En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Leopard Hall

        Belfond
        EAN : 9782714475701
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 640
        Format : 140 x 225 mm
        Leopard Hall

        Laurence VIDELOUP (Traducteur)
        Collection : Le Cercle Belfond
        Date de parution : 20/04/2017
        Après l’inoubliable Reine des pluies, Katherine Scholes signe un roman envoûtant, magnifique portrait d’une jeune femme à la recherche de ses racines, doublé d’une fresque hallucinante sur l’histoire du Congo des années 1960.
        Congo, 1964.
        Australienne de vingt-cinq ans, Anna Emerson retourne sur sa terre natale du Congo, pour se rendre au chevet de son père mourant, Karl, qu’elle n’a pas vu depuis dix-huit ans. Les retrouvailles sont brèves et, au lendemain de sa mort, un nouveau choc attend la jeune femme : Karl...
        Congo, 1964.
        Australienne de vingt-cinq ans, Anna Emerson retourne sur sa terre natale du Congo, pour se rendre au chevet de son père mourant, Karl, qu’elle n’a pas vu depuis dix-huit ans. Les retrouvailles sont brèves et, au lendemain de sa mort, un nouveau choc attend la jeune femme : Karl n’est pas son père biologique. 
        Qui est son véritable père ? Pourquoi sa mère n’a-t-elle jamais rien dit ? Et que faire de Leopard Hall, la villa Emerson dont elle a hérité, remplie d’œuvres d’art pillées aux Africains ?
        Anna n’a bientôt plus qu’une idée en tête : retrouver son père. Avec Eliza, séduisante photographe américaine et grande entremetteuse politique, la jeune australienne tente de rejoindre le village où elle est née pour en savoir plus sur ses racines. Mais dans ce Congo tout juste indépendant, les tensions sont vives, parfois sanglantes. Et tandis qu’Eliza est embarquée dans une mission secrète auprès des rebelles Simba, Anna, elle, hésite : doit-elle poursuivre son voyage seule ? Ou doit-elle rester auprès des Carling, ce couple de missionnaires qui viennent en aide aux lépreux ?
        De l’autre côté du lac Tanganyika, un homme se prépare pour une mission paramilitaire des plus dangereuses, classée « secret défense ». Un homme qui n’a plus goût à rien depuis vingt-cinq ans, date à laquelle il a renoncé à ses droits sur sa fille. Un homme qui ne se doute pas que, dans un lieu appelé Leopard Hall, le destin a placé une surprise sur son chemin…
         

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714475701
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 640
        Format : 140 x 225 mm
        Belfond
        22.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Sourisetdeslivres Posté le 26 Juillet 2017
          1964, Anna, 25 ans, secrétaire célibataire à Melbourne, Australie est accostée par un détective privé. Son père l’a demandé sur son lit de mort au Congo (actuellement République démocratique du Congo). Karl Emerson, ce père dont elle n’a plus aucun souvenir la réclame maintenant, que doit-elle faire ? C’est un étranger pour elle, sa mère Marylin l’a toujours dénigré et n’a jamais donné d’explications à Anna, pas même une photo. Cette jeune femme peu sûre d’elle, vivant jusque là pour faire plaisir à sa mère et prenant son rôle de secrétaire pour Mr Williams très à cœur, décide d’accepter et de retrouver les traces de son passé. Dans le même temps en Tanzanie, Dan, un guide pour les touristes-chasseurs est recruté pour écraser la rébellion des Simbas qui a lieu au Congo. Cet homme de 60 ans décide d’accepter, il n’a plus combattu depuis la Seconde Guerre mondiale, mais connaît bien le Congo pour y avoir vécu 20 ans plus tôt. En tant que Belge, j’ai été assez révoltée contre mon pays et le roi Léopold II quand j’ai lu les atrocités et les injustices commises envers les Congolais, j’ai énormément appris dans ce roman, un non sens qu’à l’école on... 1964, Anna, 25 ans, secrétaire célibataire à Melbourne, Australie est accostée par un détective privé. Son père l’a demandé sur son lit de mort au Congo (actuellement République démocratique du Congo). Karl Emerson, ce père dont elle n’a plus aucun souvenir la réclame maintenant, que doit-elle faire ? C’est un étranger pour elle, sa mère Marylin l’a toujours dénigré et n’a jamais donné d’explications à Anna, pas même une photo. Cette jeune femme peu sûre d’elle, vivant jusque là pour faire plaisir à sa mère et prenant son rôle de secrétaire pour Mr Williams très à cœur, décide d’accepter et de retrouver les traces de son passé. Dans le même temps en Tanzanie, Dan, un guide pour les touristes-chasseurs est recruté pour écraser la rébellion des Simbas qui a lieu au Congo. Cet homme de 60 ans décide d’accepter, il n’a plus combattu depuis la Seconde Guerre mondiale, mais connaît bien le Congo pour y avoir vécu 20 ans plus tôt. En tant que Belge, j’ai été assez révoltée contre mon pays et le roi Léopold II quand j’ai lu les atrocités et les injustices commises envers les Congolais, j’ai énormément appris dans ce roman, un non sens qu’à l’école on nous fait qu’effleurer ce fait, ou juste en nous narrant l’indépendance du pays en 1960 ratifié par le roi Baudouin. Je comprends que cela soit une partie de l’histoire belge dont les dirigeants aient honte, mais ça fait partie de l’histoire du pays. Katherine Scholes nous narre toute l’histoire du Congo, avant son indépendance et ensuite, l’élection de Patrice Lumumba, son assassinat et la révolte qui gronde dans le pays. La mainmise qu’essaie d’avoir les pays communistes du côté des Simbas, les américains, belges, anglais là en tant que soldat et mercenaire venus aider le général Mobutu à arrêter cette rébellion. Tout en développant son intrigue, l’auteure évoque quantité de lieux, villes, faits historiques qui m’ont passionnée. Les personnages sont forts, bien construits, au cours des 600 et quelques pages ils ont fait partie de moi à l’image bien sûr d’Anna revenue sur ses terres à la recherche de l’amour paternel. Un personnage qui évolue beaucoup tout au long du roman. Elle se défait de ses chaînes du passé, fait ce voyage seule pour la première fois. Puis en plein milieu de cette mutinerie qui a lieu à travers le pays devra faire preuve de courage, elle côtoiera Eliza Lindenbaumu une riche héritière, passionnée de photographie, indépendante, profondément attachée à son pays et qui cache de nombreuses facettes. Eliza sera d’un grand soutien pour Anna. Ensuite, ce sera la famille de missionnaires les Carlings et leurs enfants, ils tiennent un hôpital où l’on soigne la lèpre et qu’il essaie aussi d’endiguer. Cette partie m’a passionnée aussi, Anna va passer quelque temps auprès d’eux à aider à l’hôpital, l’auteure raconte la maladie, les ignorances tout comme la guérison. Dan et ses soldats, Dan est un homme fort, charismatique, assez renfermé sur lui-même, il parle peu de lui, mais est profondément attaché à ses hommes. Il est commandant, il se doit de veiller à ce que tous rentrent en vie après la mission. Mission qu’il prend à cœur, mais qui finira par le faire douter. Sont-ils vraiment à leurs places ? Dan cache une blessure psychologique importante, un personnage qui se dévoile au fil des chapitres qui lui sont consacrés. Katherine Sholes alterne les chapitres de Anna et de Dan. D’un côté la recherche d’un père et de l’autre l’histoire du pays. Certains passages comme la préparation avant la mission pourraient sembler long à certains lecteurs, moi pas du tout, j’ai été très secouée lors de la lecture d’un passage et des faits commis par les Simbas sur les Européens, notamment sur une jeune novice (future bonne sœur). C’est vraiment un roman dense, parfois violent, mais où résonnent les tambours africains. L’auteure aborde quantité de thèmes comme l’importance de sauvegarder le patrimoine congolais, leurs croyances en « sorcellerie », la vie que le peuple mène tout simplement. Une histoire réelle, mais romancée qui m’a vraiment plu. Vous rencontrerez des hommes qui ont fait l’histoire comme dit plus haut : Lumumba, Mobutu, mais aussi l’apartheid qui sévit dans les pays d’Afrique, la situation en Afrique du Sud et Nelson Mandela. De l’Australie à la Tanzanie en passant par la Belgique jusqu’à la République démocratique du Congo le lecteur est transporté dans l’histoire et l’Histoire. Vous verrez les paysages, le lac Tanganyika, la jungle, les Léopards, les chimpanzés. Un roman aussi bien construit du côte narratif que dans les descriptions des lieux. Je pourrais, je pense aborder encore quantité de thèmes qui sont dans le livre, mais je ne voudrais pas vous spoiler, l’essentiel de l’intrigue du roman étant la recherche de l’amour paternel, les liens forts qui unissent un père et sa fille. Elle aborde surtout le thème de la famille à travers Anna, mais aussi Eliza, Les Carlings, quelques-uns des soldats, Dan, Karl Emerson, Bela une petite Congolaise, etc. Un roman pour tous les passionnés d’histoire avec des moments plus légers, mais aussi des moments durs ou d’autres attendrissants et émouvants.
          Lire la suite
          En lire moins
        • lazuli Posté le 26 Juin 2017
          Je suis fan de Katherine Scholes et j'ai lu tous ses livres que j'ai adoré. Celui-ci ne fait pas exception à la règle. Des paysages lointains et flamboyant, une intrigue riche et fouillée, des personnages bien campés. Chaque chapitre apporte sont lot de mystère et d'exotisme. L'auteur qui s'est bien documenté pour rédiger son roman, nous apprends une foule de choses sans que jamais cela ne soit pesant ou ennuyeux. Les pages défilent et on ne voit pas le temps passé. Un vrai voyage, un régal.
        • CindyR Posté le 17 Juin 2017
          Tout d'abord , je voudrais remercier Babélio pour cette Masse Critique ainsi que les éditions Belfond. En lisant le résumé, je me suis dit pourquoi pas c'est un livre qui je pense est passionnant et je me suis pas tromper , les description des paysages , nous emmene à voir ses lieu devant nos yeux. Le conflit est aussi vraiment bien décrit , je ne connaissez pas vraiment ce qui c'est passer là bas car on n'en parle pas souvent donc l'auteur nous aide à nous mettre dans ce contexte dès les première pages. Les personnages sont vraiment attachant , la seule chose que je met pas 5 étoiles et que ce n'est pas un coup de coeur car on ne c'est pasvraiment ce qui passe avec toutes ses personnes à laquelle on s'est attacher , dan , anna , eliza , marilyn , ect ... On reste vraiment sur notre fin , je trouve que les personnages on un peu était laisser de coter et que la plus grosse partie du livre est les description des conflits , des missionnaires , des paysages ect ... Je trouve sa très bien car j'ai adorer avoir tout tellement décrit comme sa pour... Tout d'abord , je voudrais remercier Babélio pour cette Masse Critique ainsi que les éditions Belfond. En lisant le résumé, je me suis dit pourquoi pas c'est un livre qui je pense est passionnant et je me suis pas tromper , les description des paysages , nous emmene à voir ses lieu devant nos yeux. Le conflit est aussi vraiment bien décrit , je ne connaissez pas vraiment ce qui c'est passer là bas car on n'en parle pas souvent donc l'auteur nous aide à nous mettre dans ce contexte dès les première pages. Les personnages sont vraiment attachant , la seule chose que je met pas 5 étoiles et que ce n'est pas un coup de coeur car on ne c'est pasvraiment ce qui passe avec toutes ses personnes à laquelle on s'est attacher , dan , anna , eliza , marilyn , ect ... On reste vraiment sur notre fin , je trouve que les personnages on un peu était laisser de coter et que la plus grosse partie du livre est les description des conflits , des missionnaires , des paysages ect ... Je trouve sa très bien car j'ai adorer avoir tout tellement décrit comme sa pour vraiment s'imaginer toutes ses scènes mais il manquez juste un épilogue pour allez encore plus loin surtout niveau de toutes ses personnes qu'on suis tout au long de cette magnifique histoire. Je vais éviter de spoiler donc je m'arreterez là. Merci en tout cas à cette auteur que je n'avais pas encore lu et qui m'a fait voyagez et je pense ne pas m'arreter là, je vais allez voir de ce pas ce qu'elle à d'autre à proposer.
          Lire la suite
          En lire moins
        • BlackKat Posté le 28 Mai 2017
          Je remercie tout d’abord NetGalley et les éditions Belfond pour l’envoi de ce roman. Je n’ai lu aucun des romans de Katherine Scholles. Donc je m’aventure en terre inconnue et, je ne vais vous mentir, en lisant la 4ème de couv’, j’ai de suite pensé à Out of Africa et je me suis dit « pourquoi pas »? Nous sommes en 1964, dans le Congo tout nouvellement indépendant. Anna y retrouve un père qu’elle n’a plus revu depuis son enfance. Mais les choses ne se passent pas comme elle l’espérait. Cruelle déception, espoirs envolés, Anna, au lieu de se réfugier chez elle en Australie, décide avec l’aide de son hôte, Eliza, de se lancer à la recherche de son père biologique, malgré les troubles mortels qui agitent le pays. C’est un roman dépaysant que nous offre l’auteur avec cette incursion au Congo des années 60. Ancienne colonie belge, l’indépendance a été acquise dans la chaos et a été le théâtre de guerres intestines et un jouet indirect du bloc de l’est contre celui de l’ouest dans la guerre froide mondiale qui sévissait à cette époque. L’envoi de mercenaires, armés par les uns et par les autres a contribué à l’instabilité de ce pays pour son intérêt politique... Je remercie tout d’abord NetGalley et les éditions Belfond pour l’envoi de ce roman. Je n’ai lu aucun des romans de Katherine Scholles. Donc je m’aventure en terre inconnue et, je ne vais vous mentir, en lisant la 4ème de couv’, j’ai de suite pensé à Out of Africa et je me suis dit « pourquoi pas »? Nous sommes en 1964, dans le Congo tout nouvellement indépendant. Anna y retrouve un père qu’elle n’a plus revu depuis son enfance. Mais les choses ne se passent pas comme elle l’espérait. Cruelle déception, espoirs envolés, Anna, au lieu de se réfugier chez elle en Australie, décide avec l’aide de son hôte, Eliza, de se lancer à la recherche de son père biologique, malgré les troubles mortels qui agitent le pays. C’est un roman dépaysant que nous offre l’auteur avec cette incursion au Congo des années 60. Ancienne colonie belge, l’indépendance a été acquise dans la chaos et a été le théâtre de guerres intestines et un jouet indirect du bloc de l’est contre celui de l’ouest dans la guerre froide mondiale qui sévissait à cette époque. L’envoi de mercenaires, armés par les uns et par les autres a contribué à l’instabilité de ce pays pour son intérêt politique mais aussi parce que la richesse du Congo pour ses matières premières était un enjeu de premier choix. L’auteur décrit très bien l’horreur d’un tel chaos quand les décisions prises de très loin, du fond d’un fauteuil confortable ne tiennent absolument pas compte des réalités sur le terrain. Spectacle désolant que tout pays anciennement colonisé a vécu, quand les autochtones se vengent sur les étrangers qui ont bénéficié par le passé de tant d’autorité, de luxe et de confort à leur détriment. Les missionnaires avec leur religion, les expatriés avec les terres et privilèges acquis parfois trop facilement, avec le choc des cultures, la décolonisation n’a jamais été réalisée dans le calme et la paix. Tous les bienfaits apportés disparaissent au profit des souvenirs des horreurs commises sur les peuples soumis et traités en esclaves, trop souvent considérés comme des animaux sauvages. L’histoire d’Anna et d’Eliza illustre parfaitement cette époque. On y retrouve également le style de vie des occidentaux, avec le luxe, la classe et l’élégance féminine, les riches domaines, les hôtels de luxe. L’indépendance dont peut se valoir une femme libre comme Eliza force le respect quand la naïveté d’Anna, et sa jeunesse, apporte un regard extérieur et candide sur des événements qui la dépasse. Mais les épreuves ouvrent les yeux. Si Anna est agitée par ses démons personnels, sa vie est en jeu et elle doit s’adapter. Du luxe, elle se frottera à la nature sauvage, aux villageois, aux malades, pauvres et lépreux dont s’occupent les missionnaires mais aussi à l’insécurité et à la violence des rebelles. J’ai bien aimé l’histoire d’Eliza, écoutant son cœur, partant à l’opposé de l’éducation qu’elle a reçu et des valeurs de sa « caste ». Mais trop de peu de détails sur son aventure et son implication dans la rébellion nous sont confiés pour créer l’empathie réelle, malheureusement. Pareillement pour Anna, privée de père depuis toute petite, à la recherche d’une figure paternelle affectueuse. Là aussi, l’empathie n’est pas grande, de part peut-être sa naïveté mais surtout par une expression émotionnelle de ses démons trop peu présente. Le personnage que j’ai préféré est celui de Dan. Lui possède une réelle consistance, un passé douloureux, une psyché torturée, des valeurs auxquelles le lecteur peut s’identifier et des sentiments crédibles et exprimés. Avec Dan c’est aussi l’aventure auprès des mercenaires, de tous horizons, avec chacun leurs raisons personnelles de s’investir dans des combats qui, a priori, ne les concernent pas. Bien sûr, il y a l’appât du gain mais pas que. Quelques combats émaillent le récit et le contexte historique choisi mais ils restent, à mon sens, très anecdotiques, juste présents pour une touche de drame et de suspense dans la quête d’Anna et de Dan. Entre 3 et 4 étoiles, j’ai hésité. Mais au final, même si le contexte politique et social est historiquement bien documenté, fidèle et décrit dans le récit, il m’a manqué un certain ciment émotionnel entre les événements et les personnages pour être totalement captivée par ce roman. Et c’est dommage. Par contre, c’est une lecture qui reste très sympathique, malgré quelques petites longueurs, la plume de l’auteur est fluide et agréable, le cadre est dépaysant, le contexte est intéressant et le roman se conclut sur un Happy End!
          Lire la suite
          En lire moins
        • anouklibrary Posté le 26 Mai 2017
          Une histoire politique qui prend place au cœur du bush congolais certainement magnifique, entre jungle et vallées : des détails de paysages à couper le souffle, une immersion dans un peuple africain rempli de traditions. La guerre prend une place importante dans le récit, traduite par de longues et lourdes descriptions, rognant parfois sur l’histoire émouvante de ce père et sa fille.

        Ils en parlent

        « Entre guerre d’indépendance et histoire familiale, faites un incroyable voyage au cœur du Congo. »
        La rousse bouquine

        « Je ne connaissais absolument pas Katherine Scholes, mais je vais maintenant tâcher de découvrir ses romans précédents. Car, de son côté, Leopard Hall a tout ce que j'aime : l'aspect historique, deux personnages particulièrement frappants et touchants, un récit magnifique et bien mené, et surtout des paysages absolument grandioses.
        Leopard Hall s'inspire de faits réels : l'opération menée par Dan et ses hommes n'a pas eu lieu, mais Katherine Scholes a été inspirée par des missions actives, opérant au Congo dans les années 1960. Pour coller au plus près de la réalité, de nombreuses sources tels que des mémoires, des articles et des archives ont été nécessaires. Ainsi, même si la majorité de l'histoire de Leopard Hall est romancée, la base historique est très solide, ce qui est fortement appréciable et donne encore plus d'envergure au récit ! Ensuite, pour ce qui est des descriptions des lieux proprement dits : je ne suis jamais allée en Afrique, mais ce sera un des premiers endroits que je visiterai dans mon tour du monde. Alors, ma virée dans Leopard Hall m'a donné un avant goût, même si l'époque n'est plus la même. L'Afrique reste un lieu dangereux, profondément agité, mais tellement magique... Que ce soit pour la culture, la beauté des paysages, les personnages et les animaux, tout cela vaut très bien le détour !
        Alors, c'est un récit souvent lourd, les événements décrits sont forcément loin d'être gais : après tout, on parle de guerre, de soulèvement, de politique. Mais Katherine Scholes réussit à rendre le tout parfaitement captivant. On ne peut que s'émouvoir devant le destin de chaque personnage... »
        Le Chat du Cheshire

        « Leopard Hall nous entraîne dans le Congo des années 1960 avec une héroïne en quête d’identité. Un roman qui nous fait voyager et apprendre l’histoire d’un pays trop peu connu. »
        Popcorn & Gibberish

        « Un contexte difficile que doit affronter le Congo, malgré un décor à couper le souffle ; des personnages forts que j’ai appréciés de la première à la dernière page et qui m’auront marquée. » Livres de filles


         
        Toute l'actualité des éditions Belfond
        Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.