Lisez! icon: Search engine
Omnibus
EAN : 9782258093874
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1312
Format : 132 x 198 mm

Les aventures extraordinaires d'Arsène Lupin T2 (nouvelle édition)

Date de parution : 03/05/2012

Ce volume est le deuxième de l'édition intégrale des aventures d'Arsène Lupin, riche de dix-neuf romans ou recueils de nouvelles et enrichie de pièces de théâtre.

« Le seul nom d’Arsène Lupin a un parfum d’aventure : il évoque des énigmes, des secrets enfouis et des cachettes mystérieuses, des machinations, des courses-poursuites et des coups de théâtre. Héros désinvolte et raffiné, cambrioleur mais gentleman, hors-la-loi autant que justicier, Arsène Lupin, en passionnant des générations de lecteurs...

« Le seul nom d’Arsène Lupin a un parfum d’aventure : il évoque des énigmes, des secrets enfouis et des cachettes mystérieuses, des machinations, des courses-poursuites et des coups de théâtre. Héros désinvolte et raffiné, cambrioleur mais gentleman, hors-la-loi autant que justicier, Arsène Lupin, en passionnant des générations de lecteurs par sa verve et ses exploits, figure en bonne place au panthéon de la littérature populaire. »

Présentations de Jacques Derouard

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258093874
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 1312
Format : 132 x 198 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • collectifpolar Posté le 18 Octobre 2021
    Ce qui est bien avec Omnibus c’est que leurs recueils reprennent les œuvres de M. Leblanc dans l'ordre de leur première parution. Aussi ce second volume réunit 6 aventures de notre gentleman cambrioleur. L'éclat d'obus : Fin juillet 1914, Paul et Élisabeth Delroze, tout jeunes mariés, arrivent au château d'Ornequin situé au-dessus de la petite cité lorraine de Corvigny, à quelques kilomètres de la frontière allemande. Ce château, propriété du comte d'Andeville, le père d'Élisabeth, est fermé depuis la mort de sa femme, la comtesse Hermine. En le visitant, Paul va faire une découverte atroce, qui va bouleverser sa vie. Et c'est la guerre... L'Éclat d'obus, de Maurice Leblanc, le père d'Arsène Lupin, nous entraîne dans une extraordinaire aventure de guerre et d'espionnage où les péripéties se succèdent à un rythme effréné. Le triangle d'or 1915. Le capitaine Belval poursuit sa convalescence à Paris. Par le plus grand des hasards, il surprend une conversation et comprend que Coralie, la jeune et jolie infirmière que tous adorent, est en danger. Elle est menacée d'enlèvement. Avec l'aide de ses camarades, Patrice Belval réussit à la sauver. Mais la jeune femme, qu'ils appellent affectueusement « maman Coralie », ne veut pas entendre parler de la police, ni même de la protection que... Ce qui est bien avec Omnibus c’est que leurs recueils reprennent les œuvres de M. Leblanc dans l'ordre de leur première parution. Aussi ce second volume réunit 6 aventures de notre gentleman cambrioleur. L'éclat d'obus : Fin juillet 1914, Paul et Élisabeth Delroze, tout jeunes mariés, arrivent au château d'Ornequin situé au-dessus de la petite cité lorraine de Corvigny, à quelques kilomètres de la frontière allemande. Ce château, propriété du comte d'Andeville, le père d'Élisabeth, est fermé depuis la mort de sa femme, la comtesse Hermine. En le visitant, Paul va faire une découverte atroce, qui va bouleverser sa vie. Et c'est la guerre... L'Éclat d'obus, de Maurice Leblanc, le père d'Arsène Lupin, nous entraîne dans une extraordinaire aventure de guerre et d'espionnage où les péripéties se succèdent à un rythme effréné. Le triangle d'or 1915. Le capitaine Belval poursuit sa convalescence à Paris. Par le plus grand des hasards, il surprend une conversation et comprend que Coralie, la jeune et jolie infirmière que tous adorent, est en danger. Elle est menacée d'enlèvement. Avec l'aide de ses camarades, Patrice Belval réussit à la sauver. Mais la jeune femme, qu'ils appellent affectueusement « maman Coralie », ne veut pas entendre parler de la police, ni même de la protection que lui propose le capitaine, amoureux d'elle depuis le premier jour. Belval, persuadé que le danger subsiste, passe outre son refus et se retrouve au coeur d'une machination infernale. Pour conjurer les périls qui de tous côtés surgissent, il lui faudrait l'aide de quelqu'un d'exceptionnel. Arsène Lupin en somme. Or Lupin est mort : il s'est jeté dans la mer du haut d'un rocher. Mais sait-on jamais avec ce diable d'homme ? L'île aux trente cercueils Trente écueils menaçants cernent l'île de Sarek, en Bretagne. Les habitants superstitieux l'appellent « l'île aux trente cercueils ». Une légende les hante : trente victimes doivent mourir en croix, dont quatre femmes. Véronique d'Hergemont, venue chercher son fils après quatorze ans d'absence, a la désagréable surprise de voir ses initiales sur les bornes, sur les portes des chapelles et son visage sur un dessin de femme crucifiée ! L'étrange atmosphère des légendes celtes, cette « Pierre-Dieu qui donne mort ou vie », la prédiction sanglante, le monstrueux comte Vorski, voilà de quoi frissonner d'angoisse et de terreur. Arsène Lupin, heureusement, et un petit chien nommé Tout Va Bien sont là pour affronter la malédiction ! Dans ce roman fantastique, le sens du suspense et de la mise en scène de Maurice Leblanc fait ressortir l'humour du dénouement. Ici l'intrigue policière voisine alors avec l'horreur et l'épouvante.. Les dents du tigre Don Luis Serenna alias Arsène Lupin, amoureux de sa secrétaire, doit pour se disculper accuser des innocents. Les complicités du préfet de police et du président du Conseil lui permettent de jouer du côté des autorités. De rebondissement en rebondissement, le coupable sort de l'ombre. Mais le héros demeure Don Luis Serenna, citoyen péruvien. Il est vrai qu'un héritage de 200 millions est en jeu ! Les Dents du Tigre relate le combat poignant d'Arsène Lupin, en tant que Don Luis Perenna, contre un ennemi sournois et manipulateur qui n'agit que par procuration en captivant ses victimes afin de s'attribuer un héritage de 200 millions. Les huit coups de l'horloge L’un des événements les plus incompréhensibles de l’époque qui précéda la guerre fut ce qu’on appela l’affaire de la Dame à la Hache. La solution n’en fut pas connue, et elle ne l’eût jamais été si les circonstances n’avaient pas obligé le prince Rénine – devons-nous dire Arsène Lupin ? – à s’en occuper, et si nous n’en pouvions donner aujourd’hui, d’après ses confidences, le récit authentique... Le mobile ? Les cinq femmes avaient été entièrement dépouillées de leurs bijoux, porte-monnaie et objets de valeur. Mais on pouvait aussi bien attribuer le vol à des maraudeurs et à des passants, puisque les cadavres gisaient dans des endroits déserts. Devait-on supposer l’exécution d’une vengeance, ou bien d’un plan destiné à éliminer des individus ayant un lien entre eux, susceptibles, par exemple, de bénéficier d’un héritage ? Ces huit nouvelles, faites de vols, de disparitions et de meurtres sont toutes liées à Hortense Daniel. La comtesse de Cagliostro Associé à une aventurière mystérieuse et fascinante à qui il a sauvé la vie, Arsène Lupin cherche à découvrir le trésor de l'Eglise, caché dans un lieu tenu secret depuis la Révolution française. Mais la comtesse, qui a bien l'intention de s'emparer du trésor, va se révéler la plus redoutable des adversaires. L’une des toutes premières aventures d'Arsène Lupin que j’ai dû lire autrefois….. Le petit plus de cette édition c’est qu’à la fin de l’ouvrage on trouve aussi « La vraie vie d'Arsène Lupin » par Francis Lacassin. Et le tout présenter par Jacques Derouard. Les aventures d’Arsène Lupin sont toujours aussi puissantes, ironiques et séduisantes. A découvrir ou redécouvrir de toute urgence.
    Lire la suite
    En lire moins
  • candlemas Posté le 24 Août 2019
    Suite de ma critique des Aventures extraordinaires d'Arsène Lupin volume 1 : La comparaison franco-britannique a toutefois ses limites. Le héros truculent de Maurice Leblanc vient prendre le contre-pied « à la française » du héros londonien : le voleur remplace l’enquêteur bien sûr –du moins au début de sa « carrière »-, mais sa part d’ombre et son art de la dissimulation –point commun là encore cependant- ne l’empêchent pas de séduire par son panache insolent, sa gouaille charmeuse, qui incarnent à merveille le Paris de la belle époque, puis des années folles, dans lequel le gentleman se meut comme un chat, aussi à l’aise sur une valse début de siècle que sur une mazurka ou un swing post Première Guerre. Arsène Lupin est un héros romantique « à la française » tenant de Cartouche et de Cyrano, tandis que son père de plume semble s’inspirer largement d’Eugène Sue et d’Edgar Poe, bien plus que de son devancier d’outre-manche. L’ambiance de foi insouciante dans le progrès, mêlée de la nostalgie du passé, est remarquablement palpable dans les romans de Maurice Leblanc. Son passé sombre le poursuit en permanence en la personne de la Cagliostro. Même politiquement et socialement, le personnage... Suite de ma critique des Aventures extraordinaires d'Arsène Lupin volume 1 : La comparaison franco-britannique a toutefois ses limites. Le héros truculent de Maurice Leblanc vient prendre le contre-pied « à la française » du héros londonien : le voleur remplace l’enquêteur bien sûr –du moins au début de sa « carrière »-, mais sa part d’ombre et son art de la dissimulation –point commun là encore cependant- ne l’empêchent pas de séduire par son panache insolent, sa gouaille charmeuse, qui incarnent à merveille le Paris de la belle époque, puis des années folles, dans lequel le gentleman se meut comme un chat, aussi à l’aise sur une valse début de siècle que sur une mazurka ou un swing post Première Guerre. Arsène Lupin est un héros romantique « à la française » tenant de Cartouche et de Cyrano, tandis que son père de plume semble s’inspirer largement d’Eugène Sue et d’Edgar Poe, bien plus que de son devancier d’outre-manche. L’ambiance de foi insouciante dans le progrès, mêlée de la nostalgie du passé, est remarquablement palpable dans les romans de Maurice Leblanc. Son passé sombre le poursuit en permanence en la personne de la Cagliostro. Même politiquement et socialement, le personnage d’Arsène Lupin évolue tout au long de ses aventures : l’aventurier aux allures d’apache et aux amitiés anarchisantes, aux origines mystérieuses, s’avère au fil des pages disposer de racines nobles, et contribuera en bon patriote bourgeois, durant la guerre, à la défense du pays et de ses institutions. Au contraire d’un Sherlock Holmes plus matérialiste, les aventures narrées par Maurice Leblanc, et les mystères que résout son héros, font voyager le lecteur dans l’Histoire et dans les légendes anciennes, ainsi que géographiquement, des catacombes parisiennes aux falaises d’Etretat. (Suite de cette critique "Les Aventures extraordinaires d'Arsène Lupin" volume 3)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Missbouquin Posté le 7 Juillet 2014
    Quoi de mieux qu’un petit Arsène Lupin pour renouer avec le plaisir de lire ? J’ai enfin terminé le deuxième tome des aventures de ce gentleman cambrioleur dont je suis un peu tombée amoureuse … Au fil des épisodes, le personnage mondialement célèbre de Maurice Leblanc gagne en épaisseur, en complexité, tout en gardant son style léger, son humour et son grand cœur ! La Comtesse de Cagliostro me semble un peu à part dans toutes ces aventures car pour la première fois depuis le premier épisode, Maurice Leblanc revient sur la jeunesse de son héros : nous découvrons ainsi la première grande aventure de Lupin, celle qui lui a fait se décider à faire du vol et de la cambriole l’art de toute une vie. "Je ferai la guerre aux hommes ! Et je crois vraiment que je suis fait pour cela, Josine ! Oui pour l’aventure, pour la conquête, pour l’extraordinaire et le fabuleux. Je sens qu’il n’est point de situation d’où je ne puisse sortir à mon avantage. " C’est aussi l’épisode où il décide de se faire appeler par le nom de son père, définitivement. "Raoul d’Andrésy .. Arsène Lupin … les deux faces de la statue !... Quoi de mieux qu’un petit Arsène Lupin pour renouer avec le plaisir de lire ? J’ai enfin terminé le deuxième tome des aventures de ce gentleman cambrioleur dont je suis un peu tombée amoureuse … Au fil des épisodes, le personnage mondialement célèbre de Maurice Leblanc gagne en épaisseur, en complexité, tout en gardant son style léger, son humour et son grand cœur ! La Comtesse de Cagliostro me semble un peu à part dans toutes ces aventures car pour la première fois depuis le premier épisode, Maurice Leblanc revient sur la jeunesse de son héros : nous découvrons ainsi la première grande aventure de Lupin, celle qui lui a fait se décider à faire du vol et de la cambriole l’art de toute une vie. "Je ferai la guerre aux hommes ! Et je crois vraiment que je suis fait pour cela, Josine ! Oui pour l’aventure, pour la conquête, pour l’extraordinaire et le fabuleux. Je sens qu’il n’est point de situation d’où je ne puisse sortir à mon avantage. " C’est aussi l’épisode où il décide de se faire appeler par le nom de son père, définitivement. "Raoul d’Andrésy .. Arsène Lupin … les deux faces de la statue ! Quelle est celle qu’illuminera la gloire, soleil des vivants ?" Et c’est aussi et surtout le premier grand amour de Lupin, envers la comtesse de Cagliostro, étrange femme qui se révélera au final plus forte que lui et imprimera sa marque dans son jeune esprit. Un excellent Lupin, servi par la plume toujours aussi pétillante, vive et subtile de Maurice Leblanc !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Maliae Posté le 27 Avril 2014
    Impossible de faire un avis objectif sur ce livre où j’ai eu le plaisir de retrouver une nouvelle fois Arsène Lupin dans sa version originale. Ne me rappelant plus trop des histoires que j’ai lu, je ne peux pas les comparer avec leur re-publication. Mais c’était génial à lire, drôle le plus souvent car Lupin est un sacré personnage, plutôt joyeux et qui a pas mal d’humour à sa manière. C’est aussi un sacré malin. Même quand on pense avoir le dessus sur lui, c’est en fait lui qui a le dessus. Bref, j’ai dévoré ce livre avec plaisir, très difficile de me décrocher de ces aventures. Pour l’Aiguille creuse je ne me rappelais que de la fin, et donc j’ai eu plaisir à tout redécouvrir (même si le fait de connaître la fin m’enlevait un peu le suspens, mais peu importe). Bautrelet est un personnage vraiment intelligent et qui va se casser les dents en se battant contre Lupin, lequel va gagner dans ce combat? On espère presque que Bautrelet trouve les solutions car on a envie de savoir quel est le mystère de l’Aiguille creuse (pour un peu on y croirait à ce mystère en plus). C’est d’ailleurs... Impossible de faire un avis objectif sur ce livre où j’ai eu le plaisir de retrouver une nouvelle fois Arsène Lupin dans sa version originale. Ne me rappelant plus trop des histoires que j’ai lu, je ne peux pas les comparer avec leur re-publication. Mais c’était génial à lire, drôle le plus souvent car Lupin est un sacré personnage, plutôt joyeux et qui a pas mal d’humour à sa manière. C’est aussi un sacré malin. Même quand on pense avoir le dessus sur lui, c’est en fait lui qui a le dessus. Bref, j’ai dévoré ce livre avec plaisir, très difficile de me décrocher de ces aventures. Pour l’Aiguille creuse je ne me rappelais que de la fin, et donc j’ai eu plaisir à tout redécouvrir (même si le fait de connaître la fin m’enlevait un peu le suspens, mais peu importe). Bautrelet est un personnage vraiment intelligent et qui va se casser les dents en se battant contre Lupin, lequel va gagner dans ce combat? On espère presque que Bautrelet trouve les solutions car on a envie de savoir quel est le mystère de l’Aiguille creuse (pour un peu on y croirait à ce mystère en plus). C’est d’ailleurs le talent de Lupin, on y croit, on a l’impression qu’il a vraiment existé ! Les dernières phrases de la fin m’ont surprises, car je pensais que cela se terminait autrement, il faudrait que je vérifie si la fin n’a pas été réécrite ensuite dans le livre, mais je n’en suis pas sûre… A mon avis j’ai du me faire des idées, peu importe. Enfin, j’ai beaucoup aimé l’acte I de la pièce, c’était drôle et j’adore comment Lupin manipule facilement les gens, il est vraiment doué !! Bon enfin voilà, j’ai passé un super moment avec cet immense livre, et si j’avais juste un petit reproche c’est la difficulté que j’avais de le lire tant il est gros ahaha ! Un super livre donc (évidemment, je ne pourrai jamais dire du mal d’un Arsène Lupin).
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.