RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Prénom de mon oncle

            Les Escales
            EAN : 9782365693790
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 140 x 225 mm
            Le Prénom de mon oncle

            Emmanuèle SANDRON (Traducteur)
            Collection : Domaine étranger
            Date de parution : 24/01/2019
            Un roman riche et puissant sur le poids de la mémoire. Une enquête passionnante qui mêle le personnel et l’historique.
            Marjolijn, trente ans, a toujours pensé nommer son premier fils Frans, en hommage à son grand-oncle - comme elle l’avait promis, plus jeune, à sa grand-mère. Mais de ce légendaire « cousin à la bombe » qui aurait fait exploser l’immeuble d’un collaborateur en 1946 à Amsterdam et dont elle porte depuis... Marjolijn, trente ans, a toujours pensé nommer son premier fils Frans, en hommage à son grand-oncle - comme elle l’avait promis, plus jeune, à sa grand-mère. Mais de ce légendaire « cousin à la bombe » qui aurait fait exploser l’immeuble d’un collaborateur en 1946 à Amsterdam et dont elle porte depuis des années la chevalière, elle ne sait rien.
            Sa grossesse lui fait soudain considérer cette promesse sous un jour nouveau et elle se lance dans une quête qui a désormais quelque chose d’urgent et d’indispensable. Qui était vraiment l’oncle Frans ?
            Peu à peu, le héros décoré par le général Montgomery et organisateur d’une série d’actions spectaculaires se révèle sous un jour plus sombre et la mythologie familiale si étincelante se délite.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782365693790
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 140 x 225 mm

            Ils en parlent

            « Le Prénom de mon oncle est un roman intelligent qui pose de grandes questions universelles. »
             
            Literair Nederland
            « Un livre très intime dans lequel Van Heemstra mêle dans un style aussi beau que poignant les difficultés de sa grossesse et la quête de la véritable histoire de son oncle. »
             
            De Telegraaf

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • mariech Posté le 14 Juin 2019
              Le jour de ses 18 ans , Marjolijn Van Heemstra va chez sa grand - mère , celle - ci a oublié son anniversaire et lui offre une bague , une chevalière d’homme et lui raconte une légende familiale, celle de l’oncle à la petite bombe qui a légué sa bague en demandant une faveur , de la transmettre à un futur descendant qui portera son prénom Franz . 12 ans plus tard , l’auteur est enceinte et veut tenir la promesse romantique de ses 18 ans , si elle a un fils , elle l’appellera Franz . Elle commence alors une enquête auprès des personnes âgées de sa famille , il veut connaître l’histoire de ce héros dont elle est fière , un résistant , un idéaliste , quelqu’un qui a agit selon ses convictions. Au fur et à mesure de sa quête de vérité , elle va prendre la réalité de plein fouet , qui était réellement cet oncle ? Est - il un redresseur de torts , un justicier qui ne craint pas les dégâts collatéraux , elle trouvera même le terme de délire psychotique d’illégalité dans un ancien dossier , terme inconnu des psychiatres , un psychiatre consulté ... Le jour de ses 18 ans , Marjolijn Van Heemstra va chez sa grand - mère , celle - ci a oublié son anniversaire et lui offre une bague , une chevalière d’homme et lui raconte une légende familiale, celle de l’oncle à la petite bombe qui a légué sa bague en demandant une faveur , de la transmettre à un futur descendant qui portera son prénom Franz . 12 ans plus tard , l’auteur est enceinte et veut tenir la promesse romantique de ses 18 ans , si elle a un fils , elle l’appellera Franz . Elle commence alors une enquête auprès des personnes âgées de sa famille , il veut connaître l’histoire de ce héros dont elle est fière , un résistant , un idéaliste , quelqu’un qui a agit selon ses convictions. Au fur et à mesure de sa quête de vérité , elle va prendre la réalité de plein fouet , qui était réellement cet oncle ? Est - il un redresseur de torts , un justicier qui ne craint pas les dégâts collatéraux , elle trouvera même le terme de délire psychotique d’illégalité dans un ancien dossier , terme inconnu des psychiatres , un psychiatre consulté fera même un lien avec les terroristes actuels . L’auteur va chercher sans relâche , en tenant compte de l’époque , juste après guerre , ça c’est passé en 1946 . Elle va essayer de découvrir l’homme derrière l’histoire en questionnant ceux qui l’ont connu . Mon avis : un très beau livre qui m’a séduit , j’ai déjà lu d’autres livres sur des recherches d’un membre de la famille et dans ce récit , l’écriture est très belle , l’auteur arrive à faire la part des choses de façon nuancée , elle n’essaye pas de garder absolument le côté légendaire de cette histoire , elle remet les faits dans leur contexte . Il y a des pages magnifiques sur la vérité historique en temps de guerre . Il y a encore plein de choses à dire , la belle rencontre avec Herman qui fait des recherches sur son père soupçonné de collaboration et qui s’est suicidé quand Herman avait 5 mois , personnage humain , mesuré qui apprend à la jeune femme les différentes facettes de la vérité . Il y a ces victimes qui vivent dans le souvenir de leur famille , comme cette jeune Jacoba qui va revivre un peu dans nos mémoires , un bel hommage . Il y a les pages très belles aussi sur la maternité , je ne m’y attarde pas dans ma critique mais je ne fais pas l’impasse , là aussi le ton employé est très juste . Et coup de cœur pour la fin qui ne nous donne pas le prénom de BÉBÉ .
              Lire la suite
              En lire moins
            • mariech Posté le 14 Juin 2019
              Le jour de ses 18 ans , Marjolijn Van Heemstra va chez sa grand - mère , celle - ci a oublié son anniversaire et lui offre une bague , une chevalière d’homme et lui raconte une légende familiale, celle de l’oncle à la petite bombe qui a légué sa bague en demandant une faveur , de la transmettre à un futur descendant qui portera son prénom Franz . 12 ans plus tard , l’auteur est enceinte et veut tenir la promesse romantique de ses 18 ans , si elle a un fils , elle l’appellera Franz . Elle commence alors une enquête auprès des personnes âgées de sa famille , il veut connaître l’histoire de ce héros dont elle est fière , un résistant , un idéaliste , quelqu’un qui a agit selon ses convictions. Au fur et à mesure de sa quête de vérité , elle va prendre la réalité de plein fouet , qui était réellement cet oncle ? Est - il un redresseur de torts , un justicier qui ne craint pas les dégâts collatéraux , elle trouvera même le terme de délire psychotique d’illégalité dans un ancien dossier , terme inconnu des psychiatres , un psychiatre consulté ... Le jour de ses 18 ans , Marjolijn Van Heemstra va chez sa grand - mère , celle - ci a oublié son anniversaire et lui offre une bague , une chevalière d’homme et lui raconte une légende familiale, celle de l’oncle à la petite bombe qui a légué sa bague en demandant une faveur , de la transmettre à un futur descendant qui portera son prénom Franz . 12 ans plus tard , l’auteur est enceinte et veut tenir la promesse romantique de ses 18 ans , si elle a un fils , elle l’appellera Franz . Elle commence alors une enquête auprès des personnes âgées de sa famille , il veut connaître l’histoire de ce héros dont elle est fière , un résistant , un idéaliste , quelqu’un qui a agit selon ses convictions. Au fur et à mesure de sa quête de vérité , elle va prendre la réalité de plein fouet , qui était réellement cet oncle ? Est - il un redresseur de torts , un justicier qui ne craint pas les dégâts collatéraux , elle trouvera même le terme de délire psychotique d’illégalité dans un ancien dossier , terme inconnu des psychiatres , un psychiatre consulté fera même un lien avec les terroristes actuels . L’auteur va chercher sans relâche , en tenant compte de l’époque , juste après guerre , ça c’est passé en 1946 . Elle va essayer de découvrir l’homme derrière l’histoire en questionnant ceux qui l’ont connu . Mon avis : un très beau livre qui m’a séduit , j’ai déjà lu d’autres livres sur des recherches d’un membre de la famille et dans ce récit , l’écriture est très belle , l’auteur arrive à faire la part des choses de façon nuancée , elle n’essaye pas de garder absolument le côté légendaire de cette histoire , elle remet les faits dans leur contexte . Il y a des pages magnifiques sur la vérité historique en temps de guerre . Il y a encore plein de choses à dire , la belle rencontre avec Herman qui fait des recherches sur son père soupçonné de collaboration et qui s’est suicidé quand Herman avait 5 mois , personnage humain , mesuré qui apprend à la jeune femme les différentes facettes de la vérité . Il y a ces victimes qui vivent dans le souvenir de leur famille , comme cette jeune Jacoba qui va revivre un peu dans nos mémoires , un bel hommage . Il y a les pages très belles aussi sur la maternité , je ne m’y attarde pas dans ma critique mais je ne fais pas l’impasse , là aussi le ton employé est très juste . Et coup de cœur pour la fin qui ne nous donne pas le prénom de BÉBÉ .
              Lire la suite
              En lire moins
            • Tempsdelecture Posté le 12 Mars 2019
              Marjolijn Van Heemstra, notre autrice, est une toute jeune romancière, dont l’expérience littéraire relevait davantage de la mise en scène théatrale.  Ce roman est ainsi le second qu'elle ait écrit après le premier "De laatste Aedema" publié en 2012 et encore non traduit en français à ce jour. Ses influences dramatiques se remarquent incontestablement à travers le découpage, très morcelé, assez inédit du roman: Marjolijn étant enceinte, chaque chapitre correspond à une semaine de grossesse de la jeune femme à partir du moment ou la question du prénom du bébé se pose sérieusement avec son compagnon D. Ce compte à rebours est doublement symbolique car il mène à la fois à cette double échéance qu'est la naissance de son enfant et la révélation sur la réelle nature du personnage de Frans.  Ainsi la romancière use de beaucoup de flash-back pour remonter les fils de l'histoire qui vont mener non seulement à réellement découvrir l'identité de ce renommé aïeul, qui porte les blasons de la famille à travers une gloire dont Marjolijn se rend compte que personne ne sait vraiment si elle avérée.  Cette grossesse représente ici ce moment particulier dans la vie de parents, qui concentre à la fois passé et... Marjolijn Van Heemstra, notre autrice, est une toute jeune romancière, dont l’expérience littéraire relevait davantage de la mise en scène théatrale.  Ce roman est ainsi le second qu'elle ait écrit après le premier "De laatste Aedema" publié en 2012 et encore non traduit en français à ce jour. Ses influences dramatiques se remarquent incontestablement à travers le découpage, très morcelé, assez inédit du roman: Marjolijn étant enceinte, chaque chapitre correspond à une semaine de grossesse de la jeune femme à partir du moment ou la question du prénom du bébé se pose sérieusement avec son compagnon D. Ce compte à rebours est doublement symbolique car il mène à la fois à cette double échéance qu'est la naissance de son enfant et la révélation sur la réelle nature du personnage de Frans.  Ainsi la romancière use de beaucoup de flash-back pour remonter les fils de l'histoire qui vont mener non seulement à réellement découvrir l'identité de ce renommé aïeul, qui porte les blasons de la famille à travers une gloire dont Marjolijn se rend compte que personne ne sait vraiment si elle avérée.  Cette grossesse représente ici ce moment particulier dans la vie de parents, qui concentre à la fois passé et future et finalement qui pose la question fondamentale de l'héritage familiale. Un moment de remise en question de sa propre personne, de la mission de transmission qu'elle s'octroie, puisque partageant son corps avec cette esquisse d'être humain qui croît en elle, c'est un moment de grand chamboulement intime qui inévitablement entraîne une remise en question plus général. Il y a des moments dans notre histoire ou le besoin de connaître plus profondément ses racines et le fait de porter un enfant constitue l'un de ces moments particuliers.  Tout réside dans ce petit bijou mystérieux, cette bague, sensée constitué ce lien entre des générations séparées par quelques dizaines d'années, par la volonté de cet oncle connu pour son acte de bravoure durant la seconde guerre mondiale. Liée malgré elle à une promesse dont elle n'est aucunement dépositaire, cette recherche de la vérité qu'entame la trentenaire la conduit peu à peu à tisser un lien avec l'enfant qu'elle porte et à construire des liens avec lui, ce que cette première grossesse, malgré tout, a bien du mal à concrétiser. Marjolijn se pose beaucoup de questions, et il me semble que cette question du prénom ne fait que cacher les doutes qui l'assaillent justement comme ils assaillent toute future mère, d'autant plus lorsqu'il s'agit d'un premier enfant. Dans son incapacité présumée à aimer celui qui se cache en elle, on ressent pourtant bien tout le contraire de cet aveu. Son rôle de mère qu'elle prend soin de préparer soigneusement en s'assurant du bon choix du prénom que son fils porterait comme un heureux hommage ou, bien au contraire, une malédiction maudite. Comme dans ces tragédies ou les héros subissent les malédictions familiales.  Puisqu'il est question de Frans Julius Johan, ce grand-oncle, que tout à chacun se plait à célébrer le souvenir au nom de faits aux origines troubles et dont toute la véracité ne repose que sur une mémoire collective peu fiable. Remonter ces soixante ans d'histoire au gré des rencontres de celles et ceux qui détiennent une part de vérité du personnage constitue à mon sens un des points forts du roman. Le côté historique du récit qui nous plonge en pleine seconde guerre mondiale dans ce pays, finalement pas si éloigné du notre mais que l'on évoque peu, voir pas du tout soyons franc, est positivement passionnant. Mon choix s'est porté sur ce livre en grande partie pour cet aspect-ci du récit, qui a le mérite de nous apporter un autre éclairage que le notre sur la question de la résistance par le biais de l'existence de ce "cousin à la bombe" Observer Marjolijn se dépatouiller entre un souvenir qui ne demanderait qu'à rester tel quel, continuant à combler l’ego de cette famille et une vérité plus dérangeante, qui a finalement une autre saveur, jusqu'à l'acceptation finale constitue toute la valeur de ce roman. Lequel l'air de rien, sur les airs d'une simple histoire familiale, se révèle être bien plus profond qu'il n'y parait. 
              Lire la suite
              En lire moins
            • Tempsdelecture Posté le 12 Mars 2019
              Marjolijn Van Heemstra, notre autrice, est une toute jeune romancière, dont l’expérience littéraire relevait davantage de la mise en scène théatrale.  Ce roman est ainsi le second qu'elle ait écrit après le premier "De laatste Aedema" publié en 2012 et encore non traduit en français à ce jour. Ses influences dramatiques se remarquent incontestablement à travers le découpage, très morcelé, assez inédit du roman: Marjolijn étant enceinte, chaque chapitre correspond à une semaine de grossesse de la jeune femme à partir du moment ou la question du prénom du bébé se pose sérieusement avec son compagnon D. Ce compte à rebours est doublement symbolique car il mène à la fois à cette double échéance qu'est la naissance de son enfant et la révélation sur la réelle nature du personnage de Frans.  Ainsi la romancière use de beaucoup de flash-back pour remonter les fils de l'histoire qui vont mener non seulement à réellement découvrir l'identité de ce renommé aïeul, qui porte les blasons de la famille à travers une gloire dont Marjolijn se rend compte que personne ne sait vraiment si elle avérée.  Cette grossesse représente ici ce moment particulier dans la vie de parents, qui concentre à la fois passé et... Marjolijn Van Heemstra, notre autrice, est une toute jeune romancière, dont l’expérience littéraire relevait davantage de la mise en scène théatrale.  Ce roman est ainsi le second qu'elle ait écrit après le premier "De laatste Aedema" publié en 2012 et encore non traduit en français à ce jour. Ses influences dramatiques se remarquent incontestablement à travers le découpage, très morcelé, assez inédit du roman: Marjolijn étant enceinte, chaque chapitre correspond à une semaine de grossesse de la jeune femme à partir du moment ou la question du prénom du bébé se pose sérieusement avec son compagnon D. Ce compte à rebours est doublement symbolique car il mène à la fois à cette double échéance qu'est la naissance de son enfant et la révélation sur la réelle nature du personnage de Frans.  Ainsi la romancière use de beaucoup de flash-back pour remonter les fils de l'histoire qui vont mener non seulement à réellement découvrir l'identité de ce renommé aïeul, qui porte les blasons de la famille à travers une gloire dont Marjolijn se rend compte que personne ne sait vraiment si elle avérée.  Cette grossesse représente ici ce moment particulier dans la vie de parents, qui concentre à la fois passé et future et finalement qui pose la question fondamentale de l'héritage familiale. Un moment de remise en question de sa propre personne, de la mission de transmission qu'elle s'octroie, puisque partageant son corps avec cette esquisse d'être humain qui croît en elle, c'est un moment de grand chamboulement intime qui inévitablement entraîne une remise en question plus général. Il y a des moments dans notre histoire ou le besoin de connaître plus profondément ses racines et le fait de porter un enfant constitue l'un de ces moments particuliers.  Tout réside dans ce petit bijou mystérieux, cette bague, sensée constitué ce lien entre des générations séparées par quelques dizaines d'années, par la volonté de cet oncle connu pour son acte de bravoure durant la seconde guerre mondiale. Liée malgré elle à une promesse dont elle n'est aucunement dépositaire, cette recherche de la vérité qu'entame la trentenaire la conduit peu à peu à tisser un lien avec l'enfant qu'elle porte et à construire des liens avec lui, ce que cette première grossesse, malgré tout, a bien du mal à concrétiser. Marjolijn se pose beaucoup de questions, et il me semble que cette question du prénom ne fait que cacher les doutes qui l'assaillent justement comme ils assaillent toute future mère, d'autant plus lorsqu'il s'agit d'un premier enfant. Dans son incapacité présumée à aimer celui qui se cache en elle, on ressent pourtant bien tout le contraire de cet aveu. Son rôle de mère qu'elle prend soin de préparer soigneusement en s'assurant du bon choix du prénom que son fils porterait comme un heureux hommage ou, bien au contraire, une malédiction maudite. Comme dans ces tragédies ou les héros subissent les malédictions familiales.  Puisqu'il est question de Frans Julius Johan, ce grand-oncle, que tout à chacun se plait à célébrer le souvenir au nom de faits aux origines troubles et dont toute la véracité ne repose que sur une mémoire collective peu fiable. Remonter ces soixante ans d'histoire au gré des rencontres de celles et ceux qui détiennent une part de vérité du personnage constitue à mon sens un des points forts du roman. Le côté historique du récit qui nous plonge en pleine seconde guerre mondiale dans ce pays, finalement pas si éloigné du notre mais que l'on évoque peu, voir pas du tout soyons franc, est positivement passionnant. Mon choix s'est porté sur ce livre en grande partie pour cet aspect-ci du récit, qui a le mérite de nous apporter un autre éclairage que le notre sur la question de la résistance par le biais de l'existence de ce "cousin à la bombe" Observer Marjolijn se dépatouiller entre un souvenir qui ne demanderait qu'à rester tel quel, continuant à combler l’ego de cette famille et une vérité plus dérangeante, qui a finalement une autre saveur, jusqu'à l'acceptation finale constitue toute la valeur de ce roman. Lequel l'air de rien, sur les airs d'une simple histoire familiale, se révèle être bien plus profond qu'il n'y parait. 
              Lire la suite
              En lire moins
            • yaki Posté le 1 Mars 2019
              Marjolijn est enceinte de son premier enfant, un garçon. Conformément à une promesse qu’elle a faite il y a longtemps elle a prévu de lui donner le prénom de son oncle Frans. Dans l’histoire familiale Frans est un héros. Marjolijn se met en tête d’en savoir plus sur cet oncle, afin de pouvoir raconter plus tard à son enfant pourquoi il porte ce prénom. Sa quête ne va pas vraiment la mener là où elle pensait. Et sa grossesse non plus ne s’avère pas des plus simples. On suit avec plaisir le parcours de Marjolijn à la fois dans son enquête mais aussi dans sa vie de future maman, dans ses pensées et ses angoisses, dans ses maux de femme enceinte. On se reconnait dans cette histoire, dans les interrogations qu’on a pu avoir par rapport à notre propre histoire familiale. On se reconnait aussi dans ce récit de femme enceinte, une grossesse loin de ressembler aux images idéales. En résumé, c’est un beau portrait de femme ! Merci à Babelio et aux éditions Les Escales pour cette jolie découverte !
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
            Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !