RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Soldat fantôme

            Robert Laffont
            EAN : 9782221192207
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 288
            Format : 1 x 215 mm
            Le Soldat fantôme

            Date de parution : 03/03/2016

             

            Elle est allemande, il est américain. Dans quelques semaines, la guerre sera finie… Qu’en sera-t-il alors de leur amour ?
            Mars 1945. Les Alliés marchent sur Berlin. En leur sein, le 23e régiment, inconnu de tous – et pour cause : composé de scénaristes, comédiens, techniciens du cinéma, sa mission...

            Elle est allemande, il est américain. Dans quelques semaines, la guerre sera finie… Qu’en sera-t-il alors de leur amour ?
            Mars 1945. Les Alliés marchent sur Berlin. En leur sein, le 23e régiment, inconnu de tous – et pour cause : composé de scénaristes, comédiens, techniciens du cinéma, sa mission est de leurrer les troupes d’Hitler en donnant l’illusion qu’à sa place manoeuvre une immense armée. Steven est l’un de ces soldats « Cecil B. DeMille » dont les opérations permettront de sauver trente mille vies.
            Hanna, elle, fuit Berlin. Francophile passionnée, armée de son seul vélo, elle veut rejoindre Paris. Après des semaines de traversée d’une Allemagne en pleine débâcle, elle arrive dans un village au bord du Rhin – là où est stationné Steven.
            Entre eux c’est l’amour fou, immédiat, absolu. Mais qu’est-ce qu’un amour fondé dès l’origine sur un terrible mensonge, puisque Steven, soldat fantôme, ne peut révéler à Hanna qui il est réellement ?

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221192207
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 288
            Format : 1 x 215 mm
            Robert Laffont
            18.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • CaroGalmard Posté le 19 Février 2018
              Spéciale dédicace à ces américains, capables de gagner une guerre avec des chars gonflables, et de laisser dans les mains de n'importe qui de vraies armes à feu. Roman court mais assez original, puisqu'il aborde la fin de la 2nde guerre mondiale sous deux angles assez peu connus des français, sur fond d'histoire d'amour. Mais honnêtement, cette romance est assez (trop peut-être) marginale. le sujet majeur reste la fin de cette guerre vécue par deux esprits artistes, qui parviennent à survivre au milieu des atrocités sans en commettre eux-même. Il y a cette allemande qui fuit Berlin à vélo pour rejoindre un oncle plus à l'ouest. Elle traverse son pays épuisé, anesthésiée à la douleur des autres par les pertes qu'elle a vécues et vues. Elle déteste celui qu'elle nomme "l'autre". le mal absolu qui les a jeté dans l'horreur. Qui a scindé son peuple en 2 et obligé tous à choisir leur camp : ceux qui combattent avec ou contre lui. Cela redessine la carte de ses alliés, des membres de sa famille et jette des ombres laides sur les pans de son passé. Sa façon d'être me rappelle une phrase d'une de mes professeurs de français au lycée... Spéciale dédicace à ces américains, capables de gagner une guerre avec des chars gonflables, et de laisser dans les mains de n'importe qui de vraies armes à feu. Roman court mais assez original, puisqu'il aborde la fin de la 2nde guerre mondiale sous deux angles assez peu connus des français, sur fond d'histoire d'amour. Mais honnêtement, cette romance est assez (trop peut-être) marginale. le sujet majeur reste la fin de cette guerre vécue par deux esprits artistes, qui parviennent à survivre au milieu des atrocités sans en commettre eux-même. Il y a cette allemande qui fuit Berlin à vélo pour rejoindre un oncle plus à l'ouest. Elle traverse son pays épuisé, anesthésiée à la douleur des autres par les pertes qu'elle a vécues et vues. Elle déteste celui qu'elle nomme "l'autre". le mal absolu qui les a jeté dans l'horreur. Qui a scindé son peuple en 2 et obligé tous à choisir leur camp : ceux qui combattent avec ou contre lui. Cela redessine la carte de ses alliés, des membres de sa famille et jette des ombres laides sur les pans de son passé. Sa façon d'être me rappelle une phrase d'une de mes professeurs de français au lycée "la meilleure arme contre la barbarie, c'est la littérature". Et de l'autre côté il y a cet américain, un peu plus metteur en scène que soldat qui fait partie de l'armée fantôme : un régiment américain chargé de mettre en scène des bruitages, des aménagements et des chars gonflables, pour leurrer les allemands et détourner leur attention des réelles positions de combat. Lui vit la guerre d'une manière plutôt onirique, derrière une caméra ou un char à gonfler, réfléchissant à son rôle dans tout ça, mais finalement assez convaincu d'être plus à sa place à leurrer qu'à tirer. Pas par lâcheté, mais par pacifisme et humanisme. Cette armée fantôme a réellement existé et je suis ravie d'en avoir aperçu un morceau d'histoire grâce à ce roman. Alors, faut-il le lire ? Oui. C'est beau, avec un brin de cette poésie que l'on retrouve dans les Stefan Zweig ou Hermann Hesse.
              Lire la suite
              En lire moins
            • BMMousseron Posté le 11 Avril 2017
              Aux dernières heures de la guerre, Hanna, jeune berlinoise, cherche à fuir son pays. Steven, lui, est américain, et son régiment marche sur Berlin. C'est l'histoire d'une rencontre, d'un cheminement vers son destin avec en toile de fond la 2ème Guerre Mondiale. Le récit à deux voix illustre le parcours de ces 2 personnages l'un vers l'autre et leur rencontre comme point d'orgue du roman. Ce qui me plaît dans les romans de Jean-Guy Soumy, c'est de nous dévoiler des moments d'Histoire qui peuvent paraître accessoires mais qui donnent un éclairage nouveau sur certaines périodes. Ici, l'auteur met en scène l'Armée Fantôme, un contingent de plus de 1000 hommes, artistes, ingénieurs issus des plateaux de cinéma, envoyés après le débarquement pour faire croire aux allemands, au moyen d'illusions et de nombreux effets , que les forces alliées étaient plus nombreuses que la réalité. Et même si le récit est moins intense que "Le Congrès" ou "La Promesse", il n'en reste pas moins très documenté et j'ai passé un agréable moment à sa lecture.
            • tiben Posté le 18 Avril 2016
              Dans le cadre d'une masse critique privilégiée, j'ai eu la chance de lire Le soldat fantôme de Jean Guy Soumy en avant première. Je remercie les éditions Robert Laffont ainsi que Babelio pour cet envoi. Outre le manque de temps actuel, j'ai mis beaucoup de temps à arriver à vraiment savoir ce que j'avais pensé de ce roman historique. Il est en effet pas si évident que cela à chroniquer. Les points positifs: il est très agréable à lire car très bien écrit. Le style est fluide, l'écriture souvent belle alliant dialogues, poésie, descriptions très visuelles mais aussi piques/jugements sur l'Histoire. Sa structure en plusieurs parties et les chapitres relativement courts permettent de progresser petit à petit dans l'intrigue. L'évolution est naturelle et est bien organisée. Certains personnages sont attachants et la diversité de ceux-ci font de cet opus une lecture intéressante. Les points neutres: l'alternance des chapitres entre elle et lui fait que parfois on s'y perd. Si au début cela participe à la dynamique du roman, j'ai trouvé que petit à petit cela perturbait plus la compréhension qu'autre chose. Il y a aussi des longueurs. Certains passages auraient mérité un élagage et d'autres à l'inverse d'être traité... Dans le cadre d'une masse critique privilégiée, j'ai eu la chance de lire Le soldat fantôme de Jean Guy Soumy en avant première. Je remercie les éditions Robert Laffont ainsi que Babelio pour cet envoi. Outre le manque de temps actuel, j'ai mis beaucoup de temps à arriver à vraiment savoir ce que j'avais pensé de ce roman historique. Il est en effet pas si évident que cela à chroniquer. Les points positifs: il est très agréable à lire car très bien écrit. Le style est fluide, l'écriture souvent belle alliant dialogues, poésie, descriptions très visuelles mais aussi piques/jugements sur l'Histoire. Sa structure en plusieurs parties et les chapitres relativement courts permettent de progresser petit à petit dans l'intrigue. L'évolution est naturelle et est bien organisée. Certains personnages sont attachants et la diversité de ceux-ci font de cet opus une lecture intéressante. Les points neutres: l'alternance des chapitres entre elle et lui fait que parfois on s'y perd. Si au début cela participe à la dynamique du roman, j'ai trouvé que petit à petit cela perturbait plus la compréhension qu'autre chose. Il y a aussi des longueurs. Certains passages auraient mérité un élagage et d'autres à l'inverse d'être traité plus en longueur (argument suivant). Les points négatifs: l'histoire est finalement somme toute banale... On voit arriver la fin "gros comme une maison"... Et surtout je trouve que l'auteur ouvre et aborde plein de sujets mais ne fait que les effleurer. J'aurais vraiment apprécié, et je pense que cela aurait été un gros coup de cœur à ce moment là vu la rapidité de lecture de l'ouvrage, qu'il prenne davantage partie et analyse les choses plus en profondeur comme décrit plus haut dans le dernier argument des points neutres. C'est réellement dommage. Et c'est avec ce dernier sentiment que je conclus cette chronique. Bien mais peut beaucoup mieux faire. Je reste sur ma faim à mon grand regret. Je pense néanmoins que Le Soldat Fantôme trouvera son public. 3/5
              Lire la suite
              En lire moins
            • Sev59283 Posté le 15 Avril 2016
              À la base, ce genre de roman, ce n’est pas ce qui m’attire en premier. Babelio m’a contactée pour une masse critique privée et après avoir lu le résumé, je me suis dit pourquoi pas. On va donc retrouver Hanna qui décide de rejoindre la France d’où elle est partie quelques années auparavant de Berlin à vélo, et Steven, un jeune américain qui fait partie d’une section de l’armée très spéciale. Cette section n’est pas composée de soldats ordinaires, mais d’artiste, de scénariste et autres et leur mission est détournée l’attention des troupes allemandes des vrais soldats. C’est un roman qui se lit très facile, la plume de l’auteur est très agréable, et les personnages fort attachants. On y découvre également une autre facette de la guerre que je ne connaissais pas. Par contre, deux choses m’ont dérangée, déjà à la lecture du résumé, on s’attend que la romance prenne de la place, sauf qu’au final, nos deux personnages se retrouvent à la fin du roman, ce qui apporte la seconde chose qui m’a dérangée, c’est cette fin trop rapide à mon goût, les choses s’emballent et cela gâche un peu le roman. Au final, on en apprend plus sur l’histoire de cette section... À la base, ce genre de roman, ce n’est pas ce qui m’attire en premier. Babelio m’a contactée pour une masse critique privée et après avoir lu le résumé, je me suis dit pourquoi pas. On va donc retrouver Hanna qui décide de rejoindre la France d’où elle est partie quelques années auparavant de Berlin à vélo, et Steven, un jeune américain qui fait partie d’une section de l’armée très spéciale. Cette section n’est pas composée de soldats ordinaires, mais d’artiste, de scénariste et autres et leur mission est détournée l’attention des troupes allemandes des vrais soldats. C’est un roman qui se lit très facile, la plume de l’auteur est très agréable, et les personnages fort attachants. On y découvre également une autre facette de la guerre que je ne connaissais pas. Par contre, deux choses m’ont dérangée, déjà à la lecture du résumé, on s’attend que la romance prenne de la place, sauf qu’au final, nos deux personnages se retrouvent à la fin du roman, ce qui apporte la seconde chose qui m’a dérangée, c’est cette fin trop rapide à mon goût, les choses s’emballent et cela gâche un peu le roman. Au final, on en apprend plus sur l’histoire de cette section et de la guerre et la romance passe vraiment en second plan. Mis à part ce détail, j’ai vraiment beaucoup apprécié ce roman. Comme l’auteur a une écriture assez fluide et très belle ce qui n’alourdit pas le roman et fait qu’on le lit rapidement.
              Lire la suite
              En lire moins
            • gouelan Posté le 10 Avril 2016
              Steven est un soldat fantôme. Il appartient au 23è régiment américain qui plante un décor de guerre, invente un scénario, avec des sons effrayants et des engins gonflables, dans le but de leurrer les soldats allemands. Il se trouve à sa place dans cette situation de fantôme, un peu à l'écart, pas pour autant à l'abri des balles. Sur cette scène, il ne faut pas s'attendre à une pluie d'applaudissements. Plus ils sont justes dans leur interprétation et plus ils risquent une pluie d'obus. Il se cache aussi derrière la caméra ou derrière son calepin auquel il confit ses pensées et crée les personnages de ses nouvelles. On découvre au fil du roman ce personnage au coeur de poète, sensible et blessé. Une jeune fille allemande, Hanna, fuit les bombardements de Berlin. Elle fait partie de ce peuple muet qui n'a d'autres choix que d'accepter la tyrannie d'Hitler. Regarder le mal sans espoir de le changer. Certains adhèrent, hypnotisés par les discours de victoire et de grandeur. Des hommes humiliés, qui n'ont connu que la violence et qui désirent se venger de la défaite. Des jeunes qui se laissent embrigader dans cette frénésie de violence, fiers de porter l'uniforme et d'incarner... Steven est un soldat fantôme. Il appartient au 23è régiment américain qui plante un décor de guerre, invente un scénario, avec des sons effrayants et des engins gonflables, dans le but de leurrer les soldats allemands. Il se trouve à sa place dans cette situation de fantôme, un peu à l'écart, pas pour autant à l'abri des balles. Sur cette scène, il ne faut pas s'attendre à une pluie d'applaudissements. Plus ils sont justes dans leur interprétation et plus ils risquent une pluie d'obus. Il se cache aussi derrière la caméra ou derrière son calepin auquel il confit ses pensées et crée les personnages de ses nouvelles. On découvre au fil du roman ce personnage au coeur de poète, sensible et blessé. Une jeune fille allemande, Hanna, fuit les bombardements de Berlin. Elle fait partie de ce peuple muet qui n'a d'autres choix que d'accepter la tyrannie d'Hitler. Regarder le mal sans espoir de le changer. Certains adhèrent, hypnotisés par les discours de victoire et de grandeur. Des hommes humiliés, qui n'ont connu que la violence et qui désirent se venger de la défaite. Des jeunes qui se laissent embrigader dans cette frénésie de violence, fiers de porter l'uniforme et d'incarner les idéaux qu'ils croient être justes. Ils sont gonflés d'orgueil. le pouvoir est entre leurs mains. Les phrases sont courtes. Les mots bien choisis. L'écriture mélodieuse. On sent les rafales de violence, la pluie de désespoir, mais aussi la rage de s'en sortir, de montrer que le peuple allemand vaut mieux que ça. Un roman bien construit qui montre les deux facettes de cette guerre. du côté des vaincus et du côté des libérateurs. À travers cette guerre, les deux personnages évoluent dans leurs sentiments personnels. Évacuer le vide et le chagrin qui les imprègnent. Avancer sous l'orage qui gronde et menace de les enfouir. Hannah et Steven sont deux êtres seuls au monde. Deux êtres qui marchent l'un vers l'autre, sans le savoir, qui se confondent, et que seule la guerre empêche de se dévoiler. Plus qu'une simple romance, c'est un roman sur une réalité historique effrayante. Un seul homme, « l'autre », sépare les êtres, embrouille les esprits, brise les destins. Une note d'humour : « Nous ne parlons jamais de l'autre. Une fois, au milieu d'une conversation, elle a dit : ‘ Qu'est-ce que nous aurions été bien si sa mère avait fait une fausse couche.' Elle m'a arraché un éclat de rire. En une seule observation, elle avait ramené à des dimensions humaines une monstruosité historique devenue immaîtrisable. »
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.