Lisez! icon: Search engine
Syros
EAN : 9782748520941
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 150 x 220 mm

Les effets du hasard

Collection : Hors collection
Date de parution : 14/04/2016
Maïa a été choisie sur catalogue par ses parents. Et si elle ne répondait pas à leurs attentes ?...
 
Maïa a les yeux noisette, les cheveux châtains, un petit nez légèrement retroussé et un QI de 117. Elle correspond en tout point aux critères choisis par ses parents sur catalogue, quinze ans plus tôt. Un soir, elle est abordée par Anthony, un garçon aux yeux verts. Maïa accepte de... Maïa a les yeux noisette, les cheveux châtains, un petit nez légèrement retroussé et un QI de 117. Elle correspond en tout point aux critères choisis par ses parents sur catalogue, quinze ans plus tôt. Un soir, elle est abordée par Anthony, un garçon aux yeux verts. Maïa accepte de prendre un verre avec lui, bien qu’il lui semble beaucoup trop intelligent pour elle. Et dans sa tête tourne en boucle l'avertissement de sa prof de biologie : « Si vous tombez amoureux, ne vous affolez pas... ça fait partie des maladies bénignes de l'adolescence. Quelques comprimés de Deluvio 300, et c’est réglé. »

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782748520941
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 150 x 220 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nikouette Posté le 16 Avril 2020
    Le roman se déroule dans un monde dystopique dans lequel les parents peuvent commander les caractéristiques qu’ils souhaitent pour leur futur enfant. C’est très bien fait, avec petit catalogue et différents critères très détaillés, mais bien sûr tout se monnaye et plus les caractéristiques sont rares et recherchées plus c’est cher. Maïa est au lycée, bonne élève, même si elle n’a un QI « que» de 117. Elle et sa meilleure amie Lily (QI de 128) travaillent beaucoup ensemble, se sont des élèves sérieuses et appliquées. Mais un jour à l’arrêt de tram Maïa est interpellée par Anthony, ils ont un cours en commun et il l’invite à boire un verre. Elle tombe presque immédiatement amoureuse, mais sans trop comprendre ce qui lui arrive. Il faut dire que beaucoup de choses qui nous semblent normales sont incongrues dans ce monde là : aller boire un verre, sécher les cours, porter un enfant, faire des câlins, et tomber amoureux ! Ce dernier point est vu comme une maladie, un médicament a même été créé pour guérir de l’amour. D’ailleurs dans ce monde toutes les émotions se doivent d’être contrôlées et les enfants l’apprennent en cours dès le plus jeune âge. On... Le roman se déroule dans un monde dystopique dans lequel les parents peuvent commander les caractéristiques qu’ils souhaitent pour leur futur enfant. C’est très bien fait, avec petit catalogue et différents critères très détaillés, mais bien sûr tout se monnaye et plus les caractéristiques sont rares et recherchées plus c’est cher. Maïa est au lycée, bonne élève, même si elle n’a un QI « que» de 117. Elle et sa meilleure amie Lily (QI de 128) travaillent beaucoup ensemble, se sont des élèves sérieuses et appliquées. Mais un jour à l’arrêt de tram Maïa est interpellée par Anthony, ils ont un cours en commun et il l’invite à boire un verre. Elle tombe presque immédiatement amoureuse, mais sans trop comprendre ce qui lui arrive. Il faut dire que beaucoup de choses qui nous semblent normales sont incongrues dans ce monde là : aller boire un verre, sécher les cours, porter un enfant, faire des câlins, et tomber amoureux ! Ce dernier point est vu comme une maladie, un médicament a même été créé pour guérir de l’amour. D’ailleurs dans ce monde toutes les émotions se doivent d’être contrôlées et les enfants l’apprennent en cours dès le plus jeune âge. On les pousse également dès petit à ne plus faire de câlins et à ne plus pleurer. Les couples se rencontrent sur des sites calculant leur compatibilité et il n’est pas du tout question d’amour, mais d’avoir un couple stable et durable. Ce monde est également hyper surveillé : de nombreuses caméras de sécurité, les enfants portent un bracelet permettant à leurs parents de les géolocaliser à tout moment et seuls ces derniers peuvent l’enlever, etc. Le but est toujours de protéger de tout danger. Dans ce récit on traverse avec Maïa toutes ses émotions, autant celles provoquées par son amour pour Anthony que celles liées aux différentes révélations qui lui seront faites et c’est toujours assez juste. Elle est beaucoup bousculée, ce qui la pousse à s’interroger et à remettre en question certaines choses qu’elle considérait comme normales. Récit classique, mais bien écrit et crédible. La fin est heureuse, à mes yeux presque trop facile, mais en même temps on s’adresse à des ados. C’est une dystopie qui vante la part de hasard dans nos vies et l’importance de l’amour qu’il soit filial ou autre. Ce qui nous rend heureux c’est l’amour qu’on nous porte et la confiance en nous qu’on nous donne, pas d’être le plus beau possible ou d’être très intelligent. Le roman pose la question de la liberté contre la sécurité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Simpleasbooks Posté le 3 Novembre 2019
    Les effets du hasard est un livre court, écrit simplement, ce qui le rend très accessible. Dans ce roman, les humains n’ont pas le droit d’éprouver d’émotions comme l’amour par exemple, qui est considéré comme une maladie bénigne qui est facilement soignée par des médicaments. J’ai adoré cet univers dystopique, il est simple, mais bien fait. Le fait que les parents choisissent leurs enfants sur catalogue et qu’ils naissent en laboratoires est intéressant. À travers le point de vue de Maïa, qui a été conçue comme ça, des réflexions naissent. Elle parle de ses complexes, que si ses parents avaient eu plus d’argent, elle aurait eu un QI plus élevé, elle aurait été plus belle… C’est assez perturbant, et le lecteur est obligé de se poser des questions. Arriveront nous un jour à un monde qui ressemblera à celui-là ? Aura-t-on toujours plus le désir de tout contrôler, jusqu’aux traits de nos enfants ? Je trouve que l’autrice a eu une idée excellente, car ces question se posent réellement de nos jours. Grâce aux avancées scientifiques, ce genre de choses deviennent... Les effets du hasard est un livre court, écrit simplement, ce qui le rend très accessible. Dans ce roman, les humains n’ont pas le droit d’éprouver d’émotions comme l’amour par exemple, qui est considéré comme une maladie bénigne qui est facilement soignée par des médicaments. J’ai adoré cet univers dystopique, il est simple, mais bien fait. Le fait que les parents choisissent leurs enfants sur catalogue et qu’ils naissent en laboratoires est intéressant. À travers le point de vue de Maïa, qui a été conçue comme ça, des réflexions naissent. Elle parle de ses complexes, que si ses parents avaient eu plus d’argent, elle aurait eu un QI plus élevé, elle aurait été plus belle… C’est assez perturbant, et le lecteur est obligé de se poser des questions. Arriveront nous un jour à un monde qui ressemblera à celui-là ? Aura-t-on toujours plus le désir de tout contrôler, jusqu’aux traits de nos enfants ? Je trouve que l’autrice a eu une idée excellente, car ces question se posent réellement de nos jours. Grâce aux avancées scientifiques, ce genre de choses deviennent possibles. Mais laissera-t-on cela aller jusque là ? Ce sont des sujets qui méritent des réflexions et de l’intérêt. Les messages sur la création d’enfants parfaits moyennant beaucoup d’argent sont très pertinents. L’histoire est courte, mais bien développée. La romance est très mignonne. L‘évolution de Maïa est elle aussi bien réalisée, elle croyait tout connaître sur le monde qui l’entoure, et Anthony et Mélody vont réussir à lui ouvrir les yeux. Une bonne idée de lecture très courte pour des collégiens par exemple, sur un thème intéressant et original.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesChroniquesdeCendrillon Posté le 23 Juin 2018
    Ce roman de Marie Leymarie, commence avec un incipit « in medias res », c’est à dire que l’on entre directement dans l’action. Nous découvrons progressivement Maïa, personnage principal du livre, qui nous emmène à la découverte de sa vie et de ses tribulations d’adolescente. Évoluant dans une société où les enfants s’achètent sur catalogue dont le prix est fixé selon le critère (couleurs de cheveux, des yeux, calcul du QI,…) où les individus portent un bracelet électronique permettant de les suivre à la trace, où les élèves prennent leur cours sur tablette et reçoivent leur note par fichier, où les sentiments sont proscrits, Maïa va être abordée par Anthony, un garçon qui va au même lycée qu’elle mais qu’elle n’avait jamais remarqué. A partir de là, la vie de Maïa va changer, elle tombe amoureuse et en aimant elle va prendre conscience de la foule de sentiment qu’une personne peut ressentir, ces sentiments vus comme une faiblesse par cette société qui préconise le Deluvio en comprimé pour faire passer la maladie qu’est l’Amour. A la manière d’Antigone, Maïa va se révolter et chercher à connaître l’identité de ses donneurs contre l’avis du psy, de ses enseignants, de ses parents,... Ce roman de Marie Leymarie, commence avec un incipit « in medias res », c’est à dire que l’on entre directement dans l’action. Nous découvrons progressivement Maïa, personnage principal du livre, qui nous emmène à la découverte de sa vie et de ses tribulations d’adolescente. Évoluant dans une société où les enfants s’achètent sur catalogue dont le prix est fixé selon le critère (couleurs de cheveux, des yeux, calcul du QI,…) où les individus portent un bracelet électronique permettant de les suivre à la trace, où les élèves prennent leur cours sur tablette et reçoivent leur note par fichier, où les sentiments sont proscrits, Maïa va être abordée par Anthony, un garçon qui va au même lycée qu’elle mais qu’elle n’avait jamais remarqué. A partir de là, la vie de Maïa va changer, elle tombe amoureuse et en aimant elle va prendre conscience de la foule de sentiment qu’une personne peut ressentir, ces sentiments vus comme une faiblesse par cette société qui préconise le Deluvio en comprimé pour faire passer la maladie qu’est l’Amour. A la manière d’Antigone, Maïa va se révolter et chercher à connaître l’identité de ses donneurs contre l’avis du psy, de ses enseignants, de ses parents, de la société, elle va dire « non » au Deluvio et « oui » au sentiment. Lancée de manière effrénée dans sa quête, Maïa va ainsi découvrir que si ses parents doivent se contenter d’elle telle qu’elle est et non telle qu’ils l’ont rêvé, elle doit en faire autant de son côté. La rencontre avec son donneur ne lui apporte pas le réconfort souhaité mais provoque l’électrochoc nécessaire pour qu’elle se confronte enfin avec ses parents. Maniée avec élégance, l’écriture de Marie Leymarie est simple, fluide, avec des métaphores qui nous touchent directement au cœur. Cette simplicité de mot, de fait, parfois crue nous rappelle combien il est important de ressentir les choses pour être humain. « Le monde était noir et gris ; moi j’étais en couleur ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • ptitelily01 Posté le 23 Juillet 2017
    Ce livre est un condensé de plein d’autres univers, comme si l’auteur avait pioché dans plein de livres pour créer le sien, alors il ne faut pas le prendre de façon négative, bien au contraire je suis assez impressionnée même si la fin m’a complètement déçue. Nous sommes dans un univers où les parents sont prêts à dépenser des millions et à s’endetter comme jamais pour avoir l’enfant sur mesure, mais surtout l’enfant hyper intelligent, parce que soi-disant les personnes intelligentes sont plus heureuses dans leur vie et surtout l’amour est considéré comme une maladie. Alors oui, il y a de quoi bondir et de se braquer dès le départ, mais l’auteur a placé son histoire du point de vue d’une jeune fille issue de cette expérience. Qui va rencontrer Anthony qui est différent d’elle sur plein de points, mais qui va être l’élément déclencheur auprès de cette jeune fille. Nous allons vivre au rythme de Maïa qui va chercher sa place dans la vie, mais surtout comprendre ce qui lui arrive avec Anthony et tout ce qui l’entoure. Ce qui m’a énormément choqué, c’est la réaction des parents face à la perte du futur petit frère de Maïa, ils... Ce livre est un condensé de plein d’autres univers, comme si l’auteur avait pioché dans plein de livres pour créer le sien, alors il ne faut pas le prendre de façon négative, bien au contraire je suis assez impressionnée même si la fin m’a complètement déçue. Nous sommes dans un univers où les parents sont prêts à dépenser des millions et à s’endetter comme jamais pour avoir l’enfant sur mesure, mais surtout l’enfant hyper intelligent, parce que soi-disant les personnes intelligentes sont plus heureuses dans leur vie et surtout l’amour est considéré comme une maladie. Alors oui, il y a de quoi bondir et de se braquer dès le départ, mais l’auteur a placé son histoire du point de vue d’une jeune fille issue de cette expérience. Qui va rencontrer Anthony qui est différent d’elle sur plein de points, mais qui va être l’élément déclencheur auprès de cette jeune fille. Nous allons vivre au rythme de Maïa qui va chercher sa place dans la vie, mais surtout comprendre ce qui lui arrive avec Anthony et tout ce qui l’entoure. Ce qui m’a énormément choqué, c’est la réaction des parents face à la perte du futur petit frère de Maïa, ils le considèrent même comme un déchet organique, cela montre vraiment que l’auteur va loin dans son raisonnement et qu’elle prend énormément de risque avec cette histoire. Mais la fin me déçoit vraiment, comme s'il fallait une conclusion donc on la pond. Je m’attendais une fin un peu plus développée et pas une fin comme cela. En conclusion, un sujet qui dérange beaucoup, mais bizarrement que je n’ai aucun problème à le voir apparaître un jour dans notre univers à nous, comme nous sommes sans arrêt en recherche de perfection. Mais justement, j’aime ce genre de sujet et surtout que l’auteur a su parfaitement mener son histoire en peu de pages. La seule chose qui me déçoit vraiment, c’est la fin et la conclusion qu’apporte l’auteur. Une histoire à découvrir qui une fois de plus nous force à réfléchir sur notre société actuelle.
    Lire la suite
    En lire moins
  • marthevelghe Posté le 30 Mars 2017
    Quelle est cette société où l’on choisit son enfant sur catalogue .Le prix varie suivant la beauté physique et la hauteur du QI. Maïa a été choisi comme cela. Pour elle pas de problème élève moyenne avec un « QI de 117 » elle plaint son amie Lili qui avec un QI élevé doit fournir des résultats scolaires excellents. La vie de Maïa bascule le jour où elle rencontre Anthony tellement différent des autres jeunes .Elle découvre des sensations inconnues d' elle. Pour ses parents ce n’est qu’un état d’adolescent pour soigner cet état émotionnel,il existe le « Déluvion » et la psychologue scolaire. Mais grace à Mélodie Maïa comprend que d’autres personnes les « Idéalistes » vivent autrement, Maïa veut des réponses à ses questions Elle poursuivra ses recherches jusqu’au bout. Le récit s’intéresse surtout à Maïa et à cette société aseptisée dans laquelle elle vit.
SYROS, LA NEWSLETTER ALTERNATIVE !
Créatives, engagées… Recevez chaque mois de nouvelles idées de lecture jeunesse, dans votre boîte mail !