Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714474230
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 528
Format : 140 x 225 mm

Les Mandible : Une famille, 2029-2047

Laurence RICHARD (Traducteur)
Date de parution : 04/05/2017
« Nous ne sommes qu’à douze ans du futur tel que nous le présente Lionel Shriver... Son nouveau roman, satirique et ébouriffant d’intelligence, est certes classique, en ceci qu’il sert de véhicule à une enquête politique et sociale, mais n’en reste pas moins extrêmement troublant. »
The New York Times
 
Nous sommes en 2029, les États-Unis traversent une crise sans précédent. Les désastres écologiques successifs ont vidé le pays de ses ressources naturelles. La dette nationale a explosé, la Banque centrale n’arrive plus à produire assez de billets, le dollar dévisse, remplacé sur les marchés internationaux par une devise sino-russe.... Nous sommes en 2029, les États-Unis traversent une crise sans précédent. Les désastres écologiques successifs ont vidé le pays de ses ressources naturelles. La dette nationale a explosé, la Banque centrale n’arrive plus à produire assez de billets, le dollar dévisse, remplacé sur les marchés internationaux par une devise sino-russe. Jadis superpuissance, les États-Unis sont devenus  un État paria, au grand bonheur de Poutine, bien entendu toujours au pouvoir.

Comme toutes les familles américaines, les Mandible  tirent le diable par la queue. Un chou se négocie à quarante dollars, la viande n’est plus qu’un lointain souvenir, l’eau se fait rare, même le papier-toilette est rationné. Ils tiennent encore, ont toujours un toit sur la tête, ça pourrait être pire…

C’est alors que le Président déclare le pays en faillite.

L’or des particuliers est réquisitionné, salaires et pensions sont gelés, les comptes sont vidés. Soudain, pour les Mandible, il ne s’agit plus de débrouillardise mais bien de survie. Combien de temps avant que la solidarité ne laisse place à la colère, à la haine ? Combien de temps avant que la famille ne s’écroule, comme le reste du monde qui l’entoure ?
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714474230
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 528
Format : 140 x 225 mm
Belfond

Ils en parlent

<< Quand l'acerbe romancière américaine s'essaie à l'anticipation politique, cela donne un genre d'economic fiction au scénario implacable et d'un réalisme frappant. [...] Dans ce roman spéculatif et sombre, Lionel Shriver observe avec férocité et humour noir les effets concrets d'une crise financière générale, pour interroger les liens entre l'argent et la morale. >>
Véronique Rossignol / Livres Hebdo - Avant Critiques

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CineKino Posté le 18 Juin 2020
    Une chronique familiale doublée d'un livre d'économie ! Ce roman suit les différents membres de la dynastie Mandible, de 2029 à 2047 (voire plus), du patriarche qui a fait fortune à son arrière petit-fils Willing, ado fûté et pointu en économie. Et de l'économie donc, il en est question dans cette histoire qui démarre avec la dénonciation de la dette par les Etats-Unis et la crise qui s'ensuit et qui va affecter cette famille parmi bien d'autres. Entre conséquences financières et politiques économiques, ce roman est parfois très pointu en matière économique. Le problème c'est que le sujet est souvent traité par l'intermédiaire de dialogues qui sonnent faux car trop écrits, surtout quand des réflexions de haute volée économique viennent de la bouche d'un ado. Plus généralement, les dialogues manquent singulièrement de réalisme, c'est pour moi le défaut du livre. Livre pour le reste très bien écrit et qui nous emporte dans une dystopie – ou même des dystopies – avec l'évolution sur plusieurs décennies des Etats-Unis, entre totalitarisme technologique, famine, violence… Le récit s'étire sans doute un peu trop dans le temps en sautant d'une année à une autre en oubliant de longues périodes, et en ne suivant pas tous ses personnages,... Une chronique familiale doublée d'un livre d'économie ! Ce roman suit les différents membres de la dynastie Mandible, de 2029 à 2047 (voire plus), du patriarche qui a fait fortune à son arrière petit-fils Willing, ado fûté et pointu en économie. Et de l'économie donc, il en est question dans cette histoire qui démarre avec la dénonciation de la dette par les Etats-Unis et la crise qui s'ensuit et qui va affecter cette famille parmi bien d'autres. Entre conséquences financières et politiques économiques, ce roman est parfois très pointu en matière économique. Le problème c'est que le sujet est souvent traité par l'intermédiaire de dialogues qui sonnent faux car trop écrits, surtout quand des réflexions de haute volée économique viennent de la bouche d'un ado. Plus généralement, les dialogues manquent singulièrement de réalisme, c'est pour moi le défaut du livre. Livre pour le reste très bien écrit et qui nous emporte dans une dystopie – ou même des dystopies – avec l'évolution sur plusieurs décennies des Etats-Unis, entre totalitarisme technologique, famine, violence… Le récit s'étire sans doute un peu trop dans le temps en sautant d'une année à une autre en oubliant de longues périodes, et en ne suivant pas tous ses personnages, mais cette famille, leurs aventures, leurs relations et leurs réflexions sont toujours passionnantes à suivre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jacotte_Fenwick Posté le 1 Juin 2020
    Abondamment recommandé certes, "ample, puissamment politique et désespérément drôle" peut-être, mais je jette l'éponge à la page 296, pas convaincue par cette saga familiale sur fond (très intéressant pourtant) d'effondrement des USA. Curieusement, ça me donne envie de lire Jim Harrison.
  • Danael Posté le 21 Mai 2020
    Dissection d'une famille hachée menu par les engrenages d'un désastre économique qui frappe de plein fouet les Etats-Unis à partir de 2029. Un roman glaçant de lucidité, sombre, parfaitement maîtrisé. Néanmoins, les développements économiques permanents pèsent à mon sens sur le rythme et l'émotion. Lectrice néophyte, j'ai passé trop de temps à tenter de les comprendre et suis restée finalement à jeun de ma soif de romanesque.
  • Kittiwake Posté le 15 Avril 2020
    Etait-ce vraiment une bonne idée que de lire ce roman de (proche) anticipation en une période où les peurs plus ou moins rationnelles gouvernent nos quotidiens? Pas sûr, quelques cauchemars ont complété l’effet diurne de cette lecture terrifiante. Les Mandible, en 2027 ont déjà subi la catastrophe de « l’âge-pierre » : une cyber-attaque a privé les américains d’internet avec toutes les conséquences que l’on peut aisément imaginer. Mais cinq ans plus tard, c’est un autre cataclysme qui s’abat sur cette nation autrefois arrogante, et imbue d’elle-même. De sombres tractations financières internationales confèrent au dollar une valeur de roupie de sansonnet, à moins d’abdiquer en adoptant la monnaie internationale, le bancor. Le refus du président entraine la faillite complète de tous les possesseurs de devises, comme en 29, et met la nation entière sur la paille. Comme on peut s’y attendre, l’instinct de survie fait ressurgir des comportements de violence incontrôlables et plus accessoirement des ruées sur le papier toilette! La famille Mandible qui lorgnait sur l’héritage du doyen comprend que ses rêves sont caduques. Commence pour eux une descente aux enfers dramatique. Le roman insiste sur les mécanismes du marché de la finance mondiale , de façon... Etait-ce vraiment une bonne idée que de lire ce roman de (proche) anticipation en une période où les peurs plus ou moins rationnelles gouvernent nos quotidiens? Pas sûr, quelques cauchemars ont complété l’effet diurne de cette lecture terrifiante. Les Mandible, en 2027 ont déjà subi la catastrophe de « l’âge-pierre » : une cyber-attaque a privé les américains d’internet avec toutes les conséquences que l’on peut aisément imaginer. Mais cinq ans plus tard, c’est un autre cataclysme qui s’abat sur cette nation autrefois arrogante, et imbue d’elle-même. De sombres tractations financières internationales confèrent au dollar une valeur de roupie de sansonnet, à moins d’abdiquer en adoptant la monnaie internationale, le bancor. Le refus du président entraine la faillite complète de tous les possesseurs de devises, comme en 29, et met la nation entière sur la paille. Comme on peut s’y attendre, l’instinct de survie fait ressurgir des comportements de violence incontrôlables et plus accessoirement des ruées sur le papier toilette! La famille Mandible qui lorgnait sur l’héritage du doyen comprend que ses rêves sont caduques. Commence pour eux une descente aux enfers dramatique. Le roman insiste sur les mécanismes du marché de la finance mondiale , de façon fort adroite puisque l’un des personnages, Lowel, est prof universitaire en économie. Malgré cela, j’avoue être aussi ignorante après qu’avant, tant le fonctionnement de ce bazar m’est obscur. On en comprend cependant aisément les conséquences et la fragilité d’un tel système. C’est écrit avec l’assurance de quelqu’un qui possède son sujet et les personnages suscitent une grande empathie , malgré leur limites et leurs petites mesquineries. J’aime particulièrement Enola, la grand-mère qui avec une constance parfaite, sur les 40 ans que dure le récit, effectue ses séries de jumping-jack et refuse de se séparer d’une caisse de livres qui lui restent de son passé de romancière à succès. C’est brillant, glaçant, et ça nous pend au nez. Challenge Pavés Babelio 2020
    Lire la suite
    En lire moins
  • JehanneDD Posté le 23 Janvier 2020
    Je n'ai pas de quoi écrire une longue critique, mais je voulais tout de même commenter quelque peu ce livre... Je m'attendais surtout à une intrigue autour de la vie quotidienne, des mentalités, des changements apportés ... Mais j'ai été déçue, surtout dans la 1e moitié, par toutes les théories économiques abordées. Certes, je comprends que ce soit essentiel dans un roman traitant d'une crise économique, et que cela témoigne de la crédibilité de l'auteur. Mais je me serais bien passé de certains échanges autour des pratiques financières, qui m'ont paru looongg ... et que j'ai dû sauter. Par opposition, la seconde partie est beaucoup plus axée sur les personnages et leurs mésaventures. J'aurais bien mis 4*, mais la moitié d'étoiles en moins est due au jargon économique du roman. Sinon, je recommande !
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.