En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les Lieux sombres

        Sonatine
        EAN : 9782355840357
        Code sériel : 69
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 492
        Format : 140 x 220 mm
        Les Lieux sombres

        Héloïse ESQUIÉ (Traducteur)
        Date de parution : 04/02/2010
        Après Un sur deux de Steve Mosby, Seul le silence de R. J. Ellory, Au-delà du mal de Shane Stevens, le nouveau thriller Sonatine, un roman d’une intensité exceptionnelle
        Début des années 1980. Libby Day a sept ans lorsque sa mère et ses deux sœurs sont assassinées dans leur ferme familiale. Rescapée par miracle, la petite fille désigne le meurtrier à la police, son frère Ben, âgé de 15 ans. Ce fait divers émeut tout le pays, et la... Début des années 1980. Libby Day a sept ans lorsque sa mère et ses deux sœurs sont assassinées dans leur ferme familiale. Rescapée par miracle, la petite fille désigne le meurtrier à la police, son frère Ben, âgé de 15 ans. Ce fait divers émeut tout le pays, et la jeune Libby devient un symbole de l’innocence bafouée. Vingt-cinq ans plus tard, alors que son frère est toujours derrière les barreaux, Libby, qui ne s’est jamais remise du drame, souffre de dépression chronique. Encouragée par une association d’un type très particulier, elle accepte pour la première fois de revisiter les lieux sombres de son passé. C’est là, dans un Middle West désolé, dévasté par la crise économique et sociale, qu’une vérité inimaginable commence à émerger. Et Libby n’aura pas d’autre choix pour se reconstruire, et peut-être enfin recommencer à vivre, que de faire toute la lumière sur l’affaire, quelles qu’en soient les conséquences.
        Bien loin des clichés et du manichéisme qui encombrent la plupart des thrillers contemporains, Gillian Flynn nous offre ici une intrigue d’une densité rare, des personnages complexes, tragiques, terriblement humains. Considérée dès son premier roman, Sur ma peau, comme l’une des voix les plus originales du thriller contemporain, elle confirme avec ce livre, où l’on retrouve son style intense et viscéral, son immense talent.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782355840357
        Code sériel : 69
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 492
        Format : 140 x 220 mm
        Sonatine
        22.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Wyoming Posté le 8 Avril 2018
          Très bon roman noir et thriller que cette enquête par une jeune femme sur le désastre qui a détruit sa famille. Avant tout, existe dans ce livre une atmosphère dans laquelle on pénètre au fil des pages, sombre comme ces lieux qui ne sont d'ailleurs pas géographiques mais plutôt enfouis dans la mémoire et la quête d'une vérité douloureuse.
        • rosariomanon Posté le 12 Février 2018
          Des meurtres, une survivante, qui est le tueur ? Un speech de thriller classique mais une façon d'écrire et de mettre en forme ce livre qui fait toute son originalité. Un point de vue différent à chaque chapitre qui permet de mêler le "aujourd'hui" avec les évènements datant du jour des meurtres. Petit hic : j'ai du attendre les 100 dernières pages avant d'avoir vraiment envie de savoir qui est le tueur !
        • Gataparda Posté le 30 Janvier 2018
          1984-1985. L’Amérique profonde. Celle du bas de l’échelle sociale, loin du rêve américain, des pionniers et des héros. Celle où des SDF campent dans des décharges contaminées pour ne pas être dérangés par la police. Celle où des hommes vivent dans d’anciennes cuves de produits chimiques. Celle dont les banquiers, les investisseurs et les conseillers de tout poil se partagent les restes. Patty est mère de quatre enfants : Ben (l’aîné) et trois filles : Michelle qui observe tout, et sait comment en tirer profit (y compris parmi les siens), Debby (personnage probablement le moins bien défini) et Libby, la benjamine, la plus proche de Ben. Runner, le mari et père, un bon-à-rien crapuleux, est parti, et ne fait que de brèves apparitions, pour réclamer de l’argent. Dépressive, épuisée, Patty est à bout : sa ferme périclite malgré tous ses efforts, les dettes s’accumulent, ses terres seront bientôt saisies, ses enfants ne mangent et ne s’habillent que grâce aux aides publiques et à sa sœur Paméla qui a trouvé une situation plus confortable. Seul l’amour de ses enfants maintient Patty debout, mais Ben est un adolescent à problèmes dont les habitudes inquiétantes et le comportement imprévisible la tracassent et même... 1984-1985. L’Amérique profonde. Celle du bas de l’échelle sociale, loin du rêve américain, des pionniers et des héros. Celle où des SDF campent dans des décharges contaminées pour ne pas être dérangés par la police. Celle où des hommes vivent dans d’anciennes cuves de produits chimiques. Celle dont les banquiers, les investisseurs et les conseillers de tout poil se partagent les restes. Patty est mère de quatre enfants : Ben (l’aîné) et trois filles : Michelle qui observe tout, et sait comment en tirer profit (y compris parmi les siens), Debby (personnage probablement le moins bien défini) et Libby, la benjamine, la plus proche de Ben. Runner, le mari et père, un bon-à-rien crapuleux, est parti, et ne fait que de brèves apparitions, pour réclamer de l’argent. Dépressive, épuisée, Patty est à bout : sa ferme périclite malgré tous ses efforts, les dettes s’accumulent, ses terres seront bientôt saisies, ses enfants ne mangent et ne s’habillent que grâce aux aides publiques et à sa sœur Paméla qui a trouvé une situation plus confortable. Seul l’amour de ses enfants maintient Patty debout, mais Ben est un adolescent à problèmes dont les habitudes inquiétantes et le comportement imprévisible la tracassent et même l’effraient. Ben est en manque d’affection paternelle. Sa pauvreté en fait la risée du lycée où il exerce de petits boulots. Il se convainc qu’il faut avoir l’air d’un dur pour être un homme. Sous l’influence de fréquentations détestables et mal intentionnées, il sombre dans l’alcool, puis dans des drogues de plus en plus dures, et enfin dans le satanisme, ce qui nous vaut des scènes très cruelles parfaitement maîtrisées par l’auteure. Pour ne rien arranger, Ben a trouvé une petite amie passablement déséquilibrée qui l’entraîne dans ce maelström de déchéance où il perd tous ses repères. Au début de 1985, Patty et sa famille sont massacrés de manière atroce. Les seuls survivants sont Ben, et Libby qui a pu s’enfuir. Runner ayant un alibi, Ben fait un suspect idéal. Libby, gamine de sept ans traumatisée et influencée par les enquêteurs, charge son frère au procès, bien qu’elle n’ait aucune certitude. Ben qui ne se défend pas, voire provoque le tribunal, est condamné à la prison à perpétuité. Des années plus tard, Libby a trente ans passés. Marquée le drame de son enfance, elle est devenue agressive, menteuse et accessoirement voleuse. Frappée parfois d’aboulie, elle traîne au lit, n’exerce aucun emploi, n’en cherche pas et n’a aucune qualification. Elle a vécu jusque-là de la charité de ceux qui, émus par le massacre de sa famille, lui envoient des chèques, des quatre coins des Etats-Unis. Mais cette manne s’est tarie car d’autres meurtres sensationnels viennent éclipser sa tragédie familiale. C’est alors qu’elle accepte, par appât du gain, d’enquêter sur son passé douloureux, pour le compte d’un club d’excité(e)s qui passent leur temps à tenter d’éclaircir les affaires les plus sanglantes. Rude tâche pour Libby. Sa mission est de rencontrer Ben dans la prison où il croupit en partie par sa faute à elle, ce qui réveille une culpabilité qu’elle a toujours essayé d’étouffer. Elle est d’autant moins décidée qu’elle n’a jamais rendu visite à son frère et qu’elle a jeté sans les lire toutes les lettres qu’il lui a adressées. Pourtant, l’entretien se passe bien et l’amour fraternel refait surface, mais Libby revient bredouille à moins que… un début d’indice ? Par la suite, Libby prend en main la situation. Elle propose au club des détectives amateurs de mener elle-même une enquête plus approfondie. Elle fixe ses tarifs comme tout bon privé, mais derrière ces perspectives salariales, elle est mue par la volonté de découvrir la vérité et, qui sait, d’innocenter Ben. Le club accepte et Libby va devoir replonger dans son passé le plus noir, fouiller avec douleur ce qui lui reste de son enfance, parcourir des endroits dont la misère dépasse son imagination et affronter de redoutables adversaires… jusqu’à la vérité ultime. Solidement charpenté, le récit, qui oscille entre thriller, polar et roman noir, est mené de main de maître : les chapitres alternent avec une régularité de métronome les évènements de la période 1984-1985 et ceux de l’enquête contemporaine. Le lecteur se trouve ainsi, par choix de l’auteure, avec une légère longueur d’avance sur Libby, mais il n’en est guère plus avancé car, suprême habileté, chaque fois qu’une vérité se dessine et semble à portée de l’enquêtrice, elle se dérobe comme une truite glissant entre les mains. La curiosité et l’intérêt pour cette intrigue ténébreuse n’en sont que plus lancinants. Les personnages sont soigneusement ciselés, même quand ils n’ont qu’un rôle secondaire. Membres de la famille, jeunes paumés, petits caïds, partisans de la loi du plus fort, loosers complets, tous vivent sous nos yeux avec la même intensité. La technique de l’auteure est claire : une réalité littéraire est un édifice qui ne souffre pas de défaut. Le style et la traduction sont parfaits. L’adaptation du vocabulaire, du rythme du texte et de la syntaxe contribuent fortement à l’ambiance tantôt malsaine et violente, tantôt désespérée. Et l’humour noir grinçant de Libby aide à faire passer toute cette noirceur. Un seul bémol, relatif au dénouement. On peut interpréter la vérité sur le massacre comme un sommet de désespoir, ce qui incite à la compassion et, surtout, vient clore magistralement un destin inéluctable, à la manière d’une tragédie antique. Mais on peut aussi regretter l’intervention d’un deus ex machina qui constitue une facilité scénaristique. Impossible d’en dire plus, bien sûr. Quoi qu’il en soit, ne boudons pas notre plaisir : nous avons ici une grande auteure, une traductrice de talent... et un roman exceptionnel.
          Lire la suite
          En lire moins
        • scarlett12 Posté le 3 Janvier 2018
          Un bon thriller que j'ai beaucoup apprécié. Je tiens à remercier "le pamplemousse" pour m'en avoir rappelé les coordonnées. Dans les années 1980, Libby Day, une petite fille de 7 ans, assiste au massacre de sa famille, sa mère et ses deux soeurs sont sauvagement assassinées. Libby, seule rescapée de sa famille, désigne le criminel, son frère aîné, Ben, 15 ans. Celui-ci est incarcéré sur foi de son témoignage. 25 ans plus tard, Libby a 32 ans et n'a plus jamais revu son frère depuis le drame, elle refuse d'ailleurs énergiquement d'ouvrir le courrier qu'il lui adresse. Souffrant de dépression et encouragée à renfort de dollars par une association qui croit Ben innocent, elle accepte de remettre en cause la criminalité de son frère et se mue en détective pour tenter de retrouver tous les gens qui, de près ou de loin, auraient pu être mêlés à ce drame. C'est un texte à trois voix qui confronte les pensées, faits et gestes de Libby de nos jours et de Ben et sa mère les jours précédant les assassinats. Libby est une femme vénale, paresseuse et antipathique au possible, d'ailleurs la plupart des personnages le sont, le plus sympathique étant encore Ben,... Un bon thriller que j'ai beaucoup apprécié. Je tiens à remercier "le pamplemousse" pour m'en avoir rappelé les coordonnées. Dans les années 1980, Libby Day, une petite fille de 7 ans, assiste au massacre de sa famille, sa mère et ses deux soeurs sont sauvagement assassinées. Libby, seule rescapée de sa famille, désigne le criminel, son frère aîné, Ben, 15 ans. Celui-ci est incarcéré sur foi de son témoignage. 25 ans plus tard, Libby a 32 ans et n'a plus jamais revu son frère depuis le drame, elle refuse d'ailleurs énergiquement d'ouvrir le courrier qu'il lui adresse. Souffrant de dépression et encouragée à renfort de dollars par une association qui croit Ben innocent, elle accepte de remettre en cause la criminalité de son frère et se mue en détective pour tenter de retrouver tous les gens qui, de près ou de loin, auraient pu être mêlés à ce drame. C'est un texte à trois voix qui confronte les pensées, faits et gestes de Libby de nos jours et de Ben et sa mère les jours précédant les assassinats. Libby est une femme vénale, paresseuse et antipathique au possible, d'ailleurs la plupart des personnages le sont, le plus sympathique étant encore Ben, le présumé coupable. J'ai préféré ce livre aux "apparences" lu il y a peu de temps même si je me pose la question de savoir si c'est une habitude chez Gillian Flynn d'écrire des romans à plusieurs voix ( 2 dans "les apparences). Cela amène un certain suspense et les 100 dernières pages m'ont vue trépigner dans ma tête pour connaître le/la/les coupable(s). Il s'agit aussi d'aborder la crise sociale des années 1980 et le sort misérable des paysans ... On est loin du "rêve américain", on sombrerait plutôt du côté de Zola. Très bon livre donc que je recommande aux amateurs de thrillers. La fin est aussi assez surprenante. Bonne lecture et bonne année 2018 à toutes et à tous.
          Lire la suite
          En lire moins
        • LesPapotisdeSophie Posté le 14 Décembre 2017
          A sept ans, Libby voit sa mère et ses sœurs mourir. Elle désigne comme coupable son frère de 15 ans. 25 ans plus tard, elle a toujours du mal à se remettre de ce drame familial. Un doute la ronge : et si son frère était innocent ? Pour pouvoir enfin vivre, elle mène l'enquête sur ce drame. Arrivera-t-elle à trouver la vérité ? Un thriller familial, des personnages sombres, un récit de vie dense. Un auteur qui encore une fois nous surprend.

        Ils en parlent

        Avec Gillian Flynn, le noir est une nuance. Le sombre, lui, est une couleur. 
        Marie Musy / Librairie du Midi - Oron-la-Ville - Suisse
        Non seulement Gillian Flynn nous manipule et se moque de nous de bout en bout, mais en plus, on en redemande. 
        Arnaud Vélasquez / Librairie Quai des Brumes - Strasbourg - 67
        Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
        Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.