognes est lauréat du Prix Licra 2018.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782749155753
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 128
        Format : 140 x 220 mm
        Cherche midi
        15.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • etainsel Posté le 22 Février 2018
          J'ai beaucoup aimé et appris encore et encore sur les atrocités antisémites durant la guerre de 40 et jusqu'en 1946. Lecture facile et fluide, très bien écrit. Idée originale de cette transmission par un rescapé juif à de jeunes étudiants français pas forcément concernés par le problème de l'antisémitisme et de la Shoah.
        • ConfidencesLitteraires Posté le 4 Novembre 2017
          Un groupe de jeunes Français est en voyage à Cracovie. Ils découvrent la ville et son histoire au hasard des foulées d'un footing matinal, mais leur plongée dans l'Histoire se poursuit plus tangiblement lors d'une discussion avec un vieux monsieur qui a beaucoup à dire... C'est un roman très court d'une centaine de pages. Les anecdotes de Zygmunt ressemblent à un diaporama : quelques images-éclair qui sont autant de témoignages d'une époque. Cependant, le revers de la médaille de cette fugacité est un certain manque d'approfondissement qui empêche une réelle immersion, des sentiments forts qui marqueraient le lecteur... D'ailleurs, la première partie du roman s'attache particulièrement à la personnalité des jeunes adultes, leurs relations, et on peut se demander quel est le réel intérêt de cette longue entrée en matière... qui, d'autant plus, manque de réalisme : par exemple, le jeune David emmène ses camarades dans les rues de Cracovie en les édifiant d'une érudition d'historien assez étrange qui ne sera pas expliquée… Les mots sont choisis par l'auteur avec un soin agréable, mais parfois un peu artificiel légèrement agaçant et en utilisant des mots... inusités, notamment « ordiphone » (un « smartphone » francisé ? Mais pourquoi l'évoque-t-il à chaque fois dans... Un groupe de jeunes Français est en voyage à Cracovie. Ils découvrent la ville et son histoire au hasard des foulées d'un footing matinal, mais leur plongée dans l'Histoire se poursuit plus tangiblement lors d'une discussion avec un vieux monsieur qui a beaucoup à dire... C'est un roman très court d'une centaine de pages. Les anecdotes de Zygmunt ressemblent à un diaporama : quelques images-éclair qui sont autant de témoignages d'une époque. Cependant, le revers de la médaille de cette fugacité est un certain manque d'approfondissement qui empêche une réelle immersion, des sentiments forts qui marqueraient le lecteur... D'ailleurs, la première partie du roman s'attache particulièrement à la personnalité des jeunes adultes, leurs relations, et on peut se demander quel est le réel intérêt de cette longue entrée en matière... qui, d'autant plus, manque de réalisme : par exemple, le jeune David emmène ses camarades dans les rues de Cracovie en les édifiant d'une érudition d'historien assez étrange qui ne sera pas expliquée… Les mots sont choisis par l'auteur avec un soin agréable, mais parfois un peu artificiel légèrement agaçant et en utilisant des mots... inusités, notamment « ordiphone » (un « smartphone » francisé ? Mais pourquoi l'évoque-t-il à chaque fois dans le groupe de mots « téléphones et ordiphones » ? Un smartphone n'est-il pas un téléphone ?! Ce n'est qu'un détail que je voulais mettre en exergue). La vision de la Pologne de l'après-guerre que nous donne ici l'auteur fait froid dans le dos et la dernière histoire narrée me marquera sans doute longtemps... J'aurais du mal à conseiller ce roman, mais si vous aimez les témoignages historiques ou vous intéressez à la Pologne, n'hésitez pas !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Frieda Posté le 25 Octobre 2017
          Un groupe de jeunes gens effectue un voyage professionnel de quelques jours dans la belle ville de Cracovie en Pologne. L'un d'entre eux, David, plus curieux que ses collègues va les entraîner dans l'ancien quartier juif de la ville, puis dans l'enclave qui abrita durant la seconde guerre mondiale le camp de concentration puis d'extermination de Plaszow. Commence alors une leçon d'histoire pour ces jeunes gens qui ignorent quasiment tout de la Shoah et qui sera complétée de manière magistrale lors de leur visite au musée et de leur rencontre avec un très vieux monsieur. C'est devant un tableau appelé "le Parlement des Cigognes" que celui-ci leur expliquera que c'est grâce aux cigognes qu'il a survécu durant les trois terribles années passées à se cacher dans la forêt. C'est un livre nécessaire. Et qui se lit d'une traite.
        • LeslivresdeRose Posté le 24 Octobre 2017
          Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Le Cherche Midi ainsi que Babelio pour ce service presse. Je n’avais pas spécialement fait attention à cet ouvrage jusqu’à ce que j’en lise une très belle chronique sur le blog de Sorbet-kiwi. Elle m’a vraiment donné envie de le découvrir. Alors, quand je l’ai vu dans les propositions de la masse critique Babelio de septembre, je l’ai demandé (sans vraiment y croire). Et j’ai été plus que ravie de le recevoir. J’ai beaucoup aimé ce roman, surtout l’ambiance qui s’en dégage. Valère Staraselski, dans un premier temps, nous plonge dans une Cracovie moderne et, pourtant, encore envahie par le passé. Le choix de la saison, l’hiver, rajoute un petit plus au récit. Je ne sais pourquoi, j’ai trouvé que la neige et le froid amenait un charme indéniable aux descriptions de cette ville que je n’ai jamais vue en vrai mais que j’imagine très bien recouverte d’un manteau blanc, réchauffée par un soleil hivernal et traversée d’un vent revigorant. C’est peut-être (sans doute) un cliché mais cela me convient parfaitement. Dans un second temps, l’auteur nous entraîne dans une Pologne en guerre où les côtés les plus sombres des hommes sont révélés. Je pensais... Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Le Cherche Midi ainsi que Babelio pour ce service presse. Je n’avais pas spécialement fait attention à cet ouvrage jusqu’à ce que j’en lise une très belle chronique sur le blog de Sorbet-kiwi. Elle m’a vraiment donné envie de le découvrir. Alors, quand je l’ai vu dans les propositions de la masse critique Babelio de septembre, je l’ai demandé (sans vraiment y croire). Et j’ai été plus que ravie de le recevoir. J’ai beaucoup aimé ce roman, surtout l’ambiance qui s’en dégage. Valère Staraselski, dans un premier temps, nous plonge dans une Cracovie moderne et, pourtant, encore envahie par le passé. Le choix de la saison, l’hiver, rajoute un petit plus au récit. Je ne sais pourquoi, j’ai trouvé que la neige et le froid amenait un charme indéniable aux descriptions de cette ville que je n’ai jamais vue en vrai mais que j’imagine très bien recouverte d’un manteau blanc, réchauffée par un soleil hivernal et traversée d’un vent revigorant. C’est peut-être (sans doute) un cliché mais cela me convient parfaitement. Dans un second temps, l’auteur nous entraîne dans une Pologne en guerre où les côtés les plus sombres des hommes sont révélés. Je pensais directement rencontrer le vieil homme évoqué dans le résumé de la quatrième de couverture, mais non. L’auteur nous propose d’abord de faire connaissance avec un groupe de jeunes français en stage de perfectionnement à Cracovie. Ils profitent de ce voyage pour parcourir la ville, profiter de ces lieux atypiques (bars à lait,…) et faire un brin de tourisme. C’est plus tard qu’ils rencontreront l’homme devant son tableau. J’ai beaucoup aimé cette première partie qui sent l’insouciance de la jeunesse, la joie de la découverte et le désir de comprendre et d’apprendre. Ces jeunes sont, d’un côté, touchés par les témoignages du passé qu’ils observent et solennels dans leur discussion à ce propos et, d’un autre côté, exubérants dans leur attitude et confiants dans leur avenir. J’ai apprécié les différentes personnalités qui font la richesse d’un groupe et qui sont rapidement mais justement esquissées par l’auteur. Katell et David sont les deux personnages qui ressortent de cette troupe. Le point de vue du récit est externe mais, régulièrement, nous avons un aperçu des pensées ou des sentiments de David. Si Katell intervient souvent, élément central, même si discret, de cette bande de jeunes, son esprit nous reste fermé. En tant que lecteur, nous ne connaissons qu’une brève partie de leur vie. En même temps, celle-ci n’en est qu’à ses débuts ; ils ont encore tout à découvrir. L’arrivée dans le musée d’art et la rencontre avec le vieil homme devant son tableau marquent un tournant dans le récit. Les jeunes gens et nous-même, les lecteurs, nous concentrons alors sur son histoire, tous aussi impatients de la connaître. Il nous livre un récit de vie émouvant et douloureux, nous présentant son vécu, son expérience de la guerre, sa survie. J’ai personnellement découvert un visage de cette guerre dont je n’avais jamais entendu parler. Les camps, l’occupation, les ghettos, les soldats SS…tous ça, oui, c’est décrit dans n’importe quel manuel scolaire ou livre d’histoire mais la cruauté des paysans polonais et la dure réalité des juifs cachés en Pologne, non je n’en avais pas idée. Même si c’est horrible, j’ai été contente de découvrir cette facette et de lire un récit qui évoque cette vérité-là. La façon dont cet homme nous narre son histoire, parfois brusque, parfois émouvante, toujours sans ménagement, a quelque chose de terrible et de beau à la fois. Beau dans le sens « touchant », « qui prend aux tripes » parce que, bien sûr, ce qu’il a vécu n’a pas de nom et n’est certainement pas « beau ». Et le lien avec le tableau intitulé « le parlement des cigognes » est poignant et saisissant. Cet homme, qui a vécu le pire, dégage une grande force, une sorte de sérénité. Il a choisi de vivre et d’avancer malgré tout, malgré les douleurs qu’il porte en lui et qui ne s’effaceront jamais complétement. Il ne cache d’ailleurs pas ses émotions, elles se lisent sur son visage, très expressif. Il impose le respect aux jeunes qui l’écoutent tour à tour fascinés et horrifiés par son récit. Toutes les décisions qu’il a prises et toutes ses réflexions n’ont pas toujours trouvé échos en moi, mais je ne les juge pas, simplement parce que je ne suis pas apte à le faire. Pour moi, ce livre est plein de vie : celle des stagiaires, jeune et enthousiaste, et celle de l’ancien fugitif, vieille et tenace. S’il a survécu, c’est parce qu’il avait envie de vivre, malgré tout, qu’il en a trouvé la force quelque part et qu’il a gardé l’espoir d’un lendemain meilleur. Le style de l’auteur est prenant, à la fois fluide et incisif. Il colle parfaitement au récit. En bref, une histoire qui ne m’a pas laissée indifférente, qui a su me toucher et qui m’a permis de découvrir de nouvelles facettes de cette guerre. Je vous conseille ce livre court mais fort. Il est à la fois douloureux et porteur de vie et d’espoir.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Vidal-Naquet Posté le 15 Octobre 2017
          L’oeuvre de Valère Staraselski repose sur la volonté de comprendre et de transmettre. Cette recherche s’exprime pleinement dans son nouveau roman, (le neuvième). Ce court roman constitue une leçon d’histoire émouvante et originale, accessible à tous.

        Ils en parlent

        "Son récit est poignant"
        Télé z
        « un livre de résistance mais aussi d'irrésistible espérance »     
         
        L'Humanité
        "Tout en poésie, sans le dire, l'auteur appelle à regarder l'ombre en face, à ne pas détourner les yeux, à prendre le monde au sérieux"
        La Marseillaise
        Toute l'actualité du cherche midi éditeur
        Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com