RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les enfants du deuil

            La Découverte
            EAN : 9782707133342
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 348
            Format : 135 x 220 mm
            Les enfants du deuil
            Orphelins et pupilles de la nation de la Première Guerre mondiale (1914-1941)

            Collection : Textes à l'appui / Histoire contemporaine
            Date de parution : 15/11/2001

            On estime à plus d’un million les orphelins français de la Grande Guerre. Ils sont, à ce titre, les meilleurs témoins de l’immense deuil collectif qui a gravement marqué une nation à jamais meurtrie dans sa chair. Dans cet ouvrage, Olivier Faron retrace l’histoire de ces « enfants du deuil ».

            On estime à plus d’un million les orphelins français de la Grande Guerre. Ils sont, à ce titre, les meilleurs témoins de l’immense deuil collectif qui a gravement marqué une nation à jamais meurtrie dans sa chair. Dans cet ouvrage, Olivier Faron retrace l’histoire de ces « enfants du deuil...

            On estime à plus d’un million les orphelins français de la Grande Guerre. Ils sont, à ce titre, les meilleurs témoins de l’immense deuil collectif qui a gravement marqué une nation à jamais meurtrie dans sa chair. Dans cet ouvrage, Olivier Faron retrace l’histoire de ces « enfants du deuil ». Il montre en particulier comment, au lendemain de la victoire, l’État va progressivement assumer la prise en charge des enfants des tués au combat. Exaltés, voire sacralisés, par la nation, les orphelins vont occuper une place centrale dans la société à reconstruire de l’après-guerre. C’est pourquoi l’histoire des orphelins est aussi celle des débats qui ont animé le monde politique sur les modalités de leur prise en charge. Disputant cette mission aux associations et œuvres philan-thropiques, les pouvoirs publics vont peu à peu mettre en place une politique d’assistance originale. Elle sera une étape importante de la construction de l’État social en France, seul pays européen à avoir créé un titre spécifique, encore en vigueur aujourd’hui : celui de « pupille de la nation ». Cependant, le travail de l’historien invite à dépasser les pratiques de la bienfaisance ou de l’aide publique. Les souvenirs des orphelins, des plus célèbres comme Albert Camus ou Jean-Louis Barrault jusqu’aux plus obscurs que l’auteur a pu rencontrer, permettent de montrer, au-delà de la douleur, que la perte du père a durablement structuré l’identité morale et politique de ces générations endeuillées. Olivier Faron révèle ainsi que, à côté des anciens combattants, un mouvement des orphelins de guerre s’est montré résolu à afficher de nouvelles valeurs. Glissant inexorablement du pacifisme des années trente au ralliement au maréchal Pétain, les pupilles permettent d’approcher la complexité de la société française de l’entre-deux-guerres.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782707133342
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 348
            Format : 135 x 220 mm
            La Découverte
            32.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Jean-Louis Barrault, Albert Camus, Henri Queffélec et Paul Ricoeur ont au moins un point commun, celui d’être orphelin de guerre à la suite du premier conflit mondial. Tous quatre ont évoqué la perte du père dans leurs écrits. Mais comment saisir le destin et l’expérience des autres ? environ 1,1 million d’enfants en France, selon les estimations d’Olivier Faron, sont pupilles de la nation- ceux qui ne parlent pas ? L’historien, dans une étude très riche sur la question, en a interrogé un certain nombre et a lu ce qu’on disait d’eux ou ce qu’ils exprimaient. Il privilégie cependant l’étude des politiques menées à leur égard et le classique point de vue institutionnel. »
            LE MONDE

            « Il fallait à la fois la rigueur d’un démographe et l’inventivité d’un chercheur ouvert aux travaux de psychologie enfantine pour dire ce que fut le deuil infini de la Grande Guerre [...] Olivier Faron parvient a retracer les aléas d’un traumatisme qui s’étend parfois sur plusieurs générations [...] C’est un grand livre d’histoire culturelle et une contribution majeure à la compréhension de l’après-guerre. »
            NOTRE HISTOIRE

            « Avec ce beau livre, Olivier Faron apporte une contribution essentielle non seulement à l'histoire de la culture de guerre du premier conflit mondial, mais aussi à celle de la famille et de l'enfance pendant la première moitié du XXe siècle.»
            L'HISTOIRE

            « Remarquable est l’essai que consacre Olivier Faron au gros million d’orphelins français que la Grande Guerre créa. Ces pupilles de la nation, qui représentent 1,8% de la population en 1929, Faron les suit de 1914 au second conflit, dans leurs drames et dans le lobby qu’ils constituent. Il montre comment les associations et les pouvoirs publics les soutiennent et les prennent en chargent, créant ainsi une politique d’assistance originale. Et comment les morts vivent dans leurs enfants à qui la mort de leur père a donnétrès souvent un sens à leur vie. »
            VALEURS ACTUELLES

            « Olivier Faron comble une vraie lacune, car nous connaissions très mal, jusqu'ici, le sort des orphelins et pupilles de la Nation de 1914 à 1941 [...] On voit l'intérêt du livre qui s'avèrera rapidement incontournable dans son domaine. O. Faron a su montrer quelles solutions originales par rapports à d'autres pays la France a imaginées pour résoudre les problèmes des enfants frappés par la guerre [...] Bref, sur un sujet certes austère, mais qui, lecture faite, s'avère assez riche et dans des domaines très différents, un livre classique et réussi. »
            MOUVEMENT SOCIAL

            « Sa méthode autant que ses résultats classent assurément l'étude d'Olivier Faron parmi les plus utiles et les plus neuves qui aient été consacrées ces dernières années à la France du premier 20e siècle. »
            XXe SIÈCLE

            « L'histoire de la Première Guerre mondiale, qui s'écrit et se réécrit depuis quelque trois quarts de siècle, traverse depuis une vingtaine d'années un renouvellement de problèmatiques en tous points stimulants. Les travaux novateurs entre autres d'Annette et Jean-Jacques Becker, de Stéphane Audoin-Rouzeau, pour le champs de bataille français, ceux de Jay Winter et de John Horne, pour d'autres fronts, ont permis et permettent encore de percer une approche souvent très factuelle de la Grande guerre. Cet ouvrage, écrit avec élégance, issu d'une thèse d'habilitation à diriger des recherches, s'inscrit pleinement dans les travaux signalés. Si Olivier Faron fait ici oeuvre d'historien, en plongeant dans les très riches archives départementales, en recourant aux témoignages oraux des obscurs comme aux récits de plus illustres contemporains - Albert Camus, Henri Queffélec ou Jean-Louis Barrault -, l'auteur dépasse avec bonheur la périodisation de la prise en compte progressive, par l'État, des orphelins pour se faire tour à tour et en même temps anthropologue - que l'on songe aux apports à cet égard de Philippe Ariès et de Michel Vovelle-, sociologue, juriste. »
            CAHIERS JAURÈS

            PRESSE
            ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
            Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !