Lisez! icon: Search engine
Julliard
EAN : 9782260053323
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 130 x 205 mm

Les Hirondelles de Kaboul

Date de parution : 29/08/2019
« Les Hirondelles de Kaboul est voué tout entier à la transmission d’un message humaniste, comme à dénoncer l’oppression des femmes. » Mathieu Macheret, Le Monde.

Dans un Kaboul caniculaire, parmi les ruines du désastre et celles des esprits, deux hommes et deux femmes cherchent un sens à leur vie : un bourgeois déchu, une avocate interdite d’exercer, un geôlier s’amenuisant à l’ombre des exécutions publiques et une épouse aux prises avec une maladie incurable. À...

Dans un Kaboul caniculaire, parmi les ruines du désastre et celles des esprits, deux hommes et deux femmes cherchent un sens à leur vie : un bourgeois déchu, une avocate interdite d’exercer, un geôlier s’amenuisant à l’ombre des exécutions publiques et une épouse aux prises avec une maladie incurable. À travers leur quête de dignité, le martyre d’une nation traumatisée par les guerres et la folie, livrée aux sortilèges des gourous et à la tyrannie des taliban. Et pourtant, là où la raison semble perdue, l’amour refuse de céder et se réclame du miracle. Mais qu’est-ce qu’un miracle dans un pays où « les liesses sont aussi atroces que les lynchages » ?
Dans ce roman magnifique qui est aussi un hymne à la femme, Yasmina Khadra a su mettre au jour avec lucidité la complexité des comportements dans des sociétés musulmanes déchirées entre féodalisme et modernité.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260053323
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 130 x 205 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Wyoming Posté le 8 Septembre 2021
    Yasmina Khadra possède le talent de développer en peu de pages tout le contexte d'une tragédie, celle du peuple afghan, écrasé et privé de toute autonomie par un régime d'une cruauté totale, prétendant fonder toutes les contraintes et tous les interdits qu'il impose sur les préceptes religieux islamistes. Les femmes sont les victimes permanentes du régime, les hommes n'ont guère mieux à espérer, à ceci près qu'ils sont quasiment tous les persécuteurs des premières. Le propos de l'auteur est illustré par deux couples qui vivent au quotidien cette terreur, les dialogues aussi bien que les silences sont percutants et traduisent parfaitement les états d'âme des protagonistes. Quelques personnages satellites viennent donner encore plus de force à cette histoire tragique qui est avant tout celle d'un martyre enduré par les femmes, avec deux grandes héroïnes qui ont conservé une capacité personnelle de décision et d'action, quitte à en payer le prix le plus cher et le plus terrible. L'installation de l'histoire au coeur d'une chaleur accablante sur Kaboul en renforce la puissance évocatrice, l'ensemble donnant un roman avec une fin superbe, aboutissement inéluctable de l'histoire de chacun.
  • nathouc Posté le 2 Septembre 2021
    TERRIFIANT et j aimerais tellement me dire que ce n est qu une fiction mais malheureusement.... Toutes mes pensées au peuple afghan et surtout à toutes ces femmes afghanes qui vivent ces horreurs. Une merveilleuse écriture avec beaucoup de poésie malgré un sujet des plus terrible.
  • Lilylivre Posté le 19 Août 2021
    Les hirondelles de Kaboul s'ouvre sur une scène de lapidation dans une ville où les talibans veillent au respect de leurs lois. Atiq est geôlier et peine à rentrer chez lui retrouver Mussarat, sa femme gravement malade. On lui conseille de la répudier. Quel est ce couple qui vit sous le même toit depuis des années mais qui semble pourtant si distant l'un de l'autre ? De leurs côtés, Mohsen et sa femme Zunaira, ancienne avocate, tentent de survivre dans ce Kaboul qui leur a tout pris. Dans ce tourbillon de violence, Moshen va commettre un acte qu'il ne se pardonne pas. Il s'en confesse à sa femme qui ne le reconnaît plus. Comment pardonner et avancer dans cette société de l'ultra violence ? Ces destins croisés vont nous mener sur le chemin de la folie humaine. Ce roman intense nous conte la dureté d'un régime au sein duquel les femmes sont reléguées au rang d'objets, cachées sous leur tcahdor n'ayant ni le droit de parler ni le droit de penser. Il nous montre aussi à quel point le fanatisme religieux peut modifier les relations humaines. Yasmina Khadra manie une plume puissante et poétique, ses mots résonnent en nous.... Les hirondelles de Kaboul s'ouvre sur une scène de lapidation dans une ville où les talibans veillent au respect de leurs lois. Atiq est geôlier et peine à rentrer chez lui retrouver Mussarat, sa femme gravement malade. On lui conseille de la répudier. Quel est ce couple qui vit sous le même toit depuis des années mais qui semble pourtant si distant l'un de l'autre ? De leurs côtés, Mohsen et sa femme Zunaira, ancienne avocate, tentent de survivre dans ce Kaboul qui leur a tout pris. Dans ce tourbillon de violence, Moshen va commettre un acte qu'il ne se pardonne pas. Il s'en confesse à sa femme qui ne le reconnaît plus. Comment pardonner et avancer dans cette société de l'ultra violence ? Ces destins croisés vont nous mener sur le chemin de la folie humaine. Ce roman intense nous conte la dureté d'un régime au sein duquel les femmes sont reléguées au rang d'objets, cachées sous leur tcahdor n'ayant ni le droit de parler ni le droit de penser. Il nous montre aussi à quel point le fanatisme religieux peut modifier les relations humaines. Yasmina Khadra manie une plume puissante et poétique, ses mots résonnent en nous. On s'attache à ces deux femmes fortes, courageuses affrontant la tête haute leur destinée. On ressent toute la tragédie de ces vies, toute l'oppression de cette ville où musique, rires, distractions et toute joie de vivre ont disparu...
    Lire la suite
    En lire moins
  • read2travel Posté le 5 Juillet 2021
    Si je devais résumer ce livre, je dirais sans hésiter deux mots : gravité et lyrisme. Je m’explique. Les Hirondelles de Kaboul, c’est premièrement un livre qui aborde des sujets durs, graves. Le fond du livre traite d’un thème d’actualité. On y voit ce qu’il reste de la ville de Kaboul, après la guerre d’Afghanistan. L’auteur à travers ce livre, dénonce ainsi le radicalisme religieux, l’oppression des femmes, l’obscurantisme et beaucoup d’autres choses que l’on retrouve chez les talibans*. Là vous vous demandez sûrement : mais que vient faire le mot « lyrisme » dans ce livre, qui a simplement l’air d’expliquer la situation actuelle en Afghanistan ? J’y viens. Le lyrisme dont je vous parle réside dans la beauté de l’écriture de Yasmina Khadra, c’est-à-dire dans la forme du livre et non dans le fond évoqué plus haut. Cette beauté est due aux nombreuses images employées par l’auteur, à des métaphores, à des mots percutants soigneusement sélectionnées. Sa plume poétique nous remplit d’émotions. En bref, un roman alliant déchirement et beauté, nécessaire pour comprendre la situation en Afghanistan, mais aussi pour prendre conscience de ce qui nous entoure. Et enfin pour ceux qui auraient du mal avec la lecture,... Si je devais résumer ce livre, je dirais sans hésiter deux mots : gravité et lyrisme. Je m’explique. Les Hirondelles de Kaboul, c’est premièrement un livre qui aborde des sujets durs, graves. Le fond du livre traite d’un thème d’actualité. On y voit ce qu’il reste de la ville de Kaboul, après la guerre d’Afghanistan. L’auteur à travers ce livre, dénonce ainsi le radicalisme religieux, l’oppression des femmes, l’obscurantisme et beaucoup d’autres choses que l’on retrouve chez les talibans*. Là vous vous demandez sûrement : mais que vient faire le mot « lyrisme » dans ce livre, qui a simplement l’air d’expliquer la situation actuelle en Afghanistan ? J’y viens. Le lyrisme dont je vous parle réside dans la beauté de l’écriture de Yasmina Khadra, c’est-à-dire dans la forme du livre et non dans le fond évoqué plus haut. Cette beauté est due aux nombreuses images employées par l’auteur, à des métaphores, à des mots percutants soigneusement sélectionnées. Sa plume poétique nous remplit d’émotions. En bref, un roman alliant déchirement et beauté, nécessaire pour comprendre la situation en Afghanistan, mais aussi pour prendre conscience de ce qui nous entoure. Et enfin pour ceux qui auraient du mal avec la lecture, ce roman est court (160 pages). Bonne lecture à vous !
    Lire la suite
    En lire moins
  • souleverlesmots Posté le 7 Juin 2021
    Je suis partie à la découverte de ce roman, n’ayant jamais lu sur l’Afghanistan, j’étais curieuse. Lecture mitigée pour moi. Bien entendu, je ne suis pas insensible à la vie que mène cette population. L’horreur des lapidations, la surveillance des taliban dans les rues, interdiction de rire, d’écouter de la musique (…). Les personnages ne savent pas à qui pouvoir faire confiance, c’en est même à un stade où il n’est pas vraiment toléré de se livrer. Un monde dans lequel je ne m’imagine pas vivre. La plume de Yasmina Khadra est intéressante, riche en vocabulaire et même souvent poétique (voir les citations), essayant de ramener de la romance dans cette vie détruite. J’allais dire que la fin ouverte de ce roman allait être un sacrilège pour moi … Jusqu’à ce que je découvre, qu’il y a deux autres romans à la suite de celui-ci ! TRILOGIE. Donc bien entendu je me pencherai sur l’Attentat, la suite pour savoir, car frustration pour moi. Les personnages m’ont laissé dubitative. Je ne comprends pas Atiq, qui est, pour moi, bipolaire. Zunaira, se rend compte trop tard de la chance qu’elle a, et je ne la trouve pas vraiment dans l’empathie avec son mari. Aucune... Je suis partie à la découverte de ce roman, n’ayant jamais lu sur l’Afghanistan, j’étais curieuse. Lecture mitigée pour moi. Bien entendu, je ne suis pas insensible à la vie que mène cette population. L’horreur des lapidations, la surveillance des taliban dans les rues, interdiction de rire, d’écouter de la musique (…). Les personnages ne savent pas à qui pouvoir faire confiance, c’en est même à un stade où il n’est pas vraiment toléré de se livrer. Un monde dans lequel je ne m’imagine pas vivre. La plume de Yasmina Khadra est intéressante, riche en vocabulaire et même souvent poétique (voir les citations), essayant de ramener de la romance dans cette vie détruite. J’allais dire que la fin ouverte de ce roman allait être un sacrilège pour moi … Jusqu’à ce que je découvre, qu’il y a deux autres romans à la suite de celui-ci ! TRILOGIE. Donc bien entendu je me pencherai sur l’Attentat, la suite pour savoir, car frustration pour moi. Les personnages m’ont laissé dubitative. Je ne comprends pas Atiq, qui est, pour moi, bipolaire. Zunaira, se rend compte trop tard de la chance qu’elle a, et je ne la trouve pas vraiment dans l’empathie avec son mari. Aucune attache ne s’est créée. Alors finalement, quand nous vivons des moments difficiles, (enfin là il s’agit d’un drame pour l’Afghanistan et ses habitants), nous réagissons tous de façon différente. Et c’est ce qu’il se passe ! Gros coup de cœur pour Mussarat et sa bonté, son acte héroïque que je n’ai pas vu venir, et qui a su poser une définition sur l’amour que l’on porte à quelqu’un.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.