En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le pianiste de Yarmouk

            La Découverte
            EAN : 9782707196538
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 352
            Format : 135 x 220 mm
            Le pianiste de Yarmouk

            Gilles GRAND (Traducteur)
            Collection : Cahiers libres
            Date de parution : 29/03/2018
            L’image a fait le tour des réseaux sociaux : un jeune homme joue et chante dans la rue, au milieu des décombres et des maisons éventrées de Yarmouk, une ville de réfugiés palestiniens proche de Damas. Figure iconique, celui que l’on surnomme désormais « le musicien des ruines » a pourtant dû se résoudre à prendre le chemin de l’exil, Daech ayant finalement brûlé son instrument.
            Un jeune homme joue et chante au milieu des décombres et des maisons éventrées. La photo, prise à Yarmouk, ville de réfugiés palestiniens de la banlieue de Damas, a fait le tour du monde.
            Ce musicien est devenu un symbole d’humanité face à la guerre. Après avoir enduré avec dignité les...
            Un jeune homme joue et chante au milieu des décombres et des maisons éventrées. La photo, prise à Yarmouk, ville de réfugiés palestiniens de la banlieue de Damas, a fait le tour du monde.
            Ce musicien est devenu un symbole d’humanité face à la guerre. Après avoir enduré avec dignité les souffrances du conflit syrien, celui que l’on surnomme désormais le « pianiste des ruines » a finalement dû se résoudre à prendre le chemin de l’exil : en guise d’avertissement, Daech avait brûlé son piano… Partageant le sort de milliers d’autres, il a ainsi connu la séparation d’avec sa famille, la périlleuse traversée de la Méditerranée, l’éprouvante route des Balkans, puis l’arrivée en Allemagne.
            Dans cette autobiographie bouleversante, Aeham Ahmad raconte son enfance de Palestinien en Syrie, son apprentissage de la musique au sein d’une famille talentueuse, jusqu’à la révolution de 2011, bientôt engloutie par la guerre. Un éclat d’obus le blesse à la main. Bravant la peur, il décide alors de jouer dans la rue, se laissant filmer pour témoigner de la résistance qui subsiste, obstinée, dans la ville assiégée. Car ce livre a une portée politique. Il dénonce la violence extrême, les exactions du régime d’Assad comme celles des djihadistes, mais il rappelle aussi la précarité du peuple syrien et le destin tragique de tous les réfugiés. Un requiem en hommage aux victimes et une ode à la musique.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782707196538
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 352
            Format : 135 x 220 mm
            La Découverte
            19.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • viou1108 Posté le 7 Avril 2018
              Le pianiste de Yarmouk ou le « musicien des ruines ». Yarmouk se situe dans la banlieue de Damas en Syrie. Cette ville a vu le jour en 1957, à l'occasion d'un afflux massif de réfugiés palestiniens. Au fil du temps, le camp est devenu une ville presque comme les autres, si ce n'est que ses habitants n'ont ni la nationalité, ni le passeport syriens. Mais ils ont le « privilège » de transmettre leur statut de réfugié palestinien à leurs enfants. C'est là que naît Aeham en 1988, d'un père aveugle mais néanmoins menuisier et violoniste, et d'une mère institutrice. Très vite, Aeham se met à la musique, ses parents se saignent aux quatre veines pour lui offrir des leçons de piano, un clavier puis plus tard un vrai piano. Tous les jours, le jeune garçon fait des heures de bus pour se rendre à l'école de musique à Damas, puis au conservatoire, où il subit le mépris des Syriens aisés, lui le pauvre réfugié palestinien crasseux. Mais Aeham garde la tête haute, donne des cours de piano aux gamins de Yarmouk et ouvre un magasin d'instruments de musique avec son père. Une belle histoire qui culmine avec son mariage avec Tahani et la... Le pianiste de Yarmouk ou le « musicien des ruines ». Yarmouk se situe dans la banlieue de Damas en Syrie. Cette ville a vu le jour en 1957, à l'occasion d'un afflux massif de réfugiés palestiniens. Au fil du temps, le camp est devenu une ville presque comme les autres, si ce n'est que ses habitants n'ont ni la nationalité, ni le passeport syriens. Mais ils ont le « privilège » de transmettre leur statut de réfugié palestinien à leurs enfants. C'est là que naît Aeham en 1988, d'un père aveugle mais néanmoins menuisier et violoniste, et d'une mère institutrice. Très vite, Aeham se met à la musique, ses parents se saignent aux quatre veines pour lui offrir des leçons de piano, un clavier puis plus tard un vrai piano. Tous les jours, le jeune garçon fait des heures de bus pour se rendre à l'école de musique à Damas, puis au conservatoire, où il subit le mépris des Syriens aisés, lui le pauvre réfugié palestinien crasseux. Mais Aeham garde la tête haute, donne des cours de piano aux gamins de Yarmouk et ouvre un magasin d'instruments de musique avec son père. Une belle histoire qui culmine avec son mariage avec Tahani et la naissance de leur premier fils. Puis en 2011 éclatent les printemps arabes. Yarmouk, considérée comme un foyer de milices de l'Armée Syrienne Libre opposée à Assad, est bouclée quelques mois plus tard. La majorité des habitants évacue, mais Aeham et sa famille restent. Le blocus est quasi-total, s'ensuivent privations, isolement, système D, famine, mort. Les assiégés vivent dans la peur des snipers, des milices de tous bords, de Daesh, absent au début du conflit mais qui étend son emprise, et dans l'angoisse de ne pas recevoir de colis humanitaire de l'UNRWA après des heures de file d'attente. Malgré tout, Aeham continue sa propre révolution : la musique: "Nous n'avons pas vraiment le choix à Yarmouk. Soit on rejoint l'un des groupes de combattants, soit on attend tout simplement la mort. Je pense qu'il vaut mieux chanter en attendant de mourir". Les photos et les vidéos le montrant jouant du piano dans les ruines, seul ou avec une chorale d'enfants, le rendent célèbre sur la Toile, mais ne le protègent pas. Le jour où Daesh brûle son piano en 2015, il décide de fuir. Il doit d'abord trancher l'affreux dilemme de partir seul et laisser sa famille exposée aux bombes, ou de partir avec eux dans un périple potentiellement mortel. Il part seul, en sachant que sa femme et ses enfants ne pourront peut-être jamais le rejoindre. La route de l'exil est semée d'embûches, Turquie, Méditerranée, Grèce, route des Balkans et finalement Allemagne, avec des flots d'autres migrants. L'obtention du statut de réfugié puis du regroupement familial font de lui le plus heureux des hommes, ou presque : complexe du survivant, culpabilité d'avoir laissé tant de proches dans l'enfer de Yarmouk... Il continue de résister grâce à la musique. Autobiographie écrite en collaboration avec un journaliste et une traductrice, ce récit, dramatique sans être larmoyant, raconte des vies ordinaires anéanties par la guerre. Il explique le conflit syrien mieux qu'un essai géopolitique, nous donnant à voir la brutalité du régime d'Assad et des autres forces en présence (milices rebelles, Daesh), la corruption, la vulnérabilité des civils et l'ultra-précarité des réfugiés palestiniens. Une histoire terrible et très touchante qui rend hommage aux victimes de cette guerre sans fin et à la force de la musique, éternelle. En partenariat avec les Editions La Découverte via le réseau Netgalley.
              Lire la suite
              En lire moins

            Ils en parlent

            Il est né et a grandi à Yarmouk, une ville bâtie en 1957 au sud de Damas par les réfugiés palestiniens et qui a connu successivement les guerres des clans de l'OLP avant de sombrer dans la guerre des rebelles contre le régime syrien et l'occupation d'une partie de la cité par Daech. Son père, luthier, est aveugle. La relation décrite dans son ouvrage, Le Pianiste de Yarmouk, est d'une beauté renversante. Elle repose sur un amour inconditionnel. Choyé, Aeham apprend le piano, s'emballe, râle, rechigne, comme tout enfant heureux, puis finit par revenir jouer.
            Karen Lajon / Journal du dimanche
            ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
            Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com