En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Leopard Hall

        Belfond
        EAN : 9782714475701
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 640
        Format : 140 x 225 mm
        Leopard Hall

        Laurence VIDELOUP (Traducteur)
        Collection : Le Cercle Belfond
        Date de parution : 20/04/2017
        Après l’inoubliable Reine des pluies, Katherine Scholes signe un roman envoûtant, magnifique portrait d’une jeune femme à la recherche de ses racines, doublé d’une fresque hallucinante sur l’histoire du Congo des années 1960.
        Congo, 1964.
        Australienne de vingt-cinq ans, Anna Emerson retourne sur sa terre natale du Congo, pour se rendre au chevet de son père mourant, Karl, qu’elle n’a pas vu depuis dix-huit ans. Les retrouvailles sont brèves et, au lendemain de sa mort, un nouveau choc attend la jeune femme : Karl...
        Congo, 1964.
        Australienne de vingt-cinq ans, Anna Emerson retourne sur sa terre natale du Congo, pour se rendre au chevet de son père mourant, Karl, qu’elle n’a pas vu depuis dix-huit ans. Les retrouvailles sont brèves et, au lendemain de sa mort, un nouveau choc attend la jeune femme : Karl n’est pas son père biologique. 
        Qui est son véritable père ? Pourquoi sa mère n’a-t-elle jamais rien dit ? Et que faire de Leopard Hall, la villa Emerson dont elle a hérité, remplie d’œuvres d’art pillées aux Africains ?
        Anna n’a bientôt plus qu’une idée en tête : retrouver son père. Avec Eliza, séduisante photographe américaine et grande entremetteuse politique, la jeune australienne tente de rejoindre le village où elle est née pour en savoir plus sur ses racines. Mais dans ce Congo tout juste indépendant, les tensions sont vives, parfois sanglantes. Et tandis qu’Eliza est embarquée dans une mission secrète auprès des rebelles Simba, Anna, elle, hésite : doit-elle poursuivre son voyage seule ? Ou doit-elle rester auprès des Carling, ce couple de missionnaires qui viennent en aide aux lépreux ?
        De l’autre côté du lac Tanganyika, un homme se prépare pour une mission paramilitaire des plus dangereuses, classée « secret défense ». Un homme qui n’a plus goût à rien depuis vingt-cinq ans, date à laquelle il a renoncé à ses droits sur sa fille. Un homme qui ne se doute pas que, dans un lieu appelé Leopard Hall, le destin a placé une surprise sur son chemin…
         

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714475701
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 640
        Format : 140 x 225 mm
        Belfond
        22.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • ingridfasquelle Posté le 29 Août 2018
          De nationalité anglaise et australienne, Katherine Scholes est née en Tanzanie et vit désormais en Tasmanie. Après, entre autres, La Reine des pluies (2005 ; Pocket, 2004), Les Amants de la terre sauvage (2010 ; Pocket, 2011) et Les Fleurs sauvages des bougainvilliers (2015 ; Pocket, 2017), Leopard Hall est son septième roman paru chez Belfond. Tous sont repris chez Pocket. Katherine Scholes signe ici un roman envoûtant, le magnifique portrait d'une jeune femme à la recherche de ses racines, doublé d'une fresque hallucinante sur l'histoire du Congo des années 1960. Dur et bouleversant, le roman revient sur les heures les plus sombres de l’indépendance du Congo et sur les révoltes qui ont secoué le tout jeune pays après le départ des Belges, en 1960. Assassinat de Patrice Lumumba, rébellion des Simbas, capture et massacre de civils et de missionnaires, certains de ces épisodes horribles qui appartiennent désormais à l’Histoire, sont parfois décrits de manière assez insoutenable. Loin de verser dans le sensationnel, l’intention de l’auteure est davantage de montrer à quel point la situation politique du Congo était alors instable. En effet, Katherine Scholes montre bien que les rébellions locales et les tensions tribales étaient accentuées par la rivalité américano-soviétique pour... De nationalité anglaise et australienne, Katherine Scholes est née en Tanzanie et vit désormais en Tasmanie. Après, entre autres, La Reine des pluies (2005 ; Pocket, 2004), Les Amants de la terre sauvage (2010 ; Pocket, 2011) et Les Fleurs sauvages des bougainvilliers (2015 ; Pocket, 2017), Leopard Hall est son septième roman paru chez Belfond. Tous sont repris chez Pocket. Katherine Scholes signe ici un roman envoûtant, le magnifique portrait d'une jeune femme à la recherche de ses racines, doublé d'une fresque hallucinante sur l'histoire du Congo des années 1960. Dur et bouleversant, le roman revient sur les heures les plus sombres de l’indépendance du Congo et sur les révoltes qui ont secoué le tout jeune pays après le départ des Belges, en 1960. Assassinat de Patrice Lumumba, rébellion des Simbas, capture et massacre de civils et de missionnaires, certains de ces épisodes horribles qui appartiennent désormais à l’Histoire, sont parfois décrits de manière assez insoutenable. Loin de verser dans le sensationnel, l’intention de l’auteure est davantage de montrer à quel point la situation politique du Congo était alors instable. En effet, Katherine Scholes montre bien que les rébellions locales et les tensions tribales étaient accentuées par la rivalité américano-soviétique pour le contrôle de la région et de ses ressources naturelles. Même si l’opération Fleur de nuit, dont il est question dans son récit, n’a pas réellement eu lieu, elle est en partie calquée sur des missions menées par des groupes de mercenaires actifs au Congo dans les années 1960. On pense notamment à Bob Denard et ses mercenaires ainsi qu’à l’opération Dragon rouge organisée en novembre 1964 par la Belgique pour venir en aide aux otages occidentaux qui étaient détenus par les rebelles. Tout cela laisse donc penser que l’auteure s’est solidement et minutieusement documentée, dans un souci de rester fidèle à la vérité historique et politique de l’époque. Si Leopard Hall est une œuvre de fiction, elle s’inspire néanmoins de faits authentiques et le roman de Katherine Scholes restitue parfaitement le vent de terreur qui soufflait alors sur le Congo. Bien plus profond que les simples retrouvailles d’un père et de sa fille, Leopard Hall exhume un conflit oublié de tous et rappelle qu’aujourd’hui encore, le Congo n’est toujours pas en paix. Alors que les rébellions se multiplient au Congo, le lecteur ne peut qu’être frappé par la similitude entre les deux époques. La corruption régnait déjà. Les fonctionnaires étaient déjà impayés, de nombreux Congolais s’engageaient déjà dans l’armée pour échapper au chômage et pouvoir se servir grâce à leur arme, tandis que d’autres fournissaient de la chair à canon aux rébellions. Déjà l’armée pillait et violait jusqu’aux petites filles. Déjà les politiques multipliaient les scissions et les exclusions au gré de leurs ambitions personnelles… La question congolaise, on le voit, est donc toujours d’actualité et le climat politique au Congo toujours aussi précaire. Mais s’il n’y pas de remède contre le poison de la guerre, comme le déclare Katherine Scholes, qui donc bâtira ce Congo « plus beau qu’avant » tel qu’il est célébré dans l’hymne national ? Leopard Hall est un roman de fiction historique qui offre une tout autre image que celle, romantique, exotique et très fantasmée, que nous nous faisons tous de l’Afrique. En ce sens, c’est une lecture intelligente et nécessaire qui rétablit crûment la vérité et rappelle que le Congo a connu l’un des régimes coloniaux les plus atroces qui soient.
          Lire la suite
          En lire moins
        • fifi1791 Posté le 16 Juin 2018
          J'ai lu tous les livres de Katherine Scholes et celui-ci fait parti de mes préférés. Touchant et prenant grâce à son histoire et aux personnages, on traverse le Congo en pleine guerre civile avec la révolte de Simbas. Sans être sinistre, l'auteur nous décrit les conditions humanitaires, le recrutement des enfants dans les milices, la vie au sein d'une famille d'humanitaires. A travers les 2 héros, nous découvrons de pays à la dérive et soumis à la violence. C'est très bien écrit et passionnant et dépaysant.
        • BurggraeveDidier Posté le 27 Avril 2018
          Très intéressant et j'ai appris beaucoup de chose sur cette période de 1964-65 qui n'a pas beaucoup été développée par la presse et c'est concentrée sur l'assassinat de Lumumba. Le quotidien des Européens et des congolais est vraiment bien décrit, sans complaisance avec les horreurs qui se sont produites. Quelques longueurs vers la fin sinon il est agréable à lire.
        • troumoulou Posté le 22 Mars 2018
          Un très bon roman, à la découverte de l'afrique, dans la veine des précédents de Katherine SCHOLTES, qui permet de découvrir un peu l'histoire du Congo. L'auteure nous narre toute l'histoire du Congo, avant son indépendance et ensuite, l'élection de Patrice-Lumumba, son assassinat et la révolte qui gronde dans le pays ainsi que l'implication des américains, belges, anglais là en tant que soldat et mercenaire venus aider le général Mobutu à arrêter cette rébellion. La rébellion Simba est une rébellion qui eut lieu, en 1964, au Congo-Léopoldville (aujourd'hui la République démocratique du Congo), en réaction aux abus du gouvernement central congolais. Tout en développant son intrigue, l'auteure évoque quantité de lieux, villes, faits historiques.  Embarqués avec Anna, nous découvrons donc ce pays et son histoire. On suit les deux héros à travers un pays à la dérive et soumis à la violence. En fait, on est ici  dans un grand roman qui nous faire revivre les heures les plus sombres du Congo dans les années 1960.  C'est bien écrit, passionnant , dépaysant, touchant et prenant.
        • Sourisetdeslivres Posté le 26 Juillet 2017
          1964, Anna, 25 ans, secrétaire célibataire à Melbourne, Australie est accostée par un détective privé. Son père l’a demandé sur son lit de mort au Congo (actuellement République démocratique du Congo). Karl Emerson, ce père dont elle n’a plus aucun souvenir la réclame maintenant, que doit-elle faire ? C’est un étranger pour elle, sa mère Marylin l’a toujours dénigré et n’a jamais donné d’explications à Anna, pas même une photo. Cette jeune femme peu sûre d’elle, vivant jusque là pour faire plaisir à sa mère et prenant son rôle de secrétaire pour Mr Williams très à cœur, décide d’accepter et de retrouver les traces de son passé. Dans le même temps en Tanzanie, Dan, un guide pour les touristes-chasseurs est recruté pour écraser la rébellion des Simbas qui a lieu au Congo. Cet homme de 60 ans décide d’accepter, il n’a plus combattu depuis la Seconde Guerre mondiale, mais connaît bien le Congo pour y avoir vécu 20 ans plus tôt. En tant que Belge, j’ai été assez révoltée contre mon pays et le roi Léopold II quand j’ai lu les atrocités et les injustices commises envers les Congolais, j’ai énormément appris dans ce roman, un non sens qu’à l’école on... 1964, Anna, 25 ans, secrétaire célibataire à Melbourne, Australie est accostée par un détective privé. Son père l’a demandé sur son lit de mort au Congo (actuellement République démocratique du Congo). Karl Emerson, ce père dont elle n’a plus aucun souvenir la réclame maintenant, que doit-elle faire ? C’est un étranger pour elle, sa mère Marylin l’a toujours dénigré et n’a jamais donné d’explications à Anna, pas même une photo. Cette jeune femme peu sûre d’elle, vivant jusque là pour faire plaisir à sa mère et prenant son rôle de secrétaire pour Mr Williams très à cœur, décide d’accepter et de retrouver les traces de son passé. Dans le même temps en Tanzanie, Dan, un guide pour les touristes-chasseurs est recruté pour écraser la rébellion des Simbas qui a lieu au Congo. Cet homme de 60 ans décide d’accepter, il n’a plus combattu depuis la Seconde Guerre mondiale, mais connaît bien le Congo pour y avoir vécu 20 ans plus tôt. En tant que Belge, j’ai été assez révoltée contre mon pays et le roi Léopold II quand j’ai lu les atrocités et les injustices commises envers les Congolais, j’ai énormément appris dans ce roman, un non sens qu’à l’école on nous fait qu’effleurer ce fait, ou juste en nous narrant l’indépendance du pays en 1960 ratifié par le roi Baudouin. Je comprends que cela soit une partie de l’histoire belge dont les dirigeants aient honte, mais ça fait partie de l’histoire du pays. Katherine Scholes nous narre toute l’histoire du Congo, avant son indépendance et ensuite, l’élection de Patrice Lumumba, son assassinat et la révolte qui gronde dans le pays. La mainmise qu’essaie d’avoir les pays communistes du côté des Simbas, les américains, belges, anglais là en tant que soldat et mercenaire venus aider le général Mobutu à arrêter cette rébellion. Tout en développant son intrigue, l’auteure évoque quantité de lieux, villes, faits historiques qui m’ont passionnée. Les personnages sont forts, bien construits, au cours des 600 et quelques pages ils ont fait partie de moi à l’image bien sûr d’Anna revenue sur ses terres à la recherche de l’amour paternel. Un personnage qui évolue beaucoup tout au long du roman. Elle se défait de ses chaînes du passé, fait ce voyage seule pour la première fois. Puis en plein milieu de cette mutinerie qui a lieu à travers le pays devra faire preuve de courage, elle côtoiera Eliza Lindenbaumu une riche héritière, passionnée de photographie, indépendante, profondément attachée à son pays et qui cache de nombreuses facettes. Eliza sera d’un grand soutien pour Anna. Ensuite, ce sera la famille de missionnaires les Carlings et leurs enfants, ils tiennent un hôpital où l’on soigne la lèpre et qu’il essaie aussi d’endiguer. Cette partie m’a passionnée aussi, Anna va passer quelque temps auprès d’eux à aider à l’hôpital, l’auteure raconte la maladie, les ignorances tout comme la guérison. Dan et ses soldats, Dan est un homme fort, charismatique, assez renfermé sur lui-même, il parle peu de lui, mais est profondément attaché à ses hommes. Il est commandant, il se doit de veiller à ce que tous rentrent en vie après la mission. Mission qu’il prend à cœur, mais qui finira par le faire douter. Sont-ils vraiment à leurs places ? Dan cache une blessure psychologique importante, un personnage qui se dévoile au fil des chapitres qui lui sont consacrés. Katherine Sholes alterne les chapitres de Anna et de Dan. D’un côté la recherche d’un père et de l’autre l’histoire du pays. Certains passages comme la préparation avant la mission pourraient sembler long à certains lecteurs, moi pas du tout, j’ai été très secouée lors de la lecture d’un passage et des faits commis par les Simbas sur les Européens, notamment sur une jeune novice (future bonne sœur). C’est vraiment un roman dense, parfois violent, mais où résonnent les tambours africains. L’auteure aborde quantité de thèmes comme l’importance de sauvegarder le patrimoine congolais, leurs croyances en « sorcellerie », la vie que le peuple mène tout simplement. Une histoire réelle, mais romancée qui m’a vraiment plu. Vous rencontrerez des hommes qui ont fait l’histoire comme dit plus haut : Lumumba, Mobutu, mais aussi l’apartheid qui sévit dans les pays d’Afrique, la situation en Afrique du Sud et Nelson Mandela. De l’Australie à la Tanzanie en passant par la Belgique jusqu’à la République démocratique du Congo le lecteur est transporté dans l’histoire et l’Histoire. Vous verrez les paysages, le lac Tanganyika, la jungle, les Léopards, les chimpanzés. Un roman aussi bien construit du côte narratif que dans les descriptions des lieux. Je pourrais, je pense aborder encore quantité de thèmes qui sont dans le livre, mais je ne voudrais pas vous spoiler, l’essentiel de l’intrigue du roman étant la recherche de l’amour paternel, les liens forts qui unissent un père et sa fille. Elle aborde surtout le thème de la famille à travers Anna, mais aussi Eliza, Les Carlings, quelques-uns des soldats, Dan, Karl Emerson, Bela une petite Congolaise, etc. Un roman pour tous les passionnés d’histoire avec des moments plus légers, mais aussi des moments durs ou d’autres attendrissants et émouvants.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Entre guerre d’indépendance et histoire familiale, faites un incroyable voyage au cœur du Congo. »
        La rousse bouquine

        « Je ne connaissais absolument pas Katherine Scholes, mais je vais maintenant tâcher de découvrir ses romans précédents. Car, de son côté, Leopard Hall a tout ce que j'aime : l'aspect historique, deux personnages particulièrement frappants et touchants, un récit magnifique et bien mené, et surtout des paysages absolument grandioses.
        Leopard Hall s'inspire de faits réels : l'opération menée par Dan et ses hommes n'a pas eu lieu, mais Katherine Scholes a été inspirée par des missions actives, opérant au Congo dans les années 1960. Pour coller au plus près de la réalité, de nombreuses sources tels que des mémoires, des articles et des archives ont été nécessaires. Ainsi, même si la majorité de l'histoire de Leopard Hall est romancée, la base historique est très solide, ce qui est fortement appréciable et donne encore plus d'envergure au récit ! Ensuite, pour ce qui est des descriptions des lieux proprement dits : je ne suis jamais allée en Afrique, mais ce sera un des premiers endroits que je visiterai dans mon tour du monde. Alors, ma virée dans Leopard Hall m'a donné un avant goût, même si l'époque n'est plus la même. L'Afrique reste un lieu dangereux, profondément agité, mais tellement magique... Que ce soit pour la culture, la beauté des paysages, les personnages et les animaux, tout cela vaut très bien le détour !
        Alors, c'est un récit souvent lourd, les événements décrits sont forcément loin d'être gais : après tout, on parle de guerre, de soulèvement, de politique. Mais Katherine Scholes réussit à rendre le tout parfaitement captivant. On ne peut que s'émouvoir devant le destin de chaque personnage... »
        Le Chat du Cheshire

        « Leopard Hall nous entraîne dans le Congo des années 1960 avec une héroïne en quête d’identité. Un roman qui nous fait voyager et apprendre l’histoire d’un pays trop peu connu. »
        Popcorn & Gibberish

        « Un contexte difficile que doit affronter le Congo, malgré un décor à couper le souffle ; des personnages forts que j’ai appréciés de la première à la dernière page et qui m’auront marquée. » Livres de filles


         
        Toute l'actualité des éditions Belfond
        Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com