Lisez! icon: Search engine
Nathan
EAN : 9782092583661
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 128
Format : 145 x 191 mm

Le renard de Morlange - version adaptée aux enfants DYS ou dyslexiques - Dès 10 ans

,

Collection : Dyscool
Date de parution : 16/08/2018
Les livres qui donnent envie de lire aux enfants dys !

L'histoire : Violences, humiliations : rien n'arrête le cruel comte de Morlange. Jusqu'au jour où un curieux vieillard lui prédit que, s'il ne change pas sa conduite, il sera transformé en jeune renard les nuits de pleine lune...

Une version adaptée en lecture facilitée dans la mise en page et dans...

L'histoire : Violences, humiliations : rien n'arrête le cruel comte de Morlange. Jusqu'au jour où un curieux vieillard lui prédit que, s'il ne change pas sa conduite, il sera transformé en jeune renard les nuits de pleine lune...

Une version adaptée en lecture facilitée dans la mise en page et dans le texte : police et taille de police adaptées aux dys, Interlettrage,  intermots et interlignage agrandis, travail sur le nombre de mots par ligne, sommaire à cocher, mots et expressions difficiles expliqués ou simplifiés, nomination explicite des personnages...
Dyscool, un label conçu avec une équipe d’orthophonistes, qui offre aux lecteurs souffrant de troubles DYS le plaisir de lire les mêmes livres que tous les autres lecteurs.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782092583661
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 128
Format : 145 x 191 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Corinne31 Posté le 25 Mars 2021
    J'ai lu cette adaptation BD par obligation. Je n'étais pas très motivée, car je ne sais pourquoi j'avais un à priori négatif sur le roman et n'avais jamais pris le temps de le lire. Cette collection d'adaptation BD étant de qualité, j'étais quand même curieuse... Et quelle bonne surprise ! Dès les premières pages, la violence et la cruauté du personnage principal m'ont étonnée, révoltée, et ainsi intéressée au récit. Puis le déroulé de l'histoire et les évolutions du personnage qui, de manière très intelligente, ne se font pas du tout immédiatement, rendent le récit d'autant plus accrocheur et crédible. Les graphismes servent admirablement l'histoire et le final est à la hauteur de nos envies de lecteur. Une jolie découverte.
  • Ophelien Posté le 19 Janvier 2021
    Merci à Babelio et aux éditions Jungle et Nathan pour l'envoi de cette adaptation en BD ! C'est le dessin et plus particulièrement la couverture qui m'a donné envie de découvrir ce bel objet. C'est coloré, avec un trait vif et une ambiance moyenâgeuse. J'ai tout de suite eu envie de l'ouvrir pour voir ! Je n'ai pas lu le texte original mais j'ai trouvé cette BD sympathique. J'ai quand même eu l'impression que tout était condensé, les choses allaient plutôt vite dans l'ensemble, pour conclure sur une morale honnête. Le comte de Morlange est quelqu'un de cruel envers tout le monde. Mais un jour, un vieil homme va lui lancer une terrible malédiction. Les nuits de pleine lune il se transformera en renard. Mais attention à ne pas perdre ses vêtements, sinon il restera piégé dans la peau de l'animal... J'ai apprécié le petit carnet à la fin de la BD avec des questions sur la lecture et des petits jeux. C'est sympa pour les plus jeunes !
  • Labiblyllotheque Posté le 15 Janvier 2021
    Le vocabulaire e#769;tait parfois un peu ardu pour l'a#770;ge de mes loulous (5 et 7), mais maman a joue#769; la traductrice pour que tout le monde puisse profiter de l’histoire et surtout saisir la morale cache#769;e derrie#768;re tout c#807;a. En effet, pour le punir des mauvais traitements qu’il inflige a#768; ses sujets, un vieil ermite condamne le comte de Morlange a#768; se transformer en renard toutes les nuits de pleine lune. Ce sort, qui amuse beaucoup le comte les premiers mois, va rapidement lui montrer le faire de#769;chanter et lui prouver que la violence et la terreur n’ont jamais permis a#768; un homme d’e#770;tre aime#769; et respecte#769;. Des planches magnifiquement dessine#769;es, une histoire pleine d’aventures et une morale tre#768;s bien amene#769;e : cette BD a tout bon ! Connaissez-vous cette histoire ? Car si la BD n’est sortie qu’en septembre, cette dernie#768;re est issue d’un roman e#769;ponyme paru en 1995 !
  • Takalirsa Posté le 12 Décembre 2020
    J'ai lu ce texte dans sa version pour enfants dyslexiques et je l'ai trouvé moins bien adapté que ceux précédemment lus. Certes le vocabulaire médiéval est inévitable (et systématiquement expliqué en bas de page), mais les tournures de phrase et le niveau de langue auraient pu, selon moi, être simplifiés. L'éditeur aurait aussi pu éviter que la mise en page coupe les phrases (qui parfois débutent sur une page et finissent sur la suivante) afin de faciliter la compréhension. Il est judicieux d'avoir indiqué les lettres muettes (en gris clair) par contre les syllabes des mots longs sont distinguées par des couleurs trop proches (bleu clair et bleu foncé) pour être suffisamment repérables (dans les autres romans, c'est le rose qui contraste avec le bleu). Ainsi, malgré les aménagements, cette version "dys" me paraît difficile à appréhender y compris pour un élève lambda. L'histoire oscille entre le fantastique et la fable. Le personnage de Renaud-renard est très réussi, tantôt ignoble en humain, tantôt fragile voire touchant en animal. Le premier chapitre montre toutes les exactions qu'il fait subir à son entourage (les hommes à son service, les vassaux des villages voisins, le gibier qu'il abat sauvagement lors de la chasse, sans... J'ai lu ce texte dans sa version pour enfants dyslexiques et je l'ai trouvé moins bien adapté que ceux précédemment lus. Certes le vocabulaire médiéval est inévitable (et systématiquement expliqué en bas de page), mais les tournures de phrase et le niveau de langue auraient pu, selon moi, être simplifiés. L'éditeur aurait aussi pu éviter que la mise en page coupe les phrases (qui parfois débutent sur une page et finissent sur la suivante) afin de faciliter la compréhension. Il est judicieux d'avoir indiqué les lettres muettes (en gris clair) par contre les syllabes des mots longs sont distinguées par des couleurs trop proches (bleu clair et bleu foncé) pour être suffisamment repérables (dans les autres romans, c'est le rose qui contraste avec le bleu). Ainsi, malgré les aménagements, cette version "dys" me paraît difficile à appréhender y compris pour un élève lambda. L'histoire oscille entre le fantastique et la fable. Le personnage de Renaud-renard est très réussi, tantôt ignoble en humain, tantôt fragile voire touchant en animal. Le premier chapitre montre toutes les exactions qu'il fait subir à son entourage (les hommes à son service, les vassaux des villages voisins, le gibier qu'il abat sauvagement lors de la chasse, sans oublier sa propre épouse). Et puis le voilà transformé en renard afin qu'il fasse pénitence. Au départ, le comte, désorienté, doit se familiariser avec son nouveau corps. Son champs de vision est réduit, les bruits de la forêt l'agressent, il faut apprendre à se laisser guider par les odeurs. L'expérience lui fait voir les choses sous une perspective nouvelle, et apprécier d'autant le retour à son statut d'homme. Jusqu'à ce qu'il se retrouve coincé dans sa peau d'animal... Il faut alors assumer sa vie de bête. Mais dans ce monde comme dans l'autre, Renaud-renard est rejeté: "J'étais un proscrit qui n'appartenait plus à l'univers des hommes et n'arrivait pas à s'inclure dans celui des animaux". Certains passages sont un peu longs cependant j'ai apprécié le revirement de situation dans le dernier chapitre où le comte devient... animal de compagnie! C'est là qu'il va achever la lente modification de son état d'esprit. Car l'on s'en doutais, la métamorphose physique s'accompagne d'une transformation psychologique ("Il compris combien il avait été méchant") au terme de laquelle le héros prend conscience de ses erreurs et (re)devient un autre homme. Une histoire intéressante mais plutôt à réserver à l'étude en classe.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mladoria Posté le 11 Août 2020
    Un conte historique jeunesse assez intéressant en termes d'apports de vocabulaire thématique sur l'époque moyenâgeuse où se déroule l'histoire. La petite dose de fantastique autour de la malédiction n'est pas non plus dénuée d'intérêt car le personnage de Morlange se retrouve dans des situations difficiles à gérer en tant qu'humain piégé dans un corps animal. Le revirement de personnalité et la fin par contre sont très peu crédibles compte tenu du passif du comte, le roman étant bien trop court pour qu'un changement aussi radical soit progressif. Une histoire de malédiction intéressante pour initier les plus jeunes au fantastique et surtout au roman historique par la richesse du vocabulaire et les nombreuses notes explicatives.
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés