Lisez! icon: Search engine

Le Prisonnier

Presses de la cité
EAN : 9782258137004
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 140 x 225 mm
Le Prisonnier

Laurent Barucq (Traducteur)
Collection : Sang d'Encre
Date de parution : 19/10/2017
Derrière les murs de Karachi
Un soir de décembre, un journaliste américain est enlevé à Karachi. Ses geôliers ont l’intention de filmer son exécution puis de diffuser la vidéo le soir de Noël. Allié des États-Unis, le gouvernement pakistanais est en mauvaise posture. La course contre la montre est lancée. Seuls deux hommes peuvent la... Un soir de décembre, un journaliste américain est enlevé à Karachi. Ses geôliers ont l’intention de filmer son exécution puis de diffuser la vidéo le soir de Noël. Allié des États-Unis, le gouvernement pakistanais est en mauvaise posture. La course contre la montre est lancée. Seuls deux hommes peuvent la remporter : le commissaire D’Souza, chrétien placardisé devenu directeur de prison, et son acolyte d’autrefois, Akbar, un ancien policier détenu à la suite d’une affaire qui a mal tourné. Au coeur d’une société encrassée par la corruption, entre djihadistes et dignitaires véreux, prostituées au grand coeur et politiciens assoiffés de sang, le duo de choc reforme équipe. Et tente de venger les injustices du passé.
Dépaysement garanti et immersion dans une des villes les plus dangereuses du globe avec ce thriller haletant, explosif et plus vrai que nature, qui met en scène deux flics davantage soucieux de loyauté que de légalité. S’inspirant de son expérience, Omar Hamid Shahid donne à voir un monde où la frontière entre les bons et les mauvais n’est jamais aussi claire qu’on ne le souhaiterait.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258137004
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

" Haletant autant que dépaysant."
24 heures (Suisse)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LeGarri Posté le 28 Mai 2018
    Avant de commencer cette critique, je voudrai remercie Babelio et les Presses de la Cité pour m'avoir offert ce livre à l'occasion d'une opération de Masse Critique. Le prisionnier n'est pas vraiment un polar comme les autres. On sort totalement du cadre et des stéréotypes du genre écrit par des auteurs occidentaux. Nous suivons ici Constantine (ou Consendine avec l'accent Pakistanais) dans les méandres de Karachi, la mégapole pakistanaise. On y découvre les rouages du fonctionnement de la cité, ses us et coutumes, sa corruption structurelle, sa violence. Omar Shahid Hamis nous dévoile la culture de la capitale et de ses environs, nous sommes encore plus dépaysagés car l'auteur inclut dans son texte du vocabulaire pakistanais, ce qui rend le récit plus authentique et immersif. La narration alterne présent et passé, si bien qu'il y a deux histoires en une. On suit les protagonistes principaux à différentes périodes de leur vie afin de comprendre leurs liens et leur histoire. Cependant, ce choix de construction ajoute de la complexité dans notre compréhension des événements et peut parfois nous perdre, ce qui m'a d'ailleurs poussé à sauter quelques paragraphes pour retrouver plus vite le fil conducteur de l'histoire. Au-delà, je dirai que la traduction, ou du... Avant de commencer cette critique, je voudrai remercie Babelio et les Presses de la Cité pour m'avoir offert ce livre à l'occasion d'une opération de Masse Critique. Le prisionnier n'est pas vraiment un polar comme les autres. On sort totalement du cadre et des stéréotypes du genre écrit par des auteurs occidentaux. Nous suivons ici Constantine (ou Consendine avec l'accent Pakistanais) dans les méandres de Karachi, la mégapole pakistanaise. On y découvre les rouages du fonctionnement de la cité, ses us et coutumes, sa corruption structurelle, sa violence. Omar Shahid Hamis nous dévoile la culture de la capitale et de ses environs, nous sommes encore plus dépaysagés car l'auteur inclut dans son texte du vocabulaire pakistanais, ce qui rend le récit plus authentique et immersif. La narration alterne présent et passé, si bien qu'il y a deux histoires en une. On suit les protagonistes principaux à différentes périodes de leur vie afin de comprendre leurs liens et leur histoire. Cependant, ce choix de construction ajoute de la complexité dans notre compréhension des événements et peut parfois nous perdre, ce qui m'a d'ailleurs poussé à sauter quelques paragraphes pour retrouver plus vite le fil conducteur de l'histoire. Au-delà, je dirai que la traduction, ou du moins que le style de langage choisit par le traducteur, fait perdre de l'intensité au récit. Les mots et les constructions de phrases sont parfois trop simples, et j'ai eu l'impression par moment que je ne lisais pas un polar, mais un conte à destination d'un public plus jeune. Mais rendons à César ce qui est à César, ou plûtot à Omar Shahid Hamis ce qui lui revient. La force de ce polar et qu'il dénote complément de ce que nous, lecteurs habitués aux intrigues se déroulant en Occident, connaissons. On y apprend beaucoup sur le fonctionnement de Karachi, sur la vie et la société pakistanaise. Bref, on passe un bon moment de lecture, mais je trouve que les créations de Dennis Lehane sont plus à mon goût.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fuyating Posté le 30 Avril 2018
    Voici une lecture agréable nous emmenant au Pakistan, et plus précisemment à Karachi. L'auteur arrive à installer une certaine ambiance dans le roman. Est-ce réellement celle régnant dans le pays et surtout au sein de la police ? Nous ne pouvons nous empêcher de nous demander où s'arrête la vérité et où commence la fiction. En effet, nous découvrons un pays gangrené par la corruption, et ce à tous les niveaux de la société. Les pots de vin sont monnaie courante, notamment dans le cercle de la police et des politiciens. Il faut souvent choisir un camp (au risque d'avoir des ennuis si les hommes soutenus sont renversés) et la torture est omniprésente dans les salles d'interrogatoire. Nous suivons Constantine, ancien policier actuellement à la tête de la prison. C'est un des seuls hommes à prendre son travail au sérieux et à être fidèle à ses principes. Nous nous attachons à lui et avons peur pour lui, le personnage principal se trouvant parfois dans des positions délicates, ou ayant à dos trop d'hommes dangereux. L'auteur alterne avec brio les flash-backs et passages dans le présent et nous percevons une certaine tension, montant au fil des jours (et au fil des pages... Voici une lecture agréable nous emmenant au Pakistan, et plus précisemment à Karachi. L'auteur arrive à installer une certaine ambiance dans le roman. Est-ce réellement celle régnant dans le pays et surtout au sein de la police ? Nous ne pouvons nous empêcher de nous demander où s'arrête la vérité et où commence la fiction. En effet, nous découvrons un pays gangrené par la corruption, et ce à tous les niveaux de la société. Les pots de vin sont monnaie courante, notamment dans le cercle de la police et des politiciens. Il faut souvent choisir un camp (au risque d'avoir des ennuis si les hommes soutenus sont renversés) et la torture est omniprésente dans les salles d'interrogatoire. Nous suivons Constantine, ancien policier actuellement à la tête de la prison. C'est un des seuls hommes à prendre son travail au sérieux et à être fidèle à ses principes. Nous nous attachons à lui et avons peur pour lui, le personnage principal se trouvant parfois dans des positions délicates, ou ayant à dos trop d'hommes dangereux. L'auteur alterne avec brio les flash-backs et passages dans le présent et nous percevons une certaine tension, montant au fil des jours (et au fil des pages !).
    Lire la suite
    En lire moins
  • legaumais Posté le 15 Avril 2018
    Constantine D’Souza, officier de police à Karachi se retrouve directeur de la prison centrale, suite à une intervention qui a déplu au pouvoir. Un jour, il est pressenti pour venir en aide aux services de renseignements, son établissement abritant un prisonnier un peu particulier, également officier de police : Akbar Khan. Celui-ci pourrait être la clé permettant de retrouver un journaliste américain récemment enlevé. Évoluant dans la corruption endémique, les rivalités politiques et les alliances constamment remises en question, Constantine est pressé par le temps, les menaces sur la vie de l’otage se précisant. A l’issue de ce roman, qui m’a passionné, je me suis demandé ce qui m’avait vraiment plu dans l’histoire. En y réfléchissant, je crois que, outre le dépaysement évident, c’est le rythme qui en fait un bijou, la sensation de se trouver au sein de l’action et de pouvoir presque y participer, comme un cameraman qui suit un événement en direct. Ecrit par un homme de terrain, cela donne du tout tout bon…
  • emilie55 Posté le 4 Mars 2018
    Suite au kidnapping d'un Américain au Pakistan, deux anciens policiers ont 48 heures pour retrouver sa trace. L'intrigue est palpitante et nous fait découvrir les bas fonds de Karachi. L'auteur resitue assez bien l'Histoire politique complexe du Pakistan. On découvre une société où la corruption et la violence sont partout. Les gouvernements se succèdent mais pas les vieilles rancœurs, les alliés d'hier deviennent les ennemis de demain.Un polar bien mené et prenant.
  • Fofie64 Posté le 26 Février 2018
    Tout d'abord merci à babelio et aux Presses de la cité pour ce roman totalement dépaysant. Karachi, un journaliste américain est enlevé. Le commissaire D'Souza, chrétien est devenu directeur de prison où se trouve son ami et ancien équipier, Akbar. Suite à cette affaire d'enlèvement, les Agences vont demander aux deux hommes de reprendre du service pour libérer ce journaliste. L'auteur, un ancien policier de Karachi nous plonge dans une ville dangereuse où de nombreuses factions s’entre-tuent pour le pouvoir. La complexité des luttes tribales montrent que la limite entre le gentil et le méchant est très fine. L'enlèvement du journaliste permet de revenir en arrière sur ces deux hommes, l'un chrétien et l'autre musulman qui vont s'entraider et s'estimer. On replonge avec eux dans les années 90 avec des luttes entre chefs, ministres etc.. J'ai beaucoup aimé ce livre où on est plongé dans un univers totalement inconnu où la corruption et la violence font partie de la vie quotidienne à Karachi. Une lecture agréable où les deux personnages principaux sont totalement opposés mais très proches. Une enquête avec des rebondissements qui montrent encore la complexité des factions rivales.
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.