RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            L'Elixir du diable

            Presses de la cité
            EAN : 9782258092464
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 450
            Format : 155 x 240 mm
            L'Elixir du diable

            Jean-Jacques MARVOST (Traducteur)
            Date de parution : 17/11/2011

            Et si une plante miraculeuse avait le pouvoir de repousser les frontières entre la vie et la mort ?

            Mexique, 1741. Un missionnaire jésuite découvre l’existence d’une plante légendaire. D’après les croyances amérindiennes, quiconque s’en emparerait deviendrait l’égal d’un dieu. Entre de mauvaises mains, elle pourrait changer la face du...

            Et si une plante miraculeuse avait le pouvoir de repousser les frontières entre la vie et la mort ?

            Mexique, 1741. Un missionnaire jésuite découvre l’existence d’une plante légendaire. D’après les croyances amérindiennes, quiconque s’en emparerait deviendrait l’égal d’un dieu. Entre de mauvaises mains, elle pourrait changer la face du monde.
            Etats-Unis, de nos jours. Sean Reilly, agent du FBI, reçoit un coup de téléphone d’une ex-petite amie, Michelle Martinez, rencontrée cinq ans auparavant lors d’une mission au Mexique. Attaquée chez elle par un gang, elle appelle Reilly à la rescousse. En Californie, le chemin de ce dernier ne tarde pas à croiser celui de Navarro, un baron de la drogue en quête d’une plante aux vertus mystiques. Surnommé « El Brujo » – le sorcier –, il est bien décidé à ne laisser rien ni personne lui barrer la route.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258092464
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 450
            Format : 155 x 240 mm
            Presses de la cité
            22.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            "Avec une écriture efficace, cet écrivain pétillant d'intelligence instille au détour d'une phrase informations et détails pour donner une armature crédible à son récit. Un cocktail bien dosé qui ne manque pas d'éclat et donne à ce roman une réelle épaisseur. L'elixir du Diable se laisse savourer sans en laisser une seule page." Dernières Nouvelles d'Alsace.

            "C'est à la fois passionnant etr frustrant : L'Elixir du diable se dévore en un week-end." L'Union

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • MyriamBachon Posté le 6 Février 2019
              Bon polar sur fond de trafic de drogue; des longueurs toutefois et un peu long à entrer dans le vif du sujet alors que la fin est un peu bâclée à mon goût!
            • jaiuneheurealire Posté le 7 Octobre 2016
              Je termine "L'elixir du diable". Une histoire de rédemption, de drogues hallucinogènes, et une autre approche de la narration de la part de Raymond Khoury. L'emploi du "je" est une manière d'impliquer le héros. Il convient parfaitement à l'écriture d'un récit où le personnage principal est confronté à ses propres démons. Au delà de cela, il l'implique plus encore dans le sujet du roman: la drogue, l'exploitation de ce phénomène et les débats qu'il suggère, la lutte incessante contre un trafic qui entraine autant de dégâts chez les consommateurs que chez les trafiquants. On ne peut pas rester insensible à cet état de fait. Un thème du roman concerne la recherche et l'utilisation de pharmacopée indigène: l'utilisation des plantes à des fins médicinales, souvent dénaturée par une utilisation frauduleuse et abusive à d'autres usages ou simplement vampirisée par des firmes pharmaceutiques mais encore pour l'amélioration le traitement des maladies. Un autre thème se rapporte à la réincarnation, peu développée il est vrai mais créant la charnière avec le premier. L'écriture est toujours aussi imagée, dans le sens scénaristique du terme et le suspense quasi permanent. L'utilisation de la violence gratuite entrainant dans un monde glauque qu'on imagine être celui de trafiquants saturés de substances et... Je termine "L'elixir du diable". Une histoire de rédemption, de drogues hallucinogènes, et une autre approche de la narration de la part de Raymond Khoury. L'emploi du "je" est une manière d'impliquer le héros. Il convient parfaitement à l'écriture d'un récit où le personnage principal est confronté à ses propres démons. Au delà de cela, il l'implique plus encore dans le sujet du roman: la drogue, l'exploitation de ce phénomène et les débats qu'il suggère, la lutte incessante contre un trafic qui entraine autant de dégâts chez les consommateurs que chez les trafiquants. On ne peut pas rester insensible à cet état de fait. Un thème du roman concerne la recherche et l'utilisation de pharmacopée indigène: l'utilisation des plantes à des fins médicinales, souvent dénaturée par une utilisation frauduleuse et abusive à d'autres usages ou simplement vampirisée par des firmes pharmaceutiques mais encore pour l'amélioration le traitement des maladies. Un autre thème se rapporte à la réincarnation, peu développée il est vrai mais créant la charnière avec le premier. L'écriture est toujours aussi imagée, dans le sens scénaristique du terme et le suspense quasi permanent. L'utilisation de la violence gratuite entrainant dans un monde glauque qu'on imagine être celui de trafiquants saturés de substances et entièrement hors de la réalité. Un thriller à lire.
              Lire la suite
              En lire moins
            • huguesdepayns Posté le 15 Décembre 2015
              Très peu d'ésotérisme dans ce roman mais une intrigue bien ficelée autour d'un baron de la drogue mexicain sadique en quête d'une drogue révolutionnaire. Le hic pour cette crapule c'est de tomber sur l'agent du FBI Sean Reilly, le désormais personnage fétiche de KHOURY. L'enquête est menée tambour battant, Quelle énergie ! Dommage que le dénouement soit un peu bâclé mais surtout trop farfelue ; Cela fait « pshiit » après une lecture si dynamique.
            • chris973 Posté le 5 Décembre 2015
              La guerre contre la drogue ne pourra jamais être gagnée; les trafiquants sont toujours à la pointe de la recherche et cela depuis la nuit des temps. Les enjeux financiers sont incommensurables
            • Balthazar21 Posté le 8 Août 2015
              Les romans de Raymond Khoury sont toujours haletants, bien rythmés, mais ici je trouve que de trop nombreux paramètres de l'histoire sont tirés par les cheveux. Le thème central de ce roman est la quête par un narco trafiquant soi-disant décédé de la formule d'une drogue qui pourrait être synthétisée en cachets et qui permettrait aux consommateurs de revivre leur passé, ce qui devrait intéresser de nombreux "clients" et donc générer un énorme business. Ce n'est pas grave, cela reste un bon auteur et j'espère que le prochain roman que je lirai de lui me fera autant plaisir que Dossier Corrigan
            Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
            Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.