Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259206495
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 140 x 225 mm

Les filles de Riyad

Simon CORTHAY (Traducteur), Charlotte WOILLEZ (Traducteur)
Date de parution : 25/10/2007

Un récit qui ose briser les tabous de la société saoudienne, qui secoue et qui touche profondément. Voix de la jeune génération, avide de changements et de libertés nouvelles, l’ouvrage a été interdit en Arabie Saoudite.

Le livre choc qui a secoué le monde arabe enfin en France.
Publié au Liban en 2005, ce livre a d’abord circulé sous le manteau en Arabie Saoudite. Pour la première fois, une romancière aborde le sujet tabou des relations des filles avec leur fiancé, leur mari, la façon dont elles...

Le livre choc qui a secoué le monde arabe enfin en France.
Publié au Liban en 2005, ce livre a d’abord circulé sous le manteau en Arabie Saoudite. Pour la première fois, une romancière aborde le sujet tabou des relations des filles avec leur fiancé, leur mari, la façon dont elles peuvent vivre leur(s) amour(s) sans transgresser la loi.
Témoignage d’une culture d’extrêmes contradictions, Les filles de Riyad permet au lecteur de pénétrer le plus secret des univers. En brisant le silence, Sadim, Michelle, Gamra et Lamis nous éclairent sur un mode de vie stupéfiant et parfois choquant.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259206495
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 140 x 225 mm
Plon

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • EllaB Posté le 26 Mars 2020
    Un livre que j’ai dévorée adorée lu et re lu ... des histoires qui me touche, on s attache facilement à chaque personnage. Un livre dont on espère qu’il ne finisse jamais...
  • Fuyating Posté le 7 Décembre 2019
    J'ai beaucoup aimé le style de cette jeune auteure, frais et décapant parfois, mêlant des termes anglais et des incantations à Dieu, parfait exemple de modernité et de tradition. Nous découvrons les vies et les aventures de quatre jeunes amies, toutes issues d'un milieu aisé, et à travers leur destin nous apparaît la difficile condition des femmes en Arabie Saoudite : elles ne doivent pas se déplacer seule, n'ont absolument aucun droit de regard sur leur futur époux, doivent se plier au bon vouloir des hommes et sont toujours les victimes d'un mariage malheureux soit parce que leur mari en aime une autre qu'il n'avait pas le droit d'épouser, soit parce qu'elles en aimaient un autre dont la famille a refusé l'alliance. C'est terrible ce carcan familial, le poids de la tradition et du "respect" des classes sociales et de son milieu au détriment des sentiments... j'ai été également frappée par tous les ragots et commérages qui circulent à la vitesse du vent, et ce même à l'étranger. Une jeune fille à Londres par exemple est toujours très stressée de rencontrer un saoudien et craint les ragots qu'il va lancer au pays sur son compte. Incroyable ! Ces jeunes femmes connaissent moults soucis,... J'ai beaucoup aimé le style de cette jeune auteure, frais et décapant parfois, mêlant des termes anglais et des incantations à Dieu, parfait exemple de modernité et de tradition. Nous découvrons les vies et les aventures de quatre jeunes amies, toutes issues d'un milieu aisé, et à travers leur destin nous apparaît la difficile condition des femmes en Arabie Saoudite : elles ne doivent pas se déplacer seule, n'ont absolument aucun droit de regard sur leur futur époux, doivent se plier au bon vouloir des hommes et sont toujours les victimes d'un mariage malheureux soit parce que leur mari en aime une autre qu'il n'avait pas le droit d'épouser, soit parce qu'elles en aimaient un autre dont la famille a refusé l'alliance. C'est terrible ce carcan familial, le poids de la tradition et du "respect" des classes sociales et de son milieu au détriment des sentiments... j'ai été également frappée par tous les ragots et commérages qui circulent à la vitesse du vent, et ce même à l'étranger. Une jeune fille à Londres par exemple est toujours très stressée de rencontrer un saoudien et craint les ragots qu'il va lancer au pays sur son compte. Incroyable ! Ces jeunes femmes connaissent moults soucis, mais ce qui m'inquiète le plus finalement est de voir leurs difficiles conditions à elles, femmes de familles aisées. Que peuvent donc bien être celles des femmes du petit peuple ? Je n'ose l'imaginer... Pour en revenir une dernière fois au style, j'ai beaucoup aimé le format. L'histoire nous est racontée sous forme de mails envoyés à la communauté des internautes. C'est original et vivant, avec des citations à chaque début de mails, nous permettant de découvrir des auteurs, des poètes et des chanteurs.
    Lire la suite
    En lire moins
  • inesouna Posté le 11 Avril 2017
    Ce livre nous montre la facette cachée d'un pays assez conservateur. Je conseille
  • jfponge Posté le 8 Avril 2017
    Comment concilier l'amour et la foi, lorsqu'on est une jeune fille vivant en Arabie Saoudite ? Pas facile, facile, malgré internet et les mille et une possibilités qu'il offre pour communiquer. Présenté comme une série de messages électroniques hebdomadaires envoyés comme des bouteilles à la mer par une de ces jeunes filles souhaitant dénoncer l'oppression dont sont victimes les femmes en terre d'islam, il conte les mésaventures de quatre amies, Sadim, Gamra, Michelle et Lamis. Elles font partie de la "bonne société", ce qui, dans ce pays aux multiples contrastes, veut dire qu'elles sont excessivement riches, l'argent n'étant pas, et de loin, leur principal problème. Leur problème, c'est bel et bien l'amour, et surtout l'impossibilité de le vivre lorsque l'homme est conditionné par des siècles de croyance en sa toute puissance et son impunité, reposant prétendument sur des textes sacrés. Mensonge, dissimulation, jalousie, tel est le quotidien que génèrent ces interdits d'un autre âge. Seule l'une d'entre elles, Lamis, parviendra au paradis sur terre, rencontrant après bien des déboires amoureux un homme avec qui elle pourra partager ses sentiments. Pour les trois autres, la terre sera au pire une vallée de larmes, au mieux un arrangement avec le destin au... Comment concilier l'amour et la foi, lorsqu'on est une jeune fille vivant en Arabie Saoudite ? Pas facile, facile, malgré internet et les mille et une possibilités qu'il offre pour communiquer. Présenté comme une série de messages électroniques hebdomadaires envoyés comme des bouteilles à la mer par une de ces jeunes filles souhaitant dénoncer l'oppression dont sont victimes les femmes en terre d'islam, il conte les mésaventures de quatre amies, Sadim, Gamra, Michelle et Lamis. Elles font partie de la "bonne société", ce qui, dans ce pays aux multiples contrastes, veut dire qu'elles sont excessivement riches, l'argent n'étant pas, et de loin, leur principal problème. Leur problème, c'est bel et bien l'amour, et surtout l'impossibilité de le vivre lorsque l'homme est conditionné par des siècles de croyance en sa toute puissance et son impunité, reposant prétendument sur des textes sacrés. Mensonge, dissimulation, jalousie, tel est le quotidien que génèrent ces interdits d'un autre âge. Seule l'une d'entre elles, Lamis, parviendra au paradis sur terre, rencontrant après bien des déboires amoureux un homme avec qui elle pourra partager ses sentiments. Pour les trois autres, la terre sera au pire une vallée de larmes, au mieux un arrangement avec le destin au prix du sacrifice de sa liberté. Un témoignage émouvant, empreint d'une profonde sincérité, bien que l'on puisse regretter que les souhaits de ces jeunes filles ne soient pas toujours exempts d'une certaine superficialité, dès lors qu'il s'agit de leur attachement aux biens matériels que leur autorise leur statut social élevé.
    Lire la suite
    En lire moins
  • frandj Posté le 20 Mars 2016
    Je me sens ignorant et très perplexe devant la société saoudienne. Je me demande comment vit réellement ce peuple très riche, en phase avec tous les progrès technologiques et en constant développement économique ? Cette question n’est ni naïve, ni gratuite. Elle est évidemment motivée par l'existence du wahhabisme ultra-conservateur, gardien de l’ordre moral le plus strict, qui est imposé dans ce royaume. En d’autres termes: peut-on être tout à la fois profondément réactionnaire et résolument moderne ? Cette interrogation concerne au premier lieu l’ensemble des femmes saoudiennes, dont on connait l’absurde condition. J’ai déjà lu des articles à ce sujet, ainsi qu’un roman intitulé "Le castor" par Mohammed Hasan Alwan. Mais je n’avais toujours pas une réponse claire à ma question. C’est pourquoi j’ai voulu lire "Les filles de Riyad", présenté comme un livre choc qui a fait scandale au Moyen-Orient. Dans ce roman, on s'intéresse à la vie de quatre jeunes femmes fortunées et éduquées, Gamra, Sadim, Michelle et Lamis. En fait, on suit surtout leurs aventures sentimentales et leurs démêlés compliqués avec la gent masculine d'Arabie. La forme du récit est, par nature, résolument moderne: il s'agit d'une suite de messages anonymes (ou un blog) sur Internet.... Je me sens ignorant et très perplexe devant la société saoudienne. Je me demande comment vit réellement ce peuple très riche, en phase avec tous les progrès technologiques et en constant développement économique ? Cette question n’est ni naïve, ni gratuite. Elle est évidemment motivée par l'existence du wahhabisme ultra-conservateur, gardien de l’ordre moral le plus strict, qui est imposé dans ce royaume. En d’autres termes: peut-on être tout à la fois profondément réactionnaire et résolument moderne ? Cette interrogation concerne au premier lieu l’ensemble des femmes saoudiennes, dont on connait l’absurde condition. J’ai déjà lu des articles à ce sujet, ainsi qu’un roman intitulé "Le castor" par Mohammed Hasan Alwan. Mais je n’avais toujours pas une réponse claire à ma question. C’est pourquoi j’ai voulu lire "Les filles de Riyad", présenté comme un livre choc qui a fait scandale au Moyen-Orient. Dans ce roman, on s'intéresse à la vie de quatre jeunes femmes fortunées et éduquées, Gamra, Sadim, Michelle et Lamis. En fait, on suit surtout leurs aventures sentimentales et leurs démêlés compliqués avec la gent masculine d'Arabie. La forme du récit est, par nature, résolument moderne: il s'agit d'une suite de messages anonymes (ou un blog) sur Internet. Malgré la gravité du sujet, le ton est souvent léger, acide, humoristique. A mes yeux, l'intérêt de cette histoire racontée par petits bouts vient uniquement du fait que les protagonistes sont saoudiens. Rassurez-vous: les quatre jeunes femmes sont tout à fait saines d'esprit et leur mentalité est normale. Eh oui, elles sont motivées par les hommes, elles ne pensent qu'à l'amour et elles n'ont pas peur du sexe, même si elles invoquent régulièrement Allah. En fait, leur problème est moins la pression religieuse directe que la censure familiale (notamment celle des mères) et la muflerie "machiste" de leurs partenaires masculins. Par exemple, voici un coup classique: sous la pression de son fiancé, la jeune fille finit par se donner à lui un peu avant le mariage, et perd ainsi sa réputation et son attrait aux yeux de celui qui devait l'épouser ! Et tout à l'avenant… L'Islam rigoriste favorise évidemment toutes ces habitudes et traditions "machistes" et patriarcales; mais celles-ci sont aussi vivaces ailleurs, même en l'absence de la religion musulmane. J'ai l'impression que le totalitarisme religieux en Arabie Saoudite est un simple adjuvant ou un catalyseur de toutes les pesanteurs familiales et sociales archaïques, héritées des millénaires passés et perdurant encore (à cause du conservatisme de tous les bénéficiaires de cette situation). Le jusqu'au-boutisme religieux serait donc la partie émergée d'une société ultra-conservatrice, qui engendre le mal-être et l'hypocrisie et où chaque individu cherche à tirer son épingle du jeu, sans espérer une future révolution des moeurs et des mentalités.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…