Lisez! icon: Search engine
Presses du Châtelet
EAN : 9782845927254
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 180
Format : 132 x 217 mm

Les excès de la finance ou l'art de la prédation légalisée

,

Date de parution : 15/11/2017
La crise boursière de 2008, phénomène sans précédent, a touché chacun d'entre nous. Il apparaît essentiel d'expliquer les mécanismes qui ont conduit à ce chaos et bouleversé la vie des Français. Les actuels choix et les orientations économiques sont une catastrophe pour une grande part de l'humanité et risquent, faute... La crise boursière de 2008, phénomène sans précédent, a touché chacun d'entre nous. Il apparaît essentiel d'expliquer les mécanismes qui ont conduit à ce chaos et bouleversé la vie des Français. Les actuels choix et les orientations économiques sont une catastrophe pour une grande part de l'humanité et risquent, faute d'être maîtrisables, de n'épargner ni les humains, ni les ressources utiles, ni la nature. Certes, des réformes ont été mises en place. Mais sont-elles suffisantes pour éviter une nouvelle crise ? Or, des solutions existent. Une autre finance, plus solidaire et éthique, se développe quasi spontanément au sein de la société civile. Elle est une alternative en mesure de pallier les défaillances d'un système dont l'échec apparaît année après année.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782845927254
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 180
Format : 132 x 217 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MIP Posté le 21 Avril 2019
    J'ai eu la chance de rencontrer Pierre Rabhi lors d'une présentation de la sobriété heureuse. Pendant cette présentation, M. Rabhi a évoqué beaucoup de sujets qui font l'objet de carnets d'alerte. Les excès de la finance en est un et c'est fort intéressant. Les sujets sont simplement expliqués - c'est assez impressionnant - et des pistes sont évoquées. Sujets à creuser et mettre en pratique.
  • bbtiz Posté le 16 Juillet 2018
    Un livre très bien construit et très accessible! La vulgarisation du sujet est réussie, avec des concepts bien développés et des définitions permettant de comprendre les diverses sujets abordés. La construction est claire et concise avec mise en place du sujet, explications sur son impact au quotidien puis développement de comment la situation à évoluer ainsi et proposition de pistes pour la faire évoluer autrement! L'écriture est simple faite pour simplifier au maximum le sujet: phrases courtes, explications de chaque mot nouveau/compliqué. Et contrairement à ce qu'on peut craindre: facile et agréable à lire! J'ai été passionnée par ce livre bien que le sujet ne soit pas quelque chose que j'ai l'habitude d'aborder au quotidien! Et surtout je ressors de ma lecture avec l'impression d'avoir appris des choses utiles! Bien sûr les auteurs sont clairement engagés, on sent qu'ils défendent une vision précise. Cependant ils énumèrent des faits qui sont très intéressants à connaître (effrayants pour certains!) et s'appuient une bibliographie pertinente!
  • ssstella Posté le 11 Juillet 2018
    Pour être franche, je préfère d'autres genres de lecture... avec celle-ci, je ne me détends pas, mon sang bout. Mais je ne dois pas me laisser endormir par des distractions faciles, je ne fermerai pas les yeux sur les problèmes de notre époque, alors tant pis, je m'énerve ! S'imaginent-ils emporter leur incommensurable fortune dans la tombe ? "Chaque jour, sur le marché des changes, 5 100 milliards de dollars sont échangés." Vivront-ils assez longtemps pour tout dépenser ou pensent-ils devenir immortels avec cet argent ? "En 2015, la finance de l'ombre, la finance hors du réseau bancaire, représentait 92 000 milliards de dollars, soit 150 % du PIB mondial." Inventeront-ils d'autres formules encore plus complexes, et les ordinateurs calculeront-ils en femtoseconde pour gagner toujours plus d'argent avec l'argent ? "En 2016, en France, 55 % des transactions ont été réalisées par le biais du trading haute fréquence*." Quittent-ils un instant des yeux la cote de leurs actions ou le pourcentage des dividendes ? "En France, en 20 ans, les dividendes ont été multipliés par 7." Tricheront-ils encore longtemps pour éviter de payer leur part ? "La fraude et l'évasion fiscale représenteraient 60 à 80 milliards d'euros par an en France, soit entre 16.7 %... Pour être franche, je préfère d'autres genres de lecture... avec celle-ci, je ne me détends pas, mon sang bout. Mais je ne dois pas me laisser endormir par des distractions faciles, je ne fermerai pas les yeux sur les problèmes de notre époque, alors tant pis, je m'énerve ! S'imaginent-ils emporter leur incommensurable fortune dans la tombe ? "Chaque jour, sur le marché des changes, 5 100 milliards de dollars sont échangés." Vivront-ils assez longtemps pour tout dépenser ou pensent-ils devenir immortels avec cet argent ? "En 2015, la finance de l'ombre, la finance hors du réseau bancaire, représentait 92 000 milliards de dollars, soit 150 % du PIB mondial." Inventeront-ils d'autres formules encore plus complexes, et les ordinateurs calculeront-ils en femtoseconde pour gagner toujours plus d'argent avec l'argent ? "En 2016, en France, 55 % des transactions ont été réalisées par le biais du trading haute fréquence*." Quittent-ils un instant des yeux la cote de leurs actions ou le pourcentage des dividendes ? "En France, en 20 ans, les dividendes ont été multipliés par 7." Tricheront-ils encore longtemps pour éviter de payer leur part ? "La fraude et l'évasion fiscale représenteraient 60 à 80 milliards d'euros par an en France, soit entre 16.7 % et 22.3 % des recettes fiscales : l'équivalent du déficit public annuel de notre pays." Croient-ils que les ressources de notre planète sont inépuisables et continueront à les enrichir sans fin et sans conséquence ? "Sur les marchés de produits agricoles 60 % à 80 % des changements de prix sont dus à la spéculation." ; Voient-ils que leur rapacité distribue aussi la mort la-bas, loin d'eux ? "Le but de ces spéculateurs : parier sur la hausse ou la baisse des prix des céréales. Ils amplifient les fluctuations de prix et déconnectent les bourses de la réalité. Selon David Bichetti, économiste aux Nations Unies, les spéculateurs influent sur les cours plus que la sécheresse ou la demande en céréales. [...] Les répercussions de cette spéculation sont très graves. En 2008 et 2011, la flambée des cours à Chicago a provoqué des émeutes de la faim dans de nombreux pays du Sud. En 2011, 44 millions de personnes supplémentaires ont souffert de la faim à cause de l'augmentation du prix des denrées alimentaires." p.57 Savent-il que même leurs propres enfants ne seront pas protégés des ravages que leur avidité provoque déjà sur cette terre ? "Pour évaluer une barrière de corail, on prend en compte le nombre de touristes, de poissons pêchés, renchérit Sandrine Feydel, journaliste. La valeur monétaire d'un récif moins visité sera moins importante. Cela coûtera donc moins cher d'aller détruire certains endroits plutôt que d'autres, non à cause de la valeur écologique, mais en raison de la valeur marchande." La finance dérive et se comporte de plus en plus en prédatrice au détriment des moins fortunés de notre planète, des animaux, de la nature elle-même. "Le problème n'est pas la finance ou l'argent, mais l'intention. On peut faire d'un couteau un instrument pour tuer ou un outil pratique pour de multiples fonctions. Tout dépend de l'intention de l'être humain, qui est le seul mammifère à avoir engagé le processus de sa propre extinction." P152 Parce que les excès de la finance nous impactent bien plus que nous ne pouvons l'imaginer, il faut lire ce carnet d'alerte de Pierre Rabhi et Juliette Duquesne. "Les excès de la finance ou l'art de la prédation légalisée" nous aide à comprendre ces problèmatiques de première importance et nous soumet des solutions pour une finance éthique et solidaire. * "L'objectif du Trading haute fréquence est d'être plus rapide que le concurrent. Un investisseur veut, par exemple, acheter cent actions. Un autre agent, bénéficiant d'une liaison plus rapide, les achète avant l'investisseurs intéressé, avant de les lui revendre à un prix plus élevé." p.78
    Lire la suite
    En lire moins
  • AttrapeReves Posté le 2 Juillet 2018
    Ce livre fait partie de la collection "Carnets d'Alerte" écrit conjointement par Pierre Rabhi et Juliette Duquesne. L'idée étant d'ouvrir les yeux au lecteur sur certaines réalités contemporaines dangereuses pour l'avenir et de présenter des solutions faciles à mettre en place. Dans Les excès de la finance ou l'art de la prédation légalisée, Pierre Rabhi et Juliette Duquesne s'attaquent à l'évolution du rapport entre l'homme et l'argent et les déviances induites par le rôle toujours plus important du monde de la finance. J'ai notamment apprécié la volonté tenace de présenter une réalité complexe avec des mots simples et accessibles. On pourra partager la vision des co-auteurs (ou pas), mais le fait de présenter le contexte actuel, ses dangers et les solutions qui existent pour essayer de devenir acteur de demain, est extrêmement efficace. Ce livre constitue à mon sens une très bonne première étape dans une réflexion plus avancée sur le rôle que nous souhaitons jouer dans notre monde et notre rapport à l'argent.
  • BRAEM Posté le 29 Janvier 2018
    Les auteurs nous alertent à propos du système de la finance. Dans un premier temps, ils tentent de nous expliquer ce système dont les protagonistes font tout pour le rendre hermétique à tout à chacun. malgré cet effort, le flou persiste dans l'organisation du système mais les conséquences que nous subissons quotidiennement sont bien plus claires. Ils nous montrent, dans un second temps, le pouvoir que nous avons tous, à l'endroit où nous sommes, pour agir. merci " Considérer la simplification et la simplicité comme de vraies performances ouvre à la collectivité humaine un magnifique chantier pour un avenir vraiment vivable et viable. Cela rendra obsolètes les préceptes, credos et dogmes de la croissance dont la finalité ultime ne peut être autre que l’épuisement et l'anéantissement des nécessités dont a impérativement besoin ce phénomène appelé humanité.
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.