RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Ruban rouge

            Pocket jeunesse
            EAN : 9782266278751
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 336
            Format : 140 x 225 mm
            Le Ruban rouge

            Date de parution : 06/09/2018
            Nous quatre : Lily, Marta, Carla et moi. Dans une autre vie, nous aurions pu être amies. Mais nous sommes à Birchwood.
            Ella, quatorze ans, est couturière. Pour son premier jour de travail, elle plonge dans ce monde de rubans, d’étoffes et de soie qu’elle aime tant. Mais son atelier n’est pas ordinaire, et ses clients le sont encore moins. Ella est prisonnière du camp de Birchwood, où elle confectionne les vêtements des officiers. Dans ce terrible quotidien où tout n’est qu’affaire de survie, la couture lui redonnera-t-elle espoir ?
            EAN : 9782266278751
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 336
            Format : 140 x 225 mm
            Pocket jeunesse
            16.90 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • AmandineAuFildesPlumes Posté le 15 Juillet 2019
              Birchwood, lieu d'horreur pendant la seconde guerre mondiale. Ce camp de la mort va mettre en scène quatre adolescentes qui travaillent au départ dans une unité de couture.  J'ai donc découvert Ella cette toute jeune fille qui se retrouve confrontée aux pires horreurs. Au milieu de ce chaos, elle fera néanmoins connaissance avec Lily. L'histoire est magnifique et terriblement prenante. C'est émouvant. J'ai eu des frissons tout au long de ma lecture. Comment ne pas trembler pour ses jeunes héroïnes lorsque l'on connaît l'horreur que renfermaient les murs de ces lieux. Le texte est fort de part son contexte et l'atmosphère est tendue tout le long des pages. Les personnages sont sublimes. Je me suis attachée à Ella et Lily. Au fil des pages, on découvre des pans de leurs vies passées ce qui crée des bouffées d'oxygène et permet d'apporter un peu de légèreté. Néanmoins, ces passages créent également un contraste frappant avec ce que vivent les jeunes filles. La force de ce roman est également de mettre en scène tant les Rayées que les Gardes. Ainsi, je me suis très vite rendue compte que les Gardes pouvaient également se montrer humaines. Le roman a pour fondation une belle histoire d'amitié. Leur relation est... Birchwood, lieu d'horreur pendant la seconde guerre mondiale. Ce camp de la mort va mettre en scène quatre adolescentes qui travaillent au départ dans une unité de couture.  J'ai donc découvert Ella cette toute jeune fille qui se retrouve confrontée aux pires horreurs. Au milieu de ce chaos, elle fera néanmoins connaissance avec Lily. L'histoire est magnifique et terriblement prenante. C'est émouvant. J'ai eu des frissons tout au long de ma lecture. Comment ne pas trembler pour ses jeunes héroïnes lorsque l'on connaît l'horreur que renfermaient les murs de ces lieux. Le texte est fort de part son contexte et l'atmosphère est tendue tout le long des pages. Les personnages sont sublimes. Je me suis attachée à Ella et Lily. Au fil des pages, on découvre des pans de leurs vies passées ce qui crée des bouffées d'oxygène et permet d'apporter un peu de légèreté. Néanmoins, ces passages créent également un contraste frappant avec ce que vivent les jeunes filles. La force de ce roman est également de mettre en scène tant les Rayées que les Gardes. Ainsi, je me suis très vite rendue compte que les Gardes pouvaient également se montrer humaines. Le roman a pour fondation une belle histoire d'amitié. Leur relation est exceptionnelle. La psychologie des personnages est très fine et bien construite. L'ensemble est très bien écrit avec beaucoup de pudeur. L'horreur est bien évidemment partout, mais elle n'est pas exhibée. C'est subtil, ce sont des gestes, des regards, des mots qui témoignent de ce que l'on ne peut même pas imaginer. Le ton est juste et prend aux tripes.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Une_passion_des_mots Posté le 17 Mai 2019
              Depuis quelques temps maintenant, je lis beaucoup de romans sur la Seconde Guerre mondiale car ce sujet m’intéresse énormément. Aussi, je ne pouvais pas passer à côté de celui-ci. Ce livre mêle deux sujets : la couture et les camps de travaux forcés. J’ai trouvé cela très intéressant car c’est une toute nouvelle approche du sujet pour moi, et très bien documentée, ce qui témoigne du sérieux de l’autrice. J’ai beaucoup aimé que l’autrice alterne entre ce sujet et l’horreur du quotidien de Birchwood, cela permettait de montrer que ces personnes sont des êtres humains avec des activités, ce qui renforce l’horreur que l’on peut ressentir. Le roman est assez court mais très addictif. Au début, étonnamment, je n’étais pas particulièrement touchée par l’histoire, mais plus l’histoire progressait, plus je compatissais à ce que vivait Ella, à ses relations difficiles et à ses questionnements, pour en finir très touchée et attachée à elle à la fin. J’ai constaté que j’étais émue avec surprise, et c’était une très bonne surprise. De plus, j’ai beaucoup aimé les personnages. Ils sont tous très différents et l’autrice nous présente bien ces traits de caractère si propres à chacun, qui ressurgissent dans des situations difficiles comme celles-ci, montrant... Depuis quelques temps maintenant, je lis beaucoup de romans sur la Seconde Guerre mondiale car ce sujet m’intéresse énormément. Aussi, je ne pouvais pas passer à côté de celui-ci. Ce livre mêle deux sujets : la couture et les camps de travaux forcés. J’ai trouvé cela très intéressant car c’est une toute nouvelle approche du sujet pour moi, et très bien documentée, ce qui témoigne du sérieux de l’autrice. J’ai beaucoup aimé que l’autrice alterne entre ce sujet et l’horreur du quotidien de Birchwood, cela permettait de montrer que ces personnes sont des êtres humains avec des activités, ce qui renforce l’horreur que l’on peut ressentir. Le roman est assez court mais très addictif. Au début, étonnamment, je n’étais pas particulièrement touchée par l’histoire, mais plus l’histoire progressait, plus je compatissais à ce que vivait Ella, à ses relations difficiles et à ses questionnements, pour en finir très touchée et attachée à elle à la fin. J’ai constaté que j’étais émue avec surprise, et c’était une très bonne surprise. De plus, j’ai beaucoup aimé les personnages. Ils sont tous très différents et l’autrice nous présente bien ces traits de caractère si propres à chacun, qui ressurgissent dans des situations difficiles comme celles-ci, montrant des personnes qui nous paraissent mauvaises et méchantes, mais au final juste pour survivre, et d’autres personnes bonnes et altruistes envers les autres. J’ai beaucoup aimé cela, et encore plus car on finit par juger les personnes « mauvaises » alors que, comme dit l’autrice à la fin, on ne peut pas vraiment leur reprocher grand-chose : c’est leur condition qui fait qu’elles se comportent comme ça. Ça m’a fait beaucoup réfléchir, et j’ai trouvé cela intéressant. L’horreur est très présente, en accord bien évidemment avec le sujet, mais j’ai trouvé qu’elle était tout de même relativement « douce » comparée à d’autres romans sur ce même thème que j’ai pus lire. En effet, ce roman historique est destiné davantage à la jeunesse, et je trouve ça très bien car ça permet de les sensibiliser à un sujet très important, et ce dès qu’ils sont encore assez jeunes. Je pense que ce moment de l’histoire doit être suffisamment connu de tous, pour que nous ne reproduisions pas les mêmes erreurs. La note finale de l’autrice est très touchante. Elle explique les raisons qui l’ont poussées à écrire ce livre et comment elle s’est documentée, en livrant un message d’espoir quant à l’avenir. Pour conclure : Un roman historique touchant les jeunes et très important, qui sensibilise sur les camps de travaux forcés durant la Second Guerre mondiale
              Lire la suite
              En lire moins
            • Emeraldas Posté le 20 Avril 2019
              Ce roman, je savais déjà qu’il allait me percuter. Qu’il serait fort et juste. Comme beaucoup de romans jeunesse/young adult voir même adulte, traitant de la seconde guerre mondiale ces dernière années. Je n’ai donc pas hésité une seconde. Et je n’ai pas été déçue. Nous voici à Birchwood, autrement dit Auschwitz. Le célèbre camp d’extermination. Mais l’intérêt principal du roman est son narrateur, Ella. La jeune fille, prisonnière ne perd pas espoir. Malgré le terrible quotidien, l’appel qui dure des heures, les repas qui n’en sont pas, la maladie… Parce que Ella rêve de couture. Et grâce à son culot (il faut bien le dire) ainsi que son talent, elle travaille en tant que couturière se réfugiant dans les étoffes, les aiguilles et autres machines. Elle confectionne toute sorte de vêtements pour les officiers et leur femmes. A travers son récit, Ella nous raconte la solidarité mais aussi les trahisons, la vie au camps et des horreurs qu’elle même peine à croire jusqu’à ce qu’elle les voit de ses propres yeux. Elle nous présente Lily, sa meilleure amie conteuse d’histoire, Marta, la responsable des couturière, et aussi Carla, une de ses atypique cliente. C’est avec angoisse que l’on suit le parcours... Ce roman, je savais déjà qu’il allait me percuter. Qu’il serait fort et juste. Comme beaucoup de romans jeunesse/young adult voir même adulte, traitant de la seconde guerre mondiale ces dernière années. Je n’ai donc pas hésité une seconde. Et je n’ai pas été déçue. Nous voici à Birchwood, autrement dit Auschwitz. Le célèbre camp d’extermination. Mais l’intérêt principal du roman est son narrateur, Ella. La jeune fille, prisonnière ne perd pas espoir. Malgré le terrible quotidien, l’appel qui dure des heures, les repas qui n’en sont pas, la maladie… Parce que Ella rêve de couture. Et grâce à son culot (il faut bien le dire) ainsi que son talent, elle travaille en tant que couturière se réfugiant dans les étoffes, les aiguilles et autres machines. Elle confectionne toute sorte de vêtements pour les officiers et leur femmes. A travers son récit, Ella nous raconte la solidarité mais aussi les trahisons, la vie au camps et des horreurs qu’elle même peine à croire jusqu’à ce qu’elle les voit de ses propres yeux. Elle nous présente Lily, sa meilleure amie conteuse d’histoire, Marta, la responsable des couturière, et aussi Carla, une de ses atypique cliente. C’est avec angoisse que l’on suit le parcours de la jeune fille qui fait de son mieux pour survivre et s’accrocher à ses rêves. Je ne me suis pas particulièrement attachée à Ella qui a beaucoup de caractère et me correspond peu. Mais j’ai eu la joie de connaître Lily qui elle, m’a touchée au plus haut point. Ainsi j’ai suivi les aventures des deux amies, et le fait qu’elles soient racontées du point de vue d’Ella ne m’a pas dérangé. j’ai encore une fois appris plein de choses que j’ignorais sur ces endroits dont on revient rarement. J’ai connu la joie des petits instants, l’immense tristesse, la peur, l’angoisse qui ne vous lâche pas. Et puis l’espoir… L’auteur écrit avec justesse et comme elle le dit à la fin du roman, elle s’est énormément renseigné ce qui fait de ce livre quelque chose qui pourrait être une histoire vraie. C’est poignant, cela nous embarque loin de notre quotidien pour nous plonger dans ce que certains ont connu. Et qu’il ne faut pas oublier, que les plus jeunes doivent aussi connaître. Jamais il n’est fait mention de religion bien que nous comprenions rapidement qu’Ella est juive. mais j’ai trouvé cette neutralité belle. Le seul point qui m’a dérangée finalement, c’est la fin. Eh oui je suis difficile… mais tout au long du roman l’ambiance est sombre, inquiétante, l’espoir est là oui, mais nous savons qu’il passe forcément par des pertes, des problèmes. Or nous avons le droit à un trop bel happy end à mon goût. Il sonne faux lorsqu’on sait tout ce qu’il s’est passé. Il est trop beau. Or je pense que si l’on veut saisir toute la portée de ces horreurs, terminer sur des notes aussi joyeuses… ce n’est pas juste. Après je suis peut être tout simplement trop dure, je n’en doute pas, (ou j’ai peut être lu trop de drame…) néanmoins j’ai eu comme une impression d’irréalisme. Même si tout n’est pas rose loin de là. Il fallait tout de même que j’en parle puisqu’il s’agit la de mon seul ressenti négatif sur cette magnifique oeuvre. Cela dit, cette découverte m’a bouleversée et je pense que chacun, jeune ou moins jeune devrait le lire, ou d’autres de ce genre, afin de comprendre et de connaître le passé. Le tout à travers un roman mettant en avant un point de vue original et peu connu. Les émotions, la profondeurs sont présentes… Ne passez pas à coté. Et pour la fin, soyez plus souples que moi, accrochez vous au rêve !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Meyna Posté le 21 Mars 2019
              L'histoire de ce roman se passe pendant la seconde guerre mondiale. Nous suivons Ella une jeune fille de 14 ans qui a été enlevée à la sortie de l'école, pour être déportée dans le camp de concentration de Birchwood. Dans ce camp la vie y est inhumaine et douloureuse. Ella est seule et ne comprends pas encore ce qui ce passe et ne sait pas quand elle va pouvoir sortir de là. Notre jeune personnage va découvrir au fur et à mesure l'horreur de leur situation. Pour survivre dans cet endroit affreux il faut y exécuter un travail ; si vous n'en avez pas c'est la mort qui vous attend. Ella va essayer de travailler pour l'atelier de couture du camp. Dans cet endroit on y confectionne les costumes des nazis et les plus belles robes des officiers. C'est dans ce lieu qu'elle va faire la rencontre de Lily qui malgré le froid, la faim et l'horreur, porte encore l'espoir et garde une bonté exceptionnelle. C'est un roman bien ficelé et très instructif sur la seconde guerre mondiale. On peut percevoir que l'autrice c'est vraiment bien renseignée sur ce que pouvait être les conditions de vie dans les camps de concentration. C'est... L'histoire de ce roman se passe pendant la seconde guerre mondiale. Nous suivons Ella une jeune fille de 14 ans qui a été enlevée à la sortie de l'école, pour être déportée dans le camp de concentration de Birchwood. Dans ce camp la vie y est inhumaine et douloureuse. Ella est seule et ne comprends pas encore ce qui ce passe et ne sait pas quand elle va pouvoir sortir de là. Notre jeune personnage va découvrir au fur et à mesure l'horreur de leur situation. Pour survivre dans cet endroit affreux il faut y exécuter un travail ; si vous n'en avez pas c'est la mort qui vous attend. Ella va essayer de travailler pour l'atelier de couture du camp. Dans cet endroit on y confectionne les costumes des nazis et les plus belles robes des officiers. C'est dans ce lieu qu'elle va faire la rencontre de Lily qui malgré le froid, la faim et l'horreur, porte encore l'espoir et garde une bonté exceptionnelle. C'est un roman bien ficelé et très instructif sur la seconde guerre mondiale. On peut percevoir que l'autrice c'est vraiment bien renseignée sur ce que pouvait être les conditions de vie dans les camps de concentration. C'est un roman très enrichissant ! De plus, la plume de l'autrice est vraiment fluide. Pour ce qui est des personnages, j'ai beaucoup aimé Lily mais aussi Ella, le personnage principal. Je me suis attachée à ces deux amies ! Pour finir, je trouve que ce roman nous apporte beaucoup de pistes de réflexions et nous amène donc à nous poser plein de questions : sur ce qui construit notre identité, la frontière entre ce qui est bien ou mal, l'instinct de survie .... Sur la complexité de l'humanité en général ! Ce livre dépeint ce qu'il y a de plus terrible dans l'homme mais aussi ce qu'il y a de plus beau. Je vous conseille Le ruban rouge, il est didactique et bouleversant ! C'est un très bon livre !
              Lire la suite
              En lire moins
            • LePamplemousse Posté le 13 Mars 2019
              Saviez-vous qu’il y avait eu un atelier de couture au sein même du camp d’Auschwitz ? On ne parle pas d’un atelier de réparation pour rafistoler sommairement les vêtements des prisonniers ou même ceux des gardiens, non, on parle bel et bien d’un atelier de création de tenues dignes de la haute couture pour les femmes des dirigeants nazis. Inspiré d’une histoire vraie, ce roman nous fait pénétrer cet atelier où des détenues décharnées, vêtues de lambeau et le ventre vide coupaient, assemblaient, cousaient et brodaient des robes de soirée en mousseline, des vestes de soie pour se rendre à un concert, des tenues légères pour l’été au bord de la piscine, des robes brodées de petits canards pour les bébés de ces dames… Ce roman est à destination des adolescents, ce qui explique que les descriptions de la vie au sein du camp soient beaucoup moins dures qu’elles n’auraient pu l’être pour un roman à destination des adultes, sans être édulcorées pour autant. L’accent est mis sur la passion du personnage principal, une toute jeune fille de 14 ans qui adore la couture, et sur sa survie au sein de cet endroit infâme. C’est aussi une jolie histoire d’amitié et de solidarité, car que... Saviez-vous qu’il y avait eu un atelier de couture au sein même du camp d’Auschwitz ? On ne parle pas d’un atelier de réparation pour rafistoler sommairement les vêtements des prisonniers ou même ceux des gardiens, non, on parle bel et bien d’un atelier de création de tenues dignes de la haute couture pour les femmes des dirigeants nazis. Inspiré d’une histoire vraie, ce roman nous fait pénétrer cet atelier où des détenues décharnées, vêtues de lambeau et le ventre vide coupaient, assemblaient, cousaient et brodaient des robes de soirée en mousseline, des vestes de soie pour se rendre à un concert, des tenues légères pour l’été au bord de la piscine, des robes brodées de petits canards pour les bébés de ces dames… Ce roman est à destination des adolescents, ce qui explique que les descriptions de la vie au sein du camp soient beaucoup moins dures qu’elles n’auraient pu l’être pour un roman à destination des adultes, sans être édulcorées pour autant. L’accent est mis sur la passion du personnage principal, une toute jeune fille de 14 ans qui adore la couture, et sur sa survie au sein de cet endroit infâme. C’est aussi une jolie histoire d’amitié et de solidarité, car que reste-t ’il quand on n’a plus rien, quand on n’est plus rien que les liens qu’on crée avec d’autres ? Un roman que j’ai lu d’une traite, tout à la fois happée par cette histoire et pressée d’en sortir, espérant que l’héroïne parviendrait à s’extraire vivante de cet enfer. Petit bémol avec l’épilogue qui est quand même un peu trop sirupeux et guère crédible, hélas.
              Lire la suite
              En lire moins
            Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
            À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.