Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266278751
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Le Ruban rouge

Catherine Nobokov (traduit par)
Date de parution : 06/09/2018
Nous quatre : Lily, Marta, Carla et moi. Dans une autre vie, nous aurions pu être amies. Mais nous sommes à Birchwood.
Ella, quatorze ans, est couturière. Pour son premier jour de travail, elle plonge dans ce monde de rubans, d’étoffes et de soie qu’elle aime tant. Mais son atelier n’est pas ordinaire, et ses clients le sont encore moins. Ella est prisonnière du camp de Birchwood, où elle confectionne les vêtements des officiers. Dans ce terrible quotidien où tout n’est qu’affaire de survie, la couture lui redonnera-t-elle espoir ?
EAN : 9782266278751
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nohann Posté le 7 Août 2021
    Ella a quatorze, elle se retrouve dans le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau durant la seconde guerre mondiale. Ella rêve d'être une couturière, tout comme sa grand-mère l'est. Alors quand une place à l'atelier de couture du camp se libéré elle s'y présente en espérant y être acceptée grâce à son expérience avec sa grand-mère. La Chef de cet atelier, qui est aussi une prisonnière, l'accepte et lui apprend les règles pour survivre dans ce camp. Ella y rencontre aussi Lily, autrefois une comtesse. On découvre le quotidien des prisonniers à travers la protagoniste. Lily et Ella se soutiennent, elles s'aident à ne pas se sentir trop seules, à s'évader de ce camp au moins le temps d'une discussion. En toute occasion Lily arrive à distraire Ella et à la faire rire, ce qui est rare dans un camp comme celui-ci. Il est essentiel dans ce lieu d'avoir des amis sur qui compter. Ella se fait de plus en plus une place en tant que couturière et a même quelques privilèges, ce qui la rend fière. Pour Ella et Lily le camp est "une usine qui transforme les individus en fantômes", mais elles ne veulent pas finir comme cela, elles vont se battre et vivre, ensemble. La couture... Ella a quatorze, elle se retrouve dans le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau durant la seconde guerre mondiale. Ella rêve d'être une couturière, tout comme sa grand-mère l'est. Alors quand une place à l'atelier de couture du camp se libéré elle s'y présente en espérant y être acceptée grâce à son expérience avec sa grand-mère. La Chef de cet atelier, qui est aussi une prisonnière, l'accepte et lui apprend les règles pour survivre dans ce camp. Ella y rencontre aussi Lily, autrefois une comtesse. On découvre le quotidien des prisonniers à travers la protagoniste. Lily et Ella se soutiennent, elles s'aident à ne pas se sentir trop seules, à s'évader de ce camp au moins le temps d'une discussion. En toute occasion Lily arrive à distraire Ella et à la faire rire, ce qui est rare dans un camp comme celui-ci. Il est essentiel dans ce lieu d'avoir des amis sur qui compter. Ella se fait de plus en plus une place en tant que couturière et a même quelques privilèges, ce qui la rend fière. Pour Ella et Lily le camp est "une usine qui transforme les individus en fantômes", mais elles ne veulent pas finir comme cela, elles vont se battre et vivre, ensemble. La couture est la seule chose qui lui permet de s'évader, de ne plus penser le temps d'un instant au camp, à ses prisonniers, etc. Lily elle est passionnée de broderie, celles qu'elle fait sont magnifiques. Quand elle brode elle met au point les récits imaginaires qu'elle raconte aux autres filles. Un rêve commun leur donnent l'espoir d'un jour sortir d'ici : elles souhaitent ouvrir une boutique de haute couture, le rêve d'enfance d'Ella auquel se joint Lily et ses talents de brodeuse. Avec cette guerre le monde perd sa logique, les gentils deviennent les méchants et vice-versa. Les repères disparaissent et les vrais visages sont révélés. Ce roman est inlâchable. A la fin il va à un rythme effréné, on veut savoir comment cela va finir pour notre protagoniste, si ses rêves vont se concrétiser, si tout ce qu’elle a fait pour en arriver là n’a pas été vain. Une histoire touchante. On voit que l'amour des autres, l'entraide peut vraiment changer quelque chose, c'est ce qui a sauvé Ella, elle n'aurait jamais survécu sans Lily la conteuse, ses amies couturières, Henrik le prisonnier, Petra la chef de baraquement, Flora la fermière et tant d'autres petits gestes qui l'ont bien aidée. Après la libération tout n'est pas tout rose, la haine de certains est encore là, la peur et la peine sont toujours présentes dans les cœurs des survivants, mais ce qui compte le plus c'est d'être en vie.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lesperanza Posté le 15 Février 2021
    "Le ruban rouge" est un roman se passant lors de la Seconde Guerre Mondiale dans le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau, appelé ici Birchwood. Nous suivons Ella, quatorze ans, prisonnière de ce camp. Passionnée de couture, la jeune fille travaille en atelier de couture où elle crée des vêtements pour les femmes des officiers nazis. Les conditions sont difficiles, l'injustice est omniprésente, mais Ella n'a d'autre choix que de subir ce quotidien comme elle peut. Quand elle se lie d'amitié avec la jeune Lily, les deux adolescentes se raccrochent l'une à l'autre pour tenir le coup et garder l'espoir que, peut-être, elles auront un avenir loin de ce lieu horrible... C'est un roman Jeunesse qui reste très accessible malgré le fait qu'il se passe dans cette période très sombre. J'ai tout simplement a-do-ré ce livre, que j'ai dévoré en deux jours. C'est facile à lire, addictif, j'ai un petit regret de l'avoir lu si vite, j'avoue... On s'attache au personnage de Ella, à celui de Lily également. Elles sont remplies de rêves et d'espoir comme les deux jeunes filles qu'elles sont et c'est en grande partie ce qui les font tenir tout le long. Ça rend aussi la lecture un peu plus... "Le ruban rouge" est un roman se passant lors de la Seconde Guerre Mondiale dans le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau, appelé ici Birchwood. Nous suivons Ella, quatorze ans, prisonnière de ce camp. Passionnée de couture, la jeune fille travaille en atelier de couture où elle crée des vêtements pour les femmes des officiers nazis. Les conditions sont difficiles, l'injustice est omniprésente, mais Ella n'a d'autre choix que de subir ce quotidien comme elle peut. Quand elle se lie d'amitié avec la jeune Lily, les deux adolescentes se raccrochent l'une à l'autre pour tenir le coup et garder l'espoir que, peut-être, elles auront un avenir loin de ce lieu horrible... C'est un roman Jeunesse qui reste très accessible malgré le fait qu'il se passe dans cette période très sombre. J'ai tout simplement a-do-ré ce livre, que j'ai dévoré en deux jours. C'est facile à lire, addictif, j'ai un petit regret de l'avoir lu si vite, j'avoue... On s'attache au personnage de Ella, à celui de Lily également. Elles sont remplies de rêves et d'espoir comme les deux jeunes filles qu'elles sont et c'est en grande partie ce qui les font tenir tout le long. Ça rend aussi la lecture un peu plus légère que ce qu'elle aurait été si on avait eu le point de vue d'un personnage plus âgé, par exemple. On éprouve tellement d'empathie - même si on ne pourra jamais vraiment imaginer ce que ça aura été là-bas... -, de compassion et d'attachement pour elles... C'est un livre vrai où l'amitié et la solidarité sont mis à l'honneur. Bref, une pépite ce livre ! Je ne m'attendais pas à cette fin et il est vrai que j'étais un peu incrédule... Mais bon malgré tout je ne vais pas en faire de reproches, je dois bien avouer que j'étais contente et très émue que cela se finisse ainsi, même si on doit bien reconnaitre que cela fait un peu 'Bisounours'. Mais je ne regrette absolument pas de l'avoir lu ! Il mélange de beaux moments comme des extraits durs, terribles, qui font toute sa beauté et font que l'on ressent tant d'émotions différentes lors de cette lecture... Ce "Après", de l'autrice à la fin (une note de fin pour situer le contexte historique, etc.) m'a mis les larmes aux yeux... Bien que les oeuvres (films et livres) sur la guerre sont loin d'être faciles, j'adore en découvrir davantage sur cette période. Je trouve ça extrêmement intéressant (c'est d'ailleurs pour cela que j'avais adoré le programme d'histoire de 3ème, bien plus que celui de Seconde - de cette année- ...). J'enchaine d'ailleurs avec un autre roman Jeunesse se passant durant la Seconde Guerre Mondiale, mais dans un contexte complètement différent ! Je conseille donc vivement ce livre !! de mon point de vue, c'est un très bon roman Jeunesse qui permet d'en apprendre sur cette sombre période tout en restant très accessible ^^
    Lire la suite
    En lire moins
  • sab02 Posté le 28 Janvier 2021
    Je sors de cette lecture assez essoufflée... En effet, j'ai retenu mon souffle tout au long du récit. Le thème abordé, l'holocauste, est très lourd. J'ai déjà beaucoup de mal avec ce thème mais là, en plus, on le vit du point de vue d'une petite fille. Tout est judicieusement construit pour aborder ce pan de l'histoire avec les adolescents. L'auteure y évoque habilement le manque d'hygiène, les chambres à gaz, la peur, le froid, la violence, l'instinct de survie, l'espoir... Le fait de le vivre du point de vue d'une enfant est inhabituel et fait la richesse de ce livre. Ella, cette petite fille qui nous raconte son histoire, est passionnée de couture et elle va avoir l'opportunité de montrer ses talents dans cet atelier de couture, situé dans ce camp, qui produit des robes et vêtements pour les femmes des responsables. Elle a pour habitude originale de donner un nom d'animal aux personnes qui l'entourent en fonction de leur visage ou de leur posture. Cela participe à dédramatiser un peu ce lieu. Tout au long du récit, Ella va faire son chemin, trouver sa place et exister comme elle le peut. Au travers de ses rencontres, elle s'attache mais vit aussi... Je sors de cette lecture assez essoufflée... En effet, j'ai retenu mon souffle tout au long du récit. Le thème abordé, l'holocauste, est très lourd. J'ai déjà beaucoup de mal avec ce thème mais là, en plus, on le vit du point de vue d'une petite fille. Tout est judicieusement construit pour aborder ce pan de l'histoire avec les adolescents. L'auteure y évoque habilement le manque d'hygiène, les chambres à gaz, la peur, le froid, la violence, l'instinct de survie, l'espoir... Le fait de le vivre du point de vue d'une enfant est inhabituel et fait la richesse de ce livre. Ella, cette petite fille qui nous raconte son histoire, est passionnée de couture et elle va avoir l'opportunité de montrer ses talents dans cet atelier de couture, situé dans ce camp, qui produit des robes et vêtements pour les femmes des responsables. Elle a pour habitude originale de donner un nom d'animal aux personnes qui l'entourent en fonction de leur visage ou de leur posture. Cela participe à dédramatiser un peu ce lieu. Tout au long du récit, Ella va faire son chemin, trouver sa place et exister comme elle le peut. Au travers de ses rencontres, elle s'attache mais vit aussi quelques désillusions car peut-on réellement lier des amitiés dans un camp de concentration? Une belle découverte qui laisse des traces.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bleuven Posté le 23 Décembre 2020
    Thèmes : holocauste / seconde guerre mondiale nazisme / camps de concentration / couture Ella a 14 ans lorsqu’elle est arrêtée et déportée vers Auschwitz. Sous les conseils de Lily, elle se fait passer pour une adolescente de 16 ans afin d’échapper aux chambres à gaz et survivre. Dans le camp, il faut travailler ou mourir. Comme sa grand-mère est couturière et qu’Ella passe beaucoup de temps avec, elle se rend à l’atelier de couture créé par la femme du commandant d’Auschwitz pour y postuler. Lily s’y présente aussi et de là, naît une amitié indestructible. Le roman dépeint l’horreur de l’Holocauste, l’avilissement de l’être humain allant jusqu’à la mécanisation de la mort. L’auteure aborde la cruauté des gardes, la dureté des rapports entre les déportés dans un but de survie et paradoxalement, la solidarité entre ces derniers. La privation alimentaire est une de préoccupations quotidiennes tout comme la crainte de la maladie synonyme d’une hospitalisation. En effet, les faibles sont amenés à la chambre à gaz… Le récit s’achève sur une belle note d’optimisme, même si la situation semble quelque peu improbable. On sent que l’auteure s’est documentée avant de décrire la violence qui régnait dans le camp de concentration. C’est d’ailleurs une historienne de... Thèmes : holocauste / seconde guerre mondiale nazisme / camps de concentration / couture Ella a 14 ans lorsqu’elle est arrêtée et déportée vers Auschwitz. Sous les conseils de Lily, elle se fait passer pour une adolescente de 16 ans afin d’échapper aux chambres à gaz et survivre. Dans le camp, il faut travailler ou mourir. Comme sa grand-mère est couturière et qu’Ella passe beaucoup de temps avec, elle se rend à l’atelier de couture créé par la femme du commandant d’Auschwitz pour y postuler. Lily s’y présente aussi et de là, naît une amitié indestructible. Le roman dépeint l’horreur de l’Holocauste, l’avilissement de l’être humain allant jusqu’à la mécanisation de la mort. L’auteure aborde la cruauté des gardes, la dureté des rapports entre les déportés dans un but de survie et paradoxalement, la solidarité entre ces derniers. La privation alimentaire est une de préoccupations quotidiennes tout comme la crainte de la maladie synonyme d’une hospitalisation. En effet, les faibles sont amenés à la chambre à gaz… Le récit s’achève sur une belle note d’optimisme, même si la situation semble quelque peu improbable. On sent que l’auteure s’est documentée avant de décrire la violence qui régnait dans le camp de concentration. C’est d’ailleurs une historienne de formation ! L’écriture est fluide, la lecture est aisée. J’ai particulièrement apprécié que l’auteure nomme chaque chapitre par le nom des couleurs ambiantes : vert et jaune (tissus des robes dans l’atelier), gris (les cendres de la chambre à gaz), blanc (la neige) et rose (couleur du ruban à la fin du récit).
    Lire la suite
    En lire moins
  • cdifronton9 Posté le 23 Novembre 2020
    Dans cette histoire, il y a deux thèmes dont le thème de la couture qui est présent du début à la fin de l’histoire. Je trouve qu’il donne un contraste entre le côté sombre de la guerre et le côté coloré et doux du tissu et donc de la couture. Ce thème est défini avec simplicité même par les personnes n’ayant aucune connaissance en couture. Il est bref et apparaît à certains moments mais perdure tout au long du récit. En ce qui me concerne j’y vois un signe d’espoir. De mon point de vue, le thème de la guerre donne de l’action car il renvoie à l’horreur et à la violence de la guerre en particulier du camps d’Auschwitz là où est Ella. Le camps caractérise bien l’esprit de la guerre et reflète la réalité à cette époque. En revanche le récit se passe pendant la guerre mais on ignore son déroulement tout comme Ella. Ce thème est souvent abordé à l’oral par les prisonnier. Dans ce roman, il y a beaucoup d’action. Celle ci est soit simple comme quand elle coud par exemple, soit dynamique quand tout se déclenche Les personnages sont tous moraux, chacun a son... Dans cette histoire, il y a deux thèmes dont le thème de la couture qui est présent du début à la fin de l’histoire. Je trouve qu’il donne un contraste entre le côté sombre de la guerre et le côté coloré et doux du tissu et donc de la couture. Ce thème est défini avec simplicité même par les personnes n’ayant aucune connaissance en couture. Il est bref et apparaît à certains moments mais perdure tout au long du récit. En ce qui me concerne j’y vois un signe d’espoir. De mon point de vue, le thème de la guerre donne de l’action car il renvoie à l’horreur et à la violence de la guerre en particulier du camps d’Auschwitz là où est Ella. Le camps caractérise bien l’esprit de la guerre et reflète la réalité à cette époque. En revanche le récit se passe pendant la guerre mais on ignore son déroulement tout comme Ella. Ce thème est souvent abordé à l’oral par les prisonnier. Dans ce roman, il y a beaucoup d’action. Celle ci est soit simple comme quand elle coud par exemple, soit dynamique quand tout se déclenche Les personnages sont tous moraux, chacun a son propre caractère et ses propres pensées mais un seul : survivre. J’ai bien aimé le personnage de Lily qui arrive à tous positiver mais celui de Carla est trop complexe car on ne sait pas de quel côté elle est. Le récit se déroule en 1944-1945 pendant la seconde guerre mondiale au siècle dernier.pour nous sensibiliser à cette période de l’histoire . Le style d’écriture est fluide, ce n’est pas compliqué à lire et j’ai avancé plutôt vite dans l’histoire. L’auteur à employé un registre courant qui facilite la fluidité et la compréhension de la lecture. Il y a aussi pas mal de figures de style car elle compare chaque personnes avec un animal et Lily relative tout en comparant sa vie avec un conte. Ce livre m’a fait pense à Un secret de Philipe Grimbert ou encore au Journal d’Anne Frank. Ce genre de roman convient pour tout types de lecteurs mais surtout les adolescents car l’histoire parle d’une fille adolescente par laquelle on s’identifie facilement. De plus cette histoire pourrait être réelle.
    Lire la suite
    En lire moins
Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.