Lisez! icon: Search engine
Slalom
EAN : 9782375541524
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 140 x 225 mm

Les Mange-Rêve (T1) : L'enfer blanc- Lecture roman ado science-fiction dystopie - Dès 13 ans

Collection : Slalom
Date de parution : 30/08/2018
Plongez dans un récit d’anticipation haletant où être un « bâtisseur de rêves », un artiste, c’est mettre sa vie en danger !
2034. Cerclée d’un mur électromagnétique infranchissable, l’Europe est devenue un univers carcéral glaciaire où les ordinateurs du pouvoir programment des hivers sans fin où les températures avoisinent régulièrement -50°. Dessinateurs, peintres, musiciens, comédiens, danseurs, écrivains, photographes, journalistes, tous sont pourchassés par les Brigades Mange-Rêve dont les rafles se font de... 2034. Cerclée d’un mur électromagnétique infranchissable, l’Europe est devenue un univers carcéral glaciaire où les ordinateurs du pouvoir programment des hivers sans fin où les températures avoisinent régulièrement -50°. Dessinateurs, peintres, musiciens, comédiens, danseurs, écrivains, photographes, journalistes, tous sont pourchassés par les Brigades Mange-Rêve dont les rafles se font de plus en plus fréquentes et de plus en plus violentes. Un soir, fuyant leur cours de guitare qui a tourné au drame, Iwan et Thibault, deux adolescents pensent avoir échappé au pire. Mais le cauchemar les poursuit jusque chez eux où ils découvrent que
leurs parents ont disparu ! C'est alors que leur amie de toujours, Mélanie, leur confie qu’elle soupçonne son beau-père d’appartenir aux BMR.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782375541524
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 400
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Lenocherdeslivres Posté le 29 Septembre 2019
    2034. Autrement dit, dans pas longtemps. Pas de réchauffement climatique en Europe. Ce n’est pas la victoire des climato-sceptiques. Plutôt celle du nouveau président de l’Europe, Vladimir Bogdich, un extrémiste sans scrupule, prêt à tout pour maîtriser de possible rebellions. Il a, pour commencer, enfermé l’Europe derrière un mur électromagnétique (eh oui, que de progrès technologiques en quelques années!). Puis grâce aux ordinateurs extrêmement puissants du pouvoir en place (encore une fabuleuse avancée de la science), il a joué avec la météo et transformé le territoire sur lequel il règne en vaste base polaire, avec des températures négatives la plupart du temps : les moins trente sont monnaie courante en Bretagne, où se situe le début du roman (ça tombe bien, l’auteur est breton). Iwan, le narrateur, et ses amis Thibault et Mélanie se voient obligés de fuir lorsque le gouvernement décide de se débarrasser des artistes, quels qu’ils soient, en les envoyant par train (référence évidente aux Juifs et autres déportés pendant la deuxième Guerre Mondiale) à Tombmor, une forteresse réputée imprenable, située tout là-bas, dans le nord. Ce premier volume d’une trilogie en cours présente quelques côtés séduisants mais aussi pas mal de points plus gênants. Commençons par le positif : l’idée... 2034. Autrement dit, dans pas longtemps. Pas de réchauffement climatique en Europe. Ce n’est pas la victoire des climato-sceptiques. Plutôt celle du nouveau président de l’Europe, Vladimir Bogdich, un extrémiste sans scrupule, prêt à tout pour maîtriser de possible rebellions. Il a, pour commencer, enfermé l’Europe derrière un mur électromagnétique (eh oui, que de progrès technologiques en quelques années!). Puis grâce aux ordinateurs extrêmement puissants du pouvoir en place (encore une fabuleuse avancée de la science), il a joué avec la météo et transformé le territoire sur lequel il règne en vaste base polaire, avec des températures négatives la plupart du temps : les moins trente sont monnaie courante en Bretagne, où se situe le début du roman (ça tombe bien, l’auteur est breton). Iwan, le narrateur, et ses amis Thibault et Mélanie se voient obligés de fuir lorsque le gouvernement décide de se débarrasser des artistes, quels qu’ils soient, en les envoyant par train (référence évidente aux Juifs et autres déportés pendant la deuxième Guerre Mondiale) à Tombmor, une forteresse réputée imprenable, située tout là-bas, dans le nord. Ce premier volume d’une trilogie en cours présente quelques côtés séduisants mais aussi pas mal de points plus gênants. Commençons par le positif : l’idée de base, même si elle semble bien invraisemblable par son impossibilité scientifique (sauf bond extraordinaire dans les années à venir), est sympathique. Nombre d’Européens, qui en ce moment cherchent à fermer les frontières de leur continent pour se protéger des « envahisseurs » extérieurs se retrouvent en fait piégés, bloqués à l’intérieur de cette frontière tellement désirée. Mais utilisée contre eux. Ce retournement de situation est une bonne occasion de se questionner sur nos choix, nos réflexes devant ce qui est présenté comme un danger. Autre bon côté : le paysage, si présent, tant par sa beauté que par sa face hostile, prêt à tuer à la moindre erreur, à la moindre faiblesse, à la moindre inattention. Certaines descriptions m’ont littéralement plongé dans ce futur et m’ont laissé transi et gelé. Par contre, dans ce qui fâche, le personnage du président arrive en tête : Vladimir Bogdich, est trop caricatural pour être réellement crédible. Cet homme de l’Est possède des moyens fantastiques et les met en service, par morceaux, par étapes, pour quoi ? Il pourrait d’un seul coup obtenir ce qu’il veut (et c’est quoi, exactement, ce qu’il veut? Supprimer le Rêve ? Et ensuite ?). Mais non. Il avance progressivement. Le froid est un moyen de garder les possibles révolutionnaires chez eux, d’empêcher les rassemblements. Soit. Mais comment l’Europe peut-elle encore fonctionner ? Quel intérêt de parquer toute une population sans rien lui faire faire. Brider les libertés, s’en prendre aux artistes, tout cela est hélas connu car déjà arrivé. Mais derrière, on voyait une volonté, un but. Et les prisonniers étaient utilisés pour fabriquer des armes, pour faire tourner le pays. Là, on a l’impression que le seul but est de faire souffrir les habitants, sans rien en tirer en retour. C’est un peu court. Les réponses viendront peut-être dans les deux autres romans, mais en attendant, cela gêne à la plongée dans cet univers. Autre point noir, le voyage des cinq rescapés. Il a beau présenter de bons moments, qu’il est long ! À croire que l’auteur voulait tirer à la ligne, car certains passages n’apportent pas grand-chose ni à la narration, ni à la psychologie des personnages. Et quand, cerise sur le gâteau, Jean-Luc Le Pogam nous fait revivre les mêmes évènements, mais du côté des ennemis, le temps s’étire. Heureusement, cela ne représente qu’une partie du roman. Mais quelques petites coupes auraient été appréciables pour moi. Or, cette histoire était déjà parue aux éditions Palémon entre 2008 et 2012 et comportait cinq volumes (en fait, les autre premiers composaient le cycle de Tombmor et le cinquième entamait un nouveau cycle). N’ayant pas eu entre les mains cette version (où l’action se déroulait en 2024 et non 2034, comme ici : il faut laisser un peu de temps à la science!), je ne peux que faire des conjectures sur les changements possibles. Car chez Slalom, on annonce une trilogie, cela peut sous-entendre une réduction du nombre de pages. Incompatible avec ce que j’ai dit auparavant. J’imagine plutôt que les quatre tomes du premier cycle ont été divisés différemment. Dommage donc qu’à l’occasion de cette reprise l’auteur n’ait pas réduit légèrement cette première partie que j’ai trouvé parfois longuette. L’enfer blanc m’a donc séduit par son univers, par certains personnages, par certaines scènes. Mais j’espère, lors du deuxième tome (La Cible, paru en début d’année), un resserrement de l’action et un peu moins de naïveté. Car j’ai vraiment l’intention de la découvrir et de voir à quoi ressemble Tombmor.
    Lire la suite
    En lire moins
  • letichat28 Posté le 19 Juin 2019
    Je lis très peu de livres de ce genre et pourtant j'ai apprécié vivre cette aventure avec les héros de ce roman, je ne me suis point ennuyée une seconde...
  • CharlotteJeunesse Posté le 3 Juin 2019
    C'est un bon oman d'anticipation ! Après la mise en place d'un contexte politique bien pensé, on entre rapidement dans l'action. Même s'il y a quelques grosses longueurs par moments, un jeune lecteur sera accroché par la course-poursuite en CataSki. Tout le monde peut s'identifier dans ces personnages : fille garçon adulte... on a même un chien qui fait parti du voyage ! C'est un vent de fraîcheur dans ces beaux jours qui arrivent ^^.
  • verauxinelle Posté le 29 Mai 2019
    Le premier volume d'une trilogie au rythme effréné, où trois ados, guidés par deux sexagénaires retraités de l'anti-terrorisme, poursuivent, au milieu du chaos glaciaire, le bien le plus précieux : la liberté ! Même si la fluidité de la plume de l'auteur, nous embarque à un rythme endiablé ( on a presque la sensation de vitesse et de glisse des "cataski"...),et qu'il alterne entre action et rebondissements...je n'ai pas été autant séduite que ce que la couverture et le résumé le laissait présager . C'était une bonne lecture, avec de l'originalité, malgré quelques invraisemblances, cependant, je trouve que le voyage s'éternise un peu, entraînant pour moi une petite perte d'intérêts... Alors comme c'est un premier tome, et qu'il faut le temps de mettre en place l'histoire...on lui laisse donc le bénéfice du doute, et on attend le tome 2 pour se laisser convaincre 😜
  • EternelAdo Posté le 18 Février 2019
    Premier roman pour les plus grands que je lis chez Slalom et il devrait y en avoir plus!!! 😁 Plus qu'une dystopie, un roman d'anticipation! Effrayant par cette impression de justesse, difficile de ne pas penser un seul instant que Jean-Luc LE POGAM nous présente un avenir tout à fait possible, une Europe crédible... Les parallèles avec notre Histoire et même notre actualité, permettent une réflexion sur l'avenir que nous voulons pour nous, et pour les générations futures... Qu'adviendra-t-il si rien n'est fait? Cette lecture a fait remonter le souvenir de celle de "La Brigade de l’œil" de Guillaume GUERAUD aux éditions du Rouergue. Un autre roman du genre, que je vous recommande chaudement! On en revient toujours au même fondamentaux, la connaissance est une arme, un véritable danger, potentiellement le plus grand face au totalitarisme. C'est à ce titre que le Président Vladimir Bogdich s'en prend à la culture. Les BMR, Brigades Mange-Rêve mènent la répression avec violence et fermeté. Ceux qui veulent un roman d'aventure ne resteront pas sur leur faim car une fois démarré, l'auteur ne s'arrête plus et n'épargne rien à nos jeunes héros. Des adolescents qui ne sont pas vraiment seuls face aux dangers et c'est... Premier roman pour les plus grands que je lis chez Slalom et il devrait y en avoir plus!!! 😁 Plus qu'une dystopie, un roman d'anticipation! Effrayant par cette impression de justesse, difficile de ne pas penser un seul instant que Jean-Luc LE POGAM nous présente un avenir tout à fait possible, une Europe crédible... Les parallèles avec notre Histoire et même notre actualité, permettent une réflexion sur l'avenir que nous voulons pour nous, et pour les générations futures... Qu'adviendra-t-il si rien n'est fait? Cette lecture a fait remonter le souvenir de celle de "La Brigade de l’œil" de Guillaume GUERAUD aux éditions du Rouergue. Un autre roman du genre, que je vous recommande chaudement! On en revient toujours au même fondamentaux, la connaissance est une arme, un véritable danger, potentiellement le plus grand face au totalitarisme. C'est à ce titre que le Président Vladimir Bogdich s'en prend à la culture. Les BMR, Brigades Mange-Rêve mènent la répression avec violence et fermeté. Ceux qui veulent un roman d'aventure ne resteront pas sur leur faim car une fois démarré, l'auteur ne s'arrête plus et n'épargne rien à nos jeunes héros. Des adolescents qui ne sont pas vraiment seuls face aux dangers et c'est un vrai plus pour moi car j'ai adoré les personnages de Ivon et Jack!!! Face aux BMR, il est clair que Mélanie, Thibault et Iwan n'auraient pas fait long feu ou sans aucune crédibilité. Je conseille Les Mange-Rêve aux ados et à leurs parents, aux jeunes adultes férus d'actions et de réflexions sur la place de l'art et de la culture dans notre société. Un petit plus pour les amoureux de la mer qui auront un petit avantage sur le vocabulaire utilisé (Jean-Luc LE POGAM est breton 😉). Un aspect très original du roman avec les cataskis, sorte de catamarans sur skis. Couvrez-vous bien et partez à l'aventure dans une Europe piégée dans un hiver sans fin... Deuxième tome annoncé début 2019 : Hâte!!! Votre avis m'intéresse... https://www.facebook.com/eternelAdo/ https://www.instagram.com/eternelado/ https://journalduneternelado.blogspot.fr/
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.

Lisez maintenant, tout de suite !