Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749166483
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 200 mm

L'Enterrement de Serge

Date de parution : 21/10/2021
Cet enterrement-là vous rendra heureux !
Dans une petite église de Saône-et-Loire, on enterre Serge Blondeau et ils ne sont pas nombreux à avoir fait le déplacement. Il y a Gilberte, sa mère, qui s’apprête à faire une annonce importante, Brigitte, sa sœur, qui compte les heures avant son retour en région parisienne, Bernard, son beau-frère,... Dans une petite église de Saône-et-Loire, on enterre Serge Blondeau et ils ne sont pas nombreux à avoir fait le déplacement. Il y a Gilberte, sa mère, qui s’apprête à faire une annonce importante, Brigitte, sa sœur, qui compte les heures avant son retour en région parisienne, Bernard, son beau-frère, qui aimerait récupérer les quatre cents francs qu’il a prêtés au défunt en 1998, et une poignée d’autres. Il faut dire que Serge n’avait rien d’inspirant. Un homme qui habite un mobile home et gagne sa vie en conduisant le minibus d’un Ehpad ne peut pas espérer des obsèques grandioses. Celles-ci seront pourtant inoubliables...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749166483
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 200 mm

Ils en parlent

"Un livre à la fois profond et léger. Un enterrement, allez-vous me dire, peut-il être léger ? Eh bien oui, sous la plume de Stéphane Carlier."
Agnès Ledig / Instagram

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • seb_sam_b Posté le 12 Janvier 2022
    Serge est mort ! Vive Serge ! Le titre évocateur, 𝑳’𝒆𝒏𝒕𝒆𝒓𝒓𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕 𝒅𝒆 𝑺𝒆𝒓𝒈𝒆, ne laisse guère planer le doute sur la thématique de ce roman de Stéphane Carlier aux éditons Le Cherche Midi. Serge Blondeau avait 64 ans. Arlette Zanella, son épouse, est femme de ménage. Tous les deux vivaient dans un mobil home. Il était chauffeur de bus d’un Ephad. Le couple vivaient une vie paisible, calme et plutôt sereine. Toutefois Serge meurt. Un jour, l’enterrement arrive. Malheureusement presque personne n’est présent hormis sa mère de 80 ans qui fait son coming out. La sœur, qui elle trompe son mari en forniquant dans les escaliers de l’entreprise dans laquelle elle travaille. Le beau-frère de son côté qui….. NON NON NON je n’en dis pas plus car cela serait divulguer toutes les intrigues de cette histoire rocambolesque ! La succession de chapitres permet les changements de point de vue qui font tomber les masques des individus grâce à une suite d’événements inimaginables. J’ai beaucoup ris ! Je me suis beaucoup amusé à lire cette comédie légère et très cinématographique ! Avez-vous envie d’assister à l’enterrement de Serge ?
  • Titine75 Posté le 11 Janvier 2022
    Ils sont peu nombreux ceux qui se sont déplacés pour rendre un dernier hommage à Serge Blondeau. Il y a Gilberte, sa mère, venue avec sa voisine et souhaitant faire une annonce importante à la fin de la journée. Brigitte, sa sœur, accompagnée de Bernard son mari et de leur fille, qui espère que sa mère va leur léguer sa maison du Creusot. Bernard, quant à lui, compte demander à la veuve de Serge, l’argent qu’il avait prêté à son beau-frère en 1998. Les voisins du défunt ont également fait le déplacement. Serge a eu une vie mouvementée, a fait des erreurs avant de vivre une vie paisible dans un mobil home en gagnant sa vie comme chauffeur de minibus dans un Ehpad. Pas de quoi susciter l’admiration mais l’enterrement de Serge ne sera peut-être pas aussi triste qu’il n’y paraît. J’ai découvert Stéphane Carlier avec le charmant « Chien de Madame Halberstadt » où le personnage principal était déjà un loser. C’est ainsi que Brigitte et Bernard voient Serge qui était bien loin de leur vie bourgeoise. Absent, il sera le centre des conversations des différentes personnes présentes à son enterrement. Et au fur et à mesure de la journée,... Ils sont peu nombreux ceux qui se sont déplacés pour rendre un dernier hommage à Serge Blondeau. Il y a Gilberte, sa mère, venue avec sa voisine et souhaitant faire une annonce importante à la fin de la journée. Brigitte, sa sœur, accompagnée de Bernard son mari et de leur fille, qui espère que sa mère va leur léguer sa maison du Creusot. Bernard, quant à lui, compte demander à la veuve de Serge, l’argent qu’il avait prêté à son beau-frère en 1998. Les voisins du défunt ont également fait le déplacement. Serge a eu une vie mouvementée, a fait des erreurs avant de vivre une vie paisible dans un mobil home en gagnant sa vie comme chauffeur de minibus dans un Ehpad. Pas de quoi susciter l’admiration mais l’enterrement de Serge ne sera peut-être pas aussi triste qu’il n’y paraît. J’ai découvert Stéphane Carlier avec le charmant « Chien de Madame Halberstadt » où le personnage principal était déjà un loser. C’est ainsi que Brigitte et Bernard voient Serge qui était bien loin de leur vie bourgeoise. Absent, il sera le centre des conversations des différentes personnes présentes à son enterrement. Et au fur et à mesure de la journée, nous apprenons à découvrir Serge, sa rédemption et son bonheur simple et lumineux. Stéphane Carlier sait peindre des personnages qui sont agaçants pour certains mais surtout attachants. Cet enterrement se révèle truculent, agité et plein de surprises. Et comme dans « Le chien de Madame Halberstadt », la fin de l’intrigue est réconfortante, positive et joyeuse. « L’enterrement de Serge » a moins de charme que « Le chien de Madame Halberstadt » mais il n’en reste pas moins plaisant à lire. Une comédie légère et sympathique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Christlbouquine Posté le 4 Janvier 2022
    Ils ne sont pas très nombreux dans la petite église, réunis autour de la dépouille de Serge Blondeau. Il y a là Gilberte, sa mère ; Brigitte et Bernard, sa sœur et son beau-frère accompagnés de leur fille Garance ; Arlette sa compagne. Et puis les deux conseillers funéraires, Romain et Jean-Pierre. Dédé, l’ami fidèle et Marie-Pierre, la voisine de Gilberte. S’ils sont aussi peu, c’est parce que les faire-part et l’avis de décès qui devait paraître dans la presse ont été retardés par une grève générale. Et pour couronner le tout, les fossoyeurs se sont aussi mis en grève et il est impossible de procéder à l’inhumation. Tout le groupe se retrouve alors dans un hôtel un peu miteux en attendant que les portes du cimetière ouvrent. Stéphane Carlier nous plonge au cœur d’un récit choral, où les personnages défilent avec leurs qualités et leurs défauts, leurs forces et leurs failles. C’est très souvent drôle mais aussi plein d’observations (parfois un peu caricaturales) sur notre société, les relations familiales, la solitude. L’auteur nous entraîne ainsi à travers cette comédie familiale grâce à quelques rebondissements amusants et une galerie de personnages remplis d’humanité. Certaines scènes ne sont pas sans rappeler, parfois,... Ils ne sont pas très nombreux dans la petite église, réunis autour de la dépouille de Serge Blondeau. Il y a là Gilberte, sa mère ; Brigitte et Bernard, sa sœur et son beau-frère accompagnés de leur fille Garance ; Arlette sa compagne. Et puis les deux conseillers funéraires, Romain et Jean-Pierre. Dédé, l’ami fidèle et Marie-Pierre, la voisine de Gilberte. S’ils sont aussi peu, c’est parce que les faire-part et l’avis de décès qui devait paraître dans la presse ont été retardés par une grève générale. Et pour couronner le tout, les fossoyeurs se sont aussi mis en grève et il est impossible de procéder à l’inhumation. Tout le groupe se retrouve alors dans un hôtel un peu miteux en attendant que les portes du cimetière ouvrent. Stéphane Carlier nous plonge au cœur d’un récit choral, où les personnages défilent avec leurs qualités et leurs défauts, leurs forces et leurs failles. C’est très souvent drôle mais aussi plein d’observations (parfois un peu caricaturales) sur notre société, les relations familiales, la solitude. L’auteur nous entraîne ainsi à travers cette comédie familiale grâce à quelques rebondissements amusants et une galerie de personnages remplis d’humanité. Certaines scènes ne sont pas sans rappeler, parfois, le livre Edmond Ganglion Fils de Joël Egloff ainsi que le film qui en a été tiré avec le très regretté Jean-Pierre Bacri (auquel le livre de Stéphane Carlier est d’ailleurs dédié). Hommage à l’auteur ou à l’acteur ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lisonlit Posté le 3 Janvier 2022
    Voilà que je referme ce livre les larmes aux yeux avec la furieuse envi d'en reprendre la lecture... Il nous convie à l'enterrement de Serge Blondeau, un type apparemment sans intérêt, chauffeur du minibus d'une maison de retraite vivant dans un mobile home avec une femme de ménage. Ca se passe dans un coin perdu de la Bourgogne, il ne fait pas beau, il n'y a personne, on n'a vraiment pas envie d'être là. On s'attend à une cérémonie triste à mourir mais c'est le contraire qui va se passer : on va beaucoup rigoler. Pas rigoler Pouet pouet tralala, non, mais rigoler finement, se marrer des travers de chacun des participants à ses obsèques qui prennent la parole successivement. La mère de Serge qui va profiter de l'enterrement de son fils pour faire une annonce, sa soeur, qui ne l'appréciait pas, son beau-frère, l'impayable Bernard, qui voudrait récupérer une somme d'argent qu'il lui a avancée en 1998 ! Et je ne parle pas des croque-morts, l'un amoureux qui attend un texto de sa douce, l'autre dépressif qui va planter le corbillard dans le décor... C'est drôle, très drôle, et aussi très tendre, ça pique mais ce n'est jamais... Voilà que je referme ce livre les larmes aux yeux avec la furieuse envi d'en reprendre la lecture... Il nous convie à l'enterrement de Serge Blondeau, un type apparemment sans intérêt, chauffeur du minibus d'une maison de retraite vivant dans un mobile home avec une femme de ménage. Ca se passe dans un coin perdu de la Bourgogne, il ne fait pas beau, il n'y a personne, on n'a vraiment pas envie d'être là. On s'attend à une cérémonie triste à mourir mais c'est le contraire qui va se passer : on va beaucoup rigoler. Pas rigoler Pouet pouet tralala, non, mais rigoler finement, se marrer des travers de chacun des participants à ses obsèques qui prennent la parole successivement. La mère de Serge qui va profiter de l'enterrement de son fils pour faire une annonce, sa soeur, qui ne l'appréciait pas, son beau-frère, l'impayable Bernard, qui voudrait récupérer une somme d'argent qu'il lui a avancée en 1998 ! Et je ne parle pas des croque-morts, l'un amoureux qui attend un texto de sa douce, l'autre dépressif qui va planter le corbillard dans le décor... C'est drôle, très drôle, et aussi très tendre, ça pique mais ce n'est jamais méchant. En fait, sous couvert de comédie, ce livre parle de nous, on se reconnaît dans chacun des personnages. J'ai vraiment adoré !
    Lire la suite
    En lire moins
  • maryliselecoanet Posté le 3 Janvier 2022
    Cet enterrement-là est un échantillon de la société : ado en manque de reconnaissance, parents collet-montés, oncle marginal, handicapé, aïeul, secret de famille, homosexuel, vieillards oubliés en Ephad, dépressif, amoureux, réseaux sociaux... beaucoup de sujets traités sur 248 pages.
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Interview
    le cherche midi éditeur

    Stéphane Carlier : « Bien sûr qu'il faut célébrer la mort ! »

    Septième roman aux allures de comédie signée par l’auteur des Perles noires de Jackie O. et du Chien de madame Halberstadt, cet Enterrement de Serge voyage entre noirceurs et fulgurances pour dire la vie d’un homme singulier. Rencontre avec Stéphane Carlier, jamais à court de bons mots.

    Lire l'article