En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les Jonquilles de Green Park

        Robert Laffont
        EAN : 9782221192191
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 216
        Format : 1 x 215 mm
        Les Jonquilles de Green Park

        Date de parution : 03/03/2016

         

        « Si la guerre doit durer une éternité, je voudrais juste pouvoir vivre jusqu’au mois d’avril. Pour voir, une fois encore, les jonquilles de Green Park. Elles se tiennent ensemble, chaque saison. Belles et fières dans le vent puissant et douloureux d’avril. Comme nous autres en ce moment. »
        Septembre 1940....

        « Si la guerre doit durer une éternité, je voudrais juste pouvoir vivre jusqu’au mois d’avril. Pour voir, une fois encore, les jonquilles de Green Park. Elles se tiennent ensemble, chaque saison. Belles et fières dans le vent puissant et douloureux d’avril. Comme nous autres en ce moment. »
        Septembre 1940. Tommy vit avec ses parents et sa grande soeur Jenny. C’est le début des bombardements allemands sur Londres. Ils se préparent tout de même à fêter Noël.
        Tommy et ses copains se passionnent pour les super-héros : Superman, Buck Rogers et… Winston Churchill. L’aventure ne serait pas la même sans deux petites frappes : Nick Stonem et Drake Jacobson, aussi vilain que sa jumelle, Mila, est belle.
        Dans un Londres en lambeaux, ces jeunes adolescents vont se créer leurs propres histoires et se perdre dans les brumes et le fracas d’une ville enflammée. Mais fêter Noël et revoir les jonquilles en avril restent la plus belle des résistances.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221192191
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 216
        Format : 1 x 215 mm
        Robert Laffont
        17.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • CelineArthemiss Posté le 9 Janvier 2018
          La guerre 39-45 vue différemment, avec une certaine dose d’humour et de poésie… Ou comment s’emparer du tragique pour se l’approprier le plus positivement possible. L’insouciance face à la réalité, cette « bulle protectrice » qu’est la liberté par-dessus tout. Ce livre m’a fait penser à l’atmosphère du film « La vie est belle » de Roberto Benigni que j’avais ressentie et aimée en son temps (1998). Il dépoussière le sujet et insuffle un vent d’optimisme qui fait du bien. Pour fêter Noël d’un autre temps autrement… Un bien joli cadeau assurément…
        • MadameTapioca Posté le 5 Novembre 2017
          Une histoire douce et tendre servie par une écriture espiègle et pleine d’esprit. Quel plaisir que de se glisser dans ce récit tout en sensibilité et de goûter à l’humour de Jérôme Attal. Être drôle et spirituel pour parler de la vie à Londres en 1940 sous les bombardements est un petit tour de force. Les personnages sont attachants et j’ai dévoré ce bouquin en deux temps trois mouvements. Une lecture à classer dans le rayon « livres doudou » !
        • syboulette21 Posté le 5 Novembre 2017
          Jérôme Attal nous plonge dans l’atmosphère de la guerre mais avec finesse, avec le regard d’un enfant qui fait que ce roman n’est pas dramatique bien au contraire, il est plein d’espoir et j’ai pensé au film La vie est belle de Roberto Benigni avec ce positivisme. J’ai apprécié la plume de Jérôme Attal et la lecture des Jonquilles de Green Park est fort agréable. L’auteur a su décrire la vie des londoniens durant la guerre avec légèreté mais s’en oublier pour autant la dureté de ces années là grâce au narrateur, Tommy. Et sa famille si insouciante du moins en apparence qui permet d’affronter ces moments plus facilement. Dans ce roman, on retrouve l’amour, la famille, l’amitié, les difficultés, la peur, l’espoir. Et pour moi, ce roman est un appel à l’espoir. Si je faisais partie de l’éducation nationale, je mettrais Les jonquilles de Green Park au programme d’histoire et de français!! Oui la guerre c’est moche mais grâce à Jérôme Attal, à sa plume, à son récit, à ses recherches (j’ai apprécié les annotations de l’auteur), elle devient supportable!!! Merci Jérôme Attal pour ce beau roman plein d’espoir et maintenant, si on allait voir les jonquilles de Green Park au... Jérôme Attal nous plonge dans l’atmosphère de la guerre mais avec finesse, avec le regard d’un enfant qui fait que ce roman n’est pas dramatique bien au contraire, il est plein d’espoir et j’ai pensé au film La vie est belle de Roberto Benigni avec ce positivisme. J’ai apprécié la plume de Jérôme Attal et la lecture des Jonquilles de Green Park est fort agréable. L’auteur a su décrire la vie des londoniens durant la guerre avec légèreté mais s’en oublier pour autant la dureté de ces années là grâce au narrateur, Tommy. Et sa famille si insouciante du moins en apparence qui permet d’affronter ces moments plus facilement. Dans ce roman, on retrouve l’amour, la famille, l’amitié, les difficultés, la peur, l’espoir. Et pour moi, ce roman est un appel à l’espoir. Si je faisais partie de l’éducation nationale, je mettrais Les jonquilles de Green Park au programme d’histoire et de français!! Oui la guerre c’est moche mais grâce à Jérôme Attal, à sa plume, à son récit, à ses recherches (j’ai apprécié les annotations de l’auteur), elle devient supportable!!! Merci Jérôme Attal pour ce beau roman plein d’espoir et maintenant, si on allait voir les jonquilles de Green Park au mois d’avril prochain 😉
          Lire la suite
          En lire moins
        • Jazzynewyork Posté le 9 Octobre 2017
          " - Je ne demande rien de bien exceptionnel. Si la guerre doit durer une éternité, je voudrais juste pouvoir vivre jusqu'au mois d'avril. Pour voir une fois encore, les jonquilles de Green Park. " À Londres, en 1940, les attaques aériennes lancées par les forces allemandes-nazies, n'empêchent pas la famille Bradford de continuer leurs vies. Chacun continue à vaquer à ses occupations favorites, le père toujours dans ses inventions farfelues, la mère toujours à pédaler sous les bombes, la fille toujours à tomber amoureuse et le fils toujours à inventer des histoires. " Redessiner le quotidien par l'imaginaire, c'est tout ce qu'il nous restait ici, après tout, dans notre adolescence grignotée par les bombes. " Le fils c'est Tommy, un garçon plein de vie et plein d'envie, et pour résister à ce " genre de souffrance à guichets fermés. " il rigole avec les copains, crée des aventures de super- héros pour oublier cette guerre et ses horreurs, mais par dessus tout il tente d' apporter des sourires sur le visage de Molly pour illuminer ses beaux yeux bleus.. Avec talent et beaucoup de fantaisie, Jérome Attal nous offre un beau récit initiatique. Une histoire pleine... " - Je ne demande rien de bien exceptionnel. Si la guerre doit durer une éternité, je voudrais juste pouvoir vivre jusqu'au mois d'avril. Pour voir une fois encore, les jonquilles de Green Park. " À Londres, en 1940, les attaques aériennes lancées par les forces allemandes-nazies, n'empêchent pas la famille Bradford de continuer leurs vies. Chacun continue à vaquer à ses occupations favorites, le père toujours dans ses inventions farfelues, la mère toujours à pédaler sous les bombes, la fille toujours à tomber amoureuse et le fils toujours à inventer des histoires. " Redessiner le quotidien par l'imaginaire, c'est tout ce qu'il nous restait ici, après tout, dans notre adolescence grignotée par les bombes. " Le fils c'est Tommy, un garçon plein de vie et plein d'envie, et pour résister à ce " genre de souffrance à guichets fermés. " il rigole avec les copains, crée des aventures de super- héros pour oublier cette guerre et ses horreurs, mais par dessus tout il tente d' apporter des sourires sur le visage de Molly pour illuminer ses beaux yeux bleus.. Avec talent et beaucoup de fantaisie, Jérome Attal nous offre un beau récit initiatique. Une histoire pleine de sensibilité et d'humour qui m'a fait penser au magnifique film de Roberto Benigni, La vie est belle. L'auteur réussit à raconter une belle histoire dans un contexte tragique. Et même si j'ai tremblé souvent à chaque tir ennemi, c'est surtout une explosion de joie qui m'a envahit en parcourant ces pages, un beau pied de nez à cette saleté de guerre. " L'écriture, de mon point de vue, c'est un peu le bonbon magique de l'existence." Un roman magique, qui fait du bien, une petite douceur à déguster sans modération.
          Lire la suite
          En lire moins
        • kerrylegres Posté le 5 Juillet 2017
          Une excellente surprise Si vous me connaissez un minimum, vous êtes sans doute au courant que je lis peu de livres à tendance humoristique, que le but soit de faire rire ou qu'il y ait un vrai message derrière. Honnêtement, je n'accroche pas avec ce genre de ton dans les romans, j'ai essayé, mais généralement j'entre difficilement dans l'intrigue. Pourtant, j'ai tenté le coup avec ce roman aux couleurs estivales qui annonçaient de la légèreté, mais aussi du plus sombre et de l'Histoire comme le présageait le côté noir et blanc de la première de couverture. Mis à part, ce qu'on apprend sur la quatrième de couverture, je ne savais donc pas du tout dans quoi je m'engageais étant donné que ce n'est pas mon genre de prédilection. Mais j'ai été agréablement surprise ! Le lecteur, dans cette histoire, est aussitôt plongé au cœur du début de la Seconde Guerre mondiale, vue au travers d'un enfant de 13 ans, Tommy. La différence est que sa famille essaie de s’accommoder tant bien que mal à cette guerre et de continuer à vivre le plus normalement possible. Cette famille est un véritable exemple, ils réussissent à être heureux alors que le malheur et les... Une excellente surprise Si vous me connaissez un minimum, vous êtes sans doute au courant que je lis peu de livres à tendance humoristique, que le but soit de faire rire ou qu'il y ait un vrai message derrière. Honnêtement, je n'accroche pas avec ce genre de ton dans les romans, j'ai essayé, mais généralement j'entre difficilement dans l'intrigue. Pourtant, j'ai tenté le coup avec ce roman aux couleurs estivales qui annonçaient de la légèreté, mais aussi du plus sombre et de l'Histoire comme le présageait le côté noir et blanc de la première de couverture. Mis à part, ce qu'on apprend sur la quatrième de couverture, je ne savais donc pas du tout dans quoi je m'engageais étant donné que ce n'est pas mon genre de prédilection. Mais j'ai été agréablement surprise ! Le lecteur, dans cette histoire, est aussitôt plongé au cœur du début de la Seconde Guerre mondiale, vue au travers d'un enfant de 13 ans, Tommy. La différence est que sa famille essaie de s’accommoder tant bien que mal à cette guerre et de continuer à vivre le plus normalement possible. Cette famille est un véritable exemple, ils réussissent à être heureux alors que le malheur et les bombes s'abattent de plus en plus autour d'eux. Tommy a des rêves plein la tête, déjà il veut être auteur, et vous savez comme je suis sensible aux romans qui mettent en scène l'écriture et l'amour des livres au sein de leur intrigue ! Mais Tommy pour le moment est surtout amoureux de Mila Jacobson et vous comprendrez vite le pourquoi de ce titre "Les jonquilles de Green Park" si poétique... Un roman à lire sous divers aspects Venons-en à mon avis, tout d'abord, j'ai beaucoup ri dès le début, le père de notre jeune protagoniste m'a beaucoup fait penser à mon mari... En effet, c'est le genre d'hommes capables de créer un abri pour protéger sa famille des bombes, mais qui finalement ne peut s'empêcher de s'en emparer pour y installer son atelier où il s'essaie à de nombreux projets plus loufoques les uns des autres ! Rien qu'avec un personnage pareil, j'étais conquise... En réalité, tous les personnages de ce roman m'ont conquise. La mère est adorable et forte, rien ne semble l'ébranler, tandis que la sœur est comme toute adolescente même en ces temps difficiles, elle rêvasse et tombe amoureuse tous les quatre matins, et enfin Tommy est un garçon courageux qui accorde beaucoup d'importance à l'amitié, et il va bien nous le prouver tout au long de cette histoire. Si ce livre est surtout porteur d'espoir, avec cette famille qui nous montre qu'on peut s'en sortir et être heureux même quand tout va mal, il dénonce aussi la bêtise qu'est la guerre, que les victimes sont finalement le plus souvent les innocents et les enfants...Cette piqûre de rappel me semble indispensable, donc à mettre entre toutes les mains. La plume est vraiment agréable à lire, même si parfois elle se lance dans des digressions qui peuvent nous faire perdre le fil de l'histoire, le lecteur arrive à s'en sortir. Il s'agit d'un roman assez bref, moins de 200 pages, donc très rapide à lire. Il est parfait si vous avez un coup de mou, en effet, ce livre vous donnera un coup de boost et vous fera vraiment relativiser ! En résumé, Un livre qui fait du bien sur un sujet qui fait du mal ! Je recommande à celles et ceux qui aiment les univers drôles, voire fantaisistes et tendres à la fois.
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.