Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259213202
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 250
Format : 132 x 201 mm

L'enfant tombée des rêves

Date de parution : 13/03/2014

Une enfant, en France, et un vieux médecin vivant en Islande sont hantés par le même rêve étrange : un homme chutant d’un balcon. Pourtant, ils ne se connaissent pas…

Emilie, une enfant solitaire et débordante d’imagination, découvre que ses parents lui mentent sur ses origines et décide de mener l'enquête.
A 2 660 kilomètres au nord, quelque part en Islande, un vieux médecin retiré du monde tente d’oublier son passé.
Ils ne se connaissent pas. Pourtant, chaque nuit, ils sont poursuivis...

Emilie, une enfant solitaire et débordante d’imagination, découvre que ses parents lui mentent sur ses origines et décide de mener l'enquête.
A 2 660 kilomètres au nord, quelque part en Islande, un vieux médecin retiré du monde tente d’oublier son passé.
Ils ne se connaissent pas. Pourtant, chaque nuit, ils sont poursuivis par le même cauchemar : celui d’un homme tombant d’un balcon.
Et si l’improbable rencontre d’Emilie et Robert brisait le terrible secret qui les unit ? Et si trouver la clef de ce rêve obsédant leur permettait de chasser enfin le fantôme qui les hante ?
 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259213202
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 250
Format : 132 x 201 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ladybirdy Posté le 15 Août 2019
    L’enfant tombée des rêves, quel joli titre déjà, vous ne trouvez pas ? Emilie est une fillette de douze ans qui n’en peut plus de tomber de ses rêves. Chaque nuit, c’est le même rêve, un homme tombe d’un balcon. Puisque les mots sont si difficiles à extérioriser, Emilie peint son rêve obsessionnel. Quand ses parents découvrent le tableau, Emilie sent le malaise à plein nez. Ce tableau d’un homme qui tombe est plus qu’un tableau, c’est l’antre des secrets, des non-dits, des mensonges et du fardeau d’une famille. Il suffit de voir la tête de ses parents devant ledit tableau pour s’en rendre compte. Sur l’autre rive, en Islande, Robert fait chaque nuit le même cauchemar qu’Emilie. Retiré depuis plusieurs années près des ours blancs, Robert est seul et rongé par les regrets. Le passé revient en lambeaux doucement distillant la lumière sur la petite Emilie, sans crier. Étrange, mystérieux, on rentre dans ce roman par la petite porte pour ne pas arriver à quitter cette histoire où l’on cherche à savoir ce qui unit les deux personnages clé. Deux personnages qui souffrent à leur manière de ces rêves qui ne trouvent pas leur place dans le monde faux-fuyant... L’enfant tombée des rêves, quel joli titre déjà, vous ne trouvez pas ? Emilie est une fillette de douze ans qui n’en peut plus de tomber de ses rêves. Chaque nuit, c’est le même rêve, un homme tombe d’un balcon. Puisque les mots sont si difficiles à extérioriser, Emilie peint son rêve obsessionnel. Quand ses parents découvrent le tableau, Emilie sent le malaise à plein nez. Ce tableau d’un homme qui tombe est plus qu’un tableau, c’est l’antre des secrets, des non-dits, des mensonges et du fardeau d’une famille. Il suffit de voir la tête de ses parents devant ledit tableau pour s’en rendre compte. Sur l’autre rive, en Islande, Robert fait chaque nuit le même cauchemar qu’Emilie. Retiré depuis plusieurs années près des ours blancs, Robert est seul et rongé par les regrets. Le passé revient en lambeaux doucement distillant la lumière sur la petite Emilie, sans crier. Étrange, mystérieux, on rentre dans ce roman par la petite porte pour ne pas arriver à quitter cette histoire où l’on cherche à savoir ce qui unit les deux personnages clé. Deux personnages qui souffrent à leur manière de ces rêves qui ne trouvent pas leur place dans le monde faux-fuyant des adultes. Des adultes qui fuient les mots, la vérité et donnent vie dans leur silence aux démons des enfants qui doutent et viennent à fabuler. La plume de Marie Charrel est un petit enchantement dans le ventre des enfants en proie aux dysfonctionnements des grands. C’est un fil de maux à mots, des mots cousus, des mots broyés, des mots tus, des mots peints, des mots pendus à la gorge fermée des secrets qui ravagent une famille. Un roman très bien construit où Emilie et Robert construisent chacun de leur côté les parties manquantes d’un même puzzle. Cela se lit comme une intrigue, avec un fond de psychologie, un peu de tendresse aussi et beaucoup d’envies pour un monde meilleur. J’ai beaucoup aimé cette histoire tendre délivrant un message fort. Aucun enfant ne devrait tomber des rêves sans un adulte pour le réceptionner et le rassurer. Aucun enfant ne devrait tomber des rêves que les grands ont abandonnés un jour.
    Lire la suite
    En lire moins
  • zabeth55 Posté le 4 Août 2016
    Emilie a douze ans. Chaque nuit, elle fait le même cauchemar qui empoisonne ses jours : une chute dans le vide. Elle peint pour exorciser ses angoisses. Elle s’est créé un ami, un monstre imaginaire qui la décharge de tous ces mots étouffants qui l’envahissent. C’est une petite fille à part, solitaire, qui vit dans son monde, débordante d’imagination. Mais c’est surtout une petite fille empoisonnée par un secret de famille. Parallèlement, à des kilomètres de là, en Islande, un vieux médecin fait lui aussi chaque nuit le même cauchemar. Quel est le rapport entre les deux ? C’est un beau roman que j’ai lu avec plaisir. A l’étude psychologique de cette étrange petite fille se mêle une intrigue intéressante entre elle et le médecin islandais. Le style est très agréable, malgré parfois une impression de répétition ou d’appesantissement sur certaines situations.
  • jeunejane Posté le 29 Avril 2016
    Emilie, 12 ans, fait toujours le même rêve. Elle tombe d'un balcon. Elle peint cette scène d'abord maquillée par un petit bonhomme de dessin animé représenté à sa place et voit que son père regarde sa peinture avec une expression de peur. Elle peint aussi un géant qui mange les mots qui lui encombrent la tête ou qui lui font mal. Emilie sent qu'un mystère entoure ses origines et elle va tout faire pour le découvrir. Parallèlement, en Islande, un médecin français exilé là-bas fait aussi le même rêve. Le destin d'Emilie est lié au sien mais il va falloir très longtemps pour que nous, lecteurs, découvrions la clé de l'énigme. Un peu dommage ! Le style de l'auteure est très beau, avec une musicalité des mots auxquels la petite fille accorde beaucoup d'importance ainsi qu'à leur origine.
  • val-m-les-livres Posté le 11 Mai 2014
    Cette histoire est celle d'un secret de famille. Si vous aimez ce thème et si vous n'êtes pas réfractaire à la psychologie, contrairement à moi, ce titre pourrait sans doute vous plaire. Mais si j'ai accepté ce rêve récurrent chez Robert, j'ai du mal à le comprendre chez Emilie. L'auteure l'explique très bien, j'ai déjà lu que ça arrivait mais je n'arrive à y croire et donc à adhérer à une histoire qui est basée sur la possibilité pour un enfant de rêver d'un moment réel qui a précédé sa naissance. Je comprends qu'un secret puisse peser sur un enfant, pas qu'il donne lieu à des cauchemars aussi précis. Je n'arrive d'ailleurs pas à apprécier les romans de Grimbert. Au delà de ça, j'ai souvent eu l'impression de lire un roman pour adolescent sans doute parce que la narratrice est en partie Emilie. Je n'ai pas aimé que la police d'écriture change quand on change de personnage, je pense être assez grande pour m'en rendre compte moi même et je n'ai pas de plaisir à lire ce qui est en italique. J'aurais aimé être plus enthousiaste pour diverses raisons. Quand je lis certains billets, je perçois votre enthousiasme tout en... Cette histoire est celle d'un secret de famille. Si vous aimez ce thème et si vous n'êtes pas réfractaire à la psychologie, contrairement à moi, ce titre pourrait sans doute vous plaire. Mais si j'ai accepté ce rêve récurrent chez Robert, j'ai du mal à le comprendre chez Emilie. L'auteure l'explique très bien, j'ai déjà lu que ça arrivait mais je n'arrive à y croire et donc à adhérer à une histoire qui est basée sur la possibilité pour un enfant de rêver d'un moment réel qui a précédé sa naissance. Je comprends qu'un secret puisse peser sur un enfant, pas qu'il donne lieu à des cauchemars aussi précis. Je n'arrive d'ailleurs pas à apprécier les romans de Grimbert. Au delà de ça, j'ai souvent eu l'impression de lire un roman pour adolescent sans doute parce que la narratrice est en partie Emilie. Je n'ai pas aimé que la police d'écriture change quand on change de personnage, je pense être assez grande pour m'en rendre compte moi même et je n'ai pas de plaisir à lire ce qui est en italique. J'aurais aimé être plus enthousiaste pour diverses raisons. Quand je lis certains billets, je perçois votre enthousiasme tout en me disant que ce roman n'est pas pour moi. Je pense que ce livre peut être apprécié mais que je ne suis pas la bonne lectrice.
    Lire la suite
    En lire moins
  • gwenleen Posté le 5 Mai 2014
    La plume de Marie Charrel m'était totalement inconnue. Je ne connaissais d'elle que la superbe couverture qui m'avait d'emblée séduite faisant atterrir ce bouquin directement en "wish-list". Mais le hasard jouant en ma faveur ..... il a également atterri dans ma boîte aux lettres. Bref ... Faisons court: le roman est aussi séduisant que la couverture! Parler à la place d'un enfant n'est pas chose aisée. Surtout quand l'enfant est plutôt une pré-adolescente en souffrance, en proie avec un rêve qui la hante au point d'envahir son existence sans vraiment savoir pourquoi. Pourtant, Marie Charrel s'en sort avec brio: c'est cohérent et ça fonctionne. Dès lors, nous voilà directement emportés dans le poids des secrets de familles et des non-dits qui font mal, nous ne pouvons que suivre et cheminer avec Emilie. Pourtant, une petite chose m'a dérangée: son ogre imaginaire Croquebal. N'allez pas croire qu'il est inutile, du tout. Bien au contraire, il a tout son sens dans l'histoire mais ... Mais il est exploité de façon trop enfantine et je me serais passée de son retour à la fin (même si je comprends le souhait d'avoir voulu faire un rappel à l'enfance sur les dernières lignes). Mais au final, ce petit... La plume de Marie Charrel m'était totalement inconnue. Je ne connaissais d'elle que la superbe couverture qui m'avait d'emblée séduite faisant atterrir ce bouquin directement en "wish-list". Mais le hasard jouant en ma faveur ..... il a également atterri dans ma boîte aux lettres. Bref ... Faisons court: le roman est aussi séduisant que la couverture! Parler à la place d'un enfant n'est pas chose aisée. Surtout quand l'enfant est plutôt une pré-adolescente en souffrance, en proie avec un rêve qui la hante au point d'envahir son existence sans vraiment savoir pourquoi. Pourtant, Marie Charrel s'en sort avec brio: c'est cohérent et ça fonctionne. Dès lors, nous voilà directement emportés dans le poids des secrets de familles et des non-dits qui font mal, nous ne pouvons que suivre et cheminer avec Emilie. Pourtant, une petite chose m'a dérangée: son ogre imaginaire Croquebal. N'allez pas croire qu'il est inutile, du tout. Bien au contraire, il a tout son sens dans l'histoire mais ... Mais il est exploité de façon trop enfantine et je me serais passée de son retour à la fin (même si je comprends le souhait d'avoir voulu faire un rappel à l'enfance sur les dernières lignes). Mais au final, ce petit défaut, "on s'en fout". Pourquoi? Parce que tout le reste est tellement cohérent et prenant, qu'en fin de compte on peut bien oublier Croquebal. j'ai passé un très bon moment avec ce roman, je l'ai apprécié autant que je l'ai désiré et suis passée à un poil du coup de coeur. Se laisser entraîner dans cette histoire de famille est aisé tant la plume de l'auteure est légère et pourtant toute en nuances. Je remercie vivement Olivia Elkaim, Marie Charrel, et les éditions Plon pour cette très agréable découverte (et accessoirement ... j'en redemande d'autres des comme ça!).
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…