Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265089860
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 744
Format : 140 x 225 mm

Les Maîtres d'Ecosse - T1

Insurrection

Maxime BERRÉE (Traducteur)
Date de parution : 09/06/2011

1286. L'Écosse vit le pire hiver de son histoire. Certains pensent même que le jour du Jugement dernier est arrivé...

Le roi Alexandre III est assassiné et laisse le trône d'Écosse sans héritier. Aussitôt, deux familles de la noblesse écossaise rivalisent pour sa succession, et mènent le pays au bord de...

1286. L'Écosse vit le pire hiver de son histoire. Certains pensent même que le jour du Jugement dernier est arrivé...

Le roi Alexandre III est assassiné et laisse le trône d'Écosse sans héritier. Aussitôt, deux familles de la noblesse écossaise rivalisent pour sa succession, et mènent le pays au bord de la guerre fratricide. Ce que ces prétendants au trône ignorent, c'est qu'un troisième homme se prépare dans l'ombre. Un adversaire de taille, le roi d'Angleterre Édouard Ier en personne, appelé en médiateur. Lui qui a en partie soumis l'Irlande et le pays de Galles rêve d'assujettir l'Écosse. Depuis près de deux décennies, il ourdit un plan de conquête inspiré par une très ancienne prophétie censée transfigurer à jamais le visage de l'Angleterre : la prophétie de Merlin...
Mais le destin semble en avoir décidé autrement. Au cœur de ces guerres intestines, un jeune noble va s'élever pour défier le plus grand roi d'Angleterre. Son nom est Robert Bruce. Et son histoire commence dans Insurrection.

« Un excellent nouveau roman signé Robyn Young et le début prometteur d'une nouvelle trilogie passionnante. » Canberra Times

« Parfatiement documenté et soigneusement écrit [...] Les scènes de combats sont sensationnelles. » The Telegraph
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265089860
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 744
Format : 140 x 225 mm
Fleuve éditions

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • TheWind Posté le 14 Avril 2020
    Petite musique d’ambiance introductive : https://www.youtube.com/watch?v=iewSs7c5Wx8 Voilà, on y est. Le Moyen-âge, les guerres anglaises, l’Ecosse et...William Wallace, bien sûr ! Avec la tête d’un Mel Gibson hirsute et aux peintures de guerre datant des Pictes (c’est à dire 10 siècles bien avant le légendaire Wallace) et vêtu du fameux kilt écossais qui lui ne fera son apparition dans les Highlands que quelques siècles plus tard. C’est bon, on va s’enlever cette image de la tête ! Définitivement ! Ce film est bourré d’incohérences historiques et d’anachronismes. Il fait pleurer dans les chaumières, certes, mais pour la véracité historique, c’est loin d’être une référence ! D’autant plus que Brave Heart serait non pas le surnom de William Wallace mais celui d’un de ses contemporains : Robert Bruce, roi d’Ecosse de 1306 à 1329. Et ça tombe bien, parce que c’est justement Robert Bruce qui nous intéresse. Désolée pour cette introduction qui n’avait pas lieu d’être. Allez, on se la refait. Musique ! https://www.youtube.com/watch?v=NLOq2VJnE0w La trilogie « Les maîtres d’Ecosse » retrace de façon romancée la biographie de Robert Bruce. Dans « romancée » entendez plutôt roman que romance car dans ce premier tome, on entend parler beaucoup plus de guerre que d’amour. Le roman débute en 1286. Le roi Alexandre III vient de mourir et... Petite musique d’ambiance introductive : https://www.youtube.com/watch?v=iewSs7c5Wx8 Voilà, on y est. Le Moyen-âge, les guerres anglaises, l’Ecosse et...William Wallace, bien sûr ! Avec la tête d’un Mel Gibson hirsute et aux peintures de guerre datant des Pictes (c’est à dire 10 siècles bien avant le légendaire Wallace) et vêtu du fameux kilt écossais qui lui ne fera son apparition dans les Highlands que quelques siècles plus tard. C’est bon, on va s’enlever cette image de la tête ! Définitivement ! Ce film est bourré d’incohérences historiques et d’anachronismes. Il fait pleurer dans les chaumières, certes, mais pour la véracité historique, c’est loin d’être une référence ! D’autant plus que Brave Heart serait non pas le surnom de William Wallace mais celui d’un de ses contemporains : Robert Bruce, roi d’Ecosse de 1306 à 1329. Et ça tombe bien, parce que c’est justement Robert Bruce qui nous intéresse. Désolée pour cette introduction qui n’avait pas lieu d’être. Allez, on se la refait. Musique ! https://www.youtube.com/watch?v=NLOq2VJnE0w La trilogie « Les maîtres d’Ecosse » retrace de façon romancée la biographie de Robert Bruce. Dans « romancée » entendez plutôt roman que romance car dans ce premier tome, on entend parler beaucoup plus de guerre que d’amour. Le roman débute en 1286. Le roi Alexandre III vient de mourir et laisse le trône écossais sans héritier. Dès lors, deux familles nobles rivalisent pour conquérir le trône : les Balliol et les Bruce. De son côté, le roi d’Angleterre Édouard Ier, appelé en médiateur, compte bien profiter de la situation... J’ai trouvé ce premier tome passionnant. Et si de prime abord, mon cœur balançait pour William Wallace, le guerrier rebelle et soutien de Jean de Balliol, le jeune Robert Bruce a su, peu à peu, au fil du roman, m’attacher à ses pas. Des pas incertains, balbutiants, parfois déroutants. Dans ce premier tome, il est loin d’être un Héros. Il est avant tout un homme qui a bien du mal à choisir son camp. Soutenir Édouard Ier contre Balliol au risque de trahir ses compatriotes et ses origines ancestrales ou se ranger aux côtés des Écossais rebelles à la couronne d’Angleterre au risque de perdre ses terres... Robyn Young dit de lui en postface : «  C’est cette complexité, ce que certains pourraient appeler la perfidie de Rober, qui donne à son histoire sa valeur et sa beauté : l’exceptionnelle fragilité de l’homme, sa force, sa capacité à évoluer, à se tromper, à s’adapter. Et chez Robert, la volonté de se forger son propre destin.... » Oui, c’est bien de ce personnage peu charismatique, que je me suis entichée... et je vais de ce pas entamer le deuxième tome.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cassie56 Posté le 23 Février 2019
    Mon avis est relativement mitigé, mais il en ressort une bonne impression générale. J’ai trouvé ce premier tome relativement long même s’il met en place une bonne partie des personnages. J’avoue avoir été effrayée au début par la quantité de personnages présentés et par leurs liens entre eux. Je n’avais pas remarqué l’index en fin de roman. Mais au fil du temps, les plus importants nous deviennent familiers et on arrive à s’y retrouver. J’ai trouvé la construction un peu « brouillonne », avec des retours en arrière et des passages d’un endroit à l’autre. Je suppose qu’il s’agissait de moyens pour ménager le suspens, mais moi cela m’a quelque peu dérangée. C’est un roman purement historique, vous ne trouverez qu’une toute petite trace de romance et encore, juste sur la fin. Bref cela manquait de légèreté, d’autant que les scènes de bataille sont incroyablement bien décrites trop peut-être parfois. Au niveau des points positifs, c’est extrêmement bien documenté. Je n’y connaissais absolument rien à l’histoire d’Ecosse et j’en ai appris pas mal déjà. (Bon j’avoue, je n’ai pas vu Braveheart, oui l’histoire, enfin une partie, se passe à ce moment et explique comment ils en sont arrivés là). Certains personnages sont attachants. Le grand... Mon avis est relativement mitigé, mais il en ressort une bonne impression générale. J’ai trouvé ce premier tome relativement long même s’il met en place une bonne partie des personnages. J’avoue avoir été effrayée au début par la quantité de personnages présentés et par leurs liens entre eux. Je n’avais pas remarqué l’index en fin de roman. Mais au fil du temps, les plus importants nous deviennent familiers et on arrive à s’y retrouver. J’ai trouvé la construction un peu « brouillonne », avec des retours en arrière et des passages d’un endroit à l’autre. Je suppose qu’il s’agissait de moyens pour ménager le suspens, mais moi cela m’a quelque peu dérangée. C’est un roman purement historique, vous ne trouverez qu’une toute petite trace de romance et encore, juste sur la fin. Bref cela manquait de légèreté, d’autant que les scènes de bataille sont incroyablement bien décrites trop peut-être parfois. Au niveau des points positifs, c’est extrêmement bien documenté. Je n’y connaissais absolument rien à l’histoire d’Ecosse et j’en ai appris pas mal déjà. (Bon j’avoue, je n’ai pas vu Braveheart, oui l’histoire, enfin une partie, se passe à ce moment et explique comment ils en sont arrivés là). Certains personnages sont attachants. Le grand père de Robert est un de mes préférés. C’est un homme droit et honnête. Il m’a beaucoup plu. On suit dans ce livre toute la jeunesse de Robert Bruce, son tiraillement entre son amour pour son grand père et le respect du à son père. C’est un jeune homme plein de questionnements. Un lourd destin pèse sur ses épaules et il essaye parfois de fuir ses responsabilités, sans arriver à se décider. On rencontre également Edouard 1er et ses efforts pour essayer d’unifier (d’écraser) les autres parties de la Grande Bretagne. C’est un homme impitoyable et froid. Voici une lecture qui m’a plu malgré certaines longueurs. Certains passages étaient, à mon sens, inutiles et n’ajoutaient rien au récit. J’ai aimé la façon dont l’auteure explique avec quels faits historiques elle a pris des libertés et lesquels sont authentiques.
    Lire la suite
    En lire moins
  • frimoussette Posté le 11 Septembre 2018
    Je connaissais déjà Robyn Young , ayant lu sa trilogie l'âme du temple Donc forcément quand j'ai vu cette autre trilogie sur l'Ecosse j'ai foncé Et je ne regrette pas !! Une épopée historique mêlant faits réels et inventions de l'auteure Et elle sait vraiment bien s'y prendre On y est dans ces batailles , on les voit ces chevaliers C'est vivant , âpre , bouillonnant Aucun ennui Hâte de connaître la suite des péripéties , même si l'on sait ce qu'il adviendra de William Wallace et Robert Bruce Passionnante cette plongée dans l'Angleterre et l'Ecosse du XIIIème siècle J'y retourne pour dévorer le tome 2
  • polacrit Posté le 4 Avril 2018
    Insurrection a été publié en France en 2011. Il raconte l'histoire de Robert Bruce, issu d'une illustre lignée l'autorisant à prétendre au trône d'Ecosse auquel il accédera après de multiples obstacles et aventures racontées par Robyn Young avec beaucoup de panache et de réalisme grâce à une documentation soignée, notamment en ce qui concerne les costumes, les coutumes, les batailles. Alexandre III, monarque d'Ecosse, est assassiné, laissant son trône sans héritier. Aussitôt, deux familles de la noblesse écossaise, certainement manœuvrée par le roi d'Angleterre, Edouard 1er, qui voit là l'occasion de se saisir du royaume à l'abandon, rivalisent pour sa succession, menant le pays au bord de la guerre fratricide. Mais ce que ces prétendants au trône ignorent, c'est qu'un troisième homme, issu d'un noble lignage, se prépare dans l'ombre. Afin de désamorcer les conflits, le roi d'Angleterre Edouard Ier est appelé en médiateur. Mais c'est faire entrer le loup dans la bergerie, lui qui a en partie soumis l'Irlande et le Pays de Galles et rêve de repousser les frontières de son royaume le plus loin possible. Depuis près de deux décennies, il ourdit un plan de conquête inspiré par une très ancienne prophétie censée transfigurer à jamais le visage de l'Angleterre... Insurrection a été publié en France en 2011. Il raconte l'histoire de Robert Bruce, issu d'une illustre lignée l'autorisant à prétendre au trône d'Ecosse auquel il accédera après de multiples obstacles et aventures racontées par Robyn Young avec beaucoup de panache et de réalisme grâce à une documentation soignée, notamment en ce qui concerne les costumes, les coutumes, les batailles. Alexandre III, monarque d'Ecosse, est assassiné, laissant son trône sans héritier. Aussitôt, deux familles de la noblesse écossaise, certainement manœuvrée par le roi d'Angleterre, Edouard 1er, qui voit là l'occasion de se saisir du royaume à l'abandon, rivalisent pour sa succession, menant le pays au bord de la guerre fratricide. Mais ce que ces prétendants au trône ignorent, c'est qu'un troisième homme, issu d'un noble lignage, se prépare dans l'ombre. Afin de désamorcer les conflits, le roi d'Angleterre Edouard Ier est appelé en médiateur. Mais c'est faire entrer le loup dans la bergerie, lui qui a en partie soumis l'Irlande et le Pays de Galles et rêve de repousser les frontières de son royaume le plus loin possible. Depuis près de deux décennies, il ourdit un plan de conquête inspiré par une très ancienne prophétie censée transfigurer à jamais le visage de l'Angleterre : la prophétie de Merlin...Mais le destin semble en avoir décidé autrement! 700 pages mais alors quelles pages!!! Quel souffle dans les évocations des batailles, que ce soit dans les forêts, dans les châteaux, sur les champs de bataille!! Dans la pure tradition des romans de Walter Scott, ce qui n'est pas peu dire! Qui ne se souvient pas du célèbre Quentin Durward, du non moins célèbre Ivanohé, ainsi que de Guy Manneringet Rob Roy??? Aventures palpitantes de ces héros immortels, qui ont illuminé mes lectures; j'adore les romans de chevalerie, qu'ils soient anciens ou modernes, pourvu qu'ils soient bien écrits, et c'est ici le cas.
    Lire la suite
    En lire moins
  • gilou33 Posté le 23 Mars 2018
    Un roman historique comme je les apprécie. Écosse, fin du XIIIe siècle…, rien qu’à ces mots, je sais que je vais forcément me régaler. Le décor est à peine planté que j’imagine déjà les montagnes, les lacs, les forêts, les rafales du bord de mer, bref cette atmosphère très celtique. Ce roman relate les événements, qui ont mené à la première Guerre d’Indépendance de l’Ecosse, au travers du regard de Robert Bruce [Futur roi d'Ecosse – je ne spoile pas, c’est de l’Histoire… ] et de sa famille. Cette histoire ne se limite pas à une opposition entre les gentils écossais et les méchants anglais. Elle est bien plus nuancée notamment par la dualité de certains des protagonistes. L’auteure donne, très tôt dans son récit, beaucoup de profondeur à ses personnages ce qui nous permet d’entrer assez rapidement dans le vif du sujet. Un livre que je conseille à qui aime les complots, trahisons, batailles ou chevauchées endiablées.
Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.