Lisez! icon: Search engine

Les orchidées rouges de Shanghai

Presses de la cité
EAN : 9782258056909
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 504
Format : 155 x 240 mm
Les orchidées rouges de Shanghai

Date de parution : 19/04/2001

De 1930 à nos jours, l'histoire vraie d'une femme de réconfort coréenne. Un sujet rarement sinon jamais évoqué en France, par une spécialiste de la Corée.

En 1937, Sangmi a quatorze ans lorsque son destin bascule à la sortie de l'école. Enlevée par des soldats japonais, elle est embarquée avec des dizaines d'autres Coréennes à destination de la Mandchourie. Enrôlée de force dans l'unité des " femmes de réconfort ", elle connaîtra l'enfer des maisons closes...

En 1937, Sangmi a quatorze ans lorsque son destin bascule à la sortie de l'école. Enlevée par des soldats japonais, elle est embarquée avec des dizaines d'autres Coréennes à destination de la Mandchourie. Enrôlée de force dans l'unité des " femmes de réconfort ", elle connaîtra l'enfer des maisons closes que l'armée nippone a installées dans l'Asie à feu et à sang. Une force de caractère hors du commun, l'espoir de retrouver la trace d'un père français inconnu et une merveilleuse et impossible passion pour un officier japonais permettent à Sangmi de résister à sa terrible destinée.

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258056909
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 504
Format : 155 x 240 mm
Presses de la cité

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Averell3 Posté le 31 Janvier 2019
    Hélas probablement véridique sur les "femmes de réconfort" mises en esclavage par les japonais dans l'entre-deux guerres... très bien écrit, avec beaucoup d'empathie
  • mamzelleoups Posté le 27 Janvier 2019
    Shangmi a 14 ans quand elle se fait enlever par les Japonais. Elle devient une "femme de réconfort", prostituée pour les soldats japonais. Dans ce roman à la première personne, elle nous raconte la violence, la guerre, la folie cruelle des hommes, mais aussi la passion, l'amour et l'espoir. Tout à tour prostituée, amante d'un chef japonais, métisse à a recherche de son père français prisonnière d'un hôpital qui mène des expériences, traductrice ou encore ouvrière au Japon, l'héroïne est poignante dans cette traversée de l'Asie des années 30 et 40. Le récit, à la fois cruel et sensuel, met en lumière la vie des 200 000 "femmes de réconfort" mises au service du Japon, dont la plupart, comme Shangmi, sont coréennes. Une lecture pas toujours facile mais qui happe le lecteur, et résonne longtemps après la dernière page.
  • Blandine80 Posté le 28 Avril 2018
    Voilà un morceau d'histoire que l'on ne connaît pas ou trop mal. En 1937 une jeune coréenne est enlevée dans son pays par les japonais. Elle deviendra esclave sexuelle jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale. Trimbalée dans divers camps à travers l'Asie. Grâce à une volonté de fer, la bonne volonté de certains Sangmi finira par sortie de cet enfer. Juliette Morillot nous fait vivre une guerre autrement. Ici pas de combats sanglants, pas de coup de feu mais un asservissement moral et physique inhumain. Hitler et son combat pour une race pure sont montrés du doigt en Europe. Hirohito et ses désirs d'expansion doivent l'être tout autant. Tiré d'une histoire vraie, ce livre nous plonge dans l'horreur méconnue subie par des milliers de femmes.
  • book-en-stock Posté le 7 Janvier 2018
    Un destin de fille-femme sous fond de guerre sino-japonaise et de folie meurtrière. Sangmi est une jeune fille de 14 ans qui aime étudier quand elle est enlevée par des soldats japonais à la sortie de l’école et enrôlée de force en tant que « femme de réconfort » pour l’armée japonaise. Elle connaîtra les pires cruautés, quittant la Corée pour la Mandchourie, puis la Chine, Singapour, Java, la Malaisie, pour finir à Hiroshima. Qu’adviendra-t-il d’elle lors de la reddition japonaise ? Ce roman est éprouvant tellement il recèle d’horreurs inimaginables, de barbaries indicibles et de sauvageries sans nom ! L’auteur nous les expose sans préavis, nous les décrit sans pudeur afin de témoigner de cette page d’Histoire si souvent tue, méconnue. Elle nous dépeint un portrait de fille-femme hors du commun que sauvent plus d’une fois ses études en langues étrangères et sa force de caractère. Chez Sangmi vibre une puissante envie de vivre, de s’en sortir, de résister, alimentée par une haine tenace contre l’ennemi qui lui a tout pris, à commencer par son enfance. Ce personnage me semble tout de même bien robuste et endurant face à tout ce à quoi elle doit faire face : les viols innombrables... Un destin de fille-femme sous fond de guerre sino-japonaise et de folie meurtrière. Sangmi est une jeune fille de 14 ans qui aime étudier quand elle est enlevée par des soldats japonais à la sortie de l’école et enrôlée de force en tant que « femme de réconfort » pour l’armée japonaise. Elle connaîtra les pires cruautés, quittant la Corée pour la Mandchourie, puis la Chine, Singapour, Java, la Malaisie, pour finir à Hiroshima. Qu’adviendra-t-il d’elle lors de la reddition japonaise ? Ce roman est éprouvant tellement il recèle d’horreurs inimaginables, de barbaries indicibles et de sauvageries sans nom ! L’auteur nous les expose sans préavis, nous les décrit sans pudeur afin de témoigner de cette page d’Histoire si souvent tue, méconnue. Elle nous dépeint un portrait de fille-femme hors du commun que sauvent plus d’une fois ses études en langues étrangères et sa force de caractère. Chez Sangmi vibre une puissante envie de vivre, de s’en sortir, de résister, alimentée par une haine tenace contre l’ennemi qui lui a tout pris, à commencer par son enfance. Ce personnage me semble tout de même bien robuste et endurant face à tout ce à quoi elle doit faire face : les viols innombrables et répétés des années durant, les conditions d’hygiène, les maladies (peste, radiations médicales, bombe atomique, paludisme), un avortement, les traversées à marche forcée de la jungle malaise, le froid insoutenable dans la neige, la famine, les blessures de torture… Il est difficile de croire qu’une seule et même personne ait pu revenir de tout cela. La plume de Juliette Morillot nous plonge pourtant pleinement dans ce monde asiatique aux heures les plus sombres, et sait en dégager aussi les beautés. Elle nous dévoile avec précision les parfums et saveurs, les bruits, les couleurs, les atmosphères. Les paysages en deviendraient presque enchanteurs. Certaines pages sont une ode à l’amour de la Corée. Sa connaissance de l’Asie nous apprend à discerner les menues différences, à peine perceptibles à un œil occidental, entre les Coréens, les Chinois, les Japonais. Un roman violent au cœur d’une page d’Histoire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • fleurdiris Posté le 24 Juillet 2015
    Recommandé et prêté par une amie, j'ai dévoré ce livre... Mais étant hypersensible, j'ai aussi versé des larmes, ce bouquin est un témoignage de tellement d'atrocités et de tortures physiques et morales... Mais lorsqu'elle commence à s'en sortir alors le sourire se redessine puis les ennuis recommencent etc... On est littéralement plongé dans cette histoire, parfois même on aimerait pouvoir les rejoindre et leur apporter notre aide... Un témoignage bouleversant, poignant, une fois que l'on a commencer on veut connaitre la suite... Ces femmes étaient de vraies battantes...
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.