RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les Autres, c'est rien que des sales types

            Julliard
            EAN : 9782260017738
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 140
            Format : 130 x 205 mm
            Les Autres, c'est rien que des sales types

            Date de parution : 20/08/2009

            Avec le talent qu’on lui connaît, Jacques A. Bertrand dresse le catalogue ironique de ces individus qui nous empoisonnent la vie. Les Autres.
            On y retrouve le Touriste, qui gâche le paysage. Le Parisien (prétentieux capital) et le Provincial (provincial !). Le Voisin (inévitable), l’Imbécile heureux (désolant), le Médecin et le...

            Avec le talent qu’on lui connaît, Jacques A. Bertrand dresse le catalogue ironique de ces individus qui nous empoisonnent la vie. Les Autres.
            On y retrouve le Touriste, qui gâche le paysage. Le Parisien (prétentieux capital) et le Provincial (provincial !). Le Voisin (inévitable), l’Imbécile heureux (désolant), le Médecin et le Malade (dans le même panier). Le Conjoint, pour le pire. Le Jeune (heureusement provisoire)… Et même l’Agélaste, qui, comme chacun sait, est celui qui ne rit jamais. Ciselés, brillants et drôles, ces portraits – qui ont déjà fait le bonheur des auditeurs des « Papous dans la tête » sur France Culture – raviront tous les amoureux du bel esprit.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782260017738
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 140
            Format : 130 x 205 mm
            Julliard
            16.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • lesmiscellaneesdepapier Posté le 19 Avril 2015
              Résumé : C'est sous forme de nouvelles que l'auteur trace le portrait de ceux « venus sur terre pour nous pourrir l'existence ». de l'universel Con au Lambda en passant par le Parisien, le provincial, le conjoint ou encore le végétarien, personne n'est épargné et c'est ce qui est bon. L'auteur, qui ne se prend pas au sérieux, n'hésite pas à faire preuve d'autocritique en écrivant que « l'Ecrivain aussi » est un sale type, il n'en avait jamais douté. Je me suis, pour ma part, retrouvée dans plusieurs catégories : un peu d'autodérision ça fait du bien ! Le mot de la fin : C'est un livre sympa qui donne le moral et qui aide à décompresser, surtout quand on a des choses à reprocher à des sales types ! L'auteur a eu la décence d'esprit de faire un livre court qui se lit vite, permettant ainsi de rester dans le domaine de l'agréable.
            • Colibrille Posté le 21 Février 2015
              Voici un petit livre jubilatoire, un exutoire à tous ces gens qui nous pompent l'air, nous cassent les pieds, nous prennent la tête, nous tapent sur les nerfs, nous pourrissent la vie, nous courent sur le haricot... On est tous confronter à eux : le Voisin, le Con, le Parisien, le Psychorigide, le Jeune, le Saint etc. Jacques A. Bertrand s'attaque à ces caricatures vivantes avec une arme de choix : l'humour. Mais attention, pas n'importe quel humour, un humour corrosif, un humour noir qui permet de nous libérer ! En lisant certains portraits, les visages de quelques personnes de mon entourage me sont apparus (moins je les vois, mieux je me porte !) Lire ce livre, c'est un peu prendre sa revanche sur ces individus qui, parfois, ne peuvent s'empêcher d'emmerder leur monde ! Mon seul regret est que j'ai trouvé certains portraits moins aboutis que d'autres. De plus, l'écriture est un peu trop pompeuse à mon goût. L'auteur écrit avec un certain style, c'est certain, mais il manque de spontanéité.
            • Corboland78 Posté le 28 Juillet 2014
              Jacques-André Bertrand est un écrivain français né en 1946. Arès avoir passé son baccalauréat (philosophie) il entre à l'École supérieure de journalisme de Lille et devient ensuite journaliste professionnel pendant une douzaine d'années, avant d'écrire et de publier des livres. Entre autres récompenses littéraires, Jacques A. Bertrand a reçu le prix de Flore en 1995 pour son livre Le Pas du loup. Son roman Les Autres, c’est rien que des sales types est paru en 2009. Faisant écho à un roman antérieur paru en 2007 J’aime pas les autres, celui-ci s’attache encore à analyser le genre humain et dénoncer ses travers. Pour cela, l’auteur a créé des catégories, une vingtaine, allant du Touriste au Parisien en passant par le Jeune, le Voisin, ou encore le Conjoint et le Malade pour en citer quelques uns faisant chacun l’objet d’un chapitre. Comme le titre le laisse deviner, s’il y a un doigt de sociologie dans l’exercice, le reste de la main est fait d’humour. Qu’il lâche un jeu de mots (« no man’s langue ») ou se joue des mots (« le philatéliste est un amoureux des lettres affranchies, le Philanthrope est un amoureux des êtres humains qu’il voudrait affranchir ») Jacques A.... Jacques-André Bertrand est un écrivain français né en 1946. Arès avoir passé son baccalauréat (philosophie) il entre à l'École supérieure de journalisme de Lille et devient ensuite journaliste professionnel pendant une douzaine d'années, avant d'écrire et de publier des livres. Entre autres récompenses littéraires, Jacques A. Bertrand a reçu le prix de Flore en 1995 pour son livre Le Pas du loup. Son roman Les Autres, c’est rien que des sales types est paru en 2009. Faisant écho à un roman antérieur paru en 2007 J’aime pas les autres, celui-ci s’attache encore à analyser le genre humain et dénoncer ses travers. Pour cela, l’auteur a créé des catégories, une vingtaine, allant du Touriste au Parisien en passant par le Jeune, le Voisin, ou encore le Conjoint et le Malade pour en citer quelques uns faisant chacun l’objet d’un chapitre. Comme le titre le laisse deviner, s’il y a un doigt de sociologie dans l’exercice, le reste de la main est fait d’humour. Qu’il lâche un jeu de mots (« no man’s langue ») ou se joue des mots (« le philatéliste est un amoureux des lettres affranchies, le Philanthrope est un amoureux des êtres humains qu’il voudrait affranchir ») Jacques A. Bertrand ne vise pas qu’à faire sourire et sous l’humour parfois facile, une réflexion ou un point de vue intéressent, à moins que ce ne soit une étymologie qui instruise. Et que dire de cet Agelaste, inconnu de mes dictionnaires, signifiant personne qui ne sait pas rire. Le bouquin est court, on peut y picorer à son aise sans souci de chronologie, en fonction de son intérêt pour telle ou telle cible. Sous la légèreté apparente tout le monde en prend pour son grade, les autres comme vous-mêmes, puisque on est toujours l’autre de quelqu’un. Le plus souvent souriant, c’est drôle sans être indispensable non plus car ce genre de chroniques ont déjà été – à peu près - lues ou entendues ailleurs (blogs, humoristes etc.) dites avec d’autres mots. Vous savez que ma préoccupation première est la gestion de vos intérêts, alors si vous me demandiez s’il faut acheter l’ouvrage, je vous conseillerais plutôt de l’emprunter dans une bibliothèque ou bien de le lire chez votre libraire tout simplement, c’est vite fait et bien suffisant, vous en ressortirez avec le sourire aux lèvres. Bien sûr, l’éditeur et l’auteur vont faire la gueule, mais ça leur passera vite puisqu’ils sont bien placés pour savoir que les autres, c’est des sales types !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Ziliz Posté le 14 Mars 2014
              "Tu aimeras ton prochain comme toi-même", apprend-on dès la deuxième ligne du Décalogue du Redoutable. Cette sentence devient ici : "Tu admettras avoir autant de défauts que ton prochain et tu en riras de bon coeur". On conviendra en effet que çui qui dit est, que la poutre (apparente) ressemble parfois à une paille et vice-versa. Dans ce recueil, Jacques André Bertrand dresse vingt portraits succincts de "sales types", en clair de comportements humains qui peuvent agacer - chez le voisin, le commerçant, le médecin, l'éternel enthousiaste, le conjoint - ou dont on se gausse - chez le touriste, l'imbécile heureux... On y reconnaît les défauts des "autres", bien sûr, mais aussi nombre de ses propres travers. Ceci d'autant plus volontiers que l'auteur ne se montre ni prétentieux ni arrogant, ne s'excluant pas du lot. Son regard est plutôt tendre, derrière l'humour moqueur, futé et pétillant d'intelligence. J. A. Bertrand aime jouer avec les mots, leurs différentes significations, leur étymologie. Il est l'un des chroniqueurs des Papous dans la tête (France Culture, 12h45 le dimanche). Son ton m'a en effet parfois rappelé celui de son "collègue" Paul Fournel. Petit ouvrage très drôle, donc très agréable à lire, d'une traite ou en picorant... "Tu aimeras ton prochain comme toi-même", apprend-on dès la deuxième ligne du Décalogue du Redoutable. Cette sentence devient ici : "Tu admettras avoir autant de défauts que ton prochain et tu en riras de bon coeur". On conviendra en effet que çui qui dit est, que la poutre (apparente) ressemble parfois à une paille et vice-versa. Dans ce recueil, Jacques André Bertrand dresse vingt portraits succincts de "sales types", en clair de comportements humains qui peuvent agacer - chez le voisin, le commerçant, le médecin, l'éternel enthousiaste, le conjoint - ou dont on se gausse - chez le touriste, l'imbécile heureux... On y reconnaît les défauts des "autres", bien sûr, mais aussi nombre de ses propres travers. Ceci d'autant plus volontiers que l'auteur ne se montre ni prétentieux ni arrogant, ne s'excluant pas du lot. Son regard est plutôt tendre, derrière l'humour moqueur, futé et pétillant d'intelligence. J. A. Bertrand aime jouer avec les mots, leurs différentes significations, leur étymologie. Il est l'un des chroniqueurs des Papous dans la tête (France Culture, 12h45 le dimanche). Son ton m'a en effet parfois rappelé celui de son "collègue" Paul Fournel. Petit ouvrage très drôle, donc très agréable à lire, d'une traite ou en picorant sans suivre l'ordre des chroniques. Mais soigneusement, attentivement, pour savourer pleinement l'humour.
              Lire la suite
              En lire moins
            • kanarmor Posté le 5 Mars 2014
              Lecture plaisante qui m'a fait sourire. Je dois reconnais que ce livre est bien écrit, avec beaucoup d'esprit. Mais je n'ai pas vraiment ressenti, à un quelconque moment, de véritable émotion. Je ne me suis pas dit à la lecture des différents portraits "ça c'est vraiment bon !", trouvant parfois j'ose le dire, le propos un peu bavard. Je n'appartiens donc pas à la catégorie décrite des "Enthousiastes" (même passagers), "allègres, emballés, exaltés, transis". Mais peut-être serais-je classé dans la catégorie des "Cons", sale con ("le plus désagréable de tous" ou pauvre con ou encore grand con ("généralement inoffensif, pas le plus con mais le plus grand"), tout ceci dixit l'auteur. Bref un sale type comme les autres, quoi !...

            les contenus multimédias

            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
            Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.