En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les Flagrants Délires d'Hendrik Groen

        Presses de la cité
        EAN : 9782258133921
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 368
        Format : 140 x 225 mm
        Les Flagrants Délires d'Hendrik Groen

        Mireille COHENDY (Traducteur)
        Date de parution : 02/03/2017
        Une cure de jouvence déjà prescrite dans trente-cinq pays !
        Qui a dit qu’on était sérieux, à 83 ans ? Certes, les jambes fonctionnent un peu moins
        bien et le « robinet » a du mal à se fermer. Techniquement, Hendrik Groen est… âgé.
        Mais dans sa maison de retraite d’Amsterdam, grâce à Evert, jamais le dernier à lever le coude,
        la belle...
        Qui a dit qu’on était sérieux, à 83 ans ? Certes, les jambes fonctionnent un peu moins
        bien et le « robinet » a du mal à se fermer. Techniquement, Hendrik Groen est… âgé.
        Mais dans sa maison de retraite d’Amsterdam, grâce à Evert, jamais le dernier à lever le coude,
        la belle et brillante Eefje et une poignée d’autres octogénaires, les cours de gym douce
        et les séances de télévision collectives sont le prétexte à des feux d’artifice d’humour
        et d’autodérision. Car ces retraités-là, réunis au sein du club des « Vieux mais pas encore
        morts », savent bien que chaque jour peut être le dernier. D’excursions au casino en virées
        au zoo, cette troupe bigarrée en chaises roulantes et déambulateurs multiplie les bêtises et les provocations. Et chemin faisant, au détour des souvenirs et de l’évocation de blessures mal cicatrisées, Hendrik Groen nous livre sur l’actualité et sur les grandes questions qui se posent en fin de vie son regard impertinent et lucide.
        Dans ce journal intime vitaminé qui n’éclipse jamais la tendresse ni l’émotion, l’auteur anonyme des Flagrants Délires d’Hendrik Groen offre une leçon d’optimisme pleine de dignité à destination de toutes les générations. 
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258133921
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 368
        Format : 140 x 225 mm
        Presses de la cité
        21.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • nelly76 Posté le 16 Juin 2017
          -"Je devrais prendre exemple sur Grietje et être reconnaissant de chaque jour heureux qui m'a été accordé. J'essaie de toutes mes forces mais je n'y arrive pas toujours." Tout est résumé dans ces deux phrases en ce qui concerne mon ressenti. L'histoire se passe dans une maison de retraite d'Amsterdam. Afin de "casser" le "train-train quotidien, six amis se regroupent afin de prévoir des sorties .Chaque membre ,à tour de rôle, devra se creuser les "méninges "pour organiser cette sortie qu'il aura prévu. Et c'est ce qui m'a dérangé dans ce roman :en fait c'est à qui trouvera la sortie la plus improbable ou celle qui sort "du lot" ils sont tous à la recherche du bonheur à tout prix;C'est une sortie golf ,une sortie leçon de peinture, une sortie atelier culinaire etc.....Pour moi,ils ont une belle vieillesse car apparemment personne dans leur groupe,n'a de souci d'argent mais malgré cela,j'ai ressenti le malaise d'Hendrik, cette peur de la mort qui plane,et qui fait ,que ,quoiqu'il entreprenne , il n'atteind pas le bonheur.A chacune de leur sortie c'est un bonheur "forcé "car matérialiste qui une fois... -"Je devrais prendre exemple sur Grietje et être reconnaissant de chaque jour heureux qui m'a été accordé. J'essaie de toutes mes forces mais je n'y arrive pas toujours." Tout est résumé dans ces deux phrases en ce qui concerne mon ressenti. L'histoire se passe dans une maison de retraite d'Amsterdam. Afin de "casser" le "train-train quotidien, six amis se regroupent afin de prévoir des sorties .Chaque membre ,à tour de rôle, devra se creuser les "méninges "pour organiser cette sortie qu'il aura prévu. Et c'est ce qui m'a dérangé dans ce roman :en fait c'est à qui trouvera la sortie la plus improbable ou celle qui sort "du lot" ils sont tous à la recherche du bonheur à tout prix;C'est une sortie golf ,une sortie leçon de peinture, une sortie atelier culinaire etc.....Pour moi,ils ont une belle vieillesse car apparemment personne dans leur groupe,n'a de souci d'argent mais malgré cela,j'ai ressenti le malaise d'Hendrik, cette peur de la mort qui plane,et qui fait ,que ,quoiqu'il entreprenne , il n'atteind pas le bonheur.A chacune de leur sortie c'est un bonheur "forcé "car matérialiste qui une fois leur "virée "terminée les remet bien vite à leur place dans cette lugubre maison de retraite.Lugubre ,pour eux,je pense,moi,d'après les descriptions faites, qu'il y a chez nous en France,plus à plaindre que dans cette maison de retraite d'Amsterdam. C'est le regard que porte Hendrik sur ses congénères qui m'a mise mal à l'aise.Il critique.ironise ,n'est pas tendre avec le 3ème âge, il y a en lui,un très grand pessimisme et une grande fatalité qu'il n'arrive pas à combattre malgré tout ce qu'il met en place, et en marche pour sortir ce groupe d'amis du "train-train" quotidien empreint de tristesse.Cette lecture,si elle ne m'a pas fait rire,m'a vue sourire,mais ces flagrants délires cachent une profonde mélancolie et tristesse .Ce roman,ne m'a pas plus que ça réjouis malgré son titre accrocheur.#9734;#9734;#9734;
          Lire la suite
          En lire moins
        • DucalmeLucette Posté le 24 Mai 2017
          Ce roman est en fait le journal intime d’un vieil homme en maison de retraite. Jour après jour, Hendrik Groen nous fait sourire, rire, nous émeut, mais soulève aussi, tout en drôlerie et légèreté, les problèmes que les personnes âgées rencontrent au quotidien et notamment dans les institutions. Mine de rien, l’auteur (anonyme) dénonce. Il ne s’attarde pas mais il aborde pléthore de sujets délicats pour nous faire prendre conscience des lacunes de notre société envers les personnes âgées, aussi bien morales qu’institutionnelles. Il nous parle de suicide, d’euthanasie, de maladies, de la mort, et aussi des repas et de l’hygiène qui laissent à désirer. Il n’y a pas de tabous et c’est très bien ainsi. On lit ce que c’est d’être vieux et l’auteur nous l’explique avec beaucoup de justesse et de sincérité. C’est ainsi que l’on suit une bande d’hommes et de femmes qui ont créé leur Club, celui « des Vieux mais pas encore morts ». À ne pas piquer des hannetons ! Ce journal de bord d’une année est truffé d’humour. J’ai même ri à voix haute parfois ! De quoi décomplexer les plus apeurés par la vieillesse. Vraiment, ce n’est aucunement déprimant. C’est décapant, c’est marrant, c’est... Ce roman est en fait le journal intime d’un vieil homme en maison de retraite. Jour après jour, Hendrik Groen nous fait sourire, rire, nous émeut, mais soulève aussi, tout en drôlerie et légèreté, les problèmes que les personnes âgées rencontrent au quotidien et notamment dans les institutions. Mine de rien, l’auteur (anonyme) dénonce. Il ne s’attarde pas mais il aborde pléthore de sujets délicats pour nous faire prendre conscience des lacunes de notre société envers les personnes âgées, aussi bien morales qu’institutionnelles. Il nous parle de suicide, d’euthanasie, de maladies, de la mort, et aussi des repas et de l’hygiène qui laissent à désirer. Il n’y a pas de tabous et c’est très bien ainsi. On lit ce que c’est d’être vieux et l’auteur nous l’explique avec beaucoup de justesse et de sincérité. C’est ainsi que l’on suit une bande d’hommes et de femmes qui ont créé leur Club, celui « des Vieux mais pas encore morts ». À ne pas piquer des hannetons ! Ce journal de bord d’une année est truffé d’humour. J’ai même ri à voix haute parfois ! De quoi décomplexer les plus apeurés par la vieillesse. Vraiment, ce n’est aucunement déprimant. C’est décapant, c’est marrant, c’est une bouffée d’oxygène dans une thématique qui pourrait vite sombrer dans le pathos. Les écrits sont très bien dosés, entre sérieux, légèreté et dérision. « Au crématorium, la porte du four ne s’est pas refermée correctement car le cercueil était resté coincé à mi-parcours. Il s’est enflammé et la salle a vite été envahie par la fumée. Du coup, même ceux qui ne pleuraient pas ont eu les yeux rouges. Les lieux ont été évacués. C’est ce qu’on appelle des adieux spectaculaires. Quand mon heure sera arrivée, j’aimerais cacher dans mon cercueil un petit lecteur de CD télécommandé. On entendrait ma voix : « Bonjour tout le monde (toc, toc, toc). Laissez-moi sortir, il y a erreur, je ne suis pas mort… Mais non, c’était une blague, je suis bien mort… et enterré. Ah ah ! » Mais je ne serai plus là pour assister à la scène, dommage ! » Personnellement, je lisais quelques pages entre deux romans. Je trouve que ce livre se prête bien à cela. Puisque l’on ne suit pas une histoire romancée comme c’est souvent le cas, on peut facilement le lire, le poser puis le reprendre ultérieurement. On ne perd pas le fil. En bref, j’ai apprécié suivre les petites histoires désopilantes d’Hendrik Groen, 83 ans 1/4. C’est un vrai bon moment de divertissement qui ne manque pas de soulever les problèmes des personnes âgées en maison de retraite mais aussi de la société en général. Si les points évoqués sont sérieux voire graves, ils sont surtout accompagnés d’un esprit malicieux, plutôt optimiste, qui nous enveloppe d’une ambiance pleine de plaisanterie. À découvrir ! « J’ai entrepris d’écrire ce journal dans le but de dénoncer certaines pratiques, ce qui, après ma mort, me vaudrait la reconnaissance de tous les résidents. Cette idée est passée à l’arrière-plan. Je m’aperçois qu’écrire est une excellente thérapie. Je suis plus détendu, moins frustré. J’aurais peut-être dû commencer cinquante ans plus tôt. Je m’y suis pris trop tard, tant pis. »
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lire-une-passion Posté le 16 Mai 2017
          Au détour de la médiathèque de ma ville, j'ai croisé le chemin de ce livre. Le titre, la couverture et le résumé m'ont convaincue de l'emprunter et je ne regrette absolument pas ! Si vous voulez un livre feel-good, rempli de sarcasme, mais original, vous êtes bien tombés ! Hendrik Groen est un sacré numéro et une personne qu'on apprend à adorer au fil des pages. Ce livre est particulier, dans le sens où nous suivons un grand-père, vivant dans une maison de retraite. Il décrit chaque jour ce qu'il ressent, ce qu'il s'est passé, les copains qu'il se fait, ou, au contraire, ceux qu'ils ne supporte pas. Pour une fois, nous voyons les maisons de retraite de l'intérieur, du point de vue d'un résident. Hendrik a du mordant et n'a pas son pareil pour tourner une situation compliquée à la dérision. Avec son sarcasme et son humour, cette immersion est complète et très appréciable. En tant que personnes extérieures, nous avons tendance à penser que les personnes âgées en maison de retraite sont toutes diminuées, qu'elles ont besoin d'assistance. Eh bien, une fois que vous aurez croisé la route de ce cher Hendrik, votre vision des choses va changer ! Ce... Au détour de la médiathèque de ma ville, j'ai croisé le chemin de ce livre. Le titre, la couverture et le résumé m'ont convaincue de l'emprunter et je ne regrette absolument pas ! Si vous voulez un livre feel-good, rempli de sarcasme, mais original, vous êtes bien tombés ! Hendrik Groen est un sacré numéro et une personne qu'on apprend à adorer au fil des pages. Ce livre est particulier, dans le sens où nous suivons un grand-père, vivant dans une maison de retraite. Il décrit chaque jour ce qu'il ressent, ce qu'il s'est passé, les copains qu'il se fait, ou, au contraire, ceux qu'ils ne supporte pas. Pour une fois, nous voyons les maisons de retraite de l'intérieur, du point de vue d'un résident. Hendrik a du mordant et n'a pas son pareil pour tourner une situation compliquée à la dérision. Avec son sarcasme et son humour, cette immersion est complète et très appréciable. En tant que personnes extérieures, nous avons tendance à penser que les personnes âgées en maison de retraite sont toutes diminuées, qu'elles ont besoin d'assistance. Eh bien, une fois que vous aurez croisé la route de ce cher Hendrik, votre vision des choses va changer ! Ce monsieur casse littéralement les codes d'une maison de retraite. Certes, certains des résidents ont besoin de médecins et d'infirmières à leurs côtés, mais le petit groupe d'Hendrik est différent. Chacune des personnes est... comment dire... des adolescents ? Oui, c'est ça. Ils ont des réactions tellement drôles, tellement naturelles, que souvent, je me suis surprise à les imaginer plus jeunes, plus vifs, plus taquins. Parce qu'il ne faut pas croire qu'en maison de retraite, ils végètent, bien au contraire ! Et nous avons la preuve ici, avec la mise en place d'un club très privé, avec seulement quelques personnes : le Club des Vieux Mais Pas Encore Morts. (Oui, je vous le disais, ce roman est très sarcastique et humoristique!). Dans ce club, la règle d'or est le partage, la bonne humeur et les activités. Et très vite, ce petit club fermé attise les jalousies des uns et des autres. On se croirait presque dans une cour d'école, pour savoir qui aura le vélo au prochain tour. Et c'est tellement bon ! Avec ce livre, vous êtes certains de vous détendre, de rire, et de prendre tout ce que dit Hendrik au second degré, voire plus ! Mais la plus grosse particularité de ce roman, ou son point fort, c'est que Hendrik parle de sujets assez difficiles dans le monde, mais aussi dans les maisons de retraite : le manque de médecins, d'infirmières/infirmiers, le manque de moyens entre autre. Mais tout cela, sous forme de sarcasme. Oui, vous avez l'impression que je me répète, mais pourtant, je ne peux pas décrire autrement ce roman. Il est rempli d'humour mais aussi de subtilité. Hendrik est subtil dans tout ce qu'il dit, mais aussi, plein de verve. Il dit ce qui lui plaît, mais surtout ce qui le déplaît. Et il en a, des choses à dire à ce sujet ! Comme précisé sur la couverture, c'est une véritable cure de jouvence. Bien évidemment, comme toute personne, il y a aussi des moments un peu moins joyeux. Ils sont dans un âge où ils ne sont pas éternels ni en pleine forme. Hendrik prend également le temps d'en parler, tout en finesse et honnêteté. Il se dévoile, se confie, se met à nu. Et ces passages sont tellement émouvants et tristes, par moment, qu'on a qu'une seule envie : se téléporter et le prendre dans nos bras. Les prendre tous dans nos bras. Mais ce qui montre que ce livre est si différent de ce que l'on peut croiser, c'est que le mystère autour de ce Hendrik est entier. Qui est ce monsieur ? Existe-t-il vraiment ? Est-il l'auteur de ce livre ? Est-il un résident de cette maison de retraite ? Et cette maison existe-t-elle vraiment ? Ces personnages ont-ils existé ? Et, je ne sais pas si ça été voulu ou non de la part de la maison d'édition, mais le livre comporte exactement 365 pages. Et rappelez-vous, ce livre est un journal intime, écrit chaque jour sur une année. Alors si c'était voulu, bravo pour l'idée, et si ce n'est pas le cas, bah moi j'adore ce clin d’œil ! Néanmoins, je dois avouer que la fin m'a brisé le cœur. On aimerait que ces personnages (qu'ils aient existé en vrai ou non) soient éternels. On aimerait être encore avec eux. On aimerait les aider, les soutenir. Je ne vous cacherai pas que j'ai fini en larmes, le cœur serré et triste. Mais à la fois, heureuse d'avoir découvert cet ouvrage si particulier et touchant. Une suite est-elle prévue ? Parce que moi je suis totalement partante !#8203; Photo #8203;En résumé, j'aurais tellement de choses à vous dire sur ce roman, j'aimerai vraiment vous dire tous les passages que j'ai aimé, vous dire clairement ce qui s'y passe, mais je ne le ferai pas. Ce roman (ou plutôt, ce journal intime) est à découvrir et à mettre dans toutes les mains. Hendrik touche tous les publics avec sa façon d'être, de parler, de vivre. Il est une ode à la joie et au rire. Ici, vous allez être avec des personnes âgées, certes, mais avec une âme d'enfants, d'adolescents, qui ne sont pas les derniers pour commettre quelques petites bêtises pour agrémenter leur journée, ou mettre à bout cette directrice si irritable. Alors, si vous voulez rire un bon coup, si vous voulez découvrir un roman particulier, lisez celui-là, vraiment !
          Lire la suite
          En lire moins
        • CSBlitaussi Posté le 1 Mai 2017
          Vue le nombre de critiques positives que j’avais lues ici et ailleurs, j’avais envie de lire ce livre, mais en néerlandais. J'ai profité d'un séjour dans mon petit pays plat pour acheter ce livre en VO. Tout d’abord, je dois dire que je n'aime pas trop le titre français, parce qu'il donne l'impression que c'est surtout un livre délirant, ce qui n'est pas le cas. L’humour y est certes présent, mais des sujets plus sérieux sont traités aussi. Si je devais traduire le titre néerlandais en français d’une manière littérale cela donnerait : "Des tentatives (efforts) de faire quelque chose de la vie" - Le journal intime secret de Hendrik Groen, 83 1/4 ans. Hendrik Groen, retraité de 83 ¼ décide de tenir un journal pendant un an, entre autres « pour ne pas oublier ». Il décrit, avec un humour assez caustique, le quotidien dans sa maison de retraite. Les 10 premières pages où il décrit ces co-résidents et la vie à la maison de retraite, je n'ai pas arrêté de rire. Mais ensuite on découvre aussi des situations moins amusantes : les restrictions budgétaires dans le secteur de la sante et les rumeurs sur la fermeture de certains... Vue le nombre de critiques positives que j’avais lues ici et ailleurs, j’avais envie de lire ce livre, mais en néerlandais. J'ai profité d'un séjour dans mon petit pays plat pour acheter ce livre en VO. Tout d’abord, je dois dire que je n'aime pas trop le titre français, parce qu'il donne l'impression que c'est surtout un livre délirant, ce qui n'est pas le cas. L’humour y est certes présent, mais des sujets plus sérieux sont traités aussi. Si je devais traduire le titre néerlandais en français d’une manière littérale cela donnerait : "Des tentatives (efforts) de faire quelque chose de la vie" - Le journal intime secret de Hendrik Groen, 83 1/4 ans. Hendrik Groen, retraité de 83 ¼ décide de tenir un journal pendant un an, entre autres « pour ne pas oublier ». Il décrit, avec un humour assez caustique, le quotidien dans sa maison de retraite. Les 10 premières pages où il décrit ces co-résidents et la vie à la maison de retraite, je n'ai pas arrêté de rire. Mais ensuite on découvre aussi des situations moins amusantes : les restrictions budgétaires dans le secteur de la sante et les rumeurs sur la fermeture de certains maisons de retraites qui inquiètent les résidents, la solitude, les pathologies diverses (démence, diabètes, incontinence, mobilité réduite, …) liées à l’âge avancé d’Hendrik et ses amis. Pour rompre la monotonie et monter le moral, Hendrik décide, avec son ami Evert, de monter un club « Des vieux, mais pas encore morts ». Le but de ce club est d’organiser des sorties pour rester mentalement en forme et d’être en contact avec le monde extérieur. Chaque membre est chargé d’organiser une sortie. Ceci crée de la jalousie chez les autres résidents qui ne sont pas membres de ce club « très sélectif », mais les membres du club s’en fichent un peu et s’amusent beaucoup pendant leurs sorties. Bien qu’Hendrik essaie de faire en sorte que sa vie soit agréable, son désir d’euthanasie est présent d’une manière très subtile dans son journal et il raconte combien il est difficile d’exprimer ce souhait et d’être entendu. Il décrit de façon émouvante comment les personnes âgées ayant une vie agréable avec des moments heureux, peuvent également éprouver le désir de la mort. En terminant ce livre, je me suis dit que la vie continue, même si notre corps ne fonctionne plus comme on veut, on garde le caractère qu’on a eu toute sa vie, on peut (re)tomber amoureux, faire des ami(e)s, faire des bêtises pour s’amuser un peu. Et comme dans la cours de récréation : les chamailleries, les jalousies continuent… J’ai apprécié le style de ce roman, écrit sous forme d’un journal, dont les textes quotidiens sont relativement courts. L'humour est employé pour dédramatiser un peu la vie pas toujours rose et facile des personnes qui sont au crépuscule de leur vie. L'humour c'est la meilleure manière de résister. J’aime bien l’humour caustique utilisé, les références diverses faites aux coutumes néerlandais et que pour une fois ce sont les vieilles personnes qui jouent un rôle dans une histoire. J’ai bien aimé aussi que les faits réels de l’année 2013 fassent partie de cette histoire (entre autres la mort de Nelson Mandéla, l’abdication de la Reine Beatrix et le couronnement de son fils Willem-Alexander, la polémique autour de St Nicolas, etc..) Un deuxième livre est sortie début 2016 aux Pays-Bas sous le titre « Zolang er leven is » , « Het nieuwe geheime dagboek van Hendrik Groen, 85 jaar ». En français cela veut dire «Tant qu’il y a la vie » « Le nouveau journal intime secret d’Hendrik Groen, 85 ans. ». Je vais peut-être me le commander, parce que j’ai pris de l’affection pour Hendrik
          Lire la suite
          En lire moins
        • PopcornandGibberish Posté le 26 Avril 2017
          Les flagrants délires d’Hendrik Groen m’avait attiré lors de sa sortie grâce à la couverture que j’aime beaucoup et par son sujet. J’ai mis le temps pour le lire, mais j’ai voulu savourer les aventures d’Hendrik et ses amis jusqu’au bout. Le roman est écrit sous format de journal intime. A la base, l’auteur voulait seulement raconter ses journées pour être sûr de ne rien oublier. Pendant une année, nous allons suivre le quotidien de cet homme dans sa maison de retraite. Nous allons participer à ses joies (la création du club « Vieux mais pas encore morts ») et ses peines. Mais aussi ses réflexions sur ses congénères, ce qu’il se passe aux Pays-Bas, la maison de retraite et plus généralement sur la vie. J’ai ri pendant ses aventures et j’ai été peiné vers la fin du roman. Hendrik Groen porte un regard lucide sur ce qui l’entoure et personnellement, j’ai beaucoup apprécié de voir les choses sous un autre angle. Le format journal intime nous donne la sensation d’avancer vite mais également de pouvoir faire une pause et venir le reprendre plus tard quand l’appel se fait ressentir. Il existe un mystère autour de l’auteur, on ne sait pas si... Les flagrants délires d’Hendrik Groen m’avait attiré lors de sa sortie grâce à la couverture que j’aime beaucoup et par son sujet. J’ai mis le temps pour le lire, mais j’ai voulu savourer les aventures d’Hendrik et ses amis jusqu’au bout. Le roman est écrit sous format de journal intime. A la base, l’auteur voulait seulement raconter ses journées pour être sûr de ne rien oublier. Pendant une année, nous allons suivre le quotidien de cet homme dans sa maison de retraite. Nous allons participer à ses joies (la création du club « Vieux mais pas encore morts ») et ses peines. Mais aussi ses réflexions sur ses congénères, ce qu’il se passe aux Pays-Bas, la maison de retraite et plus généralement sur la vie. J’ai ri pendant ses aventures et j’ai été peiné vers la fin du roman. Hendrik Groen porte un regard lucide sur ce qui l’entoure et personnellement, j’ai beaucoup apprécié de voir les choses sous un autre angle. Le format journal intime nous donne la sensation d’avancer vite mais également de pouvoir faire une pause et venir le reprendre plus tard quand l’appel se fait ressentir. Il existe un mystère autour de l’auteur, on ne sait pas si c’est réellement un homme en maison de retraite, un bibliothécaire ou un auteur à succès aux Pays-Bas. Personnellement, cela m’importe peu, mais je remercie l’auteur de nous avoir concocté un roman différent de ce qu’il se fait. En conclusion, Les flagrants délires d’Hendrik Groen est un roman très touchant et lucide sur les personnes âgés. Un roman qui se démarque et qui mérite votre attention.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        " Caustique, terriblement drôle et absolument anonyme"
        VSD
        Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
        Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.