Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262086695
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 528
Format : 150 x 225 mm

Les mythes de la Seconde Guerre mondiale

,

Date de parution : 20/08/2020
Best sellers, les deux tomes des Mythes de la Seconde Guerre mondiale réunis en un seul volume.
Si l’histoire de la Seconde Guerre mondiale nous semble bien connue, les mythes sur lesquels elle repose aux yeux du grand public ont encore la vie dure. Pour y remédier, Olivier Wieviorka et Jean Lopez ont réuni les meilleurs historiens français et étrangers de la période. Sur chaque sujet, ils... Si l’histoire de la Seconde Guerre mondiale nous semble bien connue, les mythes sur lesquels elle repose aux yeux du grand public ont encore la vie dure. Pour y remédier, Olivier Wieviorka et Jean Lopez ont réuni les meilleurs historiens français et étrangers de la période. Sur chaque sujet, ils cassent les clichés et les images toutes faites, dans un ouvrage aussi agréable à lire que novateur. Après l’immense succès des deux premiers opus, voici ici rassemblés en un unique volume trente-sept mythes déconstruits, trente-sept chapitres courts et enlevés qui livrent un nouveau regard sur ce moment décisif de l’histoire du monde.
 
 
« Une opération salutaire de désintox historique. »
L’Express
 
« [Un] ouvrage très précieux en ces temps de fake news. »
Le Figaro Magazine
 
« Sans jugement partisan, ces [trente-sept] chapitres contribuent à éclairer un conflit qui déchaîne toujours les passions. »
Geo Histoire
 
Dirigé par Jean Lopez, fondateur et directeur de la rédaction de Guerres & Histoire, et Olivier Wieviorka, membre de l’Institut universitaire de France et professeur à l’ENS-Cachan.
 
Les auteurs : Sébastien Albertelli, Nicolas Aubin, Vincent Bernard, Benoist Bihan, Bruno Birolli, François-Emmanuel Brézet, Christian Delporte, Christian Destremau, Patrick Facon, Pierre Grumberg, Hubert Heyriès, Eric Jennings, François Kersaudy, Julie Le Gac, Jean-Luc Leleu, Franck Liaigre, Jean Lopez, Claire Miot, Jean-François Muracciole, Jean-Christophe Noël, Lasha Otkhmezuri, Robert O. Paxton, Marc Perrenoud, Davide Rodogno, Régis Schlagdenhauffen, Georges-Henri Soutou, Pierre-François Souyri, Maurice Vaïsse, Bénédicte Vergez-Chaignon, Fabrice Virgili, Olivier Wieviorka.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262086695
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 528
Format : 150 x 225 mm

Ils en parlent

"Et si Hitler ne s'était pas retourné contre Staline ? Et si les Alliés n'avaient pas débarqué en Afrique du Nord ? Autant de décisions discutables qui ont changé le cours de la Seconde Guerre mondiale."
L'Histoire

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ABEDFranck Posté le 30 Septembre 2020
    Franck ABED mythes Nous avons lu ce livre collectif, que nous avons grandement apprécié, commis sous la direction de Jean Lopez, fondateur et directeur de la rédaction de Guerres Histoire et d’Olivier Wieviorka, membre de l’Institut universitaire de France et professeur à l’ENS Cachan. Cette étude revient sur « les mythes de la Seconde Guerre mondiale », mythes qui empêchent la bonne compréhension des événements. A ce sujet, nous lisons dans l’introduction : « Si la Seconde Guerre mondiale est de jour en jour mieux connue, grâce aux recherches que mènent avec ténacité les historiens, bien des mythes ont la vie dure ». La question à se poser est la suivante : pour quelles raisons les mythes perdurent-ils malgré la qualité de la recherche historique ? Lopez et Wieviorka pensent que « la persistance de ces idées convenues, à défaut d’être conformes, témoigne d’une difficulté : les historiens, malgré leur talent, ne sont pas toujours parvenus à faire partager au grand public les fruits de leurs travaux ». Espérons que ce gros volume parvienne à casser les idées reçues. Cette somme « se divise en deux parties inégales. La première se penche avant tout sur les opérations militaires, et... Franck ABED mythes Nous avons lu ce livre collectif, que nous avons grandement apprécié, commis sous la direction de Jean Lopez, fondateur et directeur de la rédaction de Guerres Histoire et d’Olivier Wieviorka, membre de l’Institut universitaire de France et professeur à l’ENS Cachan. Cette étude revient sur « les mythes de la Seconde Guerre mondiale », mythes qui empêchent la bonne compréhension des événements. A ce sujet, nous lisons dans l’introduction : « Si la Seconde Guerre mondiale est de jour en jour mieux connue, grâce aux recherches que mènent avec ténacité les historiens, bien des mythes ont la vie dure ». La question à se poser est la suivante : pour quelles raisons les mythes perdurent-ils malgré la qualité de la recherche historique ? Lopez et Wieviorka pensent que « la persistance de ces idées convenues, à défaut d’être conformes, témoigne d’une difficulté : les historiens, malgré leur talent, ne sont pas toujours parvenus à faire partager au grand public les fruits de leurs travaux ». Espérons que ce gros volume parvienne à casser les idées reçues. Cette somme « se divise en deux parties inégales. La première se penche avant tout sur les opérations militaires, et tente de séparer le bon grain (la réalité historique) de l’ivraie (les idées reçues). Reprenant le même schéma, la seconde se veut plus sociale et plus politisée ». L’objectif de l’ouvrage est clairement affiché : « Rétablir quelques faits en revenant, au crible de trente-sept chapitres, sur de grands mythes qui, pour être parfois considérés comme vérités d’Evangile, n’en restent pas moins erronés. Sans viser à l’exhaustivité, il espère contribuer à offrir aux lecteurs le fruit des recherches les plus récentes ». Par exemple, nous entendons encore que « l’économie soviétique ne pouvait rivaliser avec le potentiel du Reich ». Nous lisons que « les plus récentes recherches invitent à poser un regard lucide sur ces deux systèmes productifs. Elles conforment qu’au rebours d’une image convenue l’Allemagne fut une puissance industrielle relativement faible tandis que l’Union soviétique, à l’inverse, sut développer un impressionnant outil productif à vocation militaire ». De même, il est encore enseigné que « Pearl Harbor a signé une écrasante victoire de l’Empire Nippon sur les Etats-Unis ». L’étude factuelle des sources, des documents et des faits - non teintés d’idéologie - démontrent aisément le contraire. Une lecture partisane et partielle conduit certains à définir la guerre dans le Pacifique comme un front secondaire, alors qu’en réalité elle ne peut être vue ainsi : « Loin d’être une part annexe d’une Seconde Guerre mondiale qui se serait jouée en Europe, la guerre du Pacifique est donc un conflit longtemps distinct de celle-ci et que l’on pourrait plus exactement appeler guerre pour l’Asie ». Le contributeur de ce chapitre ajoute : « La géographie de la guerre du Pacifique, seule, interdit de la considérer comme secondaire, elle implique, directement ou indirectement - sans compter les Etats-Unis ! - plus de 40 millions de kilomètres carrés de surface terrestre - un gros quart des terres émergées -, abritant la moitié de la population mondiale en 1939, et un théâtre d’opération maritime représentant, si l’on y inclut l’océan Indien, près de 250 millions de kilomètres carrés, soit plus que l’ensemble des terres émergées, et près de la moitié de la surface de la Terre ». Il est souvent écrit que « la défaite de 1940 était inéluctable ». L’historien rappelle malgré tout que, lors de la percée de Sedan, l’armée française ne se présentait pas avec les meilleurs atouts pour gagner : mauvaise doctrine militaire, stratégie déficiente, rivalité entre l’armée de terre et de l’air, l’immobilisme durant la « drôle de guerre ». Il précise surtout « qu’il était possible d’éviter de subir une déroute quand la guerre a commencé en septembre 1939. Ainsi les Français ont-ils gaspillé huit mois… » Un autre mythe est dénoncé avec moults arguments « Les Allemands ont failli remporter la bataille d’Angleterre ». C’est faux ! La bataille a été perdue et bien perdue, à cause de mauvaises considérations tactiques et stratégiques voulues par la hiérarchie militaire allemande. Des raisons industrielles complètent l’analyse de l’échec : les Allemands se montraient incapables de produire plus ou autant d’avions que leurs adversaires. Voici les chiffres et ils ne souffrent d’aucune contestation possible. En 1940, les Allemands sortent « seulement 1870 avions de chasse monoplaces de leurs usines contre 4823 pour les Britanniques. L’attrition au combat ne peut être comblée de la même manière ». Les autres années confirmeront et amplifieront l’écart de production. Ce livre permet de comprendre qu’une seule bataille n’est jamais suffisante pour expliquer le déroulement d’une guerre, surtout une fois perçus ici la longueur et la multiplicité des fronts. Il n’existe pas une cause unique pour décrypter un événement mais plusieurs. Il convient de ne pas oublier les enchaînements et les rapports de cause à effet entre les différentes actions, militaires ou politiques. Hormis un ou deux thèmes sur lesquels je suis réservé, tout le reste me paraît conforme à la réalité historique. Cependant, plus de 70 ans après les faits, chacun pourra constater que la propagande tourne à plein régime et qu’elle continue de faire des dégâts. Certains pensent vraiment que « les homosexuels d’Europe furent déportés » ou que les FTP - politiquement communistes - furent « le fer de lance de la résistance armée ». Pour rappel, les cheminots ne constituèrent pas « les fers de lance de la résistance française ». La manipulation gaulliste continue de produire des effets désastreux, même en 2020 : non, le cœur de la France libre ne battait pas à Londres et cela est brillamment démontré avec des arguments circonstanciés dans la présente étude. Koufra et Bir Hakeim furent des « mythes fondateurs » exploités par De Gaulle dans le contexte de la Débâcle et de l’Occupation : « Koufra et Bir Hakeim demeurent les deux faits d’armes les plus célèbres des FFL. Ces succès ne sont pourtant ni les premiers, ni les plus importants »… L’Histoire doit être étudiée et comprise loin des idéologies, de l’émotionnel et du sentimentalisme. Napoléon disait à juste titre : « Qu'est-ce l'histoire, sinon une fable sur laquelle tout le monde est d'accord ? » Chacun tirera, ou non, les conséquences qui s’imposent… Franck ABED
    Lire la suite
    En lire moins
  • Apikrus Posté le 27 Septembre 2020
    Pour qu'une représentation qualifiée de mythique soit déconstruite chez moi, il aurait d'abord fallu qu'elle soit présente à mon esprit. Tel n'était pas toujours le cas. En effet, certains épisodes de la seconde guerre mondiale abordés dans cet ouvrage ne m'étaient pas suffisamment connus pour que j'en aie une idée préconçue, même déformée. C'est notamment le cas d'événements de la guerre du Pacifique (les cours d'histoire du lycée insistant sur le conflit en Europe, au Moyen Orient et en Afrique). D'autres mythes contestés ne correspondaient pas aux idées que j'avais déjà sur le sujet. Ainsi, je n'ai jamais considéré que Pétain et le gouvernement de Vichy avaient défendu la France de juillet 1940 à août 1944, ni qu'ils aient protégé les Juifs français (en acceptant de sacrifier les Juifs étrangers). Sans même évoquer les convergences idéologiques, la plupart des membres de ce gouvernement a pris acte d'une défaite de l'armée française, puis parié sur une victoire allemande finale, et répondu favorablement aux demandes du Reich, pas seulement dans le cadre de sa campagne antisémite mais aussi pour l'aider dans son effort de guerre. Sur d'autres sujets, les représentations contestées par les auteurs faisaient bien partie de l'image que j'en avais,... Pour qu'une représentation qualifiée de mythique soit déconstruite chez moi, il aurait d'abord fallu qu'elle soit présente à mon esprit. Tel n'était pas toujours le cas. En effet, certains épisodes de la seconde guerre mondiale abordés dans cet ouvrage ne m'étaient pas suffisamment connus pour que j'en aie une idée préconçue, même déformée. C'est notamment le cas d'événements de la guerre du Pacifique (les cours d'histoire du lycée insistant sur le conflit en Europe, au Moyen Orient et en Afrique). D'autres mythes contestés ne correspondaient pas aux idées que j'avais déjà sur le sujet. Ainsi, je n'ai jamais considéré que Pétain et le gouvernement de Vichy avaient défendu la France de juillet 1940 à août 1944, ni qu'ils aient protégé les Juifs français (en acceptant de sacrifier les Juifs étrangers). Sans même évoquer les convergences idéologiques, la plupart des membres de ce gouvernement a pris acte d'une défaite de l'armée française, puis parié sur une victoire allemande finale, et répondu favorablement aux demandes du Reich, pas seulement dans le cadre de sa campagne antisémite mais aussi pour l'aider dans son effort de guerre. Sur d'autres sujets, les représentations contestées par les auteurs faisaient bien partie de l'image que j'en avais, et cette lecture fut donc salutaire pour moi. Plusieurs chapitres sont consacrés à la guerre du Pacifique, partie essentielle de la seconde guerre mondiale, par sa durée (de l'attaque japonaise sur la Chine le 7 juillet 1937, à la capitulation du 2 septembre 1945) et par l'importance des moyens qui y furent engagés. Ma vision de la seconde guerre mondiale s'en trouve élargie. L'ensemble de l'ouvrage donne une bonne vision d'ensemble de cette guerre, montrant l'interdépendance des champs d'affrontements (les forces de l'Axe n'ayant pu faire face sur trop de fronts à la fois, en particulier l'Allemagne puis le Japon). Les auteurs ne limitent pas leur propos à la déconstruction des mythes évoqués, puisqu'ils expliquent les raisons de leur genèse, en commentant les éléments factuels à leur origine et en explicitant les facteurs leur ayant permis de prospérer (propagande de certains protagonistes, lignes de défenses de ceux qui ont été mis en accusation,…). J'ai quelques réserves sur une demi-douzaine des 37 chapitres constituant ce recueil. Le chapitre intitulé « L'Allemagne a perdu la guerre à cause d'Hitler » manque de clarté, et mêle des arguments spécieux et tautologiques (alors que, du même auteur, le chapitre « Les soviétiques l'ont emporté grâce au nombre » est aussi convainquant que les autres parties de l'ouvrage). D'autres chapitres consacrés aux qualités militaires et aux mérites de soldats de nationalités ou d'organisations différentes (italiens, SS, américains) m'ont paru sans grand intérêt. Je recommande ce livre à tous les amateurs d'Histoire, ainsi qu'aux lycéens, si la seconde guerre mondiale fait encore partie de leur programme.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Diabolo44 Posté le 15 Juin 2020
    Depuis un moment, les mythes, idées reçues et autres poncifs sont très à la mode dans les ouvrages historiques, et sans doute n'est-ce pas une mauvaise chose. Preuve en est que celui-ci a eu une suite grâce à son succès, nous dit l'éditeur. Il y a quelques mois, le général Elrick Irastorza a entrepris un travail analogue (bien qu'un peu plus discutable sur le fond à mon sens) sur la première guerre mondiale. Je suis un bon connaisseur de la deuxième, mais pas autant que de la première. Du coup, cet ouvrage a davantage réussi à me surprendre que celui d'Irastorza. Ainsi ai-je appris par exemple que Churchill avait été contesté au sein de son propre parti et en-dehors jusqu'en 1942, et que l'Union sacrée qu'on prête aux britanniques derrière lui est une fiction. Ainsi ai-je également appris que les dégâts de Pearl Harbour furent vraiment minimes (même si j'avais déjà entendu qu'ils n'étaient pas si graves que cela), ou que Rommel était certes un bon tacticien mais un piteux stratège. Le mythe "le soldat américain ne sait pas se battre" fut pour moi un mystère : jamais je n'avais entendu cela auparavant, donc il n'y avait pas grand chose à démythifier. Pour la... Depuis un moment, les mythes, idées reçues et autres poncifs sont très à la mode dans les ouvrages historiques, et sans doute n'est-ce pas une mauvaise chose. Preuve en est que celui-ci a eu une suite grâce à son succès, nous dit l'éditeur. Il y a quelques mois, le général Elrick Irastorza a entrepris un travail analogue (bien qu'un peu plus discutable sur le fond à mon sens) sur la première guerre mondiale. Je suis un bon connaisseur de la deuxième, mais pas autant que de la première. Du coup, cet ouvrage a davantage réussi à me surprendre que celui d'Irastorza. Ainsi ai-je appris par exemple que Churchill avait été contesté au sein de son propre parti et en-dehors jusqu'en 1942, et que l'Union sacrée qu'on prête aux britanniques derrière lui est une fiction. Ainsi ai-je également appris que les dégâts de Pearl Harbour furent vraiment minimes (même si j'avais déjà entendu qu'ils n'étaient pas si graves que cela), ou que Rommel était certes un bon tacticien mais un piteux stratège. Le mythe "le soldat américain ne sait pas se battre" fut pour moi un mystère : jamais je n'avais entendu cela auparavant, donc il n'y avait pas grand chose à démythifier. Pour la même affirmation concernant l'armée italienne, j'ai trouvé que l'auteur tombait dans les mêmes travers qu'Irastorza pour beaucoup de ses "poncifs" sur la 1e GM : entendant démontrer que cette armée n'était pas si mauvaise que ça, il démontre quand même surtout le contraire, malgré quelques faits d'armes plutôt exceptionnels. L'ensemble reste cela dit de très bonne tenue, écrit par des spécialistes éprouvés, sans trop de détails ni trop peu. Un bouquin qui ravira donc ceux qui ont un niveau de connaissance intermédiaire sur le second conflit mondial, et qui peut se picorer dans le désordre en fonction des centres d'intérêt.
    Lire la suite
    En lire moins
  • gyselinck_dominique Posté le 7 Juin 2019
    Très belle initiative que de détricotter pas moins d'une vingtaine d'idées reçues sur la 2e Guerre mondiale. Quelques surprises, et non des moindres, nous attendent à la fin de chaque chapitre, et une vision différente, plus pointue, plus complète de certains personnages, certains évênements marquants de ce conflit.
  • mazou31 Posté le 4 Juin 2016
    23 sujets faisant l’objet d’affirmations péremptoires sont éclairés d’une lumière nouvelle par un collectifs d’historiens et de spécialistes, sous la direction de Jean Lopez et Olivier Wievorka. Le premier est considéré comme un des meilleurs spécialistes du conflit germano-soviétique, le second, professeur d’histoire à l’ENS, lui-même spécialisé sur l’ensemble du conflit. Le premier est l’auteur d’un remarquable « Joukov, l’homme qui a vaincu Hitler » et surtout de « Grandeur et misère de l’Armée rouge », le second d’une référence avec une « Histoire de la Résistance ». L’ensemble du collectif, très cohérent tant dans son style que dans le traitement bref mais précis, dément ou recadre de façon très éclectique beaucoup d’acquis qui sont en fait erronés ou arrangés, parfois par les belligérants eux-mêmes. Au hasard on y apprend que l’Angleterre n’était pas toute derrière Churchill, que la Wehrmacht a largement participé aux délires et aux erreurs d’Hitler, que de grands militaires étaient moins brillants que leur réputation, que certains évènements ont été bien plus déterminants que d’autres déclarés ou que leurs causes ne sont pas toujours celles qu’on affirme. Une somme d’éléments historiques passionnante et qui participe indubitablement à l’instauration de la vérité.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…