Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266278751
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Le Ruban rouge

Date de parution : 06/09/2018
Nous quatre : Lily, Marta, Carla et moi. Dans une autre vie, nous aurions pu être amies. Mais nous sommes à Birchwood.
Ella, quatorze ans, est couturière. Pour son premier jour de travail, elle plonge dans ce monde de rubans, d’étoffes et de soie qu’elle aime tant. Mais son atelier n’est pas ordinaire, et ses clients le sont encore moins. Ella est prisonnière du camp de Birchwood, où elle confectionne les vêtements des officiers. Dans ce terrible quotidien où tout n’est qu’affaire de survie, la couture lui redonnera-t-elle espoir ?
EAN : 9782266278751
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Kalacatlove Posté le 11 Septembre 2020
    J’ai beaucoup aimé cette lecture dans laquelle on suit Ella, jeune couturière durant l’Holocauste. Elle a été emprisonnée alors qu’elle revenait de l’école et devra tout faire pour trouver un emploi au sein du camp afin de ne pas être exterminée. Elle va, au fur et à mesure, lier des amitiés qui vont lui donner suffisamment d’espoir pour tenir le coup jusqu’à la libération. Je ne lis que très peu de romans historiques, mais s’agissant d’un roman jeunesse, je trouvais qu’il conviendrait parfaitement pour une initiation à ce genre littéraire. Belle découverte et bon moment de lecture.
  • Raven27 Posté le 23 Juin 2020
    C’est l’histoire d’une amitié entre deux jeunes filles, Lily et Ella. Jusqu’ici tout va bien. Seulement voilà, elles sont à Birchwood. La traduction anglaise de Birkenau. Ce n’est en réalité pas l’amitié qu’on suit, mais les horreurs des camps de concentration durant la Seconde Guerre mondiale. Dans ce roman, cigarette veut dire nourriture, cheminée veut dire mort et couture est synonyme d’espoir. Un espoir nécessaire pour avoir la force de lutter, de tenir jusqu’au bout. Je n’avais pas souvent lu de récit aussi complet sur les camps de concentration, je tire mon chapeau à l’auteure pour ses recherches historiques tant elles sont précises et détaillées. Un point négatif seulement, non pas sur le fond mais sur l’écriture : je l’ai trouvée très simple, peut-être un peu trop, ce qui peut se comprendre du fait du jeune âge de la narratrice. Un roman que l’on devrait faire lire au collège, qui m’a beaucoup rappelé Sobibor de Jean Molla.
  • Laeti355 Posté le 2 Mai 2020
    Une histoire très bien menée. Pour moi c'est un livre qui devrait être lu dans les écoles,il permettrait aux enfants de comprendre de façon simple ce qui s'est passé dans les camps de concentration.
  • Ladroguerieecrite Posté le 18 Avril 2020
    « ÉPINGLES » J’ai toujours aimé lire des romans historiques, et en particulier sur la Seconde Guerre mondiale. Que ce soit des fictions, des pseudos fiction, ou des autobiographie. Je ne compte même pas le nombre de romans ayant ce thème dans ma bibliothèque. Toutefois en ayant vu la sortie du roman « Le ruban rouge » j’ai longuement hésité, pour finalement l’emprunter au CDI de mon lycée. Je n’aurais pas dû, vous ne pouvez pas savoir à quel point, je suis déçu de ne pas le posséder, qu’il n’orne pas ma bibliothèque. Le ruban rouge, c’est un roman merveilleusement bien écrit, on est vraiment plongé dans l’horreur du camp de Birchwood, connu sous le nom d’Aushwitz-Birkenau. On suit ici l’histoire d’Ella 14 ans, qui se lie d’amitié avec Lily. Toutes deux, elles vont fuir la réalité des camps en entrant dans ce salon de couture afin de réaliser des vêtements pour les femmes des officiers nazis et des hauts gradés du camp. Le talent d’Ella fait d’elle une personne chanceuse, comparée à l’atrocité du camp et des cheminées. Ella donne corps et âme dans ses réalisations par passion, mais aussi par survie, elle sait ce qui l’attend si elle échoue, et cette... « ÉPINGLES » J’ai toujours aimé lire des romans historiques, et en particulier sur la Seconde Guerre mondiale. Que ce soit des fictions, des pseudos fiction, ou des autobiographie. Je ne compte même pas le nombre de romans ayant ce thème dans ma bibliothèque. Toutefois en ayant vu la sortie du roman « Le ruban rouge » j’ai longuement hésité, pour finalement l’emprunter au CDI de mon lycée. Je n’aurais pas dû, vous ne pouvez pas savoir à quel point, je suis déçu de ne pas le posséder, qu’il n’orne pas ma bibliothèque. Le ruban rouge, c’est un roman merveilleusement bien écrit, on est vraiment plongé dans l’horreur du camp de Birchwood, connu sous le nom d’Aushwitz-Birkenau. On suit ici l’histoire d’Ella 14 ans, qui se lie d’amitié avec Lily. Toutes deux, elles vont fuir la réalité des camps en entrant dans ce salon de couture afin de réaliser des vêtements pour les femmes des officiers nazis et des hauts gradés du camp. Le talent d’Ella fait d’elle une personne chanceuse, comparée à l’atrocité du camp et des cheminées. Ella donne corps et âme dans ses réalisations par passion, mais aussi par survie, elle sait ce qui l’attend si elle échoue, et cette fin et tout sauf imaginable. Le ruban rouge déborde d‘originalité. Je n’avais jamais vu un tel roman sur la Seconde Guerre mondiale, il en vaut le détour. Lucy Adlington nous donne une Ella forte prête à tout pour survivre « Quand, tu doutes, lève le menton, carre bien des épaules et sois audacieuse ». Un personnage touchant Lily, mais aussi une ribambelle de survivants tous aussi importants les uns que les autres. J’ai beau avoir quitté ce roman il y a un moment déjà, j’entends toujours Marta crier : épingles ! Ou encore le bruit des machines, des tissus qui se frotte, celui de la machine à repasser, de ses mouvements répétitifs, je perçois toujours le camp, comme si j’y avais été projeter, et c’est une sensation bizarre mais agréable. De ma lecture, la seule chose qui m’a dérangé la fin, je ne la déteste ni l’adore, sur ce point je reste neutre, car toute lecture est différente. C’est un roman à mettre dans toutes les mains. "Tous les moyens sont bons pour me soustraire à ceux qui m’entourent : ne pas voir, ne pas entendre, ne pas sentir, c’est la seule manière d’endurer cette réalité." Avec tout mon amour, Loéva
    Lire la suite
    En lire moins
  • elodie62221 Posté le 2 Mars 2020
    Excellent livre et je le conseille vivement. Comment survivre dans le camp de birchwood ? Ella, 14 ans, est couturière et la seule façon de survivre est de confectionner des vetements pour les officiers. Le quotidien de milliers de personnes pendant la second guerre mondiale.
Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.