Lisez! icon: Search engine

L'Empreinte du dieu

Presses de la cité
EAN : 9782258117372
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 300
Format : 125 x 195 mm
L'Empreinte du dieu

Date de parution : 09/04/2015
Nouvelle édition de L’Empreinte du dieu de Maxence Van der Meersch, prix Goncourt 1936,  devenu un classique de la littérature.
 
L'histoire tragique de Karelina, timide paysanne au joli visage. Mariée de force à un colosse brutal, elle doit subir une vie faite d'expédients et les humiliations de son mari. Quand son bourreau est mis sous les verrous, elle s'enfuit. Elle trouve refuge chez son oncle Domitien, écrivain célèbre, dont l'épouse,... L'histoire tragique de Karelina, timide paysanne au joli visage. Mariée de force à un colosse brutal, elle doit subir une vie faite d'expédients et les humiliations de son mari. Quand son bourreau est mis sous les verrous, elle s'enfuit. Elle trouve refuge chez son oncle Domitien, écrivain célèbre, dont l'épouse, Wilfrida, reçoit avec joie la jeune femme, qu'elle considère bientôt comme sa propre fille. Les deux femmes ignorent alors qu'elles viennent de sceller leurs destins...
Lauréat du prix Goncourt pour ce roman, Maxence Van der Meersch a été salué par la critique comme étant alors le nouveau Zola.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258117372
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 300
Format : 125 x 195 mm
Presses de la cité

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Livrepassion16 Posté le 4 Novembre 2019
    Il y a pas mal de temps, j'avais reçu une collection de beaux livres : les anciens prix Goncourt. J'ai donc découvert Maxence van der Meersch et ce fut avec grand plaisir. J'ai bien aimé sa plume, et l'histoire m'a beaucoup touchée.
  • legoergosum Posté le 16 Octobre 2019
    Même si ce Goncourt date un peu (1936), j'ai eu envie de poursuivre ma découverte de ce romancier du Nord qu'est Maxence van der Meersch, car il sait comme personne créer une atmosphère autour de ses personnages, grâce notamment à ces descriptions du "plat pays", qui convoquent chez moi, immanquablement, la voix éternelle de Brel. "[...] Avec le vent du nord qui vient s'écarteler Avec le vent du nord écoutez-le craquer [...] " Pas de déception sur ce livre. Les descriptions des Flandres (Anvers notamment) , de la Hollande et ses moulins, campent un décor inoubliable. Dans un tel cadre, comment ne pas imaginer des personnages luttant pour leur bonheur, c'est le cas de l'héroïne, Karelina. Mariée à un colosse, fruste, aussi odieux que malhonnête , elle voudrait trouver un peu de douceur dans son monde de brutes, et son oncle, prévenant, fin lettré, mais colosse lui aussi, lui fait entrevoir le bonheur. Mais la rivalité entre ces deux hommes, dont l'un est violent, corrompu, et bestial, et l'autre auréolé de son charisme d'écrivain reconnu, sera féroce. Témoins de ce duel, deux femmes, forcément fragiles face à ces surhommes : la douce Karelina, et sa tante Wilfrida,... Même si ce Goncourt date un peu (1936), j'ai eu envie de poursuivre ma découverte de ce romancier du Nord qu'est Maxence van der Meersch, car il sait comme personne créer une atmosphère autour de ses personnages, grâce notamment à ces descriptions du "plat pays", qui convoquent chez moi, immanquablement, la voix éternelle de Brel. "[...] Avec le vent du nord qui vient s'écarteler Avec le vent du nord écoutez-le craquer [...] " Pas de déception sur ce livre. Les descriptions des Flandres (Anvers notamment) , de la Hollande et ses moulins, campent un décor inoubliable. Dans un tel cadre, comment ne pas imaginer des personnages luttant pour leur bonheur, c'est le cas de l'héroïne, Karelina. Mariée à un colosse, fruste, aussi odieux que malhonnête , elle voudrait trouver un peu de douceur dans son monde de brutes, et son oncle, prévenant, fin lettré, mais colosse lui aussi, lui fait entrevoir le bonheur. Mais la rivalité entre ces deux hommes, dont l'un est violent, corrompu, et bestial, et l'autre auréolé de son charisme d'écrivain reconnu, sera féroce. Témoins de ce duel, deux femmes, forcément fragiles face à ces surhommes : la douce Karelina, et sa tante Wilfrida, la bonté faite femme, toutes deux éprises du même homme... J'ai vibré , au cours de ma lecture, pour ces pages consacrées aux lieux chers à l'auteur : la terre, l'eau, le vent sont eux aussi des personnages à part entière, et j'ai particulièrement aimé l'hommage à Verhaeren, au milieu du livre. Qui, mieux que ces gens du Nord, pourrait nous faire aimer le "plat pays" ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • meknes56 Posté le 25 Septembre 2019
    J'ai lu ce livre dans les années 90 et il semble que ce roman soit toujours d'actualité : femmes battues, femmes soumises. Un livre palpitant et triste magnifiquement écrit par un auteur à l'écriture sublime...
  • Wyoming Posté le 2 Février 2018
    L'écriture de Maxence an der Meersch est très belle, c'est un conte souvent tragique sur le sort d'une femme en souffrance conjugale. Les descriptions de l'environnement sont magnifiques et même si l'histoire reste banale, c'est un roman que l'on ne peut oublier par la puissance littéraire de son auteur.
  • nandadevi Posté le 28 Octobre 2015
    Découvert chez un bouquiniste dans l édition de 1932. Noir est le nord noir est le roman ! Je découvre l auteur depuis ma lecture de "Invasion 14" et j ai de plus en plus de plaisir à découvrir ce nord qui lui est si cher. Un auteur dont l écriture me fait penser à Emile Zola tant est grande la force descriptive. A (re)découvrir absolument
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.

Lisez maintenant, tout de suite !