Lisez! icon: Search engine
Héloïse d'Ormesson
EAN : 9782350877433
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 205 mm
Nouveauté

Les Bleus étaient verts

Date de parution : 20/08/2020
De chair et de fer
Max ne suivra pas son père six cents mètres sous terre. La mine, très peu pour lui. À vingt ans, Max rêve d'ailleurs. Alors en 1961, quand il embarque pour l'Algérie, il se dit qu'au moins, là-bas, il y aura le soleil et la mer. Il ne sera pas déçu.
Pour...
Max ne suivra pas son père six cents mètres sous terre. La mine, très peu pour lui. À vingt ans, Max rêve d'ailleurs. Alors en 1961, quand il embarque pour l'Algérie, il se dit qu'au moins, là-bas, il y aura le soleil et la mer. Il ne sera pas déçu.
Pour l'aspirant au 11è bataillon de chasseurs alpins, le poste frontière algéro-tunisien relèverait presque de la sinécure. D'autant qu'il rencontre Leïla, une jeune infirmière Berbère dont il tombe fou amoureux. Tant pis pour sa fiancée sténo à Saint-Étienne.
Mais à l'approche du cessez-le-feu, les tensions s'exacerbent, l'ennemi d'hier devient le nouvel allié et Max essaie de garder la face dans ce merdier. Saleté de guerre...

Tragi-comédie cruelle et corrosive où le verbe mordant d'Alain Jaspard incise dans la laideur d'un conflit remisé aux oubliettes, Les Bleus étaient verts est le portrait d'une jeunesse en mutation qui s'apprête à briser ses entraves, à libérer sa soif de vivre et d'aimer.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782350877433
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

Une réussite tragicomique.
Ariane Bois / Psychologies

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • musemania Posté le 31 Août 2020
    Alors qu’elle a duré presque 8 ans, la Guerre d’Algérie est souvent oubliée de la littérature, du cinéma mais aussi tout simplement des esprits. Ayant mené à l’indépendance de l’Algérie qui était jusqu’à alors un département français, ce conflit est souvent méconnu, comme cela est le cas pour moi. Bien que cette histoire soit une oeuvre de fiction et qu’elle ne résulte que de la plume d’un seul homme, j’ai ainsi découvert une époque pas si lointaine et qui pourtant me paraissait à mille lieues. On y fait la connaissance de Max, un petit gars de Saint-Etienne issu d’une famille de mineurs. Son père mais aussi son frère sont tous deux des gueules noires mais lui, ce qui le fait vraiment rêver c’est partir et voir la mer. La chance lui sourit en quelque sorte, puisqu’au début des années 60, il est appelé sous les drapeaux. Direction l’Algérie. Il tombera amoureux du pays mais aussi d’une jeune femme là-bas. Pourtant 2 ans après, c’est la fin de la guerre et la décolonisation du pays. Quel sera son avenir? Alain Jaspard a une plume assez dynamique qui fait qu’on est vite tenté de suivre le destin de Max à des milliers de... Alors qu’elle a duré presque 8 ans, la Guerre d’Algérie est souvent oubliée de la littérature, du cinéma mais aussi tout simplement des esprits. Ayant mené à l’indépendance de l’Algérie qui était jusqu’à alors un département français, ce conflit est souvent méconnu, comme cela est le cas pour moi. Bien que cette histoire soit une oeuvre de fiction et qu’elle ne résulte que de la plume d’un seul homme, j’ai ainsi découvert une époque pas si lointaine et qui pourtant me paraissait à mille lieues. On y fait la connaissance de Max, un petit gars de Saint-Etienne issu d’une famille de mineurs. Son père mais aussi son frère sont tous deux des gueules noires mais lui, ce qui le fait vraiment rêver c’est partir et voir la mer. La chance lui sourit en quelque sorte, puisqu’au début des années 60, il est appelé sous les drapeaux. Direction l’Algérie. Il tombera amoureux du pays mais aussi d’une jeune femme là-bas. Pourtant 2 ans après, c’est la fin de la guerre et la décolonisation du pays. Quel sera son avenir? Alain Jaspard a une plume assez dynamique qui fait qu’on est vite tenté de suivre le destin de Max à des milliers de kilomètres de chez lui au coeur de la guerre. Comme mentionné dans mon avis des 100 pages, cette première partie était agréable à lire car j’y ai appris des choses sur cette guerre que je ne connaissais pas. Le petit bémol dans ma lecture de la suite est que l’auteur met trop l’accent sur la vie sentimentale de Max, oubliant en quelque sorte le conflit qui se déroule en Algérie et dont il est partie prenante. Cette façon d’édulcorer un peu trop l’histoire et l’environnement fait perdre les qualités d’authenticité dont elle aurait pu faire preuve. Finalement, la dimension de la guerre qui aurait pu en faire une force est mise de côté et j’ai trouvé cela un peu dommage car je ne pensais pas me trouver dans un roman sentimental. J’ai apprécié ma lecture en globalité mais cette petite mésaventure empêche le livre de tirer son épingle du jeu de mes lectures estivales. Dommage. Lu dans le cadre des Explorateurs de la rentrée littéraire du site Lecteurs.com
    Lire la suite
    En lire moins
  • Olivia-A Posté le 23 Août 2020
    La guerre d’Algérie est un épisode de l’Histoire de France souvent passé sous silence. Les grandes lignes et les pires exactions, nous les connaissons tous, mais le détail reste flou, bien peu sont ceux qui peuvent, et qui veulent, le raconter. Dans Les Bleus étaient verts, Alain Jaspard brise le tabou et nous parle, avec humour et dérision, des dernières années de cette « opération de maintien de l’ordre » qui a si mal tourné. A travers le personnage de Max, fils de mineur de Saint-Etienne rêvant d’ailleurs, il revient sur ces jeunes hommes envoyés contre leur gré dans ce pays déchiré où la guerre est déjà perdue d’avance, et où l’oisiveté est finalement le pire des maux. Variant les points de vue, Alain Jaspard raconte une époque, celle du début des années 1960, une France ankylosée dans des traditions d’un autre âge, des jeunes assoiffés de liberté et de changement, une Algérie fière à l’avenir tout tracé de république communiste. L’absurdité déborde de ces quelques pages de romans : absurdité d’une guerre gagnée sur le terrain mais perdue politique, absurdité des massacres de part et d’autre quand les hommes s’apprécient, sans distinction de nationalité ou de religion, absurdité de l’amour... La guerre d’Algérie est un épisode de l’Histoire de France souvent passé sous silence. Les grandes lignes et les pires exactions, nous les connaissons tous, mais le détail reste flou, bien peu sont ceux qui peuvent, et qui veulent, le raconter. Dans Les Bleus étaient verts, Alain Jaspard brise le tabou et nous parle, avec humour et dérision, des dernières années de cette « opération de maintien de l’ordre » qui a si mal tourné. A travers le personnage de Max, fils de mineur de Saint-Etienne rêvant d’ailleurs, il revient sur ces jeunes hommes envoyés contre leur gré dans ce pays déchiré où la guerre est déjà perdue d’avance, et où l’oisiveté est finalement le pire des maux. Variant les points de vue, Alain Jaspard raconte une époque, celle du début des années 1960, une France ankylosée dans des traditions d’un autre âge, des jeunes assoiffés de liberté et de changement, une Algérie fière à l’avenir tout tracé de république communiste. L’absurdité déborde de ces quelques pages de romans : absurdité d’une guerre gagnée sur le terrain mais perdue politique, absurdité des massacres de part et d’autre quand les hommes s’apprécient, sans distinction de nationalité ou de religion, absurdité de l’amour qui fleurit là où on ne l’attend pas, absurdité des magouilles familiales pour marier les filles aux prestigieux soldats qui n’ont jamais combattu qui que ce soit, absurdité d’un monde qui ne sait pas encore exister sans la guerre. Ce livre m’a appris énormément sur la guerre d’Algérie, sur la réalité vécue par les soldats sur place, ces hommes qu’on prenait pour de la chair à canon mais qui n’en avaient pas moins des rêves de grandeur, des fiancées restées au pays et des sentiments mitigés pour leurs ennemis, tant qu’ils le restèrent. J’ai énormément ri à la lecture, contre toute attente, retrouvant dans Les Bleus étaient verts un peu de cet humour de La 7ème compagnie que j’avais adoré, enfant. Instructif, drôle, mais aussi touchant, c’est un roman atypique qui participe à rétablir la vérité sur une époque historique trop souvent réécrite et méconnue.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Rentrée littéraire 2020 : partez à la découverte de nos romans français

    Plus que jamais, la rentrée littéraire 2020 est l'occasion de célébrer ensemble le plaisir de la lecture. Côté domaine français, nos éditeurs ont retenu 20 romans, autant de pépites qui invitent à l'évasion et au questionnement. Auteurs confirmés et primo romanciers se croisent et se rejoignent pour vous raconter des histoires singulières et inoubliables. Bonne(s) découverte(s) !

    Lire l'article