Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782707164834
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 135 x 220 mm
Le travail à coeur
Pour en finir avec les risques psychosociaux
Collection : Cahiers libres
Date de parution : 20/05/2010
Éditeurs :
La Découverte
En savoir plus

Le travail à coeur

Pour en finir avec les risques psychosociaux

Collection : Cahiers libres
Date de parution : 20/05/2010

En se mobilisant pour redonner un sens moderne à la vieille notion de métier, tous les acteurs concernés peuvent « retourner » la situation dégradée de la santé au travail.

Suicides en série sur le lieu de travail, « épidémie » de troubles musculo-squelettiques, explosion des pathologies professionnelles... Une réalité trop longtemps occultée occupe désormais la scène publique française. Devant l'ampleur des...

Suicides en série sur le lieu de travail, « épidémie » de troubles musculo-squelettiques, explosion des pathologies professionnelles... Une réalité trop longtemps occultée occupe désormais la scène publique française. Devant l'ampleur des « maladies du travail », tout est secoué : entreprises, État, institutions, chercheurs et experts. Et, face aux dégâts engendrés, se multiplient dans...

Suicides en série sur le lieu de travail, « épidémie » de troubles musculo-squelettiques, explosion des pathologies professionnelles... Une réalité trop longtemps occultée occupe désormais la scène publique française. Devant l'ampleur des « maladies du travail », tout est secoué : entreprises, État, institutions, chercheurs et experts. Et, face aux dégâts engendrés, se multiplient dans l'urgence les fausses solutions qui risquent de virer au « despotisme compassionnel » sans rien résoudre sur le fond.
C'est à ce paradoxe intenable qu'a voulu réagir le psychologue du travail Yves Clot dans cet essai aussi vif qu'informé, nourri de longues années d'expérience sur le terrain des rapports entre santé et travail. Il instruit le dossier en rassemblant les différentes pièces du puzzle social : discours officiels, analyses de situations concrètes, controverses scientifiques, commentaires et récits. Il montre comment la négation des conflits autour de la qualité du travail au sein de l'entreprise menace le collectif et empoisonne la vie des organisations. Pour Yves Clot, le plaisir du « travail bien fait » est la meilleure prévention contre le « stress » : il n'y a pas de « bien-être » sans « bien faire ».
En se mobilisant autour d'une idée neuve du métier, avec tous les autres acteurs concernés - dirigeants d'entreprises, syndicalistes et spécialistes -, ceux qui, au travail, sont en première ligne peuvent eux-mêmes « retourner » la situation. Pour en finir, enfin, avec les « risques psychosociaux ».

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707164834
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 135 x 220 mm
La Découverte
En savoir plus

Ils en parlent

« La récente vague de suicides à Renault, France Telecom ou La Poste a brutalement amené le sujet de la souffrance au travail sur le devant de la scène. Et les dirigeants d'entreprise, l'Etat et les experts se sont rapidement saisis du dossier pour proposer des solutions aussi compassionnelles qu'inadaptées. Voire dangereuses, tant elles préfigurent le retour d'un hygiénisme moral. C'est ce que dénonce ici Yves Clot, psychologue du travail reconnu. Après avoir mis en évidence les failles des discours publics sur la question, il présente plusieurs analyses de cas concrets dans des contextes aussi divers que La Poste, l'enseignement, la justice ou une biscuiterie, où se réalisent de tels "risques psychosociaux". Il met ainsi en évidence deux facteurs principaux à l'origine de ces situations: la dissolution des collectifs et l'empêchement de bien faire son travail. Et à l'encontre des solutions trop globalisantes imposées par le haut, il promeut la mise en oeuvre au sein des entreprises de discussions, sinon de conflits, autour de la qualité du travail. Un essai aussi stimulant qu'important politiquement. »
ALTERNATIVES ÉCONOMIQUES

« Tandis que les « risques psychoso­ciaux » envahissent notre vocabulaire, Yves Clot s’efforce, dans Le travail à coeur, de comprendre l’origine de cette brûlante actualité. Pour l’auteur, il convient d’orienter les recherches vers la négation du conflit sur la qualité du travail pour détecter les causes de ce mal si paradoxal quand on sait l’inves­tissement des Français dans leur tra­vail. Ce sont les conflits sur le contenu du travail ? ce qu’Yves Clot appelle la « qualité empêchée », niés dans des organisations en transformation rapide, qui génèrent de la souffrance chez les salariés. S’appuyant sur de nombreux exemples issus d’études réalisées dans l’industrie ou les ser­vices, notamment publics (La Poste…), Yves Clot se fait l’avocat de la réintroduction du débat, au sein même du collectif de travail, sur la qualité de la production, car les normes officielles en la matière peu­vent porter préjudice aux opérateurs comme au chiffre d’affaires. Yves Clot renvoie dos-à-dos la tentation d’un traitement « hygiéniste » des risques psychosociaux, dont l’Etat, selon lui, se satisferait, aussi bien qu’une approche centrée à l’excès sur le tra­vailleur « victime ».  »
ÉTUDES

« Intitulé le Travail à cœur, le dernier essai d’Yves Clot est porté par l’urgence de l’action pour changer le travail. Il interpelle le militant syndical sur son engagement à pousser l’exigence de la transformation des situations de travail par la connaissance ?et la reconnaissance du travail réel. C’est un livre salutaire qui alimente la nécessaire controverse ?entre chercheurs et syndicalistes. [...] Cet ouvrage conforte le concept de développement humain durable adopté lors du dernier congrès confédéral de la CGT et confirme la nécessité de conquérir une Sécurité sociale professionnelle, couplée à une Sécurité sociale santé. Il entre en résonance avec notre contestation farouche de l’oligarchie financière ?et médiatique, qui noie le monde dans les eaux glacées du calcul égoïste et du court terme. »
L'HUMANITÉ

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • rachidben Posté le 8 Juin 2018
    L'auteur part d'un fait d'actualité (suicides chez France-télécom) pour nous éclairer sur les dispositifs législatifs mis en place par l'état afin de contenir la souffrance au travail. Il présente également quelques cas pratiques nourris de nombreuses sources afin de développer sa théorie : Lorsque les collectifs ou l'individu ne peuvent pas mobiliser leurs ressources psychologiques et sociales (RPS), surgit les risques psycho-sociaux (RPS). Le mal-être ne serait pas l'expression d'une fragilité individuelle, mais bien la conséquence de l'impossibilité du sujet de réaliser un travail de qualité. Ce "travail-empeché" résulterait d'un conflit de critère de qualité entre l'organisation qui proscrit le travail et ceux qui le réalisent. L'auteur rend compte de l'importance d'une approche de la souffrance depuis le travail réel (clinique de l'activité) qui pourra rendre au sujet son "pouvoir d'agir" - et non d'un apriori statistique, option généralement choisi par les cabinets d'intervention externe. Un ouvrage sans compromis et brillant par l'analyse d'Yves Clot.
  • pgoulois Posté le 7 Avril 2012
Abonnez-vous à la lettre d'information de la Découverte
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !