Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265115682
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 352
Format : 130 x 200 mm

Le Syndrome de la vitre étoilée

Date de parution : 25/08/2016
« – Alors, cette soirée ?
Je n’ose pas regarder Guillaume.
– Maeva est enceinte.
Mon ventre à moi n’est gonflé que de bière. Fausse, de surcroît. »
Un garçon, une fille, dix ans de vie commune. De cette équation parfaite naît le désir d’enfant. Puis les difficultés arrivent. Le désir se transforme. Le garçon et la fille aussi. Un couple sur cinq connaît des difficultés pour avoir un enfant.
Derrière cette proportion, combien d’autres statistiques ? De formules intrusives ?...
Un garçon, une fille, dix ans de vie commune. De cette équation parfaite naît le désir d’enfant. Puis les difficultés arrivent. Le désir se transforme. Le garçon et la fille aussi. Un couple sur cinq connaît des difficultés pour avoir un enfant.
Derrière cette proportion, combien d’autres statistiques ? De formules intrusives ? De conseils « bienveillants » ? De boîtes de tampons ? De pieds dans les étriers ? D’amis auxquels on ment ? De bouteilles éclusées ? Combien de pensées magiques pour conjurer le sort et cette foutue proportion ?
Voilà des questions – des obsessions – que la narratrice de ce roman tente d’éclairer sous un jour nouveau en découpant sa pensée comme on range la commode de son adolescence.
 
Ce qui démarrait comme un chemin de croix frappe par sa lucidité, sa drôlerie, sa cruauté et prend la forme du journal rétroéclairé d’une jeune femme qui découvre le pouvoir d’être libre.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265115682
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 352
Format : 130 x 200 mm
Fleuve éditions

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lolomito Posté le 4 Juin 2019
    "Le syndrome de la vitre étoilée", un coup de coeur de la rentrée 2016 sorti tout droit de chez Fleuve. Stéphanie et Guillaume vivent ensemble depuis 10 ans et le désir d'enfant commence à se faire sentir sérieusement. Autour d'eux, les amies de Stéphanie affichent déjà une joyeuse marmaille ou des ventres arrondis. Stéphanie et Guillaume espèrent faire très vite à leur tour partie de cette sphère de jeunes parents mais leurs ébats amoureux restent inlassablement infructueux. Commence alors pour eux toute une série d'examens et de tests. De remarques désagréables en gestes techniques invasifs, Stéphanie se soumettra au corps médical censé l'aider dans cette quête de maternité qui, dés lors, tourne à l'obsession. Désormais , ils ne font l'amour que dans le but de "se reproduire". Très vite viennent les questions de l'entourage qui s'insurge, qui conseille, qui trouve des explications au pourquoi du comment. Et puis tous ces livres ou magazines qui n'affichent que des mères en devenir. L'épanouissement de la femme passe obligatoirement par la conception, disent-ils... Concevoir étant l'aboutissement en soi d'un couple heureux... Mais si certaines tombent enceintes sitôt la culotte baissée, d'autres en revanches parcourent un véritable chemin de croix pour espérer pouvoir sentir un jour... "Le syndrome de la vitre étoilée", un coup de coeur de la rentrée 2016 sorti tout droit de chez Fleuve. Stéphanie et Guillaume vivent ensemble depuis 10 ans et le désir d'enfant commence à se faire sentir sérieusement. Autour d'eux, les amies de Stéphanie affichent déjà une joyeuse marmaille ou des ventres arrondis. Stéphanie et Guillaume espèrent faire très vite à leur tour partie de cette sphère de jeunes parents mais leurs ébats amoureux restent inlassablement infructueux. Commence alors pour eux toute une série d'examens et de tests. De remarques désagréables en gestes techniques invasifs, Stéphanie se soumettra au corps médical censé l'aider dans cette quête de maternité qui, dés lors, tourne à l'obsession. Désormais , ils ne font l'amour que dans le but de "se reproduire". Très vite viennent les questions de l'entourage qui s'insurge, qui conseille, qui trouve des explications au pourquoi du comment. Et puis tous ces livres ou magazines qui n'affichent que des mères en devenir. L'épanouissement de la femme passe obligatoirement par la conception, disent-ils... Concevoir étant l'aboutissement en soi d'un couple heureux... Mais si certaines tombent enceintes sitôt la culotte baissée, d'autres en revanches parcourent un véritable chemin de croix pour espérer pouvoir sentir un jour des petits pieds dans leur bidou. Un chemin semé d'embûches qui, peu à peu, fragilise le ciment du couple et fait naître le désamour. Stéphanie et Guillaume se séparent. Mais les aléas de la vie parfois, permettent de se recentrer sur soi-même. Un mal pour un bien. Sophie Adriansen nous sert ce roman comme un journal de soi. On pourrait presque le penser autobiographique. Si joliment romancé, il surpasse le simple témoignage. L'écriture est d'une sensibilité rare et nous fait pénétrer l'âme de Stéphanie. C'est un roman lucide qui nous éclaire sur ce que peut être ce désir de maternité non assouvi. La construction est telle que l'on ne s'ennuie jamais. Par alternance de chapitres, nous lisons tour à tour des souvenirs, le moment présent, les résultats d'examens, les remarques des proches, des extraits de livres ou de chansons. C'est le roman d'une renaissance, d'une liberté retrouvée. Un roman vraiment tout en pudeur et très émouvant dans lequel beaucoup de femmes se retrouveront, qu'elles soient mères ou pas. Un roman à faire lire aux hommes aussi qui apprendront ainsi à mieux connaître les femmes. Un roman à la fois grave et humoristique qui se lit comme on picore la vie. J'ai adoré !
    Lire la suite
    En lire moins
  • emilielettres Posté le 8 Mai 2019
    Encore un joli prêt de la part de ma sœur! La construction du récit est originale et très agréable. Le récit alterne différentes sortes de chapitre : le présent intitulé "Maintenant", le passé intitulé "Souvenir" et d'autres "Un livre"/"Un film" dans lesquels nous lisons des citations qui font écho à la vie du personnage principal, Stéphanie, et d'autres chapitres au nom de certains personnages qui croisent sa vie. Tout ce qui concerne Stéphanie est au point de vue interne, donc en tant que femme, l'identification est immédiate! L'intégralité du texte permet de reconstituer le parcours amoureux de Stéphanie à partir de sa rencontre avec Guillaume, de 14 ans son aîné, alors qu'elle est encore étudiante. Elle nous livre ses émotions et sa perception de toutes ces étapes : la rencontre, une histoire qui commence comme un amour de vacances, puis la relation longue distance, la vie à deux, la difficulté à être enceinte… La seconde partie du livre s'oriente petit à petit vers une introspection et je l'ai trouvée très réaliste car Stéphanie avance petit à petit vers une meilleurs connaissance d'elle-même. Nous pouvons la suivre à travers son cheminement, son évolution et je trouve cela bien plus intéressant que les rares... Encore un joli prêt de la part de ma sœur! La construction du récit est originale et très agréable. Le récit alterne différentes sortes de chapitre : le présent intitulé "Maintenant", le passé intitulé "Souvenir" et d'autres "Un livre"/"Un film" dans lesquels nous lisons des citations qui font écho à la vie du personnage principal, Stéphanie, et d'autres chapitres au nom de certains personnages qui croisent sa vie. Tout ce qui concerne Stéphanie est au point de vue interne, donc en tant que femme, l'identification est immédiate! L'intégralité du texte permet de reconstituer le parcours amoureux de Stéphanie à partir de sa rencontre avec Guillaume, de 14 ans son aîné, alors qu'elle est encore étudiante. Elle nous livre ses émotions et sa perception de toutes ces étapes : la rencontre, une histoire qui commence comme un amour de vacances, puis la relation longue distance, la vie à deux, la difficulté à être enceinte… La seconde partie du livre s'oriente petit à petit vers une introspection et je l'ai trouvée très réaliste car Stéphanie avance petit à petit vers une meilleurs connaissance d'elle-même. Nous pouvons la suivre à travers son cheminement, son évolution et je trouve cela bien plus intéressant que les rares titres de développement personnel que j'ai lus… Belle lecture!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ptitmousse Posté le 14 Février 2019
    Un début très accrocheur, j'ai tout de suite avidement plongé dans cette lecture : 50 pages lues dans les allées de Cultura ! Les chapitre sont très, très courts, c'est très plaisant. C'est l'histoire d'une femme dont on suit l'histoire, son combat pour être mère, l'histoire et l'évolution de son couple également. Même si Stéphanie n'a rien à voir avec ce que j'ai vécu en terme de soucis pour tomber enceinte, cela m'a tout-de-suite parlé, je l'ai comprise à chaque instant, j'ai compati, j'ai trouvé le ton juste. Comme ces livres dont on a un peu l'impression qu'ils ont été écrits pour que vous les lisiez un jour… Hum… difficile à exprimer comme sentiment de lecture tellement je me suis sentie en lien avec la narratrice… Détail ultime : une sublime citation sur le yoga a fini de me convaincre que j'aimais décidément beaucoup ce livre ! ~ Challenge multidéfis 19 : plus de 25 points au scrabble ~ Plumes fém. 2019 : couverture dévoile une nudité
  • antigoneCH Posté le 25 Mars 2018
    On met parfois un peu trop de temps à ouvrir un livre... simplement parce que l'histoire nous touche, de près ou de loin. C'est le cas pour Le syndrome de la vitre étoilée, qui conte l'histoire d'un couple ayant du mal à concevoir un enfant, et toute la batterie d'examens qui s'ensuivent... Tu étais par avance touchée, non personnellement mais amicalement, et tu as donc longuement reporté cette lecture... Et voilà que tu l'ouvres enfin, parce que Sophie Adriansen vient bientôt au Printemps du livre de Montaigu et que tu as confiance en son écriture (après trois titres lus). Et tu as été effectivement surprise agréablement par sa manière d'élaborer son texte, ces fragments de livres, revues, statistiques, mails, insérés dans son histoire. Tout cela donne du relief et de la perspective aux efforts de Stéphanie et Guillaume pour mettre au monde leur premier bébé. C'est Guillaume qui, dans le couple, a des problèmes de fertilité, et c'est Stéphanie qui va subir la plupart des procédés, piqûres, intrusions dans son vagin, en vain. Quand le désir de maternité devient une obsession, comment alors donner de la place à l'amour, à la joie, à la légèreté, à la liberté ? Tout... On met parfois un peu trop de temps à ouvrir un livre... simplement parce que l'histoire nous touche, de près ou de loin. C'est le cas pour Le syndrome de la vitre étoilée, qui conte l'histoire d'un couple ayant du mal à concevoir un enfant, et toute la batterie d'examens qui s'ensuivent... Tu étais par avance touchée, non personnellement mais amicalement, et tu as donc longuement reporté cette lecture... Et voilà que tu l'ouvres enfin, parce que Sophie Adriansen vient bientôt au Printemps du livre de Montaigu et que tu as confiance en son écriture (après trois titres lus). Et tu as été effectivement surprise agréablement par sa manière d'élaborer son texte, ces fragments de livres, revues, statistiques, mails, insérés dans son histoire. Tout cela donne du relief et de la perspective aux efforts de Stéphanie et Guillaume pour mettre au monde leur premier bébé. C'est Guillaume qui, dans le couple, a des problèmes de fertilité, et c'est Stéphanie qui va subir la plupart des procédés, piqûres, intrusions dans son vagin, en vain. Quand le désir de maternité devient une obsession, comment alors donner de la place à l'amour, à la joie, à la légèreté, à la liberté ? Tout cela peut créer des fissures irréversibles, ou consolider un couple. Chez Guillaume et Stéphanie, la fêlure s'élargit. "La vitre étoilée, c'est celle du flipper qui, sous les coups des joueurs frustrés d'avoir laissé échapper la bille, se brise sans se disloquer. Les fissures lui confèrent un aspect céleste. C'est quand tout est brisé à l'intérieur alors qu'à l'extérieur tout semble tenir. On peut même trouver ça joli. Après, généralement, ça fait tilt." Et toi, tu as aimé cette Vitre étoilée, autant pour la qualité de tous ses fragments ajoutés, qui font au final une histoire intime captivante, que pour cet hymne à la vie et à la féminité sous toutes ses formes (et pas forcément par le biais de la maternité), qu'est en définitive ce roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • StephG54 Posté le 22 Janvier 2018
    Ce roman parle du désir d'enfant qui tourne à l'obsession jusqu'à briser le couple. La première partie est touchante, juste , sensible mais j'ai moins aimé à partir du moment où Stéphanie reprend sa vie en main, commence les cours de yoga. Je pense que je m'attendais plus à un livre qui reste sur le thème de la difficulté de procréer. Ce livre se lit très vite car les chapitres sont ultra courts ( généralement une page) et l'écriture agréable . Ce fut une bonne lecture !
Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.