Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258115644
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 640
Format : 140 x 225 mm

L'Enfant du lac

Anne-Sylvie HOMASSEL (Traducteur)
Date de parution : 14/04/2016
Mensonges d'une nuit d'été
1933. Comment Theo Edevane, adorable poupon de onze mois, a-t-il pu disparaître durant la nuit de la Saint-Jean ? Les enquêteurs remuent ciel et terre, mais l’enfant demeure introuvable. Pour les parents comme pour les filles Edevane, la vie ne sera plus jamais la même après ce drame. La maison du... 1933. Comment Theo Edevane, adorable poupon de onze mois, a-t-il pu disparaître durant la nuit de la Saint-Jean ? Les enquêteurs remuent ciel et terre, mais l’enfant demeure introuvable. Pour les parents comme pour les filles Edevane, la vie ne sera plus jamais la même après ce drame. La maison du lac, la propriété tant aimée, est fermée et laissée à l’abandon.
Soixante-dix ans plus tard, Sadie Sparrow, jeune détective londonienne en vacances dans les Cornouailles, curieuse et momentanément désœuvrée, s’intéresse à cette mystérieuse disparition. Elle reprend l’enquête, au grand dam de l’une des sœurs aînées de Theo, Alice, devenue écrivain à succès.

Depuis Les Brumes de Riverton, son premier roman, Kate Morton n’a cessé de séduire un large public et s’est imposée comme la « parfaite héritière de Daphné Du Maurier » (François Rivière – Le Figaro).
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258115644
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 640
Format : 140 x 225 mm
Presses de la cité

Ils en parlent

"Dans ce roman, Kate Morton, qui a vendu plus de 10 millions d'exemplaires dans 38 pays, continue d'étonner et de séduire..."
 
Ouest France

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Pinklychee Posté le 18 Février 2020
    J'avais tellement entendu parler de Kate Morton, et en particulier de ce roman, que j'ai eu envie de le découvrir à mon tour. J'ai passé un très bon moment de lecture. Si vous aimez les sagas familiales, les secrets de famille, les mystères qui ne se résolvent qu'après bien des années, alors pas de doute, ce livre est fait pour vous. Kate Morton a une plume fluide, agréable, ses personnages sont travaillés, et c'est clairement une conteuse très douée. Pourtant, j'ai parfois eu un peu de mal à me remettre dans cette lecture: autant à certains moments je pouvais dévorer une bonne cinquantaine de pages d'affilée, autant à d'autres je trouvais le temps long pour ensuite me rendre compte que je n'avais avancé "que" de vingt pauvres pages. Il y a parfois des longueurs dans ce texte, on insiste un peu trop sur certains détails, il y a quelques répétitions qui alourdissent le récit et qui ont fait qu'il m'arrivait de poser mon livre et d'avoir ensuite peu envie de le reprendre. J'ai aimé le côté un peu "polar" de l'histoire, le fait de suivre deux enquêtes en parallèle sur deux époques et de voir certains liens entre elles. Leur point commun c'est Sadie, l'héroïne attachante... J'avais tellement entendu parler de Kate Morton, et en particulier de ce roman, que j'ai eu envie de le découvrir à mon tour. J'ai passé un très bon moment de lecture. Si vous aimez les sagas familiales, les secrets de famille, les mystères qui ne se résolvent qu'après bien des années, alors pas de doute, ce livre est fait pour vous. Kate Morton a une plume fluide, agréable, ses personnages sont travaillés, et c'est clairement une conteuse très douée. Pourtant, j'ai parfois eu un peu de mal à me remettre dans cette lecture: autant à certains moments je pouvais dévorer une bonne cinquantaine de pages d'affilée, autant à d'autres je trouvais le temps long pour ensuite me rendre compte que je n'avais avancé "que" de vingt pauvres pages. Il y a parfois des longueurs dans ce texte, on insiste un peu trop sur certains détails, il y a quelques répétitions qui alourdissent le récit et qui ont fait qu'il m'arrivait de poser mon livre et d'avoir ensuite peu envie de le reprendre. J'ai aimé le côté un peu "polar" de l'histoire, le fait de suivre deux enquêtes en parallèle sur deux époques et de voir certains liens entre elles. Leur point commun c'est Sadie, l'héroïne attachante et pugnace, celle qui ne lâche pas le morceau et qui est bien décidée à faire la lumière sur les deux affaires. Autre point fort de l'histoire, Loeanneth, la maison de la famille Edervane, qui est presque un personnage à part entière. Je pense que c'est typiquement le genre de maison que j'aurais adoré avoir et dans laquelle j'aurais adoré habiter si j'avais vécu à l'époque de la famille Edervane. Je me suis moins attachée aux soeurs Clemmie et Deborah, sans doute parce qu'on les voit moins qu'Alice. J'ai compris les tourments d'Eleanor, sa souffrance face à son mari perdu, la distance qu'elle s'inflige et qu'elle impose aux autres afin que les secrets de la maisonnée soient gardés, devenant ainsi une sorte de réplique de sa mère si détestée. Nécessité fait loi, Eleanor l'a compris, et elle se barricade derrière les convenances pour cacher sa souffrance. J'ai beaucoup aimé le personnage d'Alice, vieille dame digne aux manières d'un autre temps, j'ai aimé suivre l'adolescente sûre d'elle, la romancière accomplie qu'elle est devenue, sa souffrance durant soixante-dix ans suite à la disparition de son frère qui la rend finalement bien plus humaine qu'elle n'y paraît. Difficile par contre de parler de Theo, pourtant le personnage-clef du livre, tant on le voit peu au final. Heureusement, les scènes le concernant, bien que peu nombreuses, donnent une idée du petit garçon qu'il a été et nous serrent le coeur tant on se demande qui peut bien être à l'origine de sa disparition. Le gros bémol de ce livre, c'est la fin. J'ai été déçue, en lisant les dernières pages, de voir se profiler une situation bien particulière, et j'avoue avoir espéré jusqu'au bout que l'auteure ne se laisserait pas entraîner dans cette direction si facile. Malheureusement, ce que je redoutais est arrivé et je le regrette. J'aurais préféré que cette histoire garde une petite part de mystère au lieu de nous offrir cette révélation au final bien fade et conventionnelle. Pour le coup, j'ai trouvé ça trop facile et limite incohérent, genre "il faut finir cette histoire, il faut un happy ending, oh tiens et si je posais ça là, comme ça l'air de rien?" Sauf qu'à mes yeux ça ne prend pas, ce n'est pas crédible car rien ne le laissait présager. Cet événement tombe comme un cheveu sur la soupe et je n'ai pas trouvé ça très cohérent, la coïncidence pour le coup était trop grosse pour passer l'air de rien. Bref, Kate Morton nous offre là une belle palette de personnages, évoluant des années 1910 jusqu'au début du nouveau siècle en 2003-2004. J'ai globalement apprécié ce roman en dépit de quelques longueurs, et mon ressenti global aurait été bien meilleur s'il n'y avait pas eu cette fin un peu trop tirée par les cheveux pour moi. Je retenterai néanmoins ma chance avec Kate Morton puisque j'ai La scène des souvenirs dans ma PAL, en espérant que les petits défauts rencontrés ici seront atténués dans cet autre roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Booksandcovers Posté le 23 Janvier 2020
    Les personnages sont très bien construits ainsi que l'histoire simple au départ, mais qui va ce révélé enfaîte assez complexe. L'écriture est également très prenante. Un très bon moment, je ne m'attendais pas à cette fin là et j'ai adoré c'est vraiment intelligent, bonne surprise, je pense relire un autre livre de l'auteur pour confirmer mon idée.
  • MarieLywood Posté le 16 Janvier 2020
    Un petit garçon disparaît mystérieusement lors de la fête du solstice de l’été 1933. Soixante-dix ans plus tard, une jeune inspectrice tente d’élucider cette enquête jamais résolue. Kate Morton utilise tous les éléments pour créer de toutes pièces un roman avec du suspens. Malheureusement, je dois avouer que cela n’a pas vraiment fonctionné pour moi. Si j’ai trouvé le synopsis intéressant, le rythme de l’histoire pâtit grandement de digressions à n’en plus finir, de détails et d’épisodes ne servant que trop peu l’intrigue principale. Les informations servant à élucider le mystère sont distillées au compte goutte tout au long du roman, à la manière des pièces d’un puzzle qui ne trouvent leur place qu’à la fin. Cela donne un côté un peu artificiel à l’histoire et à sa construction. Quand à la résolution qui se veut surprenante et inattendue, je l’avais devinée bien trop tôt à mon goût, le happy end étant prévisible. Beaucoup de répétitions et de détails éloignent le lecteur du cœur du roman. Je trouve cela dommage car l’histoire aurait gagné à être plus courte pour tenir le lecteur en haleine pendant les 744 pages. Cela n’en fait pas un mauvais roman, loin de là. L’ambiance est agréable, les lieux... Un petit garçon disparaît mystérieusement lors de la fête du solstice de l’été 1933. Soixante-dix ans plus tard, une jeune inspectrice tente d’élucider cette enquête jamais résolue. Kate Morton utilise tous les éléments pour créer de toutes pièces un roman avec du suspens. Malheureusement, je dois avouer que cela n’a pas vraiment fonctionné pour moi. Si j’ai trouvé le synopsis intéressant, le rythme de l’histoire pâtit grandement de digressions à n’en plus finir, de détails et d’épisodes ne servant que trop peu l’intrigue principale. Les informations servant à élucider le mystère sont distillées au compte goutte tout au long du roman, à la manière des pièces d’un puzzle qui ne trouvent leur place qu’à la fin. Cela donne un côté un peu artificiel à l’histoire et à sa construction. Quand à la résolution qui se veut surprenante et inattendue, je l’avais devinée bien trop tôt à mon goût, le happy end étant prévisible. Beaucoup de répétitions et de détails éloignent le lecteur du cœur du roman. Je trouve cela dommage car l’histoire aurait gagné à être plus courte pour tenir le lecteur en haleine pendant les 744 pages. Cela n’en fait pas un mauvais roman, loin de là. L’ambiance est agréable, les lieux et les époques décrits sont plaisants et les personnages sont attachants faisant ainsi passer un bon moment de lecture détente.
    Lire la suite
    En lire moins
  • zaurie Posté le 14 Janvier 2020
    Voilà un livre que j'ai dévoré ! J'ai aimé cette maison, son cadre, sa nature environnante. Bref l'endroit rêvé où vivre. Les recherches de l'écrivain sur les familles victoriennes. Puis l'intrigue qui ne gâche rien. À lire !
  • pascalinedebrabant Posté le 16 Décembre 2019
    GROS GROS COUP DE COEUR, voilà ça c’est dit c’est posé, j’ai littéralement dévoré les 740 pages. Après plusieurs thrillers un peu gore, j’avais envie de changer d’ambiance . Et avec ce livre cette envie a été comblée. Une saga d’une famille bourgeoise anglaise du début du 20 ème siècle jusqu’en 2004.Forcement il y a un petit air de DOWNTON ABBEY, c’est évident mais vu que c’est la même époque qui est raconté…mais c’est un moment de l’histoire que j’affectionne particulièrement donc, je peux dire que j’y ai plongé les deux pieds dedans. On fait connaissance avec Eleanor, son mari Anthony et leurs enfants . Entre présent et passé, on découvre au fil de l’histoire, leur famille,la maison du lac ( qui est un personnage à part entière ) leur rencontre, la naissance de leurs enfants, la première guerre mondiale, la disparition de leur fils Théo, la seconde guerre mondiale. Parallèlement, on découvre aussi l’histoire de Sadie notre inspectrice londonienne qui elle aussi compose avec son passé. Je ne rentre pas trop dans les détails, pour ne pas dévoiler l’intrigue mais si vous aimez : les secrets de familles les non dits les conflits familiaux ... GROS GROS COUP DE COEUR, voilà ça c’est dit c’est posé, j’ai littéralement dévoré les 740 pages. Après plusieurs thrillers un peu gore, j’avais envie de changer d’ambiance . Et avec ce livre cette envie a été comblée. Une saga d’une famille bourgeoise anglaise du début du 20 ème siècle jusqu’en 2004.Forcement il y a un petit air de DOWNTON ABBEY, c’est évident mais vu que c’est la même époque qui est raconté…mais c’est un moment de l’histoire que j’affectionne particulièrement donc, je peux dire que j’y ai plongé les deux pieds dedans. On fait connaissance avec Eleanor, son mari Anthony et leurs enfants . Entre présent et passé, on découvre au fil de l’histoire, leur famille,la maison du lac ( qui est un personnage à part entière ) leur rencontre, la naissance de leurs enfants, la première guerre mondiale, la disparition de leur fils Théo, la seconde guerre mondiale. Parallèlement, on découvre aussi l’histoire de Sadie notre inspectrice londonienne qui elle aussi compose avec son passé. Je ne rentre pas trop dans les détails, pour ne pas dévoiler l’intrigue mais si vous aimez : les secrets de familles les non dits les conflits familiaux les passions impossibles une énigme irrésolue depuis plus de 70 ans Et bien là, on a tout ça réunit dans le même livre. Derrière des personnages plutôt lisses en apparence du début du livre, l’auteur dévoile au fur et à mesure leurs histoires et surtout leurs traumatismes de vie, leur psychologie est incroyablement bien détaillée et juste. J’ai particulièrement apprécié la description du retour du père Anthony de la première guerre mondiale et les conséquences que celle ci a eu sur lui et sa famille. Les allers / retours passé /présent ponctuent et rythment le roman parfaitement, ils déroulent l’intrigue à la perfection, on va de rebondissements en rebondissements, on peut dire que l’auteur nous balade d’une théorie à une autre sans relâche.J’ai pas lâché le livre tellement je voulais savoir le dénouent mais que c’était il passé en 1933? Ce roman offre une immersion totale tant les descriptions du domaine du lac sont précises. On voyage vraiment dans le temps et dans l’espace le temps de la lecture de ce livre. Donc, comme je l’ai dit au début de cet article, gros gros coup de cœur au point de commander tous les livres de poches de cet auteur…
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.