Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714448170
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 180
Format : 140 x 225 mm

Le Pas de l'adieu

Nathalie BAUER (Traducteur)
Date de parution : 02/09/2010

Dans la torpeur d'une fin d'été à Turin, la confrontation d'un improbable trio : un professeur au crépuscule de sa vie, un jeune homme désœuvré et une charmante effrontée, une réflexion magistrale sur le courage de vivre. Après Une âme perdue, la redécouverte d'un chef-d'œuvre de Giovanni Arpino, figure rebelle de la littérature italienne de l'après-guerre.

Comme tous les dimanches, le Pr Giovanni Bertola reçoit la visite de son ancien élève, Carlo Meroni. Comme tous les dimanches, les deux amis se lancent dans une âpre partie d'échecs. Comme tous les dimanches, ils discutent à bâtons rompus de sciences, de mathématiques, de philosophie, des femmes, de la...

Comme tous les dimanches, le Pr Giovanni Bertola reçoit la visite de son ancien élève, Carlo Meroni. Comme tous les dimanches, les deux amis se lancent dans une âpre partie d'échecs. Comme tous les dimanches, ils discutent à bâtons rompus de sciences, de mathématiques, de philosophie, des femmes, de la vie.

Un jour, l'irruption d'une inconnue, Ginetta, stupéfiante d'aisance et de désinvolture, va bousculer leur routine. Si elle s'offre sans états d'âme à Carlo, c'est le vieux professeur, cet homme fier et profondément irrévérencieux, qui fascine Ginetta.
Jusqu'à cette nuit où Carlo confie à la jeune femme l'étrange promesse qu'il a faite à Bertola. La découverte du pacte secret qui unit les deux hommes va précipiter l'issue de cette ultime partie d'échecs…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714448170
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 180
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

<< Roman haletant, sombre mais jamais désespéré, Le pas de l'adieu révèle une fois encore un grand témoin de son temps. Et surtout, un écrivain qui a su dépasser son époque. >>
Rocco Zacheo / Le Temps (Suisse)
<< Un roman lumineux. >>
Patricia Gnasso / Le Matin (Suisse)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Herve-Lionel Posté le 6 Avril 2014
    N°529– Juillet 2011. LE PAS DE L'ADIEU – Giovanni Arpino [1985] – Belfond. Traduit de l'italien par Nathalie Bauer. Nous sommes à Turin par une fin d'été étouffante d'un dimanche après-midi. Le rituel est toujours le même. Le vieux professeur Giovanni Bertola reçoit la visite de son ancien élève, Carlo Meroni, déjà vieux garçon, à cause ou malgré la quarantaine. Ensemble ils parlent à bâton rompu des mathématiques, de la science, de la marche du monde, de la vanité des choses, de la vieillesse, des femmes... Ou plus exactement, c'est bien souvent le vieil homme qui parle. Puis c'est l'immuable partie d'échecs que le vieillard perd toujours. Ainsi se passent les dimanches sous la houlette de deux vieilles demoiselles, les sœurs Rubino, férues de respectabilité, de musique classique et de propreté, et accessoirement logeuses, depuis de nombreuses années du vieux professeur. Ici, on ne déroge jamais aux habitudes, comme les évanouissements temporaires du professeur que celui-ci vit comme l'antichambre de la mort à cause de son artériosclérose. C'est que c'est bien de mort qu'il s'agit puisque Bertola se plaint d'être encore en vie et ne cesse d'invoquer « Mme Requiem ». Meroni désire ardemment assassiner le vieillard lors d'une de... N°529– Juillet 2011. LE PAS DE L'ADIEU – Giovanni Arpino [1985] – Belfond. Traduit de l'italien par Nathalie Bauer. Nous sommes à Turin par une fin d'été étouffante d'un dimanche après-midi. Le rituel est toujours le même. Le vieux professeur Giovanni Bertola reçoit la visite de son ancien élève, Carlo Meroni, déjà vieux garçon, à cause ou malgré la quarantaine. Ensemble ils parlent à bâton rompu des mathématiques, de la science, de la marche du monde, de la vanité des choses, de la vieillesse, des femmes... Ou plus exactement, c'est bien souvent le vieil homme qui parle. Puis c'est l'immuable partie d'échecs que le vieillard perd toujours. Ainsi se passent les dimanches sous la houlette de deux vieilles demoiselles, les sœurs Rubino, férues de respectabilité, de musique classique et de propreté, et accessoirement logeuses, depuis de nombreuses années du vieux professeur. Ici, on ne déroge jamais aux habitudes, comme les évanouissements temporaires du professeur que celui-ci vit comme l'antichambre de la mort à cause de son artériosclérose. C'est que c'est bien de mort qu'il s'agit puisque Bertola se plaint d'être encore en vie et ne cesse d'invoquer « Mme Requiem ». Meroni désire ardemment assassiner le vieillard lors d'une de ses « évaporations » mais recule toujours. Bref, on est ainsi depuis longtemps, dans cet état attentiste ou rien ne se produit de ce qui est espéré... et le vieil homme encourage son disciple à le faire passer dans l'au-delà puisqu'il se sait condamné. Ce sont les termes du pacte conclu entre eux. Voilà que dans cet océan d'habitudes surannées qui sentent fort le moisi, derrière la cire et l'absence de poussière et qu'il ne faut surtout pas bousculer, apparaît Ginetta, nièce des vieilles filles. Cela ne fut pas pour déplaire au vieillard « sa silhouette lui apparut comme une minuscule et joyeuse virgule tombée sur la page du quotidien ». Elle apporte dans cette atmosphère grise « un éclair blanc » et voilà que le vieil homme se découvre des souvenirs de jeune Don Juan qu'il n'avait peut-être jamais été. La jeune femme est mal élevée mais sensuelle, pleine de vie et sa spontanéité bouscule la logique mathématique de Meroni . Dès lors, Bertola qui l'encourage à se marier, à profiter de la vie, voit dans la jeune fille une maîtresse possible pour le jeune homme. Effectivement, elle le deviendra mais Bertola disparaîtra dans la nuit et des idées de suicide ou les prémices de la maladie d'Alzheimer s'emparent de ses proches. Sans vouloir se l'avouer ils pensent que cela solutionnerait la situation. Pourtant des rapports particuliers se font jour entre le vieil homme et la jeune femme qui saura ce qu'il faut faire. Il ne faudrait pas oublier non plus parmi les personnages secondaires, Nino Zarra, un pizzaïolo au grand cœur avide de connaissances. Je ne connaissais Giovanni Arpino (1927-1987) qu 'à travers un film éponyme adapté par Dino Risi d'un de ses romans (Parfum de femme – La Feuille Volante n° 350). Je n'ai pas été déçu. Malgré le thème axé sur la mort, ce roman n'est pas triste. Bien écrit, bien traduit, le style humoristique et poétique rend la lecture agréable et même captivante. Mais il reste que, malheureusement, cet écrivain, romancier, nouvelliste, journaliste est inconnu en France.   ©Hervé GAUTIER – juillet 2011.http://hervegautier.e-monsite.com
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bibliozonard Posté le 17 Janvier 2013
    Le professeur mathématicien Carlo Meroni a pris l’habitude de rendre une visite dominicale à son maître le professeur à la retraite Giovanni Bertola. Un rituel précis auquel appartiennent une partie d’échec, un débat sur une maxime imposée et le chocolat chaud de fin de journée préparé par les hôtes de l'habitation, les sœurs jumelles Rubinos. Celles-ci sont au petit soin de leur plus ancien pensionnaire d’une petite chambre depuis une vingtaine d'années. Carlo est rongé par un pacte accepté avec Bertola et troublé par Ginneta, la nièce des jumelles. Une femme libérée. Des ingrédients destinés à rendre une pièce dramatique intelligente et douce. J'en suis arrivé au moment fatidique que j’appréhende depuis belle lurette. Une espèce de crainte, qui n'empêche pas de m'enchanter, mais qui est proche de me frustrer. Lire un ouvrage qui semble me dépasser (tellement il est riche de sens, et de manière générale, construit d'un « package » dense de référence culturelle philosophique et surtout mathématique, me figent devant la limite de ma compréhension des choses. Et cette impression s’éveilla à vingt pages de l'ouvrage reçu par la maison généreusement cette semaine. Dans une argumentation, évoquer des piliers de la connaissance comme certains échangent sur le football... Le professeur mathématicien Carlo Meroni a pris l’habitude de rendre une visite dominicale à son maître le professeur à la retraite Giovanni Bertola. Un rituel précis auquel appartiennent une partie d’échec, un débat sur une maxime imposée et le chocolat chaud de fin de journée préparé par les hôtes de l'habitation, les sœurs jumelles Rubinos. Celles-ci sont au petit soin de leur plus ancien pensionnaire d’une petite chambre depuis une vingtaine d'années. Carlo est rongé par un pacte accepté avec Bertola et troublé par Ginneta, la nièce des jumelles. Une femme libérée. Des ingrédients destinés à rendre une pièce dramatique intelligente et douce. J'en suis arrivé au moment fatidique que j’appréhende depuis belle lurette. Une espèce de crainte, qui n'empêche pas de m'enchanter, mais qui est proche de me frustrer. Lire un ouvrage qui semble me dépasser (tellement il est riche de sens, et de manière générale, construit d'un « package » dense de référence culturelle philosophique et surtout mathématique, me figent devant la limite de ma compréhension des choses. Et cette impression s’éveilla à vingt pages de l'ouvrage reçu par la maison généreusement cette semaine. Dans une argumentation, évoquer des piliers de la connaissance comme certains échangent sur le football me surprend, car je suis facilement impressionnable vu ma faible densité de savoir en matière si poussée intellectuellement. J'aperçois une esquisse sommaire, qui me permet de croire que ces centres névralgiques sont en plus d'êtres brillants, les vecteurs principaux de la pensée logique humaine. Et c'est là que ma crainte initiale apparaît, telle une réminiscence qui me dit bonjour, je peux regarder ces piliers de la pensée, trouver cela beau, mais en comprendre leurs constitutions me dépasse. J'admire et je me perds dans ce que je ne maîtrise absolument pas. Il fallait que je le dise. Je verrai ce que j'en ai plus ou moins compris au final. Une ode à la vieillesse et son acceptation, à la mort et à la direction que peut prendre une vie, à la solitude et aux regrets. Les questions existentielles foisonnent sur un nombre de pages léger. Un roman à l’allure d’un grand classique aux coutures fines dignes d’un « précieux » de « la Pléiade ». Les mouvements principaux de cette symphonie sonnent comme la gravité, la profondeur et la quintessence d’une « E lucevan le stelle » chantée par Placido Domingo. L’amertume d’un vieux professeur qui n’accepte pas l’adjectif vieux prenant le pas sur celui du titre éminent de professeur mathématicien philosophe. Un homme seul impuissant devant une fin inévitable. Un regret le détruit autant que la maladie. Victime de son implication, il en oublia de titiller la sensualité qui lui aurait permis de goûter au plaisir de la chaire, de la relation amoureuse, de la vie sociale et de famille pour tempérer la folie du mathématicien. « Un poids l’écrasait du ventre jusqu’au scrotum, mais ce n’étaient pas des pierres, ce n’étaient pas des fers de prisonnier : c’était une bouillie de lascivité inachevée, impuissante et pourtant encore bestiale, encore à l’affût. Ce poids ignoble, cette humiliation glandulaire l’accablait depuis des années » (p65) Carlo est le reflet qui apparaît dans le miroir de Bertola. Un homme dans la fleur de l'âge promit à une carrière brillante qui risque de passer à côté de l’impulsion de sérénité qu’apporte le contact humain, en dehors du quantifiable et théorisable à coup de formule oblitérant la noirceur des tableaux d’amphithéâtre universitaire. C’est la jeune Ginetta, une femme libérée, qui représente l’autre facette occultée par les deux hommes. Donc, l’un ouvre les yeux trop tard et tente de sauver l’autre de sa cécité. La jeune femme représente la vie croquée à pleines dents, sans manquer à ses obligations sur le marché du travail. Elle vit, elle rencontre d'autres gens tout simplement. Bien qu’elle craigne l’engagement d’une vie commune solide, elle tâte, elle ne se cloître pas dans 30 m² attendant tel une nonne à l’âme pure qu'un prince use de la mandoline sous le balcon. Rico ne veut pas ressembler à son maître penseur et Ginneta encore moins à ses tantes, les sœurs Rubinos, serviable, de vraies béguines. La recherche de la pureté de l’âme, du savoir absolu, de l’homme ou de la femme idéale, de la programmation émotionnelle à outrance pour une vie linéaire, est ce à quoi sont confrontés les personnages attachants, tristes et amusants de ce livre très fin. Un exercice d'où transpire une écriture pointilleuse, un ton classique, des scènes lâchant des effluves poétiques, beaucoup de profondeur, très riche sur le contenu, un décor simplifié au profit du relationnel. Un tout proche d’une fable philosophique, d'une pièce de théâtre, d'un chant d’opéra dramatique qui aurait pu s’intituler le requiem du mathématicien. Dernier Acte. Une coïncidence ? À l’instant où j’abordai le chapitre onze du roman, l’ultime. Cécilia Porti cantonnait « Lascia la spina » cogli la rosa de l’opéra « Il trionfo del Tempo e del Disinganno ». Je le découvrais à l’instant où je levai les yeux sur la fenêtre du webplayer de la radio suisse classique. J’écoutais de la musique douce et suis tombé à point au moment ou j’entamais ce chapitre final. Très beau. C’est tout ce qui compte, même si je ne comprends pas un traitre mot d’italien. Étonnant, je suis « une Ginneta », car j’écoute et je savoure sans en percevoir la véritable identité des choses. J’ai indirectement provoqué l’instant magique ou la musique se mariait parfaitement à ma lecture en cours. Du rassemblement d’actes naïfs éclos un moment agréable. Une poésie à facettes multiples qui permet aux « Ginneta » de ressentir la beauté de concepts, d’œuvres textuelles et musicales qui s’affichent inaccessible de prime abord. Court, dense et délicieux.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Livrespourvous Posté le 28 Octobre 2010
    Pour faire rapide et instruit, Giovanni Arpino est un célèbre écrivain italien, mort depuis une bonne vingtaine d’années et auteur du génialissime Parfum de femme. On se souvient du film éponyme et de son acteur principal, le fringant et flamboyant Vittorio Gassmann – j’avoue avoir croisé un jour chez Lipp, ce bel acteur déjà vieillissant et être resté stupéfait, le regardant évoluer, théâtraliser sa vie, et tirer avantage de sa comédie. Fin d’été à Turin, Le professeur Giovanni Bertola est au crépuscule de sa vie et ne veut pas se voir mourir. Aussi a-t-il chargé son ancien élève, Carlo Meroni, un jeune homme qui hésite dans sa vie, qui ne sait comment la prendre, ni comment la mener, de l’aider à passer le pas. Mais dimanche après dimanche, Meroni n’arrive pas à s’affranchir et il reste à jouer aux échecs avec Bertola, sous les yeux des deux sœurs, vieilles filles « mélomanes », Mimi et Violetta qui hébergent le vieux professeur. Tout va basculer lorsque la nièce de ces deux sœurs, Ginetta débarque dans l’appartement. Non seulement, elle va guider Meroni mais aidera tendrement Bertola à franchir ce pas de l’adieu. De prime abord surannée, la narration scintille, elle farfouille dans les recoins des émotions,... Pour faire rapide et instruit, Giovanni Arpino est un célèbre écrivain italien, mort depuis une bonne vingtaine d’années et auteur du génialissime Parfum de femme. On se souvient du film éponyme et de son acteur principal, le fringant et flamboyant Vittorio Gassmann – j’avoue avoir croisé un jour chez Lipp, ce bel acteur déjà vieillissant et être resté stupéfait, le regardant évoluer, théâtraliser sa vie, et tirer avantage de sa comédie. Fin d’été à Turin, Le professeur Giovanni Bertola est au crépuscule de sa vie et ne veut pas se voir mourir. Aussi a-t-il chargé son ancien élève, Carlo Meroni, un jeune homme qui hésite dans sa vie, qui ne sait comment la prendre, ni comment la mener, de l’aider à passer le pas. Mais dimanche après dimanche, Meroni n’arrive pas à s’affranchir et il reste à jouer aux échecs avec Bertola, sous les yeux des deux sœurs, vieilles filles « mélomanes », Mimi et Violetta qui hébergent le vieux professeur. Tout va basculer lorsque la nièce de ces deux sœurs, Ginetta débarque dans l’appartement. Non seulement, elle va guider Meroni mais aidera tendrement Bertola à franchir ce pas de l’adieu. De prime abord surannée, la narration scintille, elle farfouille dans les recoins des émotions, des sensations, des sentiments, etc. Ce court roman est une brillante réflexion sur la mort et sur la place qu’elle occupe dans notre monde. C’est aussi le roman d’un amitié trahie, de la vieillesse insupportable, redoutée et rejetée. Le Pas de l’adieu est la découverte italienne de cette rentrée littéraire, que vous ne pouvez pas rater.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.