Lisez! icon: Search engine
Nathan
EAN : 9782092573969
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 210 mm

Les Chevaliers des Gringoles - Livre 2 : Opération Goofus - Dès 9 ans

,

Collection : Roman Grand format
Date de parution : 20/09/2018
Un Chevalier des Gringoles a toujours un plan (bon, pas toujours, mais la plupart du temps)
 
Résumé : Décidément, à Cayou-des-Gringoles, c’est pas la fête à la grenouille tous les jours. Après mon affrontement avec Drake sur les Menhirs maudits, voilà que de sombres individus venus du ciel débarquent sur notre île pour mettre la main sur ce qu’on a de plus cher ! D’après mes calculs,... Résumé : Décidément, à Cayou-des-Gringoles, c’est pas la fête à la grenouille tous les jours. Après mon affrontement avec Drake sur les Menhirs maudits, voilà que de sombres individus venus du ciel débarquent sur notre île pour mettre la main sur ce qu’on a de plus cher ! D’après mes calculs, ça nous fait une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise, c’est que nos ennemis sont méchamment dangereux.
La bonne… c’est qu’on a une botte secrète.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782092573969
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 210 mm
Nathan

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Lunartic Posté le 29 Juin 2019
    Bonjour mes petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'un roman jeunesse juste trépidant et qui nous propose d'embarquer de nouveau pour un univers fantastique extrêmement riche et bien construit. En effet, je vais vous présenter le tome deux des Chevaliers des Gringoles. Quel plaisir cela a été pour moi de retourner sur cette île tout simplement magique inventée avec brio par le brillant auteur pour la jeunesse Erwan Ji et sublimée par les couleurs éclatantes de la talentueuse illustratrice Papaya ! Je remercie du fond du cœur les éditions Nathan pour ce magnifique envoi, ainsi que pour la publication de cette pétillante saga qui émerveille petits et grands ! Dès que je me rends sur Cayou-des-Gringoles, je me sens rajeunir ! Je sais, c'est gonflé de ma part de dire cela au vu de mon jeune âge mais la lecture d'une telle série livresque me ramène au doux temps de l'insouciance, des années collège avec leurs complications mais surtout leurs moments forts d'allégresse et de partage, à une époque où l'on est parés pour toutes les grandes aventures de l'existence et où l'on se lance dans la mêlée sans aucune hésitation... Bref, nos fameux trois Chevaliers... Bonjour mes petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'un roman jeunesse juste trépidant et qui nous propose d'embarquer de nouveau pour un univers fantastique extrêmement riche et bien construit. En effet, je vais vous présenter le tome deux des Chevaliers des Gringoles. Quel plaisir cela a été pour moi de retourner sur cette île tout simplement magique inventée avec brio par le brillant auteur pour la jeunesse Erwan Ji et sublimée par les couleurs éclatantes de la talentueuse illustratrice Papaya ! Je remercie du fond du cœur les éditions Nathan pour ce magnifique envoi, ainsi que pour la publication de cette pétillante saga qui émerveille petits et grands ! Dès que je me rends sur Cayou-des-Gringoles, je me sens rajeunir ! Je sais, c'est gonflé de ma part de dire cela au vu de mon jeune âge mais la lecture d'une telle série livresque me ramène au doux temps de l'insouciance, des années collège avec leurs complications mais surtout leurs moments forts d'allégresse et de partage, à une époque où l'on est parés pour toutes les grandes aventures de l'existence et où l'on se lance dans la mêlée sans aucune hésitation... Bref, nos fameux trois Chevaliers des Gringoles ne manquent pas de me regonfler le cœur de courage et d'optimisme. C'est comme une bonne bouffée d'air frais ou une bouteille d'eau salvatrice pour qui est assoiffé de vivre et de voir les choses en grand. À chaque goulée son taux de péripéties qui font monter l'adrénaline et qui nous redonnent aussi la pêche ! Qui a dit que la dangerosité était synonyme d'ennemi ? Chaque risque que l'on s'autorise nous éloigne un peu plus de l'ennui et nous fait prendre conscience de notre ténacité et de notre véritable valeur, vous ne croyez pas ? Sans plus attendre, permettez-moi de vous convaincre de vous laisser enfermer dans une bulle chaleureuse et trépidante grâce à la lecture des Chevaliers des Gringoles - Tome 2 : Opération Goofus ! Pour commencer, j'ai tout bonnement adoré retrouver notre trio d'or plus soudé que jamais ! Dans le premier tome, on assistait à la naissance d'une amitié qui s'annonçait d'ores et déjà légendaire et qui s'est considérablement solidifiée grâce aux diverses épreuves et "ennemis" que nos trois adorables collégiens ont dû affronter. Dans ce tome-ci, on constate clairement à quel point le lien qui s'est tissé entre eux est important à leurs yeux, même si deux membres de l'équipe peinent toujours à se l'avouer. En effet, depuis le début de la saga, je prends un malin plaisir à contempler mes bébés d'amour, Léonora et Augustus, se chamailler comme de vrais gamins et s'envoyer des piques salées absolument délicieuses. Je vous rassure, rien de bien méchant, juste beaucoup d'éclats de rire et un amusement sans fin d'observer à quel point il est flagrant que ces deux-là s'apprécient et reconnaissent la valeur de l'autre, ainsi que ses nombreuses qualités. En tout cas, impossible de ne pas ressentir dans ces moments-là une grande connivence avec notre zombi chéri Wesley tant son point de vue sur la question reflète nos propres pensées ! On est souvent sur la même longueur d'onde, lui et moi, et vous pourrez sûrement le remarquer si vous faites vous même l'expérience de lire cette saga tout simplement trop mignonne, remplie de tendresse et rythmée par des aventures captivantes et des mystères à creuser. Pour ma part, de retourner dans cet univers en compagnie de personnages aussi charmants et remarquables, cela m'a fait juste extrêmement chaud au cœur et j'ai envie de hurler qu'heureusement le tome trois de leur quête mouvementée et exaltante sort au mois de mars car ils me manquent déjà ! Je n'ose imaginer si j'avais lu le tome deux à sa sortie en septembre de l'année dernière, ma frustration aurait été immense à l'idée de devoir attendre le printemps pour être réunie avec mes chers amis aux origines fantastiques ébouriffantes... En parlant de ça, ce tome-ci nous réserve de jolies surprises car si, dans le premier tome, on se focalisait sur Wesley, le langage et le mode de vie des zombis (c'est tellement cool d'avoir appris toutes ces choses sur les soi-disant "mangeurs de cervelle" de ce monde !), dans ce second tome, on en apprend un peu plus sur la famille et l'univers enneigé de Léonora, et quel plaisir de la voir déployer toute sa force colossale et s'assumer telle qu'elle est depuis que nous connaissons son petit secret. Cela fait du bien de voir une jeune fille avec une force physique plus imposante que celle des garçons car oui, cela existe ! Ce n'est pas un attribut exclusivement masculin et heureusement que l'auteur nous le rappelle ! Les garçons ne sont pas obligés d'exceller en sport et d'être bien remplumés et les filles n'ont pas à se cantonner à l'éternelle image de la demoiselle fragile et sans défense pour arborer fièrement leur masculinité ou leur féminité, encore heureux ! J'ai trouvé que, de manière très subtile, l'auteur nous apprend à nous aimer avec nos qualités et nos défauts, sans qu'on n'ait besoin de devoir entrer dans des cases pour se faire apprécier des autres. Être soi-même, sans fard ni complexes, tel est le secret de l'épanouissement personnel ! Cela fait très philosophique et livre de bien être ce que je dis là mais Erwan Ji nous l'explique en réalité très simplement, de façon bête comme chou, en nous donnant à voir la spontanéité et l'explosion d'énergie des enfants. C'est limite si on ne devrait pas prendre exemple sur eux pour se sentir bien dans notre peau et se ficher de ce qu'autrui pourra dire de nous ! La véritable amitié, c'est celle où l'on n'a pas besoin de se cacher pour être aimé et estimé tel que l'on est. Un ami sincère va voir vos différences comme des super-pouvoirs, comme un puits de puissance exceptionnelle, pas comme une source de honte, n'oubliez jamais ça. Désolée de m'être laissée emporter par mon petit speech sur l'importance d'être fidèle à soi-même et de l'amitié mais c'était plus fort que moi... Quand je lis une saga telle que les Chevaliers des Gringoles, je ne me sens jamais seule, mais au contraire toujours très bien accompagnée. C'est là le pouvoir magique de cette série livresque : celui de nous transporter dans un monde qui nous éblouit à chacun de ses recoins et auprès d'êtres tout simplement merveilleux et surprenants. Dans ce tome-ci, c'est clairement mon petit Gus chéri qui répond à cette description. L'adjectif "ahurissant" pourrait devenir son second prénom car, si l'on croyait tout savoir sur lui, on découvre en réalité sa véritable nature dans Opération Goofus et c'est... juste dément ! Et encore, on ne nous a donnés pour l'instant qu'un tout petit aperçu de ce dont Gus est capable dans ce tome intermédiaire. M'est avis que, dans le tome trois, on retrouvera un Augustus beaucoup plus aguerri qui aura appris à maîtriser son "nouveau" pouvoir. Il me tarde de voir ça ! C'est ce que j'aime justement le plus dans cette saga : elle arrive toujours à nous surprendre là où on s'y attend le moins. On ne se doute absolument de rien et puis, paf, révélation, ça fait des Chocapic ! Pardon, mais j'aime juste beaucoup trop cette expression... Vous l'aurez compris, je pense, qu'avec cette série livresque, on a le droit au fil des chapitres a des retournements de situation complètement fous, qu'on ne soupçonne pas de voir surgir (cela ne nous vient même pas à l'esprit, à vrai dire), et in fine, on se rend compte que c'est juste complètement génial et we never knew we needed it. C'est comme le cliffhanger sur lequel nous avait laissés le tome un : ça m'avait totalement prise de court, tant je ne l'escomptais pas. Et maintenant que j'en ai vu le résultat au tout début de ce tome deux (on ne nous donnait qu'un pressentiment de ce qui allait se produire dans les dernières pages des Menhirs maudits), permettez-moi de vous dire que j'ai été tout bonnement conquise ! Car la surprise faite aux lecteurs se nomme Willow (oui, oui, comme le nain du film culte des années quatre-vingt, incarné par notre cher Warwick Davis) et elle est... tout simplement trop craquante !!! Je suis tellement contente que le fruit de "l'oeufant" de mon ship adoré Wesley et Léonora soit cet adorable petit girafon femelle au poil jaune juste magnifique et aux grands yeux améthystes ensorcelants. Tremble, Elizabeth Taylor ! La beauté de tes prunelles qui semblaient être de véritables joyaux a été surpassée ! Plus sérieusement, comment résister face à une paire d'yeux pareille et à cette si jolie bouille mutine d'une boule de poils câline et coquine, toujours gentille (C'est Candy, Caaaandy ! Humhum, pardon) ? Je crois qu'il est clair que je me suis instantanément attachée à ce compagnon trop choupinours qu'est Willow. Et pourtant, cette petite filoute aux éternuements facétieux a de quoi nous faire triturer nos méninges ! Sa présence même ne peut que susciter beaucoup d'interrogations de notre côté. Aussi choyée soit-elle (par moi, en tout cas), que fait-elle ici ? Pourquoi l'a-t-on confiée aux excellents soin de Wesley, Léonora et de Gus, le meilleur tonton qu'on puisse imaginer ? Dans quel but ? Et que signifie donc ce mot "Goofus" qu'elle répète à longueur de temps et qui donne carrément son titre au récit ? Mystère et boule de chewing-gum, comme dirait l'autre. Pour ma part, je m'imagine déjà une raison profondément dramatique et qui va tous nous traumatiser lorsque la vérité sera révélée à la « HODOR ! HODOR ! » Préparez-vous à sortir les mouchoirs ! Bon, j'exagère sûrement mais, vous savez, tout peut arriver... C'est ce qui m'exalte tant avec Les Chevaliers des Gringoles : c'est peut-être jeunesse et on reste donc dans une atmosphère très bon enfant, que ce soit au niveau de la narration assurée par le personnage principal qu'est Wesley, pré-adolescent, et de son contenu/thèmes centraux ; néanmoins, le champ des possibles de cette saga est extrêmement large, l'imagination n'a plus de frontières et on n'est donc pas à l'abri de très belles surprises comme de plus inquiétantes. Imaginez vous un terrain miné mais dans un univers aux couleurs et valeurs dignes des Bisounours et ça vous donnera certainement une idée de ce que Les Chevaliers des Gringoles réserve à ses protagonistes et à son lectorat à chaque nouveau récit ! Ce que j'ai trouvé différent dans ce tome deux par rapport à son prédécesseur, c'est que, là où le tome un pouvait presque se suffire à lui-même, exception faite des toutes dernières pages qui nous laissaient bien évidemment présager une suite, en nous présentant une aventure avec un début, un développement/enchaînement d'événements et une conclusion bien marquée, le second livre se veut tome de transition et assume son rôle à fond. Même si les héros vivent des péripéties qui donnent l'impression de mener à une fin fermée, en réalité, rien ne se résout lorsque l'on se retrouve face au point final de ce roman. Certes, un des dossiers abordés par l'intrigue est éclairci (et encore, ce n'est toujours pas net pour moi à l'heure actuelle, je continue à me poser de nombreuses questions et je me méfie) mais tout le reste demeure flou : les origines de Willow, la raison de sa présence auprès de nos trois comparses, qui est ce "fidèle ami" qui semble si bien connaître le régime alimentaire et le mode de vie d'un animal tel que notre girafon femelle, censé être légendaire et donc ne pas exister (quoique, beware : "All legends are true") ou à tout le moins avoir disparu depuis belle lurette ? Quelles sont les véritables origines de Gus aussi ? Personnellement, ce qui m'intrigue le plus et que j'ai juste adoré, c'est l'évocation du passé de l'île lors d'un court chapitre. On a droit alors, grâce au pouvoir hallucinant de la petite Willow que je rêve depuis toujours de posséder (le pouvoir, pas le girafon - quoique, l'animal de compagnie extrêmement original aussi tout compte fait...), à un aperçu tout à fait alléchant de la vie sur Cayou-des-Gringoles lors des années de sa fondation. On retombe notamment sur une certaine mangouste à l'origine de ce lieu enchanteur et qui me fascine, que dis-je, qui me subjugue depuis le tome un ! J'ai été ravie de ce parallèle réalisé entre le passé et le présent. Même si ce n'est pas encore tout à fait clair, on sent que cela n'a pas été introduit pour rien, qu'il y a une certaine pertinence dans l'idée et dans le propos et que tout se fera jour dans le tome trois, ou plus tard s'il y a d'autres tomes de prévus (je croise fort les doigts !). Autre chose, que j'ai failli oublier : dans Opération Goofus, notre trio incontournable est enfin officiellement baptisé de l'appellation fringante de "Chevaliers des Gringoles". Au départ, je pensais qu'ils s'étaient eux même autoproclamés ainsi vu que Wesley leur donnait déjà ce nom dans le résumé du tome un. Mais, vu que chaque tome fonctionne comme un instant de rétrospection sur ce qui s'est déjà produit, cela fait sens d'une certaine manière. Sauf que je croyais de façon vraiment bornée, j'étais persuadée que c'était les Chevaliers des Gringoles themselves qui s'étaient donnés ce nom si flatteur, et non que ce dernier venait une tierce personne, le fameux "fidèle ami" Archileb Néou, dont le propre pseudonyme cache tant de mystères. En tout cas, impossible que cela soit un véritable nom et prénom sinon Archileb devrait à mon avis attenter un procès à ses parents. Je plaisante, c'est un anagramme, bien sûr. À vous d'en découvrir la teneur en vous plongeant dans ce livre. Non, non, ceci n'est pas une incitation à l'achat de ma part, voyons... Ce qui m'interpelle tout particulièrement, c'est la signification réelle de l'appellation "Chevaliers des Gringoles". Pour moi, cela ne peut pas sortir de nulle part, même si nos trois petits héros en herbe méritent amplement d'être désignés ainsi. À mes yeux, cette caractéristique incarne tout un symbole, quelque chose de plus ancien au niveau de l'histoire de l'île qui nous dépasserait tous, y compris nos vaillants et admirables protagonistes justiciers et protecteurs aguerris de girafon à leurs heures perdues. Cela expliquerait notamment la mise en relation dans ce deuxième tome de ce que nos espiègles pré-adolescents ont dû vivre jusqu'à présent avec les événements qui se seraient déroulés du vivant de la mangouste mâle fondatrice de Cayou, dont je suis la fan numéro un même si je sais bien peu de choses sur elle. C'est tout à fait logique, je sais ! Je m'enthousiasme pour pas grand chose mais en réalité, je pense que c'est juste la magie évidente de cette saga qui a imprégné chaque fibre de mon être et qui m'a contaminée de cette électricité bienfaisante et stimulante qui se fait ressentir à chaque page de ce livre. Bref, cela fait beaucoup d'interrogations sans réponses qui, loin de m'avoir laissée frustrée, sur ma faim, lorsque j'ai refermé le livre, m'ont juste donné envie d'émettre mes propres hypothèses, de faire travailler mon petit cerveau, ma créativité mais également ma perspicacité, elle aussi digne d'être relayée au rang de légende (ceci est une blague, bien entendu), et de me jeter sur le tome trois qui s'annonce sensationnel ! Je ne sais pas s'il agira du dernier (je ne l'espère certainement pas !) mais dans tous les cas, je suis impatiente de m'y plonger afin de m'y abreuver telle une assoiffée des réponses qu'il pourra me fournir. Effectivement, l'opération Goofus est loin d'être close et je suis prête à mener cette mission jusqu'au bout, comme il se doit, armée de mon insatiable curiosité et d'une bonne dose de courage, même si le petit être craintif que je suis ne cessera jamais vraiment de l'être. Mais justement, mes chers compagnons de route que sont Léonora, Gus et Wesley m'inspirent à aller de l'avant, la tête haute, à ne pas baisser les bras malgré mes pires peurs et à garder la pêche ! Surtout, je sens que l'on va bien rigoler dans ce troisième livre car, d'après la sublime couverture réunissant tous les personnages, notamment Diego, qui m'attendrit de plus en plus et qui m'a même manqué au vu de son rôle carrément secondaire dans ce deuxième livre (même s'il a géré, comme toujours), et sa chaleureuse, très douce et sensée petite sœur, dont je suis très curieuse d'en apprendre plus sur qui elle est, ses goûts, ce qui la passionne dans la vie en dehors des poneys (oui, je veux déjà m'en faire une meilleure amie, et alors ?), et le résumé, ce troisième tome me donne déjà l'impression d'un savant mélange entre Golden Child - L'enfant sacré du Tibet, Karaté Kid et la saga d'animation Kung-fu Panda. Les bâtons de combat bleu et rouge rappellent aussi bien évidement la saga Star Wars, très joli clin d'œil par ailleurs. Tout est question de maîtriser son Ki et de ne pas tomber du côté obscur de la Force ! Alors, vous joindrez vous à nous, jeune Padawan... pardon, jeune Chevalier des Gringoles ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • culturevsnews Posté le 22 Octobre 2018
    Ce tome 2 est véritable hommage à l’univers de la fantasy et au monstres mais d’une version drôle mais qui est complètement différents des romans actuels mais tout aussi immersif. La qualité du livre est réussie. Ce livre est très intéressant pour les enfants et pour ceux qui connaissent la fantasy . Pour un lecteur l’univers des zombies est parfaitement retranscrit. On y retrouve tout ce qu’a fait le succès d’un livre pour enfant avec sa dose d’amitié mais tout fonctionne bien. Le rythme se fait en place et on veut poursuivre la progression de la sa quête . Un premier tome accrocheur avec une très belle écriture. Note : 9/10
ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER NATHAN !
De nouvelles idées de lecture jeunesse, chaque mois, dans votre boîte mail