Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749114637
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 352
Format : 175 x 236 mm

Les Âmes mortes (nouvelle édition)

,

Collection : Domaine russe
Date de parution : 23/04/2009

Aujourd'hui, dans une nouvelle traduction d'Anne Coldefy-Faucard qui restitue aux Âmes mortes leur irrésistible pouvoir comique, le lecteur reconnaîtra pour la première fois « la ville de N. » de Gogol... dans le Vitebsk de Chagall !

Grands et petits fonctionnaires qui n'ont d'existence que par leurs fonctions, mégères castratrices ou femmes idéales sur papier glacé, figures d'hommes persuadés de « peser » sur la vie et le monde mais toujours en rivalité avec d'autres qui ont encore « plus de poids », menteurs et arnaqueurs, parfois...

Grands et petits fonctionnaires qui n'ont d'existence que par leurs fonctions, mégères castratrices ou femmes idéales sur papier glacé, figures d'hommes persuadés de « peser » sur la vie et le monde mais toujours en rivalité avec d'autres qui ont encore « plus de poids », menteurs et arnaqueurs, parfois non dénués de talent, tels sont les personnages de Nikolaï Gogol.
Le décor de ses textes – car il s'agit bien d'un décor – n'est guère plus réjouissant : une métropole qui a poussé comme un champignon en un lieu insalubre et qui écrase l'individu, le poussant dans la mort ou la folie ; un territoire immense, sorte de gigantesque fondrière dans laquelle il est aisé de s'enliser et pourtant traversée par un véhicule qui vile à vivre allure : où va-t-il ainsi ? Vers quoi ? Pas de réponse...

L'ensemble paraît dramatique, sinon désespéré. Or, le mot, la phrase de Gogol font rire. Rire absurde, grotesque, qui peut être méchant ou débonnaire. Sous la plume de l'écrivain, les perspectives s'inversent, le grand se fait insignifiant, l'insignifiant se fait grand, l'humanité se désincarne ou part en morceaux. Comme l'avait bien vu Nabokov, entre le comique et le cosmique il n'y a chez Gogol qu'une lettre de différence... Ce n'est donc pas un hasard si Marc Chagall, avec son goût pour les calembours graphiques, ses personnages volants et son invraisemblable tendresse, a trouvé en Gogol un frère spirituel. À la demande de Ambroise Vollard, Chagall livre en 1924 sa relecture des Âmes Mortes en quatre-vingt-seize eaux-fortes, qui ne seront publiées qu'en 1948 par Tériade, pour le bonheur de quelques privilégiés, dans une édition de luxe à tirage limité.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749114637
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 352
Format : 175 x 236 mm
Cherche midi

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Passemoilelivre Posté le 16 Décembre 2019
    Remarquable fresque de la russie du 19ème siècle, au travers de la vie mouvementée de son héros
  • bfauriaux Posté le 30 Novembre 2019
    Un chef d'oeuvre absolu de la littérature mondiale: Ce livre délicieux se lit et se relit avec le meme plaisir une plongee dans le monde russe du 19e siecle: quelle temoignage sublime ! Quelle fougue ! Un superbe roman à devorer !
  • Behemoth Posté le 21 Novembre 2019
    L'âme russe dans toute sa chaleur et ses excès. Langage soutenu au service d'un humour grinçant parfois jouissif. Une référence du genre.
  • Allily Posté le 11 Novembre 2019
    Les héros, au sens traditionnel du terme, fournissent une matière intéressante pour les romans. Mais les anti-héros tout autant. Regardez ce Tchitchikov : c’est un homme qui veut s’enrichir. Jusque-là, rien de bien répréhensible. Par contre les moyens qu’il emploie pour le devenir le sont bien davantage. Notre homme s’est mis en tête d’acheter des âmes mortes. Ce sont les serfs morts entre deux recensements et pour lesquels les propriétaires terriens paient un impôt. Certains sont donc ravis d’échapper à un impôt grâce à cette vente si improbable. D’autres, quant à eux, s’offusquent et s’interrogent : n’y aurait-il pas anguille sous roche ? Les pérégrinations de notre personnage nous entraînent sur une satire de la société russe et de ses travers. Corruption, stupidité, cupidité s’entremêlent dans la première partie. On pouffe devant la galerie hautes en couleurs de personnages. Les généraux comme les valets ne sont pas ménagés. Quel dommage que Gogol n’ait pas fini cette œuvre. En effet, la deuxième partie du récit est constituée de fragments de textes – publiés après la mort de l’auteur – grâce auxquels l’on peut voir les pistes qui étaient les siennes pour la suite du roman. Une célébration de l’âme russe simple, se contentant de peu, d’un travail honnête de la... Les héros, au sens traditionnel du terme, fournissent une matière intéressante pour les romans. Mais les anti-héros tout autant. Regardez ce Tchitchikov : c’est un homme qui veut s’enrichir. Jusque-là, rien de bien répréhensible. Par contre les moyens qu’il emploie pour le devenir le sont bien davantage. Notre homme s’est mis en tête d’acheter des âmes mortes. Ce sont les serfs morts entre deux recensements et pour lesquels les propriétaires terriens paient un impôt. Certains sont donc ravis d’échapper à un impôt grâce à cette vente si improbable. D’autres, quant à eux, s’offusquent et s’interrogent : n’y aurait-il pas anguille sous roche ? Les pérégrinations de notre personnage nous entraînent sur une satire de la société russe et de ses travers. Corruption, stupidité, cupidité s’entremêlent dans la première partie. On pouffe devant la galerie hautes en couleurs de personnages. Les généraux comme les valets ne sont pas ménagés. Quel dommage que Gogol n’ait pas fini cette œuvre. En effet, la deuxième partie du récit est constituée de fragments de textes – publiés après la mort de l’auteur – grâce auxquels l’on peut voir les pistes qui étaient les siennes pour la suite du roman. Une célébration de l’âme russe simple, se contentant de peu, d’un travail honnête de la terre, loin des perturbations et tentations des grandes villes et des mœurs européennes. Une idée plus morale de son récit, où le châtiment frappe l’escroc. Pour être honnête, la première partie est beaucoup plus jubilatoire mais la seconde partie apparaît plus nuancée dans les peintures proposées. Une lecture agréable et divertissante que ces aventures de Tchitchikov et de ses âmes mortes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • meknes56 Posté le 2 Août 2019
    Mon livre préféré de cet écrivain et qui pour moi reste ,encore, d'actualité. L’écriture fluide, les paysages formidables, donnent à ce roman la qualité d'une grande œuvre.
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !