Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264080134
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 198
Format : 128 x 197 mm
Les larmes du Reich
Date de parution : 07/04/2022
Éditeurs :
10/18

Les larmes du Reich

Date de parution : 07/04/2022
Après La Sacrifiée du Vercors, François Médéline fait entendre l'assourdissant silence de l'après-Guerre.
Pourquoi déterrer les secrets de la guerre ?
 
 
1951. Il est un peu plus de quinze heures quand l’inspecteur Michel pose son vélo et entre dans une silencieuse ferme de la Drôme :...
Pourquoi déterrer les secrets de la guerre ?
 
 
1951. Il est un peu plus de quinze heures quand l’inspecteur Michel pose son vélo et entre dans une silencieuse ferme de la Drôme : un couple de retraités y a été assassiné quelques semaines plus tôt. La scène de crime est implacable : les époux...
Pourquoi déterrer les secrets de la guerre ?
 
 
1951. Il est un peu plus de quinze heures quand l’inspecteur Michel pose son vélo et entre dans une silencieuse ferme de la Drôme : un couple de retraités y a été assassiné quelques semaines plus tôt. La scène de crime est implacable : les époux Delhomme ont été tués au fusil de chasse. Et Juliette, leur fille de onze ans, s’est volatilisée.
L’inspecteur enquête et questionne : pourquoi assassiner ces paysans sans histoire ? La fillette a-t-elle été enlevée par un mystérieux rôdeur qui connaissait cette ferme isolée ?
De Crest à Grenoble, de Pigalle au Havre, et jusqu’aux couloirs d’Auschwitz, l’homme de loi devra affronter les silences entêtés des uns, la soif de rédemption des autres. Et surtout les tourments d’une guerre dont plus personne ne veut parler.
 
Après La Sacrifiée du Vercors, François Médéline renoue avec les vallées sauvages de la Drôme pour dépeindre bourreaux et victimes dans toute leur banalité, jusqu’à un final assourdissant.
 
 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264080134
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 198
Format : 128 x 197 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SZRAMOWO 11/07/2022
    Dans ma chronique de la Sacrifiée du Vercors, j'écrivais : Le style d'Antoine Médeline est remarquable. Il propose un roman court de 174 pages, se démarquant de la tendance à écrire des romans de 250 à 300 pages voire plus, contenant souvent des longueurs… Encore une fois, à partir de faits historiques avérés, (les bordels dans les camps de concentration et le retour de parents juifs rescapés cherchant à récupérer leurs enfants confiés à des familles ou des institutions catholiques), l'auteur construit une histoire plus que crédible et fait revivre l'atmosphère de la période de l'après guerre en France. Une période peu glorieuse où s'affrontent encore (pas toujours à fleurets mouchetés) les tenants de la collaboration, reconvertis en notables, et les supposés vainqueurs de la guerre, privés de leur victoire. Un jeu de dupes dans lequel ne se reconnaissent pas les victimes. François Médéline comme dans son précédent roman dresse un portrait très juste de femmes brisées par la guerre. Rachel Schwarz, une prostituée juive de Pigalle dont la fille Elsa a été confiée à un couvent de religieuses dans la région de Grenoble. Monique Rozier, une résistante de la première heure, retirée d'un monde qu'elle ne comprend plus. Natacha ... Dans ma chronique de la Sacrifiée du Vercors, j'écrivais : Le style d'Antoine Médeline est remarquable. Il propose un roman court de 174 pages, se démarquant de la tendance à écrire des romans de 250 à 300 pages voire plus, contenant souvent des longueurs… Encore une fois, à partir de faits historiques avérés, (les bordels dans les camps de concentration et le retour de parents juifs rescapés cherchant à récupérer leurs enfants confiés à des familles ou des institutions catholiques), l'auteur construit une histoire plus que crédible et fait revivre l'atmosphère de la période de l'après guerre en France. Une période peu glorieuse où s'affrontent encore (pas toujours à fleurets mouchetés) les tenants de la collaboration, reconvertis en notables, et les supposés vainqueurs de la guerre, privés de leur victoire. Un jeu de dupes dans lequel ne se reconnaissent pas les victimes. François Médéline comme dans son précédent roman dresse un portrait très juste de femmes brisées par la guerre. Rachel Schwarz, une prostituée juive de Pigalle dont la fille Elsa a été confiée à un couvent de religieuses dans la région de Grenoble. Monique Rozier, une résistante de la première heure, retirée d'un monde qu'elle ne comprend plus. Natacha une femme russe mariée à un salarié agricole de la région du Vercors qu'elle a connu lors de leur captivité en Allemagne. Louise Delhomme qui ne se remet pas de la mort de son fils tué au combat. L'histoire commence lorsque l'inspecteur Michel de la brigade de Lyon se présente à la gendarmerie de Crest pour enquêter sur le meurtre des époux Delhomme et la disparition de leur fille Juliette, 11 ans. L'inspecteur surprend. Il se déplace à vélo. Il prie. Se prend de sympathie pour les témoins qu'il interroge. Semble suivre une logique qu'il est le seul à comprendre. C'est au travers de son enquête que l'auteur tisse petit à petit les liens entre les différents personnages, pendant la guerre et l'après guerre. Le talent de François Médéline est de créer une grande confusion, égale à celle que semble connaître l'inspecteur Michel, sans pour autant dévoiler au lecteur les secrets qui se cachent derrière chacun des personnages. Il délivrera le lecteur seulement dans les dernières pages. L'écriture est courte, hachée, brutale, ne s'embarasse pas de détails, mais donne la part belle au ressenti et au comportement des personnages : "L'inspecteur la renifle. Il invente une odeur de patchouli et de vanille alors qu'elle pue la sueur et la lessive." "Marc Escoffier l'enlace et lui pose un baiser dans le cou." "Je t'ai dit d'être gentil. Ca va bien se passer. Eteins cette cigarette et tiens toi tranquille." "Ca sent l'humus, le bois, et c'est dans ce genre d'endroit que les hommes ont inventés les vampires et les cannibales." "Monique Rozier pleure, elle essuie sa morve sur la manche de son chandail." "J'étais pas Joséphine Baker, non. Mais j'en avais dans le ventre." Encore une fois BRAVO pour ce roman construit avec intelligence, donnant des clefs de lecture sur une période et des faits qui sont restés largement tabou jusque dans les années 1990 comme il est précisé dans la notice historique en fin d'ouvrage. Notice historique qui donne une bibliographie et des données précieuses sur l'éducation d'enfants juifs soustraits à la déportation par des institutions catholiques ou protestantes. L'affaire Finaly est citée. De même sont citées des personnalités comme Boris Cyrulnik, Saül Friedlander ou André Glucksman qui ont fait partie de ces enfants rescapés. L'autre fait historique sur lesquel repose la fiction de Médéline est la création de Bordels dans les camps à l'instigation de Himmler, dès 1942. Deux ouvrages sur le sujet sont référencés. Pour résumer, un roman réussi qui s'empare de sujets sensibles restés longtemps tabou et propose une fiction permettant au lecteur de découvrir une période de l'histoire française. Merci M. Médéline !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Coco574 08/07/2022
    Ce petit roman est un policier historique. En 1951, l'inspecteur Michel mène une enquête policière en parallèle. Il se rend dans la Drôme où deux personnes ont été assassinées. Leur fille a disparu. De fil en aiguille, les méthodes étranges de l'inspecteur dessinent le personnage dont on devine assez rapidement une partie de son histoire. Un roman policier efficace sur fond de seconde guerre mondiale.
  • Serialecteur2 05/07/2022
    Polar historique, le second de cet auteur , sur l’après guerre ! Une période commençant à être exploitée par les écrivains . Un couple est assassiné en 1951 et leur fille a disparu ! L’enquête s’annonce complexe et l’inspecteur va devoir interroger plusieurs personnes et voir l’indicible des camps. Comme dans le premier opus, l’auteur prend la hauteur de l’historien et jamais il ne personnifie l’inspecteur, il parle toujours de lui, mais jamais ne le fait parler. C’est étrange cette dépersonnalisation , mais rudement efficace Une belle enquête, sur l’Histoire pas très belle
  • Melville75 08/06/2022
    J'avais bien aimé le précédent, La Sacrifiée du Vercors, l'auteur semblant trouver ses marques dans une forme plus courte et plus ramassée, avec un style sec, moins empesé de certaines fioritures comme dans ses autres romans policiers, peut-être pour ne pas être trop pris par le matériau historique et faire la part belle à la fiction. On retrouve les mêmes qualités dans celui-ci, situé post seconde guerre mondiale, et qui réserve quelques surprises auxquelles on ne s'attend vraiment pas, en particulier le comportement de son inspecteur qui devient de plus en plus troublant au fil du récit. Ca tient vraiment bien la route. A recommander pour celles et ceux qui aiment le polar historique sans être non plus trop étouffé par la documentation comme c'est parfois trop le cas dans ce genre. C'est un roman efficace et qui ne laisse pas indifférent.
  • Framboize12 26/05/2022
    Drôle de drame! L'inspecteur Michel enquête sur la disparition d'une enfant après l'assassinat de ses deux parents. Nous sommes en 1950, au sortir de la guerre .Le pays et sa population essaient de se reconstruire. Cet inspecteur, fou de Fausto Coppi , s'est acheté le même vélo que celui de son idole, avec lui, il parcourt la France. Bourré de tics et de tocs, il enquête furieusement en solo. Ses méthodes lui appartiennent, elles ne manquent pas de surprendre. La guerre, la shoa qui s'inscrivaient en toile de fond, prennent le devant de la scène. Ce court roman est surprenant. Le style tatillon, qui se berce de détails au départ , part vite à l'essentiel et embarque le lecteur. Des passages un peu brouillons, un peu brouillés sont dans le ton de ce récit qui puise ses racines dans la réalité historique . Belle decouverte
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Nos thrillers à découvrir en format poche !

    Lisez vous aide à mettre à jour votre liste de lecture, pour que vous n'ayez jamais à vous demander quoi lire après avoir fini un livre !

    Retrouvez quelques idées de thrillers à ajouter à cette dernière ! 

    Lire l'article
  • Sélection
    10/18

    Fête des Mères : 12 livres à offrir à sa maman !

    Férue de littérature, passionnée d’histoire ou amatrice de grands frissons… Dîtes-nous qui est votre maman et nous vous soufflerons quels livres lui offrir pour la fête des Mères ! 

    Thrillers, sagas familiales, romans historiques… à vous de choisir parmi ces 12 titres des Editions 10/18 !

    Lire l'article