Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221106723
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 448
Format : 153 x 240 mm

Le paysage cosmique

Notre univers en cacherait-il des millions d'autres ?

Bella ARMAN (Traducteur)
Date de parution : 05/04/2007

Si la construction de l'univers, depuis 13,7 milliards d'années, avait un peu varié dans son scénario, si certaines constantes, par exemple la gravité, avaient adopté une valeur un peu plus haute ou plus basse, il aurait été impossible à la vie, telle que nous la connaissons, d'apparaître. Alors, d'où vient...

Si la construction de l'univers, depuis 13,7 milliards d'années, avait un peu varié dans son scénario, si certaines constantes, par exemple la gravité, avaient adopté une valeur un peu plus haute ou plus basse, il aurait été impossible à la vie, telle que nous la connaissons, d'apparaître. Alors, d'où vient pareil miracle ? Comment se fait-il – comme s'interrogent les tenants du «principe anthropique» – que l'univers semble avoir été tout spécialement conçu pour que nous puissions exister ?
Il n'est pas besoin de faire appel à une volonté divine ou à des explications surnaturelles pour comprendre l'émergence de la vie et de l'homme, explique le physicien Leonard Susskind, mondialement connu comme inventeur de la théorie des cordes. Imaginez plutôt l'existence d'un «paysage cosmique» où il n'y aurait pas un seul mais une multitude d'univers. Il existe des millions de millions d'autres environnements, légèrement différents du nôtre, avec leurs propres lois de la physique, leurs propres particules, leurs propres constantes de la nature. Et nous, nous ne vivons que dans une bulle infinitésimale de cet étrange « Mégavers », qui possède des qualités très particulières. L'avenir dira si l'idée d'un paysage cosmique étonnamment divers, introduite en 2003, est aussi importante que la révolution copernicienne qui a ôté la Terre du centre de l'Univers…
Ce débat suscité par Susskind provoque déjà des réactions passionnées chez de nombreux scientifiques.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221106723
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 448
Format : 153 x 240 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Horizon_du_plomb Posté le 7 Juillet 2016
    Voilà un livre qui trainait sur ma PAL depuis trop longtemps. Je l'ai acheté à cause d'un seul mot: mégavers (équivalent de multivers) et j'étais quasi certain d'en avoir pour mon argent vu l'auteur et la taille du bouquin. J'avais raison. L'auteur dit dans son introduction que le livre s'adresse au profane mais pas aux « petites têtes qui auraient peur de fatiguer leurs neurones» (sic ou l'art de confondre un jugement de valeur/motivation avec un jugement d'aptitude). Je dirais plutôt que si la mécanique de Newton (je ne parle pas des équations) vous ennuyait à l'école alors passez votre chemin. Par contre, si vous êtes curieux et avez déjà lu un ou deux livres de littérature de vulgarisation concernant l'univers et la physique, ce livre est un complément très enrichissant. Lire un livre vulgarisateur sur un sujet scientifique, c'est un peu suivre un cours magistral d'un prof, le contenu est quasiment le même pour tous les profs mais l'approche pédagogique est différente. Dans ce livre, on survole bien des sujets: théorie des cordes, cosmologie moderne, principe anthropique, nucléosynthèse, trous noirs … Le don de Susskind est indéniablement le don de la pédagogie via l'analogie (ex: le papier tue-mouche pour les forces à courte... Voilà un livre qui trainait sur ma PAL depuis trop longtemps. Je l'ai acheté à cause d'un seul mot: mégavers (équivalent de multivers) et j'étais quasi certain d'en avoir pour mon argent vu l'auteur et la taille du bouquin. J'avais raison. L'auteur dit dans son introduction que le livre s'adresse au profane mais pas aux « petites têtes qui auraient peur de fatiguer leurs neurones» (sic ou l'art de confondre un jugement de valeur/motivation avec un jugement d'aptitude). Je dirais plutôt que si la mécanique de Newton (je ne parle pas des équations) vous ennuyait à l'école alors passez votre chemin. Par contre, si vous êtes curieux et avez déjà lu un ou deux livres de littérature de vulgarisation concernant l'univers et la physique, ce livre est un complément très enrichissant. Lire un livre vulgarisateur sur un sujet scientifique, c'est un peu suivre un cours magistral d'un prof, le contenu est quasiment le même pour tous les profs mais l'approche pédagogique est différente. Dans ce livre, on survole bien des sujets: théorie des cordes, cosmologie moderne, principe anthropique, nucléosynthèse, trous noirs … Le don de Susskind est indéniablement le don de la pédagogie via l'analogie (ex: le papier tue-mouche pour les forces à courte portée) et cela fonctionne. Si la topologie peut s'aborder en se souvenant simplement de ses cours de secondaire sur les études de fonctions, ce n'est pas le cas de certains points que l'auteur tente d'aborder dans sa frénésie d'explications. Par exemple p 179, il tente d'expliquer des aspects techniques avec des mots et cela ne fonctionne pas trop pour quelqu'un qui n'a pas des idées sur la mécanique tensorielle, l'équation d'onde ou l'émergence et les liens des quatre lois de Maxwell. Pareil pour les flux et les intégrales de surfaces sur la partie qui est suivie par le modèle KKLT des espaces de Calabi Yau où un lecteur réellement profane peut clairement s'y perdre. A tout le moins, il ne devra pas hésiter à relire quelques passages. Souvent, l'auteur mélange un peu ses chapitres, fait référence à une théorie qu'il n'expliquera que dans trois chapitres mais globalement l'auteur nous prend correctement par la main. Pour un amateur de vulgarisation, on s'ennuie parfois car l'auteur dans son exigence s'attache à tout expliquer, voire répéter inlassablement (ex l'espace des paramètres et la stabilité pour un amateur du concept scientifique de chaos [voir le bouquin de Gleick], approche qu'il élude d'ailleurs préférant parler après des équilibres de longues molécules en chimie physique). Les illustrations aident l'esprit (à l'image des bien connus diagrammes de Feymann) , on ne peut s'empêcher de regretter parfois des séquences animées. Cela dit, tous les exemples sont clairement visualisables (ex: le lac pour le modèle des horizons de bulles d'univers dans une inflation éternelle). Le chapitre 6 est un peu faible par rapport au chapitre 5 (qui est un modèle de concision) et il y a des répétitions. L'explication du lien électrons et noyau via les photons revient bien une petite dizaine de fois dans le livre. De manière générale, on a parfois l'impression que l'auteur passe souvent d'un chapitre plus technique à un chapitre ou une portion de chapitre plus accessible. Le livre présente des aspects privés de l'auteur qui rendent l'histoire des progrès de la physique moderne plus humain (Par exemple, les rencontres entre l'auteur et Murray Gell-Mann). On peut regretter en tant que francophone que l'auteur parle de Georges Gamow comme le précurseur du big bang en éclipsant totalement Georges Lemaître et son atome primitif (alors que Lemaître étudiait déjà un univers en expansion 20 ans avant Gamow). L'esprit se libère à la lecture, on se prend à faire des jonctions en pensant plus large, le mien par exemple n'a pu s'empêcher de penser à une éventuelle réciprocité des liens particules-champs (ou les flux et les trous des espaces de Calabi-Yau) avec ceux qui émergent entre la théorie des nombres et la topologie. Bref, le livre éveille notre esprit à la nature et le porte vers le haut. « La beauté est pire que le vin, elle enivre aussi bien ceux qui la possèdent que ceux qui la regardent. (Aldous Huxley) » L'histoire de l'état de résonance du carbone (p 278) explique bien comment le principe anthropique peut nous permettre de sauter directement des recherches absconses pour aller à l'essentiel, notre présence parmi l'univers. A certains moment, on ne peut s'empêcher de comparer le principe anthropique avec une réduction de la fonction d'onde du multivers privilégiant notre univers, notre Histoire. Dans ces études de stabilité, il faut attendre la page 448 pour que l'auteur parle de l'effet tunnel, effet quantique qui a pourtant son importance notamment dans la physique de la matière condensée dont il parle à deux moments. L'auteur n'aborde jamais les trous de ver (ou du moins il ne semble pas y croire comme il le dit à la fin) alors qu'il parle de sujets pointus comme l'univers hologramme et on ne peut se demander ce qu'il aurait pu en dire. De même, alors qu'il parle d'information quantique, il ne touche pas de mots des particules intriquées mais on ne peut s'empêcher de se demander si là aussi un algorithme holographique différent pourrait convenir. Enfin même si le bouquin est plus récent que d'autres, il passe à coté du redémarrage du CERN et de la découverte du boson de Higgs pourtant essentiel dans bien des propos du livre. On ne peut s'empêcher de songer aussi aux récentes mesures des ondes gravitationnelles. Le livre peut être un complément du livre de Greene, « L' Univers élégant », (que j'ai lu il y a longtemps contrairement à celui de Smolin, non lu) notamment parce qu'il aborde les théories des cordes mais il les met dans un cadre plus vaste sans juste les expliquer. On peut clairement dire que le livre de Susskind est plus global, voire qu'il a un plus beau paysage. En plus, comme l'auteur est un pionnier de la théorie, on a droit à des passages historiques que Greene n'aborde pas nécessairement. Si on se place du point de vue de l'évolution, un athée pourrait voir ce livre comme le complément matérialiste de celui de Dawkins: « Pour en finir avec Dieu. » (qui parle aussi de la sélection naturelle en cosmologie via Smolin mais est plus basé sur l'humain tant par la philosophie que le système nerveux). A la fin on ne peut s'empêcher de penser que le devoir des théoriciens est d'aller toujours plus loin que les expérimentateurs (même s'il y a toujours des surprises comme par exemple avec la nouvelle interprétation du fond cosmologique et les progrès des mesures du satellite Planck), frisant ainsi ces discours sur les anges à Constantinople alors que notre Terre est dans un sale état. « Quand vous avez éliminé tout ce qui est impossible, tout ce qui reste doit être vrai, quelle que soit sa vraisemblance. » Un chose est sûre à l'heure actuelle, la vie et l'intelligence sont d'autant chérissables qu'elles sont fragiles.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Anis0206 Posté le 25 Octobre 2013
    tout ce qu'il y a à savoir sur la physique moderne vous le trouverais dans ce livre extraordinaire!!
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.