Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782355841064
Code sériel : 30
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 140 x 220 mm
LES FLEURS DE L'OMBRE
Laura Derajinski (traduit par)
Date de parution : 19/01/2012
Éditeurs :
Sonatine
En savoir plus

LES FLEURS DE L'OMBRE

Laura Derajinski (traduit par)
Date de parution : 19/01/2012

Dans la lignée du phénoménal Un sur deux, le nouveau thriller de Steve Mosby.

« Ce n’est pas l’histoire d’une petite fille qui disparaît. C’est l’histoire d’une petite fille qui réapparaît. Un matin, sur une promenade de bord de mer, venue de nulle part,...

« Ce n’est pas l’histoire d’une petite fille qui disparaît. C’est l’histoire d’une petite fille qui réapparaît. Un matin, sur une promenade de bord de mer, venue de nulle part, une fleur noire à la main et une histoire atroce à raconter. »
Ainsi commence La Fleur de l’ombre, un...

« Ce n’est pas l’histoire d’une petite fille qui disparaît. C’est l’histoire d’une petite fille qui réapparaît. Un matin, sur une promenade de bord de mer, venue de nulle part, une fleur noire à la main et une histoire atroce à raconter. »
Ainsi commence La Fleur de l’ombre, un thriller écrit en 1991 par un certain Robert Wiseman, mystérieusement disparu alors qu’il en écrivait la suite.
Après que le corps de son père a été retrouvé sans vie au pied d’un viaduc, Neil Dawson apprend que celui-ci nourrissait une étrange obsession pour ce roman. Bientôt il constate de troublantes similitudes entre les derniers jours de Robert Wiseman et ceux de son père. Pire encore, c’est peu à peu la réalité qui semble s’inspirer de l’abominable récit de La Fleur de l’ombre. Et Neil ne tarde pas à se retrouver aux prises avec un psychopathe d’un genre très particulier.

Avec ce thriller d’une noirceur absolue Steve Mosby multiplie les mises en abyme et entraîne le lecteur dans un formidable puzzle mêlant réalité et fiction. Outre l’intrigue, d’une densité rare, on y retrouve le style incomparable et la complexité de personnages terriblement humains qui ont fait le succès d’Un sur deux.

Steve Mosby est né en 1976 à Leeds. Après Un sur deux et Ceux qu’on aime, Les Fleurs de l’ombre est son troisième roman publié en France.

À propos d’Un sur deux :
« Exceptionnel ! S’il y a un polar à lire dans l’année, c’est celui- là ! » Gérard Collard, Les coups de cœur des libraires / LCI

« Impossible à lâcher avant le couperet final ! Thomas Harris et Harlan Coben ont désormais un sérieux concurrent ! Excellent ! » Madame Figaro

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355841064
Code sériel : 30
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 140 x 220 mm
Sonatine
En savoir plus

Ils en parlent

Un polar à l’atmosphère tenace, impossible à refermer avant le point final.
Rolling Stone

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • collectifpolar Posté le 23 Juillet 2021
    Encore un roman coup de point de ce nouvel auteur prodige britannique que nous a fait découvrir les éditions Sonatine. Les Fleurs de l'ombre est son troisième roman publié en France. Et comme les deux précédents, on est littéralement scotché au bouquin tant il est vrai que son scénario est exigeant si l’on veut pleinement entrer dans cette histoire machiavélique. Alors « Les fleurs de l'ombre » ça nous raconte quoi : Des corps d'enfants recouverts de roses noires, la marque du tueur. Ainsi commence La fleur de l'ombre, roman que le père de Neil, écrivain, a lu et relu jusqu'à son suicide. Après la mort de son père, Neil Dawson découvre que celui-ci nourrissait une obsession pour le thriller La fleur de l'ombre écrit par Robert Wiseman en 1991. Cet auteur a mystérieusement disparu alors qu'il écrivait la suite de ce roman. Entre les pages des livres de son père, Neil trouve des pétales noirs. Et Neil constate de troublantes similitudes entre les derniers jours de son père et du romancier La fiction deviendrait-elle réalité ? Surtout que l’histoire que décrit « La fleur de l’ombre » est inspirée de faits réels et que le meurtrier n'a... Encore un roman coup de point de ce nouvel auteur prodige britannique que nous a fait découvrir les éditions Sonatine. Les Fleurs de l'ombre est son troisième roman publié en France. Et comme les deux précédents, on est littéralement scotché au bouquin tant il est vrai que son scénario est exigeant si l’on veut pleinement entrer dans cette histoire machiavélique. Alors « Les fleurs de l'ombre » ça nous raconte quoi : Des corps d'enfants recouverts de roses noires, la marque du tueur. Ainsi commence La fleur de l'ombre, roman que le père de Neil, écrivain, a lu et relu jusqu'à son suicide. Après la mort de son père, Neil Dawson découvre que celui-ci nourrissait une obsession pour le thriller La fleur de l'ombre écrit par Robert Wiseman en 1991. Cet auteur a mystérieusement disparu alors qu'il écrivait la suite de ce roman. Entre les pages des livres de son père, Neil trouve des pétales noirs. Et Neil constate de troublantes similitudes entre les derniers jours de son père et du romancier La fiction deviendrait-elle réalité ? Surtout que l’histoire que décrit « La fleur de l’ombre » est inspirée de faits réels et que le meurtrier n'a jamais été arrêté. Neil Dawson comprend que peut-être son père ne s’était pas suicidé et que partout « les fleurs de l'ombre » semaient la mort...Aussi Neil va-t-il se retrouver aux prises avec un psychopathe particulier. Autant vous le dire tout de suite, on sort rincer de ce roman, rincer mais heureux car on sait déjà que ce titre va nous rester longtemps en mémoire. Il faut dire que la construction de ce polar est vertigineuse avec cette mise en abyme diabolique. Tout ici est astucieusement imbriqué De plus Steve Mosby a l’art et la manière de créer des tensions dramatiques oppressantes. On dit de lui que ses histoires sont d’une perversité sans égal, je ne peux que confirmer. Je vous l’ai dit j’ai été totalement scotchée au bouquin. J’ai d’ailleurs dû arrêter toutes les autres lectures en cours pour ne me consacrer qu’à la lecture seule de ce thriller. Il me fallait rester concentrer sur chaque détail, chaque pièce de ce puzzle infernal. C’est astucieux, démoniaque, habile, inventif et c’est un vrai coup de cœur. Encore un Mosby à ne surtout pas rater.
    Lire la suite
    En lire moins
  • nath59 Posté le 14 Décembre 2020
    Une histoire dans une histoire. Des allers retours déstabilisants. Trop d'intrigues tuent l'intrigue, à mon goût. Le récit s'essouffle, et on se lasse. Dommage, car les premieres pages étaient alléchantes. Je ne suis pas parvenue à entrer complètement dans l'histoire.
  • Melieetleslivres Posté le 26 Juillet 2020
    J'ai pioché ce polar dans ma bibliothèque de livres à lire/à donner/à revendre : j'ai été incapable de rentrer dans "La brodeuse de Winchester" de Tracy Chevalier, dont j'avais tant aimé "La jeune fille à la perle". Tellement déçue de m'être tant ennuyée les 50 premières pages, j'ai laissé tomber. Et j'ai donc ouvert ce roman policier datant de 2013. L'histoire: "Ce n’est pas l’histoire d’une petite fille qui disparaît. C’est l’histoire d’une petite fille qui réapparaît. Un matin, sur une promenade de bord de mer, venue de nulle part, une fleur noire à la main et une histoire atroce à raconter." Telle est la trame de "La Fleur de l’ombre", un thriller écrit en 1991 par un certain Robert Wiseman, mystérieusement disparu depuis lors. Neil Dawson, dont le père vient d'être retrouvé sans vie au pied d'un viaduc, apprend que celui-ci nourrissait une étrange obsession pour ce roman. Bientôt il constate de troublantes similitudes entre les derniers jours de Robert Wiseman et ceux de son père. Pire encore, c’est peu à peu la réalité qui semble s’inspirer de l’abominable récit de "La Fleur de l’ombre". Et Neil ne tarde pas à se retrouver aux prises avec un psychopathe d’un genre très particulier. Le... J'ai pioché ce polar dans ma bibliothèque de livres à lire/à donner/à revendre : j'ai été incapable de rentrer dans "La brodeuse de Winchester" de Tracy Chevalier, dont j'avais tant aimé "La jeune fille à la perle". Tellement déçue de m'être tant ennuyée les 50 premières pages, j'ai laissé tomber. Et j'ai donc ouvert ce roman policier datant de 2013. L'histoire: "Ce n’est pas l’histoire d’une petite fille qui disparaît. C’est l’histoire d’une petite fille qui réapparaît. Un matin, sur une promenade de bord de mer, venue de nulle part, une fleur noire à la main et une histoire atroce à raconter." Telle est la trame de "La Fleur de l’ombre", un thriller écrit en 1991 par un certain Robert Wiseman, mystérieusement disparu depuis lors. Neil Dawson, dont le père vient d'être retrouvé sans vie au pied d'un viaduc, apprend que celui-ci nourrissait une étrange obsession pour ce roman. Bientôt il constate de troublantes similitudes entre les derniers jours de Robert Wiseman et ceux de son père. Pire encore, c’est peu à peu la réalité qui semble s’inspirer de l’abominable récit de "La Fleur de l’ombre". Et Neil ne tarde pas à se retrouver aux prises avec un psychopathe d’un genre très particulier. Le bouquin en lui-même est vraiment prenant, dès les premières pages, on ne sait pas s'il s'agit de la réalité, d'une histoire de fantômes, d'une histoire passée, ou actuelle. Au chapitre suivant on fait la connaissance de Neil, prof et écrivain, qui essaie de joindre son père, lui-même écrivain. Et il va être obligé de se mêler d'une histoire qu' il aurait préféré ignorer. Puis on rencontre Hannah, inspectrice de police, qui découvre chez son propre père qui vient de mourir des objets qui semblent avoir affaire avec des meurtres. Des preuves. Tous les deux enrôlés dans cette histoire, chacun suivant les pas de son propre père, cherchant à trouver ce qui s'est passé. Et le plus incroyable, c'est que le livre de Robert Wiseman, écrit il y a des années, semble apporter des réponses à Neil. De larges extraits sont insérés au milieu des chapitres de ce roman. On ne sait plus où est la vérité, la fiction, et c'est à la fois la force et la faiblesse de ce roman de Steve Mosby, jeune auteur anglais. On s'y perd un peu, et je dois dire que parfois, certains noms comme "Haggerty" et "Cartwright" m'ont laissée décontenancée, ne sachant plus qui étaient ces personnages. (Je ne suis pas revenue en arrière, j'ai continué le bouquin sans que ça me gène, finalement).  Bref, un suspense très fort, je n'ai pu le lâcher de la nuit. MAIS un fouillis de complications et de personnages.. Trop, parfois. Mais excellent polar, et écriture parfaite.  Les fleurs de l'ombre - Steve Mosby, ed Sonatine 2012, editions Points 2013, 400 pages.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Des_potron_minet Posté le 14 Mars 2019
    Encore un très bon Mosby, l'histoire est originale, un roman qui devient réalité! La trame est entrecoupée de passage du roman Les fleurs de l'ombre, ce qui donne des éléments pour bien comprendre l'histoire qui parfois est un peu perplexe. Mais la fin m'a tenu en haleine, j'étais presque à bout de souffle lors du dénouement. Steve Mosby, est vraiment un auteur de Thriller très efficace! Vivement le prochain.
  • mlbc31 Posté le 28 Mars 2018
    J'avais adoré Un sur deux le premier roman de Steve Mosby. Les fleurs de l'ombre est un roman au coeur du roman et on ne sait plus où s'arrête la fiction et où est l'a "vraie" histoire décrite dans ce livre. Un peu tordu, mais un très bon livre.
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Lectures estivales : 30 romans pour s'évader

    Les vacances se profilent à l'horizon. L'occasion de faire un peu de place dans votre valise pour les livres qui accompagneront vos pérégrinations. De Françoise Bourdin à Danielle Steel en passant par Michel Bussi, découvrez notre sélection de romans à dévorer tout au long de la belle saison.

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Fêtes des mères : 20 romans passionnants à lui offrir

    La fête des mères, c'est dimanche 7 juin ! Et si vous profitiez de cette occasion pour lui offrir un livre et étancher sa soif de lecture ? De Françoise Bourdin à Danielle Steel en passant par Douglas Kennedy, focus sur 20 romans passionnants qui devraient plaire à votre chère maman.

    Lire l'article