Lisez! icon: Search engine
L'Enterrement de Serge
Date de parution : 21/10/2021
Éditeurs :
Cherche midi

L'Enterrement de Serge

Date de parution : 21/10/2021
Cet enterrement-là vous rendra heureux !
Dans une petite église de Saône-et-Loire, on enterre Serge Blondeau et ils ne sont pas nombreux à avoir fait le déplacement. Il y a Gilberte, sa mère, qui s’apprête à... Dans une petite église de Saône-et-Loire, on enterre Serge Blondeau et ils ne sont pas nombreux à avoir fait le déplacement. Il y a Gilberte, sa mère, qui s’apprête à faire une annonce importante, Brigitte, sa sœur, qui compte les heures avant son retour en région parisienne, Bernard, son beau-frère,... Dans une petite église de Saône-et-Loire, on enterre Serge Blondeau et ils ne sont pas nombreux à avoir fait le déplacement. Il y a Gilberte, sa mère, qui s’apprête à faire une annonce importante, Brigitte, sa sœur, qui compte les heures avant son retour en région parisienne, Bernard, son beau-frère, qui aimerait récupérer les quatre cents francs qu’il a prêtés au défunt en 1998, et une poignée d’autres. Il faut dire que Serge n’avait rien d’inspirant. Un homme qui habite un mobile home et gagne sa vie en conduisant le minibus d’un Ehpad ne peut pas espérer des obsèques grandioses. Celles-ci seront pourtant inoubliables...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749166483
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 200 mm
EAN : 9782749166483
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 200 mm

Ils en parlent

"Un livre à la fois profond et léger. Un enterrement, allez-vous me dire, peut-il être léger ? Eh bien oui, sous la plume de Stéphane Carlier."
Agnès Ledig / Instagram

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • VALENTYNE 29/10/2022
    Un roman dont le sujet principal est un enterrement peut faire sourire. C’est le cas avec ce roman. Serge est mort, à 64 ans, d’un cancer. Pendant la veille, puis la journée de l’enterrement, l’auteur va nous présenter les pensées de sa soeur (beaucoup plus jeune, la cinquantaine), de sa mère (84 ans et toute sa tête), de sa nièce (14 ans, accro aux réseaux sociaux et cependant très sympathique). Il y aura aussi un jeune croque-mort (amoureux maladroit), son collègue dépressif (les gens dépressifs me font rire, je me sens moins dépressive 🫠), un ancien compagnon de cellule, un curé, un agriculteur … et j’en oublie… Il y aura des rebondissements « cocasses » (bon si cela m’arrivait dans la vraie vie, je crois que je ne rirais pas) Et à la fin je trouve que tous les personnages ont évolué et gagné en profondeur. Je me note donc cet auteur à suivre ….
  • nelly76 22/05/2022
    Une lecture facile ,un rien désopilante sur un sujet délicat car un enterrement en principe n'est jamais drôle, mais traité, ici,avec une once d'humour ,juste saupoudrée ,car hélas beaucoup de clichés. Je pourrai presque dire " un Feel-good book" ,qui fait parfois sourire ,n'a pas suscité chez moi le moindre rire,mais une lecture détente ,légère qui frise le vaudeville,mais qui ne m'a pas " emballée" plus que ça. À lire en vacances.⭐⭐⭐
  • GaletteSaucisse 10/04/2022
    Qui a dit que les enterrements étaient forcément tristes ? Je veux dire, hormis celui de quelqu’un que tu aimais follement, ou celui d’un gamin, franchement, à des obsèques on peut aussi très bien se marrer. (mais loin du veuf ou des parents, car nous sommes des gens civilisés.) L’enterrement de Serge est un enterrement qui devrait être triste. Mort d’un cancer à un âge pas si avancé, laissant une veuve, son chien, et sa vieille maman. Une sœur, aussi. Mais c’est une connasse qui fait seulement acte de présence, attendant bravement que sa mère lui annonce qu’elle va lui filer sa maison, en Vendée je crois mais je ne suis pas sûre. L’enterrement de Serge sera donc expéditif. Ils ne seront donc pas nombreux, dix en comptant le chien et les deux croque-morts. Un véritable enterrement triste, ponctué par les sanglots d’Arlette, la veuve, et les soupirs de la sœur dont le nom m’échappe, qui n’attend que de pouvoir retrouver son amant. (Ah bah oui, autant être une ordure jusqu’au bout.) En réalité, les obsèques de Serge sont une façon de retrouver toute la famille qu’on voit peu, en général, et de découvrir quelques amis du mort. Découvrir un morceau de sa vie, aussi.... Qui a dit que les enterrements étaient forcément tristes ? Je veux dire, hormis celui de quelqu’un que tu aimais follement, ou celui d’un gamin, franchement, à des obsèques on peut aussi très bien se marrer. (mais loin du veuf ou des parents, car nous sommes des gens civilisés.) L’enterrement de Serge est un enterrement qui devrait être triste. Mort d’un cancer à un âge pas si avancé, laissant une veuve, son chien, et sa vieille maman. Une sœur, aussi. Mais c’est une connasse qui fait seulement acte de présence, attendant bravement que sa mère lui annonce qu’elle va lui filer sa maison, en Vendée je crois mais je ne suis pas sûre. L’enterrement de Serge sera donc expéditif. Ils ne seront donc pas nombreux, dix en comptant le chien et les deux croque-morts. Un véritable enterrement triste, ponctué par les sanglots d’Arlette, la veuve, et les soupirs de la sœur dont le nom m’échappe, qui n’attend que de pouvoir retrouver son amant. (Ah bah oui, autant être une ordure jusqu’au bout.) En réalité, les obsèques de Serge sont une façon de retrouver toute la famille qu’on voit peu, en général, et de découvrir quelques amis du mort. Découvrir un morceau de sa vie, aussi. Qu’on ne connaissait pas, parce qu’il n’en parlait pas. Ou parce qu’on n’en parlait pas. L’Enterrement de Serge est un livre plein de tendresse, pas si triste et presque drôle, malgré le thème qu’on aurait pu penser lugubre. Chacun vivra son deuil à sa manière, les uns oublieront le mort qu’ils n’avaient du reste jamais tellement aimé, d’autres, abrutis par la douleur, prendront conscience qu’ils auront perdu et manqué des souvenirs, des joies. Un enterrement classique, en somme. Me voilà bien douce ce soir, toute gentillette. C’est peu commun. La semaine dernière, cherchant tant bien que mal le sommeil, je suis tombée sur une interview de Brassens qui expliquait que son grand plaisir, c’était de se promener au cimetière du Montparnasse et d’y assister à des enterrements de gens qu’il ne connaissait pas. Je le rejoindrai sur ce point ; j’aime bien l’ambiance des enterrements. Avec mon grand-oncle, on faisait un loto des phrases cons qui reviennent toujours, et celui qui avait coché le plus de cases avait gagné. Du genre : - C’est toujours les meilleurs qui partent en premier… - C’était un chic type. - Ne pleure pas, Alain, vous vous retrouverez là-haut… - Elle a beaucoup souffert, elle est mieux là où elle est. - Mon pauvre vieux, j’ose pas savoir ce que tu endures… - On est bien peu de choses, quand même… - Quelle tragédie… si jeune… - Comme quoi, faut profiter de la vie, elle est courte… - Oh, faut se dire que le bon Dieu l’a rappelé à lui… J’essaie toujours d’assister aux enterrements, si possible des gens que j’aimais peu ou pas, parce que pleurer devant tout le monde c’est pas tellement ma came. Les enterrements des vieux sont les mieux. Y’a pas tellement longtemps, le mois dernier je crois, mon cher papa m’avait appelée : - Bonjour ma Galette… Tu vas comment ? - Ça pourrait être pire. Et toi ? - Ça va, ça va… Bon, j’ai une mauvaise nouvelle. - Tu ne vas pas pouvoir me faire un gravlax ? J’adore le gravlax. C’est la plus belle chose au monde. Mieux que l’entièreté de la gastronomie bretonne. Rien que ça. - Si, pour le gravlax c’est bon. Mais Tante Renée vient de mourir. - Renée ? - Oui. - Mais… - Tu croyais qu’elle était morte il y a deux ans ? - Bah… oui... ? - T’inquiète, moi aussi. Et voilà. Autant te dire que des obsèques d’une personne que tu croyais déjà morte ne sont pas si tristes. En plus il faisait beau, le bébé d’une cousine gazouillait dans l’église… J’étais simplement triste pour mon loto-des-phrases-cons, qui est resté désespérément vide. Mais on a eu un cortège sympa, avec cette jolie conversation, sous un soleil de février : - Oh, après tout, j’pense que c’est mieux pour tout le monde, que Tante Renée soit partie. - Oui, elle a rejoint Tonton Yves là-haut. - Vingt ans qu’il est parti, lui, non ? - Qui ? Tonton Yves ? - Non, le Pape, abruti. - Je crois qu’il est mort en 2001, oui. - Putain, ça filoche… - J’ai l’impression qu’on l’enterrait le mois dernier. - Il était pas si vieux, en plus ? - A peine ! Soixante-dix ans ! - Quelle tragédie… si jeune… - Et un chic type, avec ça. Martine qui plie son mouchoir en tissu. - Elle va me manquer, Maman, quand même. - Oh, tu sais, moi ça fait deux ans que je la croyais morte, donc mon deuil est fait. - Oui, Tristan a raison, faut pas pleurer. - Nous nous reverrons un jour ou l’autre, comme dirait Aznavour. - C’est pas Claude François qui chante ça ? - Mais non, c’était Thierry Le Luron. Le cortège passe la grille du cimetière. Les voix, respectueusement, s’éteignent. Mais pas pour longtemps. - Et sinon, si on considère que ce sont les meilleurs qui partent en premier, on en pense quoi, de Renée ? - Elle avait quel âge ? - Elle était centenaire je crois, hein, Martine ? - A deux ans près, oui. - Et donc, François, tes conclusions ? - Elle était peut-être pas si respectable… - Sûr qu’elle était une baronne de la drogue… Petit silence considératif. Mon oncle Michel se gratte la barbe. - Ouais, ça se tient. Alors, qui a dit que les enterrements étaient forcément tristes ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mesptiiteslectures 05/03/2022
    Un enterrement pas comme les autres J'ai lu "L'enterrement de Serge" de Stéphane Carlier aux éditions cherchemidiediteur Et je me suis régalée avec ce roman décalé, plein d'humour et de tendresse. Aujourd'hui, c'est le jour où Serge, 64 ans, doit être enterré. Pour l'occasion, quelques personnes de sa famille proche ont fait le déplacement. Certains par amour, d'autres pour réclamer de l'argent à sa veuve ou encore dans l'espoir de se voir léguer un bien immobilier. Personne ni va réellement pour les bonnes raisons et l'enterrement ne se passera pas tout à fait comme prévu non plus... Chapitre après chapitre, on découvre le lien qu'à chaque personne, de près ou de loin, avec Serge. Certains en parlent avec compassion, admiration, tendresse, amour, qu'en d'autre se montrent plus râleurs pour décrire l'homme qu'il était. Le roman est court mais contient plus d'une péripéties aussi farfelues soient elles et permettent au lecteur une immersion facile dans l'histoire. A tel point que j'ai vécu ces aléas avec les proches de Serge. J'ai été désemparée, j'ai ri et j'ai aussi versé ma larme. Puis, après la tempête revient le calme. Et à cet instant de l'histoire, le roman se veut touchant. J'ai été émue. Les dernières pages prennent une tournure vraiment... Un enterrement pas comme les autres J'ai lu "L'enterrement de Serge" de Stéphane Carlier aux éditions cherchemidiediteur Et je me suis régalée avec ce roman décalé, plein d'humour et de tendresse. Aujourd'hui, c'est le jour où Serge, 64 ans, doit être enterré. Pour l'occasion, quelques personnes de sa famille proche ont fait le déplacement. Certains par amour, d'autres pour réclamer de l'argent à sa veuve ou encore dans l'espoir de se voir léguer un bien immobilier. Personne ni va réellement pour les bonnes raisons et l'enterrement ne se passera pas tout à fait comme prévu non plus... Chapitre après chapitre, on découvre le lien qu'à chaque personne, de près ou de loin, avec Serge. Certains en parlent avec compassion, admiration, tendresse, amour, qu'en d'autre se montrent plus râleurs pour décrire l'homme qu'il était. Le roman est court mais contient plus d'une péripéties aussi farfelues soient elles et permettent au lecteur une immersion facile dans l'histoire. A tel point que j'ai vécu ces aléas avec les proches de Serge. J'ai été désemparée, j'ai ri et j'ai aussi versé ma larme. Puis, après la tempête revient le calme. Et à cet instant de l'histoire, le roman se veut touchant. J'ai été émue. Les dernières pages prennent une tournure vraiment belle et émouvante. Ce roman est à mes yeux une jolie réussite. Il est doux, drôle et émouvant à la fois. J'ai passé un très agréable moment auprès de personnages attachiants pour la plupart. Je vous invite à le découvrir sans tarder
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kez 27/02/2022
    Après avoir fini La route de MC Carthy et vu les événements actuels, j'avais besoin de légèreté. Bizarre dans ce cas de lire un roman intitulé L'enterrement de Serge. Et bien pas tant que cela parce que ce petit roman est drôle et sympathique. Il est à la fois léger et axé sur la tolérance. Il remet les pendules à l'heure sur ce qui est important dans une vie... Ce n'est pas de la grande littérature mais cela fait du bien.
Inscrivez-vous à la newsletter pour ne rater aucune actualité du Cherche Midi
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Interview
    le cherche midi éditeur

    Stéphane Carlier : « Bien sûr qu'il faut célébrer la mort ! »

    Septième roman aux allures de comédie signée par l’auteur des Perles noires de Jackie O. et du Chien de madame Halberstadt, cet Enterrement de Serge voyage entre noirceurs et fulgurances pour dire la vie d’un homme singulier. Rencontre avec Stéphane Carlier, jamais à court de bons mots.

    Lire l'article