Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264074317
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 140 x 210 mm

Les huit morts de Julian Creek

Date de parution : 17/10/2019
L’odyssée drôle et poignante d’une jeune fille tenace qui brave les dangers du Texas des années 1860 pour venger la mort de sa mère.
Nous sommes au lendemain de la guerre de Sécession. Un matin, à l’aube, dans une contrée reculée du Texas, une panthère s’attaque sauvagement à une famille de fermiers, défigurant la petite Samantha et assassinant sa mère, dont le dernier acte est de sauver la vie de sa fille.
Racontée dans la...
Nous sommes au lendemain de la guerre de Sécession. Un matin, à l’aube, dans une contrée reculée du Texas, une panthère s’attaque sauvagement à une famille de fermiers, défigurant la petite Samantha et assassinant sa mère, dont le dernier acte est de sauver la vie de sa fille.
Racontée dans la langue naïve et truculente de Benjamin, le demi-frère de Samantha, Les huit morts de Julian Creek est le récit de la traque de Samantha, qui a juré de venger sa mère en tuant le terrible animal, qui sème la terreur dans toute la région. Au cours de leur odyssée, le frère et la sœur vont rencontrer un charismatique hors-la-loi mexicain, Mr Pacheco, et un prédicateur au grand cœur, le pasteur Dob, maître d’un chien traqueur de panthère, gros et puant, qu’il chérit comme un de ses enfants. Ces quatre personnages, leurs chevaux et leur chien, vont entamer un périple terrifiant dans les canyons du pays des collines.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264074317
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 140 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • AMR_La_Pirate Posté le 12 Novembre 2019
    Mille mercis à Babelio pour cette masse critique privilégiée et aux éditions 10/18 pour l'envoi de ce premier roman d'Elizabeth Crook traduit en français, Les huit morts de Julian Creek… Une très belle et intéressante découverte ! Si l'on en croit la quatrième de couverture ce roman raconte la chasse à la panthère (oui, au Texas, les pumas sont appelés ainsi) menée par Samantha, dite Sam, une jeune métisse farouche, attaquée par le fauve et sauvée par le sacrifice de sa mère. Défigurée, déterminée, elle va vouer sa vie à son désir de vengeance et à la traque de l'animal qui terrorise la région. C'est aussi le récit à la première personne de Benjamin, le demi-frère de Samantha, interrogé par un juge itinérant au début du livre et qui doit fournir par courrier le témoignage détaillé et écrit des faits dont il a été témoin autour d'une enquête sur la mort par pendaison de huit hommes près de Julian Creek, un ruisseau qui passe non loin de chez eux. Nous avons donc un récit de vengeance sur fond de roman épistolaire. Tels quels les deux arguments paraissent bien distincts… C'est compter sans le style, la truculence, les digressions et l'application de Benjamin qui... Mille mercis à Babelio pour cette masse critique privilégiée et aux éditions 10/18 pour l'envoi de ce premier roman d'Elizabeth Crook traduit en français, Les huit morts de Julian Creek… Une très belle et intéressante découverte ! Si l'on en croit la quatrième de couverture ce roman raconte la chasse à la panthère (oui, au Texas, les pumas sont appelés ainsi) menée par Samantha, dite Sam, une jeune métisse farouche, attaquée par le fauve et sauvée par le sacrifice de sa mère. Défigurée, déterminée, elle va vouer sa vie à son désir de vengeance et à la traque de l'animal qui terrorise la région. C'est aussi le récit à la première personne de Benjamin, le demi-frère de Samantha, interrogé par un juge itinérant au début du livre et qui doit fournir par courrier le témoignage détaillé et écrit des faits dont il a été témoin autour d'une enquête sur la mort par pendaison de huit hommes près de Julian Creek, un ruisseau qui passe non loin de chez eux. Nous avons donc un récit de vengeance sur fond de roman épistolaire. Tels quels les deux arguments paraissent bien distincts… C'est compter sans le style, la truculence, les digressions et l'application de Benjamin qui va développer son long témoignage en un certain nombre de lettres et de chapitres. À la question très simple de savoir si le dénommé Clarence Hanlin est coupable et toujours vivant, Benjamin apporte une foule de réponses qui l'amènent à raconter sa vie et celle de sa famille, l'existence rude et ordinaire de simples fermiers, transformée en véritable odyssée en cette fin de XIXème siècle dans le Comté de Bandera, au Texas, à la fin de la guerre de Sécession. On peut lire également ce livre comme un roman d'apprentissage, comme le parcours semé d'embûches et de dangers de deux orphelins dans un pays à la géographie périlleuse, peuplé de fauves, de soldats patibulaires et de comanches vindicatifs. Les deux enfants vont faire toute une série de rencontres dont un drôle de desperado et un pasteur inspiré, partager leurs aventures avec des animaux dévoués comme un chien de chasse et des chevaux remarquables. Enfin, ce roman est une histoire d'arbres. Je me suis longtemps interrogée sur le sens du titre original, The Which Way Tree, la voie indiquée par l'arbre où quelque chose d'approchant. Heureusement, une note de la traductrice a dissipé mes doutes, parlant d'arbre boussole… Cette notion n'a pas été gardé en français, même pas comme arbre pour les pendus de Julian Creek ; pourtant, les arbres sont présents tout au long du récit, arbre où a grimpé la petite Sam pendant que sa mère se faisait dévorer par la panthère, arbre au sommet duquel Sam et son frère se trouvaient quand ils ont rencontré Clarence Hanlin, arbre où se juche la panthère quand le chien la rattrape, arbres emportés par le tourbillon des eaux en crue, arbres dont on fait les bardeaux, les meubles ou les cercueils… Autant de clés de lecture possible… Ce livre est tout cela et plus encore : c'est aussi une ode à la lecture et à l'écriture avec en filigrane un parallèle constant entre la poursuite de la panthère par Sam et la figure du Capitaine Achab aux trousses de la baleine ; car Benjamin a lu Moby Dick… L'évolution de ce jeune homme se mesure dans le récit de la chasse à la panthère mais aussi et surtout à l'aune de sa démarche épistolaire ; il est conscient que le juge n'attend pas une relation aussi détaillée des évènements, mais écrire donne un sens à sa vie. Son témoignage est factuel, parce que le juge va s'appuyer sur des faits et des preuves tangibles, et digressif parce qu'un détail en emmène un autre et ainsi de suite : tout se tient, l'échafaudage est solide et bien construit. La naïveté du début se change peu à peu en maturité au fur et à mesure que le jeune homme écrit, raconte, se perd, se retrouve et se livre sans retenue mais avec pudeur. Sans les enjoliver, il donne de la puissance aux évènements retranscrits. L'économie des personnages condense les émotions. Je ne peux pas trop en dire sur la manière dont Elizabeth Crook entrecroise les destins de ses héros, les relie dans le temps et l'espace, sous peine de trop divulgacher… Ce livre m'a fait voyager, m'a émue. Une réussite.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SZRAMOWO Posté le 12 Novembre 2019
    Avec les Huit morts de Julian Creek, Elizabeth Crook nous propose un roman très attachant plongeant au coeur de cette période au cours de laquelle les USA ont été fondés. Au Texas les tensions sont nombreuses entre sécessionnistes et unionistes, entre américains légitimes et migrants venus d'Europe ou du Mexique. L'esclavage n'est pas encore aboli dans les esprits et la guerre de Sécession fait des ravages. L'histoire se déroule au Texas entre 1849 et 1925, entre lesquelles l'auteur nous rapporte l'histoire de Benjamin Shreve. Alors âgé de dix-sept ans, Benjamin doit témoigner « Devant un grand jury composé de quinze personnes, Assemblé au domicile d'Izac Wronski, Sous la présidence du juge E. Carlton 18ème district Comté de Bandera État du Texas. le 25 avril 1866 », dans une enquête de recherche de culpabilité suite au meurtre de huit hommes. Le juge Carlton étant amené à se déplacer, il demande à Benjamin de lui envoyer son témoignage par écrit. le récit rapporte l'histoire de Benjamin en s'appuyant sur les « rapports » qu'il e,voie au juge, dépassant de loin son seul témoignage sur l'affaire de Julian Creek. Benjamin est le parfait héros « étatsunien ». Orphelin de mère à sa naissance, il perdra son père... Avec les Huit morts de Julian Creek, Elizabeth Crook nous propose un roman très attachant plongeant au coeur de cette période au cours de laquelle les USA ont été fondés. Au Texas les tensions sont nombreuses entre sécessionnistes et unionistes, entre américains légitimes et migrants venus d'Europe ou du Mexique. L'esclavage n'est pas encore aboli dans les esprits et la guerre de Sécession fait des ravages. L'histoire se déroule au Texas entre 1849 et 1925, entre lesquelles l'auteur nous rapporte l'histoire de Benjamin Shreve. Alors âgé de dix-sept ans, Benjamin doit témoigner « Devant un grand jury composé de quinze personnes, Assemblé au domicile d'Izac Wronski, Sous la présidence du juge E. Carlton 18ème district Comté de Bandera État du Texas. le 25 avril 1866 », dans une enquête de recherche de culpabilité suite au meurtre de huit hommes. Le juge Carlton étant amené à se déplacer, il demande à Benjamin de lui envoyer son témoignage par écrit. le récit rapporte l'histoire de Benjamin en s'appuyant sur les « rapports » qu'il e,voie au juge, dépassant de loin son seul témoignage sur l'affaire de Julian Creek. Benjamin est le parfait héros « étatsunien ». Orphelin de mère à sa naissance, il perdra son père alors qu'il n'a que quatorze ans. Seul avec sa soeur Samantha, une jeune mulâtresse que son père a eu avec Juda une esclave qu'un migrant lui a cédé et qu'il a prise comme compagne. Il y a chez lui du Huckleberry Finn. La vie de Benjamin n'est pas drôle. Il travaille avec son père, et s'il a appris à lire et à écrire il doit se dépêtrer d'un tas de situations difficiles pour un adolescent. L'épopée qu'il rapporte, outre les difficultés du quotidien, est celle de la traque d'une panthère qui a tué Juda et atrocement mutilé sa demi-soeur Samantha. Celle-ci est obnubilée par l'idée de la vengeance. Au cours de ce périple, ils rencontreront des personnages caractéristiques de l'époque glorieuse de l'ouest et du sud-américain : le pasteur Dobson Beck, un fringant Mexicain répondant au nom de Lorenzo Pacheco, son cheval Pinto, Clarence Hanlin suspecté des meurtres de Julian Creek, Mr et Mme Hildebrand, les migrants allemands « Mrs. Hildebrand s'occupe du magasin dans lequel son mari est receveur de la poste ». La débrouillardise et l'empathie dont témoigne Benjamin fait qu'il se lie d'amitiés avec les personnages, à l'exception de Clarence Hanlin bien entendu. Le personnage de Benjamin force l'admiration, par son comportement exemplaire au cours du récit, sa façon de rapporter les faits et l'attention qu'il porte à autrui. Un beau roman, bien écrit et addictif.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Flaubauski Posté le 11 Novembre 2019
    Texas, après la guerre de Sécession. Une « panthère » – plus vraisemblablement un puma – s’en prend à une famille, tue la mère qui tentait de protéger sa fille ; Samantha, cette fille, décide de se venger et part en quête de cette panthère, qui s’avèrera être une entité légendaire dont bon nombre veut se débarrasser jusqu’aux confins du Mexique… A partir de cette intrigue plutôt classique, Elizabeth Crook nous entraîne à sa suite dans un récit d’aventures lui-même sans grande originalité, si l’on n’excepte la forme d’écriture plus inattendue pour ce genre de roman. C’est en effet par l’intermédiaire d’un roman épistolaire à une voix que nous est racontée cette traque, voix non pas de Samantha comme l’on pourrait s’y attendre, mais de son demi-frère, Benjamin, qui raconte les faits à un juge qui s’intéresse à la pendaison de huit personnes à Julian Creek, pendaison et traque de la panthère se rejoignant par la présence d’un homme qui aurait maille à partir avec les deux. L’on découvre ainsi progressivement, par les lettres pleines de vivacité de Benjamin, et dans lesquelles l’on devine les réponses du juge, les tenants et aboutissants de cette aventure, ainsi que la description de personnages... Texas, après la guerre de Sécession. Une « panthère » – plus vraisemblablement un puma – s’en prend à une famille, tue la mère qui tentait de protéger sa fille ; Samantha, cette fille, décide de se venger et part en quête de cette panthère, qui s’avèrera être une entité légendaire dont bon nombre veut se débarrasser jusqu’aux confins du Mexique… A partir de cette intrigue plutôt classique, Elizabeth Crook nous entraîne à sa suite dans un récit d’aventures lui-même sans grande originalité, si l’on n’excepte la forme d’écriture plus inattendue pour ce genre de roman. C’est en effet par l’intermédiaire d’un roman épistolaire à une voix que nous est racontée cette traque, voix non pas de Samantha comme l’on pourrait s’y attendre, mais de son demi-frère, Benjamin, qui raconte les faits à un juge qui s’intéresse à la pendaison de huit personnes à Julian Creek, pendaison et traque de la panthère se rejoignant par la présence d’un homme qui aurait maille à partir avec les deux. L’on découvre ainsi progressivement, par les lettres pleines de vivacité de Benjamin, et dans lesquelles l’on devine les réponses du juge, les tenants et aboutissants de cette aventure, ainsi que la description de personnages hauts en couleur, bien qu’aussi attendus que le reste, qui accompagnent Samantha et lui au cours de leurs pérégrinations. Les huit morts de Julian Creek fut donc une lecture sympathique, sans temps mort, avec une intrigue assez bien menée, mais malgré tout sans grande particularité qui m’en fera garder un souvenir impérissable ; elle aura au moins eu le mérite d’être un bon divertissement pendant quelques heures. Je remercie les éditions 10/18 et Babelio de m’avoir permis de découvrir ce roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • krzysvanco Posté le 8 Novembre 2019
    Merci aux Editions 10/18 et à l’opération masse critique pour l’envoi de ce livre Captivant ! Un vrai livre d’aventure ! Le titre du livre en français évoque une des histoires dans l’histoire, celle d’un juge qui tente d’établir la responsabilité d’un homme dans le meurtre de plusieurs civils durant la guerre de succession qui s’est terminée il y a quelques années, et à cette fin il interroge Benjamin Shreve, témoin de cet événement, et le prie de lui écrire tous les détails. La véritable histoire peut alors se dévoiler, et ce au travers de douze lettres adressées au juge, l’histoire de Benjamin lui-même et de sa demi-soeur Samantha : la traque d’une panthère qui a tué la mère de Sam et a défiguré cette dernière. Sam a décidé de se venger et de tuer le fauve, entrainant bien malgré lui son frère. En effet, pour bien se faire comprendre par le juge, Benjamin estime devoir lui écrire l’histoire de la panthère qui lui a permis incidemment de rencontrer le meurtrier. Les rebondissements sont nombreux, et j’ai adoré la manière qu’a Benjamin de les conter, avec... Merci aux Editions 10/18 et à l’opération masse critique pour l’envoi de ce livre Captivant ! Un vrai livre d’aventure ! Le titre du livre en français évoque une des histoires dans l’histoire, celle d’un juge qui tente d’établir la responsabilité d’un homme dans le meurtre de plusieurs civils durant la guerre de succession qui s’est terminée il y a quelques années, et à cette fin il interroge Benjamin Shreve, témoin de cet événement, et le prie de lui écrire tous les détails. La véritable histoire peut alors se dévoiler, et ce au travers de douze lettres adressées au juge, l’histoire de Benjamin lui-même et de sa demi-soeur Samantha : la traque d’une panthère qui a tué la mère de Sam et a défiguré cette dernière. Sam a décidé de se venger et de tuer le fauve, entrainant bien malgré lui son frère. En effet, pour bien se faire comprendre par le juge, Benjamin estime devoir lui écrire l’histoire de la panthère qui lui a permis incidemment de rencontrer le meurtrier. Les rebondissements sont nombreux, et j’ai adoré la manière qu’a Benjamin de les conter, avec force détails, digressions, impressions et commentaires, et c’est véritablement passionnant, le héros met beaucoup de chaleur et de candeur dans ses écrits et il arrive à nous faire sourire souvent, le ton peut être comique j’ai été pris par ces aventures faites de nombreux échecs, erreurs et déconvenues. Le découpage en lettres augmente le désir de connaître la suite des aventures : j’attendais chaque fois la nouvelle lettre comme si j’avais dû la chercher à la poste ! Benjamin ne se prive pas de critiquer sa soeur mais on sent qu’il y a entre eux un lien profond.et ce lien se renforce tout au long de leur aventure. Ils sont pauvres mais ne se plaignent pas, Benjamin accepte cette vie dans un environnement hostile, les anciens soldats sécessionnistes, les bandits, les Comanches hantent la région. Ecrire ces lettres se révèle être un plaisir pour Benjamin, et elles sont appréciées par le juge qui se met à lui faire de petits cadeaux, il lui rembourse ses dépenses de papier et d’encre, le conseille pour trouver un emploi à sa soeur, lui offre une plume, un stylo et à la fin des lunettes. Tout ceci montre que comme le lecteur de ce livre, le juge se régale à la lecture de ces aventures. Benjamin avoue aimer lire, il a reçu son premier livre, Moby Dick alors qu’il lançait de la nourriture à des prisonniers. La comparaison entre la panthère et la baleine s’impose de suite. Mais il n’y a pas que Benjamin : sa soeur Samantha est bien décrite, au premier abord, elle a tout pour nous être antipathique : paresseuse, égoïste, têtue et animée d’un profond sentiment de vengeance. La réunion des divers personnages participant à la traque de la panthère est surprenante : Pacheco, un Mexicain voleur de chevaux, intéressé par la prime offerte pour la peau du félin, le Pasteur Dob et son chien Zachariah, vieux mais célèbre chasseur de panthères. Contre ce clan, il ya bien entendu le méchant, Clarence Hanlin, auteur du crime sur lequel enquête le juge. Bref, une lecture captivante, drôle, profonde !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sabrinaaydora Posté le 3 Novembre 2019
    Un grand merci aux éditions 10/18 et à Babelio pour cette lecture.  Des meurtres ont été commis à Julian Creek. Comme seul témoin, un jeune homme du nom de Benjamin Shreve. Interrogé par le juge Carlton, il explique ce qu'il a vu, mais ne peut s'empêcher d'expliquer les événements en détails. Le juge ayant fort à faire, demande à Benjamin de rédiger son témoignage par écrit et de le remettre à la poste qui veillera à les lui faire acheminer. Benjamin reprend alors l'histoire depuis le début : la vie avec son père à la ferme, la vie avec sa belle mère et sa demi sœur, Samantha, la panthère qui a défiguré le visage à cette dernière, ce qui l'a amené à Julian Creek, et enfin, comment il a pu reconnaître le suspect. L'histoire dans l'histoire. Une lecture délicieuse, où l'on plonge dans le Texas post guerre de Sécession. Elizabeth Crook nous fait vivre le voyage et la chasse à la panthère avec précision et dynamisme. L'objet livre est superbe, une couverture reprenant les personnages principaux de l'histoire avec en toile de fond, cette panthère qui devient un personnage à part entière de l'histoire. L'écriture est agréable, la lecture rapide et fluide. L'organisation en lettre est appréciable, on a l'impression que Benjamin se livre à nous, lecteur. Avant chaque lettre, il... Un grand merci aux éditions 10/18 et à Babelio pour cette lecture.  Des meurtres ont été commis à Julian Creek. Comme seul témoin, un jeune homme du nom de Benjamin Shreve. Interrogé par le juge Carlton, il explique ce qu'il a vu, mais ne peut s'empêcher d'expliquer les événements en détails. Le juge ayant fort à faire, demande à Benjamin de rédiger son témoignage par écrit et de le remettre à la poste qui veillera à les lui faire acheminer. Benjamin reprend alors l'histoire depuis le début : la vie avec son père à la ferme, la vie avec sa belle mère et sa demi sœur, Samantha, la panthère qui a défiguré le visage à cette dernière, ce qui l'a amené à Julian Creek, et enfin, comment il a pu reconnaître le suspect. L'histoire dans l'histoire. Une lecture délicieuse, où l'on plonge dans le Texas post guerre de Sécession. Elizabeth Crook nous fait vivre le voyage et la chasse à la panthère avec précision et dynamisme. L'objet livre est superbe, une couverture reprenant les personnages principaux de l'histoire avec en toile de fond, cette panthère qui devient un personnage à part entière de l'histoire. L'écriture est agréable, la lecture rapide et fluide. L'organisation en lettre est appréciable, on a l'impression que Benjamin se livre à nous, lecteur. Avant chaque lettre, il explique un peu de son quotidien. Un lien se crée durant les échanges entre lui et le juge, avec un lien que j'ai trouvé affectueux.  Durant ma lecture, j'ai repensé au livre de Steinbeck, "des souris et des hommes" qui m'avait beaucoup marqué. J'y retrouve cette humanité qui m'a fait aimer cette histoire.  Benjamin fait face aux épreuves, à ses responsabilités face à sa demi sœur Samantha. Les différents personnages que l'on va rencontrer sont entiers, à l'état brut, sans chichi. De Pacheco, mexicain qui accompagne l'aventure et protège Benjamin et sa sœur, en passant par l'homme d'église qui s'est repenti de ses mauvaises actions, on retrouve un panel de personnalités. On s'attache à eux et comme ils ne sont pas nombreux, on les identifie avec facilité tout au long du livre. L'un des aspects du livre que je retiens, c'est cette quête de vengeance. Samantha à été défigurée par la panthère qui a tué sa mère. Elle ressent la présence de cette dernière, et c'est par la volonté de se venger que l'histoire prendra par moments des tournures dramatiques. Je n'ai, par contre, pas trouvé qu'il s'agisse d'un conte drôle. Benjamin est particulièrement attachant et on passe un très bon moment à lire ses lettres.  En bref : une lecture pleine d'humanité et intemporelle dans sa quête de vengeance. 
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !