Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221092866
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 324
Format : 135 x 215 mm

Le valet de peinture

Date de parution : 19/08/2004

Un roman sur l'art, charnel et sensuel, débordant d'humour et de rebondissements…

Au début, il y a une énigme simple et cruelle: à trente ans, l'infante Isabel du Portugal peut-elle être vierge et belle? Grand séducteur, orgueilleux, Philippe, duc de Bourgogne, seul maître sur terre après Dieu, veut le savoir avant d'épouser la princesse pour des raisons diplomatiques. Il envoie en mission...

Au début, il y a une énigme simple et cruelle: à trente ans, l'infante Isabel du Portugal peut-elle être vierge et belle? Grand séducteur, orgueilleux, Philippe, duc de Bourgogne, seul maître sur terre après Dieu, veut le savoir avant d'épouser la princesse pour des raisons diplomatiques. Il envoie en mission au Portugal le plus étrange des enquêteurs: Johannes Van Eyck, son valet de peinture. Le portrait qu'il peindra devra révéler la vérité sur Isabel. Mais une étrange lutte s'engage entre la princesse et le peintre. Transcendant son art, Van Eyck détourne à son profit la mission qui lui est confiée. Quant à Isabel, en manipulant le valet de peinture, elle se soustrait à l'humiliante enquête du duc. Trois quêtes, trois vérités et trois mensonges se mêlent ainsi dans ce portrait qui, pour chacun des personnages, ouvre des temps nouveaux.Roman charnel, récit à rebondissements, «Le Valet de peinture» ouvre une voie originale entre le polar et le roman historique. Plaisir, humour et gourmandise de la vie y sont la marque du valet de peinture Van Eyck comme du valet d'écriture Baltassat.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221092866
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 324
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • melodbellaisa Posté le 4 Mars 2020
    Un roman sur l'art, charnel et sensuel, débordant d'humour et de rebondissements... À l'automne 1428, Johannes Van Eyck se voit confier par son maître, Philippe de Bourgogne, une très étrange mission: aller au Portugal peindre un portrait qui révélera l'état le plus intime de l'infante Isabel.
  • stephane69 Posté le 22 Janvier 2020
    Ce roman nous emmène en 1428, quand le peintre Jan van Eyck doit remplir une mission pour son maître, le duc Philippe de Bourgogne : se rendre au Portugal et peindre le portrait qui révélera la figure, le caractère et peut-être la virginité de l'infante Isabel, choisie pour devenir l'épouse du prince. Les rapports de forces entre les principaux personnages sont subtiles et équivoques. Il y a peu d'actions, mais des tensions, des doutes, des incertitudes sur la réussite de la mission. le jeu du chat et de la souris qu'impose l'infante au valet de peinture, entretient un suspense psychologique et réserve un improbable rebondissement. Se dessine peu à peu un beau portrait de femme au caractère fort. le portrait de van Eyck demeure en filigrane, esquissé par des sourires ironiques et de brèves paroles ambiguës. On sait peu de choses de van Eyck, si ce n'est l'extraordinaire maîtrise de la peinture et son aptitude à peindre la réalité, bien avant Léonard de Vinci et la Renaissance italienne. Ce récit est donc imaginaire et sa crédibilité, d'autant plus remarquable. le roman est rempli de références à l'art, à l'histoire, aux sciences et à la religion. Les descriptions sont riches et inventives. La langue... Ce roman nous emmène en 1428, quand le peintre Jan van Eyck doit remplir une mission pour son maître, le duc Philippe de Bourgogne : se rendre au Portugal et peindre le portrait qui révélera la figure, le caractère et peut-être la virginité de l'infante Isabel, choisie pour devenir l'épouse du prince. Les rapports de forces entre les principaux personnages sont subtiles et équivoques. Il y a peu d'actions, mais des tensions, des doutes, des incertitudes sur la réussite de la mission. le jeu du chat et de la souris qu'impose l'infante au valet de peinture, entretient un suspense psychologique et réserve un improbable rebondissement. Se dessine peu à peu un beau portrait de femme au caractère fort. le portrait de van Eyck demeure en filigrane, esquissé par des sourires ironiques et de brèves paroles ambiguës. On sait peu de choses de van Eyck, si ce n'est l'extraordinaire maîtrise de la peinture et son aptitude à peindre la réalité, bien avant Léonard de Vinci et la Renaissance italienne. Ce récit est donc imaginaire et sa crédibilité, d'autant plus remarquable. le roman est rempli de références à l'art, à l'histoire, aux sciences et à la religion. Les descriptions sont riches et inventives. La langue est bouillonnante, la sensualité suinte à toutes les pages, avec la faconde du monde médiéval (tel que nous l'imaginons). A l'inverse, les dialogues sont laconiques, pleins de sous-entendus et de non-dits. J'ai apprécié les réflexions de l'artiste sur le pouvoir de la représentation picturale, sa quête du réalisme, l'importance de la lumière sur la représentation des matières et ses recherches pour améliorer sa technique. Néanmoins, quelques passages peuvent paraître obscurs et les changements de mode narratif (impersonnel puis 1ère personne) au milieu de chapitres, injustifiés.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ranine Posté le 30 Août 2019
    On suit un instant de vie du peintre Johannes Van Eyck envoyé par son maître, Philippe de Bourgogne, au Portugal, pour peindre l'infante Isabel et surtout savoir si elle est toujours vierge à 30 ans passé. Le voyage vers le Portugal est un périple et la description de la mission sur place, captivante. C'est bien écrit et détaillé. Je me suis vu, en 1428, suivre la vie, de ce peintre d'exception.
  • MonCharivariLitteraire Posté le 16 Novembre 2018
    Bon roman de Jean Daniel Baltassat. Le duc de Bourgogne doit demander dona Isabel en mariage mais deux questions l'intriguent. l'infante, qui a trente ans est elle belle et est elle bien toujours vierge. Afin de soulager ses inquiétudes Le duc envoie un de ses plus fidèles serviteurs Johannes Van Eyck qui doit lui apporter les réponses à ces deux questions. Commence alors un duel entre deux être hors du commun. l'infant ne se révèlera pas aussi facilement. On se laisse prendre au roman et nous sommes presque aussi curieux de que Van Eyck de découvrir l'infante. On suit ses gestes avec attention et mon seul regret est de ne pas avoir les tableaux réalisés sous mes yeux.
  • rulhe Posté le 13 Novembre 2018
    une page de l,histoire de France,qui mélange suspense et sentiments avec une pointe d,érotisme. plaisant dans l,ensemble.😏
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.