Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707192561
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 185 x 240 mm

Les carnets de guerre de Louis Barthas (1914-1918)

Rémy CAZALS (Préface)
Collection : Bandes dessinées
Date de parution : 20/09/2018
Cent ans après la fin de la Première Guerre mondiale, et quarante ans après la première publication des Carnets de Guerre de Louis Barthas, Fredman propose une remarquable adaptation graphique de cet ouvrage mythique.
Tonnelier originaire de l’Aude, Louis Barthas est envoyé au front dès 1914. Démobilisé en 1919, il met au propre ses notes prises tout au long du conflit. Militant socialiste et écrivain à son insu, le caporal Barthas a observé jour après jour la vie dans les tranchées : les rats, la... Tonnelier originaire de l’Aude, Louis Barthas est envoyé au front dès 1914. Démobilisé en 1919, il met au propre ses notes prises tout au long du conflit. Militant socialiste et écrivain à son insu, le caporal Barthas a observé jour après jour la vie dans les tranchées : les rats, la boue, les bombes…
Avec une plume extraordinaire et un étonnant sens de l’humour, il décrit les poilus livrés en masse à une mort anonyme, les chefs assoiffés de gloire, mais aussi les Allemands, qu’on appelle « ennemis » mais avec lesquels on fraternise à l’abri des regards.
Publiés aux éditions Maspero en 1978, les Carnets de guerre de Louis Barthas sont devenus un classique, traduit dans de nombreux pays. Fredman met son trait au service de cette œuvre unique. Composée d’extraits soigneusement sélectionnés, respectant l’esprit et la lettre des Carnets originaux, son adaptation graphique donne une nouvelle vie à ce témoignage exceptionnel.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707192561
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 185 x 240 mm
La Découverte

Ils en parlent

Une superbe adaptation graphique et aussi une invitation à relire ces Carnets de guerre dont les quelque mille sept cents pages, lors de leur parution aux éditions Maspero, avaient recueilli un énorme succès.
 
Gilles Heuré / Télérama
Puissant et émouvant, l’ouvrage de Barthas et Fredman est salutaire dans un contexte d’anniversaire de l’armistice, mais aussi de montée des nationalismes et de la xénophobie partout dans le monde.
Vincent Richard / Politis
Peut-être en avez-vous assez de cet interminable cortège de films, de livres ou de bandes dessinées sur nos morts pour la patrie. Pourtant ne passez pas à côté des carnets de guerre de Louis Barthas, témoignage bouleversant de la vie dans les tranchées. […] Un témoignage unique remarquablement mis en images par Fredman.
Intercdi

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Il_voyage Posté le 6 Novembre 2019
    Un seul mot : incontournable ! Je pourrais multiplier les adjectifs, mais vraiment, cet ouvrage est à mettre dans toutes les bibliothèques. Aussi bien pour les amateurs de littérature que pour ceux qui s'intéressent à l'histoire, ou bien encore pour les fans de BD. De quoi s'agit-il ? D'un roman graphique, donc de l'adaptation ou de la mise en images d'un texte littéraire. Ici, Alan Fredman (que je découvre) met des couleurs et des images sur les Carnets de Guerre du soldat Louis Barthas. Un homme qui, comme tant d'autres, a quitté sa famille, son travail, son village en 1914 pour aller s'enterrer quatre longues années dans les tranchées qui sillonnent le nord du pays, de l'enfer de Verdun au Chemin des Dames, de l'Artois à la Marne. Louis Barthas, comme d'autres poilus, a tenu un journal de guerre. Ce sont les extraits de ce journal qui servent de support au travail de Fredman. J'ai souvent lu, étant enseignant d'histoire-géographie, des témoignages de poilus. Mais je suis ressorti de cette lecture particulièrement frappé par deux aspects : la qualité de l'écriture de cet homme d'une part, et d'autre part son discours, à la fois lucide et très engagé (pacifiste et antimilitariste) dès le... Un seul mot : incontournable ! Je pourrais multiplier les adjectifs, mais vraiment, cet ouvrage est à mettre dans toutes les bibliothèques. Aussi bien pour les amateurs de littérature que pour ceux qui s'intéressent à l'histoire, ou bien encore pour les fans de BD. De quoi s'agit-il ? D'un roman graphique, donc de l'adaptation ou de la mise en images d'un texte littéraire. Ici, Alan Fredman (que je découvre) met des couleurs et des images sur les Carnets de Guerre du soldat Louis Barthas. Un homme qui, comme tant d'autres, a quitté sa famille, son travail, son village en 1914 pour aller s'enterrer quatre longues années dans les tranchées qui sillonnent le nord du pays, de l'enfer de Verdun au Chemin des Dames, de l'Artois à la Marne. Louis Barthas, comme d'autres poilus, a tenu un journal de guerre. Ce sont les extraits de ce journal qui servent de support au travail de Fredman. J'ai souvent lu, étant enseignant d'histoire-géographie, des témoignages de poilus. Mais je suis ressorti de cette lecture particulièrement frappé par deux aspects : la qualité de l'écriture de cet homme d'une part, et d'autre part son discours, à la fois lucide et très engagé (pacifiste et antimilitariste) dès le début du conflit. Ce qui n'a pas empêché Louis Barthas de combattre avec loyauté durant le conflit. Et que dire de la mise en images ? Fredman fait le choix d'une unité de ton, très sépia, qui rappelle les photos jaunies que l'on peut trouver dans nos vieux livres d'histoire ou de celles que nos anciens pouvaient ressortir du fond d'un tiroir pour parler de la Der des Ders. Avec, lorsque Barthas retourne chez lui en permission, dans son village de l'Aude, des tons bleutés qui apportent une forme d'apaisement, comme un répit au milieu de la folie des hommes, cette folie que ne cesse de dénoncer Barthas dans son témoignage, cette omniprésence de la mort qui rôde, avec le caractère parfois oppressant de certaines vignettes de Fredman, quand tout au long des planches apparaissent à plusieurs reprises des oiseaux noirs de bien mauvais augure, et qui semblent attendre patiemment pour se repaître de chair fraîche ... Un ouvrage à découvrir et à faire découvrir. Et moi qui ne jurai que par Tardi et ses ouvrages multiples sur la Grande Guerre, de "C'était la guerre des Tranchées" à 'Putain de guerre", il n'est pas impossible que je lui fasse une petite infidélité lorsque l'an prochain, je proposerai à mes élèves de troisième de travailler sur la Première Guerre mondiale à partir de la bande dessinée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Takalirsa Posté le 1 Novembre 2019
    Mois après mois, le caporal Louis Barthas raconte les principaux épisodes de cette longue et infernale guerre que fut "la der des ders". A l'issue d'une brève et bienvenue présentation de l'homme et de la genèse de ses carnets, commence le récit illustré de ce qu'a vécu Barthas dans les tranchées, "de l'enfer au purgatoire et du purgatoire à l'enfer". Il y a beaucoup de textes, cependant l'écriture est prenante, et riche en tension et suspens dans les moments d'action. A l'effervescence de la mobilisation ("ces gens inconscients ont plus d'enthousiasme que de désolation") succède rapidement la réalité du quotidien de ceux "voués au sacrifice", qui s'enlisent rapidement dans une "lutte d'usure". Le fracas des obus, les pluies torrentielles qui noient les boyaux, la boue qui recouvre de la tête aux pieds, le froid mordant qui empêche de dormir, le "spectacle de désolation" que présentent les hectares de "terre convulsée, bouleversée", celui des charniers humains puants et infestés de rats maneurs de cadavres... Rien n'est épargné au caporal et son escouade, ni au lecteur, à travers ces larges vignettes à dominante brune. Mais pour Barthas, ce n'est pas le pire. Le pire, c'est "le boniment patriotique". Celui des communiqués officiels qui enjolivent... Mois après mois, le caporal Louis Barthas raconte les principaux épisodes de cette longue et infernale guerre que fut "la der des ders". A l'issue d'une brève et bienvenue présentation de l'homme et de la genèse de ses carnets, commence le récit illustré de ce qu'a vécu Barthas dans les tranchées, "de l'enfer au purgatoire et du purgatoire à l'enfer". Il y a beaucoup de textes, cependant l'écriture est prenante, et riche en tension et suspens dans les moments d'action. A l'effervescence de la mobilisation ("ces gens inconscients ont plus d'enthousiasme que de désolation") succède rapidement la réalité du quotidien de ceux "voués au sacrifice", qui s'enlisent rapidement dans une "lutte d'usure". Le fracas des obus, les pluies torrentielles qui noient les boyaux, la boue qui recouvre de la tête aux pieds, le froid mordant qui empêche de dormir, le "spectacle de désolation" que présentent les hectares de "terre convulsée, bouleversée", celui des charniers humains puants et infestés de rats maneurs de cadavres... Rien n'est épargné au caporal et son escouade, ni au lecteur, à travers ces larges vignettes à dominante brune. Mais pour Barthas, ce n'est pas le pire. Le pire, c'est "le boniment patriotique". Celui des communiqués officiels qui enjolivent une situation partout déplorable et entretiennent les civils dans l'illusion d'une domination française. Les tromperies odieuses des officiers qui mentent aux hommes pour être sûrs d'être obéis (comme dire qu'on est relevé alors qu'on part au front...). Des ordres incohérents voire stupides de la part de dirigeants planqués ("bien au chaud, le ventre plein") et souvent incompétents ("Je me refuse à exposer inutilement la vie de mes hommes"). Barthas l'antimilitariste socialiste ne mâche pas ses mots - qu'il manie très bien - et a bien failli en perdre ses galons. Peu importe, il tient à dénoncer la "mesquine tyrannie" de ses supérieurs ("faussaires, menteurs, lâches") pour qui "nous n'étions que des bêtes de somme" ("c'était révoltant"), et à témoigner que sur le terrain, "la vérité était tout autre". Heureusement il y a les élans de fraternité entre soldats, y compris allemands, "preuve que cette horrible guerre a été déchaînée contre le consentement des peuples". Et après quatre hivers de "fatigues, souffrances, dangers", le caporal Barthas, épuisé physiquement et moralement, est évacué pour la toute première fois. Ce que l'on retiendra au fil de ses anecdotes, c'est le courage de tous ces hommes durant leurs "54 mois d'esclavage". Et tandis que l'on referme ce témoignage précieux, on a une dernière pensée pour ces "sacrifiés sans pitié" à qui l'on doit tant... à commencer par le maintien de la paix, à tout prix.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pixie-Flore Posté le 28 Mars 2019
    Louis Barthas était un homme pacifiste et humaniste. Quand la Première Guerre mondiale est déclarée, il se voit incorporé malgré lui dans un conflit terrible. C'est un document riche en détails sur les faits historiques. Les dates, les lieux, les petites anecdotes : il est d'une précision chirurgicale. Mr Barthas dénonce également les conditions de vie de ces hommes, la hiérarchie militaire et les gouvernements. Toutes ces choses qui ne pouvaient pas être dites à cette époque, ni dans les années 1950 apparemment, mais qu'il consignait scrupuleusement dans ses carnets. Son témoignage est fort. C'est comme un cri de désespoir et d'incompréhension. Les graphismes d'Alan Fredman sont d'un réalisme frappant. Le choix des teintes de couleur, un peu mornes, fait écho à la boue, aux conditions physiques et morales des soldats et au deuil permanent.
  • RosenDero Posté le 22 Novembre 2018
    Louis Barthas, soldat mobilisé de 1914 à 1918 tenait un journal de tranchées. Une fois la guerre finie, démobilisé, il mettra ses écrits au propre, sans jamais chercher à les diffuser ou les rendre publiques. Ce n'est qu'à partir de 1977-1978 que ses écrits vont refaire surface et connaître une diffusion plus large. de là, tous les patriotes et militaristes crieront au scandale et à la falsification ; mais les témoignages affluent et concordent, ce que Barthas mentionne ne fut pas isolé, partout les soldats exécraient la guerre et leurs dirigeants bornés, souvent ils cherchaient à éviter le combat, parfois ils fraternisèrent avec des soldats allemands victimes des mêmes fous militaristes. Car c'est là un récit profondément antimilitariste, pacifiste et humaniste que nous livre Louis Barthas. le lecteur sera effaré par les décisions militaires ineptes et leurs conséquences sur les simples soldats ; de la prise coûte que coûte (en vies humaines) d'une bande de terres, à la mauvaise gestion de l'artillerie (pilonnant et tuant dans ses propres rangs) en passant par les ordres et contre-ordres et les mensonges aux hommes dans l'espoir qu'ils ne découvrent le contenu de leurs ordres qu'au dernier moment, trop tard pour reculer. Voici pour les Carnets... Louis Barthas, soldat mobilisé de 1914 à 1918 tenait un journal de tranchées. Une fois la guerre finie, démobilisé, il mettra ses écrits au propre, sans jamais chercher à les diffuser ou les rendre publiques. Ce n'est qu'à partir de 1977-1978 que ses écrits vont refaire surface et connaître une diffusion plus large. de là, tous les patriotes et militaristes crieront au scandale et à la falsification ; mais les témoignages affluent et concordent, ce que Barthas mentionne ne fut pas isolé, partout les soldats exécraient la guerre et leurs dirigeants bornés, souvent ils cherchaient à éviter le combat, parfois ils fraternisèrent avec des soldats allemands victimes des mêmes fous militaristes. Car c'est là un récit profondément antimilitariste, pacifiste et humaniste que nous livre Louis Barthas. le lecteur sera effaré par les décisions militaires ineptes et leurs conséquences sur les simples soldats ; de la prise coûte que coûte (en vies humaines) d'une bande de terres, à la mauvaise gestion de l'artillerie (pilonnant et tuant dans ses propres rangs) en passant par les ordres et contre-ordres et les mensonges aux hommes dans l'espoir qu'ils ne découvrent le contenu de leurs ordres qu'au dernier moment, trop tard pour reculer. Voici pour les Carnets de guerre de Louis Barthas, dont nous trouvons ici une adaptation en bande dessinée. C'est, pour le coup, un véritable roman graphique où il n'y a quasiment aucun dialogue mais les extraits du roman éponyme sur plus de 270 pages d'un ton sépia et d'un dessin crayonné très expressif. Le côté graphique apporté par l'adaptation permet au lecteur de visualiser un texte parfois difficile à suivre tant les mouvements de troupes sont nombreux et les nuances militaires obscures (on se demande bien pourquoi les "informations historiques nécessaires [pour que le lecteur soit] équipé pour suivre l'écrivain et son dessinateur" ont été placées en fin du livre et non au début... car tout le monde ne comprendra pas forcément (et n'ira pas se renseigner) sur les grades militaires ou l'argot de la guerre, et, pour ceux-là, la lecture sera d'autant plus laborieuse. Bref, un récit adapté remplissant l'objectif de montrer les horreurs et l'absurdité de la guerre, mais d'une densité telle qu'il ne correspond pas aux canons de la BD et doit être appréhendée d'avantage comme un roman illustré.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Lisez

    5 livres qui vont vous raconter l'histoire de France autrement

    Une infographie édifiante sur la Seconde Guerre mondiale, un livre qui part sur la trace des trésors de nos régions, une adaptation graphique des mythiques carnets d'un poilu... Voici 5 livres éclairants, passionnants et pas comme les autres qui vous proposent d'appréhender l'histoire de France autrement. Se pencher sur notre passé n'a jamais été aussi excitant !

    Lire l'article