Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262050320
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 140 x 210 mm

Les derniers jours des reines

,

Date de parution : 01/10/2015
La tragédie du pouvoir au féminin.
Comment sont mortes les souveraines les plus célèbres de l’Histoire ? Du suicide de Cléopâtre au dramatique accident d’Astrid de Belgique en passant par la décapitation de Marie Stuart et de Marie-Antoinette, l’assassinat d’Agrippine, de Sissi et d’Alexandra de Russie, ou l’agonie édifiante de Catherine de Médicis, Anne d’Autriche, Catherine II,... Comment sont mortes les souveraines les plus célèbres de l’Histoire ? Du suicide de Cléopâtre au dramatique accident d’Astrid de Belgique en passant par la décapitation de Marie Stuart et de Marie-Antoinette, l’assassinat d’Agrippine, de Sissi et d’Alexandra de Russie, ou l’agonie édifiante de Catherine de Médicis, Anne d’Autriche, Catherine II, la reine Victoria ou l’impératrice Eugénie, les meilleurs historiens et écrivains d’histoire racontent leurs derniers jours dans des textes incisifs où la limpidité du récit s’appuie sur des enquêtes puisées aux meilleures sources.
 
Toujours tragiques, souvent brutales, parfois spectaculaires, inattendues ou interminables, leurs fins se ressemblent par une même dignité, une civilité monarchique de l’adieu exaltée par la conscience que ces reines avaient de leur rang, et leur volonté commune d’édifier la postérité après avoir marqué leur temps. Comme si toutes se retrouvaient dans la fière devise de Marie Stuart : « En ma fin est mon commencement. »
 
« Une fresque du pouvoir suprême au féminin, de l’Antiquité au XXe siècle » : c’est ainsi que Jean-Christophe Buisson et Jean Sévillia définissent cet ouvrage collectif de prestige qu’ils ont dirigé et qui fera date, autant par ses qualités littéraires que par le regard innovant qu’il porte sur les ultimes instants de ces femmes dont les règnes ont changé le monde à tout jamais.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262050320
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 140 x 210 mm
Perrin
En savoir plus

Ils en parlent

" A l"instar des rois, et quelles que soient les époques ou les cultures, les reines avaient le souci et le devoir du "savoir-mourir". Romanesque, mais bien réels, enlevés, concis, édifiants, ces récits s'en font l'écho dans ce passionnant ouvrage collectif."
JdV / Le Figaro Histoire

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Khalya Posté le 2 Février 2021
    Dans le même genre, j’avais lu « les derniers jours des rois » qui m’avait profondément ennuyé, les rois n’en finissant pas de mourir. Du coup j’ai laissé ce livre de côté bien trop longtemps. Mais il faut croire que c’était une question d’auteur, parce que là, je me suis régalée. Déjà les auteurs ne restent pas focalisés sur la mort en elle-même de la souveraine mais sur ses accomplissements, ses actes et leurs conséquences. Ils balayent les idées reçues (comme le fait que Cléopâtre se serait suicidée avec un serpent alors que les comptes rendus de l’époque indiquent qu’aucun serpent n’a été trouvé sur les lieux). Les reines, régnantes ou consort, sont présentées par ordre chronologique. Certaines se sont illustrées dans la mort (comme Marie-Antoinette, qui s’est révélée dans les derniers mois de sa vie et dans la dignité qu’elle a montré face à ses accusateurs et sur l’échafaud), d’autres ont beaucoup accompli de leur vivant (Alienor, Marie-thérèse d’Autriche), d’autre encore ne sont connues que par leur mort tragique à un jeune âge (Astrid de Suède). Pour les reines, comme pour les rois d’ailleurs, la mort n’est pas une affaire privée. On meurt en public et si ce n’est pas le cas, la dépouille est... Dans le même genre, j’avais lu « les derniers jours des rois » qui m’avait profondément ennuyé, les rois n’en finissant pas de mourir. Du coup j’ai laissé ce livre de côté bien trop longtemps. Mais il faut croire que c’était une question d’auteur, parce que là, je me suis régalée. Déjà les auteurs ne restent pas focalisés sur la mort en elle-même de la souveraine mais sur ses accomplissements, ses actes et leurs conséquences. Ils balayent les idées reçues (comme le fait que Cléopâtre se serait suicidée avec un serpent alors que les comptes rendus de l’époque indiquent qu’aucun serpent n’a été trouvé sur les lieux). Les reines, régnantes ou consort, sont présentées par ordre chronologique. Certaines se sont illustrées dans la mort (comme Marie-Antoinette, qui s’est révélée dans les derniers mois de sa vie et dans la dignité qu’elle a montré face à ses accusateurs et sur l’échafaud), d’autres ont beaucoup accompli de leur vivant (Alienor, Marie-thérèse d’Autriche), d’autre encore ne sont connues que par leur mort tragique à un jeune âge (Astrid de Suède). Pour les reines, comme pour les rois d’ailleurs, la mort n’est pas une affaire privée. On meurt en public et si ce n’est pas le cas, la dépouille est exposée aux yeux de tous, les funérailles sont un spectacle plus qu’une affaire de famille. Car le monarque ne s’appartient pas, il appartient au peuple. Ce livre, malgré un titre un peu racoleur, est une mine d’information sur de grands pans de l’histoire. Pas très en profondeur, certes, mais il donne un bon point de départ avant des lectures plus approfondies comme, par exemple, celles citées en bibliographie pour chacune des reines traitées dans le livre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Esterelle Posté le 17 Avril 2020
    C'est un très bon livre facile à lire. Il nous raconte la fin de souveraines et reines, et cela est très intéressant. J'ai pu d'ailleurs découvrir ou redécouvrir des personnalités. De plus, il y a une bibliographie sélective sur chacune d'entre elles, ce qui permet de pouvoir se renseigner si on le désire.
  • rynas Posté le 2 Septembre 2018
    Un résumé des biographies de nombreuses reines et plus précisément leurs fin de vie et parfois allant avec la fin de règne. J'ai trouvé ce livre vraiment passionnant même si certains passage était un peu trop évasifs à mon goût mais résumé oblige. Un livre que je conseil pour les passionnés d'histoire ou les débutants, à compléter par contre en fonction de la reine concernée avec une biographie plus complète.
  • LePetitCrayon Posté le 1 Février 2017
    Grande amatrice de GOT je réalise en écrivant cette critique que la perfidie des prétendants au trône de fer est très surfaite. Georges RR Martin le disait lui-même, l’Histoire est une source inépuisable d’inspiration et l’excellent Les derniers jours des reines, pendant féminin de Les derniers jours des rois peut en témoigner. En quelques chiffres ce livre c’est : 20 chapitres, 20 auteurs, 20 reines qui ont changé la face du monde sur près de 2000 ans. De l’Egypte antique de Cléopâtre à la Suède de la reine Astrid au 20ème siècle, ces femmes d’exception fascinent encore aujourd’hui. Filles, Femmes, Mères, parfois cet ordre parfois dans un autre, dans l’ombre ou dans la lumière, chacune d’entre elles à su tirer son épingle du jeu et apprendre à tirer les ficelles du pouvoir. Brillantes politiciennes, fomentatrices de complots ou encore grandes idéalistes ces 20 femmes ont su inspirer convoitise, admiration ou encore haine. Elles ont surtout su inspirer 20 auteurs qui, sous la direction de Jean Sévillia et Jean-Christophe Buisson se sont prêtés à l’exercice de raconter leurs derniers instants de vie. De manière tout à fait personnelle j’ai beaucoup aimé les chapitres sur Agrippine qui porte bien son nom tant elle s’est... Grande amatrice de GOT je réalise en écrivant cette critique que la perfidie des prétendants au trône de fer est très surfaite. Georges RR Martin le disait lui-même, l’Histoire est une source inépuisable d’inspiration et l’excellent Les derniers jours des reines, pendant féminin de Les derniers jours des rois peut en témoigner. En quelques chiffres ce livre c’est : 20 chapitres, 20 auteurs, 20 reines qui ont changé la face du monde sur près de 2000 ans. De l’Egypte antique de Cléopâtre à la Suède de la reine Astrid au 20ème siècle, ces femmes d’exception fascinent encore aujourd’hui. Filles, Femmes, Mères, parfois cet ordre parfois dans un autre, dans l’ombre ou dans la lumière, chacune d’entre elles à su tirer son épingle du jeu et apprendre à tirer les ficelles du pouvoir. Brillantes politiciennes, fomentatrices de complots ou encore grandes idéalistes ces 20 femmes ont su inspirer convoitise, admiration ou encore haine. Elles ont surtout su inspirer 20 auteurs qui, sous la direction de Jean Sévillia et Jean-Christophe Buisson se sont prêtés à l’exercice de raconter leurs derniers instants de vie. De manière tout à fait personnelle j’ai beaucoup aimé les chapitres sur Agrippine qui porte bien son nom tant elle s’est acharnée à s’agripper au pouvoir (la redoutable Cersei Lannister passerait presque pour une amatrice à côté) et sur Marie Stuart qui, malgré les épreuves à su rester digne, fière et fidèle à ses convictions jusqu’à son dernier souffle. Critique complète sur le blog
    Lire la suite
    En lire moins
  • stefart0 Posté le 23 Novembre 2016
    De l’antiquité à aujourd’hui, chaque chapitre est dédié à la fin des plus grandes femmes de l’Histoire. Les chapitres se lisent facilement et sont indépendants les uns des autres. Je n’ai pas lu toutes les destinées car certaines m’intéressaient moins mais pour celles que j’ai lu, cela m’a permis d’en apprendre un peu plus sur leurs vies – leurs personnalités, leurs règnes, ce qu’elles ont enduré…. – et bien sur, sur leurs fins de vie qui pouvaient parfois être assez cruelles à une époque où la médecine était quasi inexistante.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…