Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221084397
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 456
Format : 135 x 215 mm

L'Énigme de l'univers

Bernard SIGAUD (Traducteur)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 18/09/1997

Sur l'île artificielle d'Anarchia mise au ban des nations pour ses détournements de brevets génétiques, se prépare un colloque de physiciens. Andrew Worth, journaliste à la caméra greffée sur le cerveau, a intrigué pour le couvrir, dans l'espoir d'un reportage paisible. Voire. Car la physique la plus fondamentale a ses...

Sur l'île artificielle d'Anarchia mise au ban des nations pour ses détournements de brevets génétiques, se prépare un colloque de physiciens. Andrew Worth, journaliste à la caméra greffée sur le cerveau, a intrigué pour le couvrir, dans l'espoir d'un reportage paisible. Voire. Car la physique la plus fondamentale a ses retombées explosives. Les physiciens réunis promettent de révéler l'énigme de l'univers : la Théorie du Tout, qui résumera l'histoire de l'univers, décrira l'infiniment petit, et signalera, selon certains, le commencement de la fin de la science. Vers Anarchia convergent les Cultes de l'ignorance qui abondent en ce milieu du XXIe siècle et qui tiennent pour impie et digne du bûcher toute révélation sur le secret ultime de la Création. La plus secrète des sectes a pris pour cible Violet Mosala, plus jeune prix Nobel de l'histoire. Qui a décidé de son côté de peser de toute sa gloire pour obtenir la levée de l'embargo que subit Anarchia. Ce qui irrite les Puissances économiques. Il n'en faut pas plus pour que l'enfer se déchaîne et que Worth se trouve involontairement transformé en protecteur de Violet, façon James Bond.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221084397
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 456
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Malahide75 Posté le 15 Avril 2020
    Voilà, nous y sommes. Le bruit court que lors de son allocution prévue sur Anarchia, la prix Nobel Violet Mosala va proposer sa Théorie du Tout, mettant fin ainsi à la quête de ce saint Graal de la physique. Mais, comme va le constater Andrew Worth, journaliste scientifique dépêché sur place pour couvrir l’événement, cette annonce n’est pas du goût de tous : entre les différentes équipes de chercheurs ayant leur propre version de la réponse ultime et les multiples communautés religieuses qui considèrent cette quête comme un blasphème, l’ambiance est au conflit… jusqu’à perpétrer une tentative de meurtre sur la personne de Mosala. Endossant ses casquettes d’enquêteur, de journaliste, de garde du corps mais aussi de simple mortel, Worth va tenter de démêler les raisons pour lesquelles cette découverte attire tant de haine et d’inquiétude. Greg Egan + Théorie du Tout + hard science = roman intelligent, ébouriffant, page-turner habile et (un peu) remue-méninges dans la boîte crânienne. Un roman de haut vol, à la lecture duquel les geeks jubileront de bonheur, mais pas qu’eux. D’accord, c’est parfois un peu ardu, mais le titre annonce la couleur ! Et Greg Egan, en vieux loup de mer, sait pertinemment naviguer dans la tempête et empêcher... Voilà, nous y sommes. Le bruit court que lors de son allocution prévue sur Anarchia, la prix Nobel Violet Mosala va proposer sa Théorie du Tout, mettant fin ainsi à la quête de ce saint Graal de la physique. Mais, comme va le constater Andrew Worth, journaliste scientifique dépêché sur place pour couvrir l’événement, cette annonce n’est pas du goût de tous : entre les différentes équipes de chercheurs ayant leur propre version de la réponse ultime et les multiples communautés religieuses qui considèrent cette quête comme un blasphème, l’ambiance est au conflit… jusqu’à perpétrer une tentative de meurtre sur la personne de Mosala. Endossant ses casquettes d’enquêteur, de journaliste, de garde du corps mais aussi de simple mortel, Worth va tenter de démêler les raisons pour lesquelles cette découverte attire tant de haine et d’inquiétude. Greg Egan + Théorie du Tout + hard science = roman intelligent, ébouriffant, page-turner habile et (un peu) remue-méninges dans la boîte crânienne. Un roman de haut vol, à la lecture duquel les geeks jubileront de bonheur, mais pas qu’eux. D’accord, c’est parfois un peu ardu, mais le titre annonce la couleur ! Et Greg Egan, en vieux loup de mer, sait pertinemment naviguer dans la tempête et empêcher que ses lecteurs ne tombent par-dessus bord. Entre action, théories scientifiques, palabres théologiques et philosophiques, ce roman « tout en un » est un vrai délice, de ceux que l’on termine avec la satisfaction d’avoir passé un bon moment et d’avoir huilé les rouages.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Riduidel Posté le 14 Mars 2020
    [book:L’énigme de l’univers] décrit donc, dans un futur à une bonne cinquantaine d’année, les aventures d’un journaliste qui va couvrir une conférence de physique théorique sur une île artificielle; Durant cette conférence doit être révélée la Théorie Du Tout, qui est sous-jacente et contient toutes les forces physiques de l’univers. Malheureusement, une secte assez étrange fera tout pour empêcher la révélation de cette théorie. Sacré [author:Greg Egan], la première fois que j’avais lu son roman, je l’avais trouvé totallement planant et délirant. Et encore maintenant, à peine la seconde lecture terminée, j’ai encore à l’esprit des tonnes d’images, de révélations et de réflexions. Ce qui est d’autant plus étonnant que, comme pour la plupart des auteurs de hard-science, son style n’est pas des plus géniaux. Il sait écrire, mais on est assez difficilement impliqué dans les aventures du héros, alors justement que la narration à la première personne est sensée nous rapprocher de lui. En fait, dans ce roman, ça me donne plutôt l’impression d’entendre Egan me raconter directement son histoire. Peut-être est-ce dû aux innombrables disgressions censées nous expliquer le monde du héros, peut-être est-ce aussi dû à un aspect assez onirique de ce monde futur, dans lequel la... [book:L’énigme de l’univers] décrit donc, dans un futur à une bonne cinquantaine d’année, les aventures d’un journaliste qui va couvrir une conférence de physique théorique sur une île artificielle; Durant cette conférence doit être révélée la Théorie Du Tout, qui est sous-jacente et contient toutes les forces physiques de l’univers. Malheureusement, une secte assez étrange fera tout pour empêcher la révélation de cette théorie. Sacré [author:Greg Egan], la première fois que j’avais lu son roman, je l’avais trouvé totallement planant et délirant. Et encore maintenant, à peine la seconde lecture terminée, j’ai encore à l’esprit des tonnes d’images, de révélations et de réflexions. Ce qui est d’autant plus étonnant que, comme pour la plupart des auteurs de hard-science, son style n’est pas des plus géniaux. Il sait écrire, mais on est assez difficilement impliqué dans les aventures du héros, alors justement que la narration à la première personne est sensée nous rapprocher de lui. En fait, dans ce roman, ça me donne plutôt l’impression d’entendre Egan me raconter directement son histoire. Peut-être est-ce dû aux innombrables disgressions censées nous expliquer le monde du héros, peut-être est-ce aussi dû à un aspect assez onirique de ce monde futur, dans lequel la violence est assez rare, et traitée, du moins aux yeux d’ [author:Egan] , comme quelque chose d’assez superflu, ce qui rend les quelques scènes “d’action” franchement inutiles.Car finallement, ce qui intéresse [author:Egan] , ce n’est pas tant raconter une histoire que poser des hypothèses scientifiques, et utiliser son roman comme un moyen de les rendre accessibles. Que ce soit pour la construction d’Anarchia ou pour la TDT, ce sont ces éléments qui sont moteurs dans l’histoire, et non ce pauvre journaliste balotté et franchement pitoyable. Et quels moteurs d’ailleurs ! La création d’Anarchia à elle seule est un véritable morceau de bravoure, mais pour [author:Egan] ça n’est rien qu’un décor. Ce qui l’intéresse vraiment lui, c’est la TDT. On le sent bien. Et il a bien raison, puisque cette théorie est censée permettre l’explication de tout, du battement des ailes d’un oiseau à l’influence de la couleur sur le comportement (enfin, en dernière analyse, comme il le répète tout le temps). On entre là dans une autre sphère d’écriture : celle où une théorie scientifique a une influence sur notre monde méthaphysique. En effet, la vraie crainte, c’est que cette explication complète de notre univers ne laisse plus la place à aucune divinité, puisque tout serait expliqué. Et c’est là, alors que certaines sectes tentent de détruire cette TDT avant son apparition, que se révèle la première couche de délire Egan : si l’univers a été créé à partir d’un big bang, comment expliquer qu’il puisse encoder autant d’information ? L’univers n’était en effet à l’origine qu’un point de matière infinment concentré, et surtout réduit à ses composants les plus simples. Ces composants n’ont pas pu accéder à la complexité spontanément,il a bien fallu quelque part un plan de montage. Ce plan est fourni par la Clef, la personne qui explique comment tout est arrivé. Et ça, c’est franchement quelque chose de magique : alors qu’une des grandes pensées que j’ai retenu de je ne sais quel philosophe est “la carte n’est pas le territoire”, [author:Egan] suggère le contraire : expliquer l’univers et donc le cartographier, permet de le faire accéder à l’existence, et par conséquent être. Un peu comme si, en se déplaçant dans un labyrinthe, on faisait apparaitre chaque coude simplement en supposant qu’il peut apparaitre là d’après la structure logique du labyrinthe.Et c’est là que reviennent les mèmes chers à notre NooGuru bien-aimé : cette idée d’un univers qui accède à l’existence par explication se propage comme un virus (les malades du D-Stress), alors même que l’explication n’a pas encore été trouvée. Ce qu' [author:Egan] appelle une fusion avec l’information ne serait-il pas une immersion dans la nossphère ? Je le pense. Et de plus, une immersion, puisque plutôt que d’en sortir détruit moralement ou physiquement, l’humanité en sort grandie et capable de beaucoup mieux comprendre son environnement. En fait, dans ce roman, la notion de noosphère est on ne peut plus centrale : tout le monde essaie de comprendre quelle va être l’influence de la compréhension de l’univers sur son voisin, mais personne ne peut l’imaginer.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Anne-Cendre Posté le 26 Septembre 2019
    Ce bouquin est bourrées de bonnes idées : - mettre une question scientifique au cœur de l’intrigue - décrire un monde non-binaire (7 genres, dont asexué au centre) - une île anarchique à la fois proscrite et reconnue Comme dit une autre critique, il manque quelque chose pour qu'on s'attache aux personnages, et la fin montre que le vernis scientifique était pas bien épais. Pas plus que nombre d'auteur de SF. Cela n'empêchent pas d'ouvrir des univers, des réflexions, et de les éprouver au détour d'une aventure divertissante. C'est cela que je cherche quand je lis de la SF, et L'Enigme de l'univers me l'a donné.
  • Luniver Posté le 1 Mai 2013
    Jusqu'au milieu du XXIe siècle, la science a poursuivi son ascension. La génétique permet à tout un chacun de se reformer comme il le désire, en choisissant son sexe (parmi 7 possibilités, de ultra-mâle à ultra-femelle en passant par asexe), en amputant son cerveau de zones indésirables et éviter certains sentiments, en se recomposant un système immunitaire, voire même, pour les plus riches, de se doter d'une digestion qui accepte facilement les vieux pneus ou autres détritus. Sur l'île d'Anarchia, mise au ban de la société pour non-respect de certains brevets sur le vivant, s'organise un grand congrès de physique : le but est de définir une Théorie du Tout, qui expliquerait l'ensemble des forces connues (faible, forte, électromagnétique, gravitationnelle) en une seule théorie, mettant ainsi un point final à la physique théorique. Certaines sectes (Renaissance Mystique, Science Humilions!) ne voient pas d'un très bon œil qu'on se permette de dévoiler tous les secrets de la Création, et vont tout faire pour perturber ce congrès. Andrew Worth, journaliste scientifique, débarque sur l'île juste avant le congrès, dans le but de faire un reportage sur Violet Mosala, physicienne qui travaille sur la théorie la plus prometteuse. Il va se retrouver contre son gré au... Jusqu'au milieu du XXIe siècle, la science a poursuivi son ascension. La génétique permet à tout un chacun de se reformer comme il le désire, en choisissant son sexe (parmi 7 possibilités, de ultra-mâle à ultra-femelle en passant par asexe), en amputant son cerveau de zones indésirables et éviter certains sentiments, en se recomposant un système immunitaire, voire même, pour les plus riches, de se doter d'une digestion qui accepte facilement les vieux pneus ou autres détritus. Sur l'île d'Anarchia, mise au ban de la société pour non-respect de certains brevets sur le vivant, s'organise un grand congrès de physique : le but est de définir une Théorie du Tout, qui expliquerait l'ensemble des forces connues (faible, forte, électromagnétique, gravitationnelle) en une seule théorie, mettant ainsi un point final à la physique théorique. Certaines sectes (Renaissance Mystique, Science Humilions!) ne voient pas d'un très bon œil qu'on se permette de dévoiler tous les secrets de la Création, et vont tout faire pour perturber ce congrès. Andrew Worth, journaliste scientifique, débarque sur l'île juste avant le congrès, dans le but de faire un reportage sur Violet Mosala, physicienne qui travaille sur la théorie la plus prometteuse. Il va se retrouver contre son gré au cœur d'une lutte impitoyable entre sectes et scientifiques. Difficile a priori de baser un livre avec comme héros principal une théorie scientifique. Et pourtant, Greg Egan y parvient avec brio. Tous les aspects du monde qu'il a créé sont solidement documentés (et restent accessibles aux non-scientifiques), et il soulève de nombreuses questions toujours d'actualité : les brevets sur le vivant, les modifications génétiques et l'eugénisme, la renaissance des sectes, ... Thriller rythmé, science-fiction intelligente, questionnements philosophiques : cocktail surprenant, mais parfaitement maîtrisé !
    Lire la suite
    En lire moins
  • JDKOEPP Posté le 1 Décembre 2007
    hard science intelligente, imagination et réflexion passionnantes
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.