En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les Orphelins du bout du monde

        Belfond
        EAN : 9782714473950
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 576
        Format : 140 x 225 mm
        Les Orphelins du bout du monde

        Florence HERTZ (Traducteur)
        Collection : Le Cercle Belfond
        Date de parution : 01/06/2017
        Au début du XXe siècle, une somptueuse histoire d’amour à l’atmosphère ensorcelante, avec pour toile de fond les vastes plaines de l’Ouest australien, terres ancestrales du peuple aborigène. 
        Abandonnée par sa famille dans le désert australien, Leonora est une miraculée. Confiée à un orphelinat, la fillette tisse une amitié aussi forte qu’éphémère avec un petit irlandais rebelle, James O’Reilly. Mais leurs chemins se séparent lorsque Leonora est adoptée par les Fairfield, un couple d’industriels américains.
        Des années plus tard,...
        Abandonnée par sa famille dans le désert australien, Leonora est une miraculée. Confiée à un orphelinat, la fillette tisse une amitié aussi forte qu’éphémère avec un petit irlandais rebelle, James O’Reilly. Mais leurs chemins se séparent lorsque Leonora est adoptée par les Fairfield, un couple d’industriels américains.
        Des années plus tard, c’est une belle héritière qui débarque sur les terres australes, au bras de son époux, le séduisant et ambitieux Alex Harrington, chargé de gérer la mine des Fairfield. Mais alors que le couple s’installe dans sa nouvelle demeure de Wanjarri Downs, Leonora croise le chemin de James, embauché pour diriger le ranch. Les retrouvailles sont délicates : leur amitié, toujours aussi forte, doit rester secrète car Alex ignore tout du passé de Leonora. Mais comment résister à cette force qui semble pousser Leonora irrémédiablement dans les pas de James ?
        Leonora veut divorcer, cesser cette mascarade ; ses sentiments pour Alex sont morts. Mais ce dernier mis au défi par sa femme, harcelé par les mineurs qui se mutinent contre lui, va bientôt laisser éclater une violence folle, terrible, dont personne, pas même James, ne sortira indemne…  
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714473950
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 576
        Format : 140 x 225 mm
        Belfond
        22.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • NathalC Posté le 8 Novembre 2017
          Une belle histoire d'amitié et d'amour qui nous transporte à l'autre bout du monde. L'écriture est fluide et on se laisse facilement emporter par Léo et James. Bref, ce livre semble être une belle promesse... Cependant, il m'a manqué un petit quelque chose. Ce roman aurait mérité de faire 600-700 pages. J'aurai aimé qu'il y ait plus de détails sur la vie des personnages. Je ne suis pas rentrée totalement dans leur vie, dans leurs ressentis. J'ai eu ue impression de distance. Quant aux hasards de leur vie, cela m'a paru peu crédible par moment, surtout dans cet immense pays qu'est l'Australie ! Quant au personnage de Ghan, l'auteur revient régulièrement sur lui, mais pour quel résultat final ?!.... La chute de l'histoire m'a paru malheureusement un peu bâclée également. Pour conclure, la lectrice que je suis a été frustrée en refermant ce roman qui aurait pu être un véritable coup de coeur, mais qui ne l'a pas été... Dommage, c'était bien parti. Cela reste quand même un moment agréable de lecture.
        • haros Posté le 8 Novembre 2017
          En Australie, au début du 20ème siècle, James et Léonarda sont 2 orphelins qui se rencontrent à l'orphelinat sous l'égide du père Mc Intyre. La petite fille ne parle pas depuis son abandon qui l'a traumatisé. James est arrivé à l'âge d'une semaine et a été élevé par l'homme d'église qui le considère comme son fils. Ce dernier est lui-même à l'écart des autres enfants, il n'a aucun ami et un lien très fort se tisse entre lui et la petite fille. La vie à l'orphelinat s'écoule à peu près sereinement pendant quelques années jusu'à ce que James parte avec sa tante et son oncle, la seule famile qui lui reste, tandis que Léonarda est adoptée par un couple de riches américains qui la font passer pour leur nièce. Qualques années plus tard, James et Léonarda se retrouvent : elle vit un mariage malheureux, lui est intendant dans son ranch. Les liens forts du passé n'ont pas disparus et la force de leur attachement est plus que présent. Dès les premières pages du livre, mon coeur s'est serré et plusieurs fois les larmes me sont montées aux yeux.L'Australie est alors un pays encore sauvage, bien que magnifique et grandiose et la vie y... En Australie, au début du 20ème siècle, James et Léonarda sont 2 orphelins qui se rencontrent à l'orphelinat sous l'égide du père Mc Intyre. La petite fille ne parle pas depuis son abandon qui l'a traumatisé. James est arrivé à l'âge d'une semaine et a été élevé par l'homme d'église qui le considère comme son fils. Ce dernier est lui-même à l'écart des autres enfants, il n'a aucun ami et un lien très fort se tisse entre lui et la petite fille. La vie à l'orphelinat s'écoule à peu près sereinement pendant quelques années jusu'à ce que James parte avec sa tante et son oncle, la seule famile qui lui reste, tandis que Léonarda est adoptée par un couple de riches américains qui la font passer pour leur nièce. Qualques années plus tard, James et Léonarda se retrouvent : elle vit un mariage malheureux, lui est intendant dans son ranch. Les liens forts du passé n'ont pas disparus et la force de leur attachement est plus que présent. Dès les premières pages du livre, mon coeur s'est serré et plusieurs fois les larmes me sont montées aux yeux.L'Australie est alors un pays encore sauvage, bien que magnifique et grandiose et la vie y est rude. Je ne connaissais pas cette auteure et j'ai retrouvé une écriture similaire avec celle de Sarah Lark (dont je vous recommande la série Le pays du nuage blanc). Les descriptions sont très précises. La rudesse de la vie alors y est très bien décrite sans verser dans le mélo malgré la tristesse de certains passages. Les thèmes de l'orphelinat à cette époque, de la vie des mineurs, la pauvreté y sont abordés. J'ai vraiment adoré cette lecture et j'ai eu un gros coup de coeur avec 2 bémols toutefois : l'épilogue qui arrive bien trop vite à mon goût et qui masque une partie de l'histoire qui aurait mérité d'être écrite, et certains passages inégaux. De plus, le personnage de Ghan qui revient tout au long de l'histoire, depuis les premières pages, comme un fil rouge aurait mérité une autre implication dans la vie de Léonarda et une autre fin. L'accent est plutôt mis sur le personnage de Léonarda qui fait face comme elle peut aux événements difficiles et douloureux de sa vie. Ce roman reste pour moi un gros coup de coeur (je me répète!). C'est une belle fresque sauvage et romanesque qui vous dépaysera!
          Lire la suite
          En lire moins
        • Annette55 Posté le 2 Novembre 2017
          Ce livre nous entraîne au début du 20° siècle, dans l'Australie profonde et les vastes plaines de l'Ouest, terre ancestrale du peuple aborigène ..... Une terre pleine de bruits, de bruits purs, où l'on rencontrait dingos, lapins de Garenne, troupeaux de bétail imposants, poussière orange, perroquets jaune et vert perchés sur les branches , kangourous roux, grands comme des hommes, rassemblés par centaines, se léchant les pattes pour se rafraîchir tout près des ruisseaux où se plonger sous une chaleur de plomb..... Une nature à la fois imposante, sauvage et somptueuse, je ne dirai pas grand- chose à propos de cette fresque historique romantique sur fond de première guerre mondiale et de Bush australien,.(567 pages) ....j'en dirais trop...... Des thèmes multiples y sont abordés , le destin malheureux de deux orphelins, Leonora et James, bientôt adoptés , au parcours chaotique , semé d'embûches.....de multiples personnages fouillés parfaitement décrits, les conditions de travail précaire des mineurs, le comportement des colons, le regard de "l'homme blanc" tout puissant sur les "aborigènes" humiliés et maltraités , l'emploi d'une main- d'oeuvre issue de l'immigration.....la tragédie de la première guerre mondiale et ses suites douloureuses pour les familles , notamment la grippe espagnole... Ce livre nous entraîne au début du 20° siècle, dans l'Australie profonde et les vastes plaines de l'Ouest, terre ancestrale du peuple aborigène ..... Une terre pleine de bruits, de bruits purs, où l'on rencontrait dingos, lapins de Garenne, troupeaux de bétail imposants, poussière orange, perroquets jaune et vert perchés sur les branches , kangourous roux, grands comme des hommes, rassemblés par centaines, se léchant les pattes pour se rafraîchir tout près des ruisseaux où se plonger sous une chaleur de plomb..... Une nature à la fois imposante, sauvage et somptueuse, je ne dirai pas grand- chose à propos de cette fresque historique romantique sur fond de première guerre mondiale et de Bush australien,.(567 pages) ....j'en dirais trop...... Des thèmes multiples y sont abordés , le destin malheureux de deux orphelins, Leonora et James, bientôt adoptés , au parcours chaotique , semé d'embûches.....de multiples personnages fouillés parfaitement décrits, les conditions de travail précaire des mineurs, le comportement des colons, le regard de "l'homme blanc" tout puissant sur les "aborigènes" humiliés et maltraités , l'emploi d'une main- d'oeuvre issue de l'immigration.....la tragédie de la première guerre mondiale et ses suites douloureuses pour les familles , notamment la grippe espagnole .....qui priva nombre de familles de là- bas, du retour de leurs fils, "indemnes", décédés au cours de leur retour ..... Amour, passions, luttes, chagrins, liens détruits, jalousie, drames de l' Histoire, mensonges , violences, aventures se mêlent , dans ce grand roman sentimental, dépaysant , parfois déroutant lorsque l'auteur décrit " en long et en large " "naïvement" les émois amoureux .On lui pardonnera , c'est son premier ouvrage qui recèle , malgré cette petite déception , un souffle certain! J'aime beaucoup les romans qui se déroulent en Australie, certaines pages sont très belles et intéressantes , émouvantes.....surtout celles qui concernent" le sort "réservé aux malheureux aborigènes, "la petite histoire dans la grande Histoire.".... Je remercie chaleureusement la personne qui m'a prêté ce gros roman. Ce n'est que mon humble avis , bien sûr !A découvrir ou pas!
          Lire la suite
          En lire moins
        • djihane Posté le 18 Septembre 2017
          Quand j’ai fini la lecture de mon roman et que j’ai lu la quatrième de couverture des orphelins au bout du monde, j’étais bien contente de n’avoir lu que le premier paragraphe (que je vous ai sélectionné en guise de résumé). Le reste dévoile trop sur l’histoire. Si vous voulez garder la magie de ce récit intacte, je vous conseille de faire de même. Tout ce qu’il faudrait savoir est que le roman relate l’histoire de Leonora et James, deux enfants orphelins qui vont se lier d’amitié et qui finissent par être séparés. Leonora avait été retrouvée abandonnée dans le le bush australien par un homme nommé Ghan qui la confiera aux soins d’un médecin et sa femme. Ce choc va l’amener à garder le silence et à ne plus vouloir parler. Quand elle arrivera dans un orphelinat, elle reste muette mais au contact de James la fillette de 8 ans s’ouvre petit à petit. Ces deux-là deviennent inséparables jusqu’au jour où ils partent dans des familles d’adoption. Nous les suivons dès lors tout le long de leur vie, on les voit grandir, faire des choix ou les subir, etc. Et le lecteur ne se pose qu’une seule question: Arriveront-ils enfin un... Quand j’ai fini la lecture de mon roman et que j’ai lu la quatrième de couverture des orphelins au bout du monde, j’étais bien contente de n’avoir lu que le premier paragraphe (que je vous ai sélectionné en guise de résumé). Le reste dévoile trop sur l’histoire. Si vous voulez garder la magie de ce récit intacte, je vous conseille de faire de même. Tout ce qu’il faudrait savoir est que le roman relate l’histoire de Leonora et James, deux enfants orphelins qui vont se lier d’amitié et qui finissent par être séparés. Leonora avait été retrouvée abandonnée dans le le bush australien par un homme nommé Ghan qui la confiera aux soins d’un médecin et sa femme. Ce choc va l’amener à garder le silence et à ne plus vouloir parler. Quand elle arrivera dans un orphelinat, elle reste muette mais au contact de James la fillette de 8 ans s’ouvre petit à petit. Ces deux-là deviennent inséparables jusqu’au jour où ils partent dans des familles d’adoption. Nous les suivons dès lors tout le long de leur vie, on les voit grandir, faire des choix ou les subir, etc. Et le lecteur ne se pose qu’une seule question: Arriveront-ils enfin un jour à se revoir ? Et le charme de roman est cette attente de voir comment le destin tisse ses toiles pour éloigner ou rapprocher les êtres. J’ai adoré cette lecture et j’ai même versé quelques petites larmes quand mes deux personnages chouchous souffraient. La vie ne va pas forcement être tendre avec eux. Les seuls éléments qui m’ont un peu déconcertés sont liés d’abord à l’abondance de détails de vie sur les personnages. Il me manquait un peu plus d’ellipse. la première partie est très longue. Je l’ai certes appréciée même si parfois j’aurais voulu que ça aille un peu plus vite. Ensuite, toujours dans cette perspective, il y avait un personnage qui a été utile à l’histoire au début mais je n’ai pas trouvé pertinent que l’on suive toute sa vie, Ghan. Cette sensation de longueur va vite disparaître dans la seconde partie qui va nous offrir une histoire plus dynamique et plus passionnante. La vie de Leonora et de James adultes est une fresque qui mêle romantisme, destin et rebondissements dignes d’Hollywood. Ces deux-là vont vous faire vibrer, vous émouvoir et vous toucher en plein cœur. J’ai également était sensible à la description du statut de la femme en Australie au début du XXème siècle et au sort des indigènes qui était très mal traités par les blancs. Ce qui m’a amenée à autant aimer ce roman est le fait qu’au-delà de la magnifique histoire d’amour que l’on va suivre sur plusieurs années, Harmony Verna donne de la profondeur à son texte en nous faisant découvrir l’Australie et une partie de son histoire. C’était intéressant d’avoir toutes ces données historiques qui ne pouvaient qu’insuffler du réalisme et de la consistance à notre histoire. C’était intéressant de voir comment la première guerre mondiale avait été vécue du côté australien. Malgré le fait que le début m’a paru un peu long, Les orphelins du bout du monde est une fresque historique riche en émotion. Un beau voyage dans l’Australie du début du XXème siècle. Quand l’Histoire avec un grand H rencontre le destin de deux êtres qui ne demandaient qu’à aimer et à être aimés. Cela donne une histoire d’amour crève-cœur, des personnages forts et marquants servis par une magnifique plume dépaysante. Une histoire qui se vit.
          Lire la suite
          En lire moins
        • TheBookCarnival Posté le 20 Août 2017
          Les orphelins du bout du monde est un roman magnifique. Une grande fresque romantique sur fond de Première Guerre mondiale et de bush australien. Début du XX ème siècle. Leonora et James sont enfants quand ils se rencontrent pour la première fois dans un orphelinat, l’une a été abandonnée par son père au milieu du désert et retrouvée in extremis par un pauvre bougre éclopé du nom de Ghan qui passait par là et l’autre a perdu ses parents et n’a qu’une certitude, qu’en Irlande il y a de la famille prête à l’accueillir. Les années passent, leur amitié se renforce mais les difficultés financières ébranlent l’orphelinat. Bien vite Leonora est adoptée par de riches américains qui la modèlent à la hauteur de leurs mensonges et James va quant à lui retrouver sa famille irlandaise, sa tante Tess et son oncle Shamus débarquent en Australie. James et Leonora sont désormais séparés et vivent chacun de leur côté les épreuves que la vie sème sur leurs chemins. Un jour pourtant, leurs chemins se croisent à nouveau... J’ai beaucoup aimé cette histoire empreinte de drame avec une touche de romance juste comme il faut (car j’ai eu peur à certains moments que le... Les orphelins du bout du monde est un roman magnifique. Une grande fresque romantique sur fond de Première Guerre mondiale et de bush australien. Début du XX ème siècle. Leonora et James sont enfants quand ils se rencontrent pour la première fois dans un orphelinat, l’une a été abandonnée par son père au milieu du désert et retrouvée in extremis par un pauvre bougre éclopé du nom de Ghan qui passait par là et l’autre a perdu ses parents et n’a qu’une certitude, qu’en Irlande il y a de la famille prête à l’accueillir. Les années passent, leur amitié se renforce mais les difficultés financières ébranlent l’orphelinat. Bien vite Leonora est adoptée par de riches américains qui la modèlent à la hauteur de leurs mensonges et James va quant à lui retrouver sa famille irlandaise, sa tante Tess et son oncle Shamus débarquent en Australie. James et Leonora sont désormais séparés et vivent chacun de leur côté les épreuves que la vie sème sur leurs chemins. Un jour pourtant, leurs chemins se croisent à nouveau... J’ai beaucoup aimé cette histoire empreinte de drame avec une touche de romance juste comme il faut (car j’ai eu peur à certains moments que le récit ne s’enfonce dans la guimauve). Le décor est vraiment un point fort du roman, le bush australien, le sable rouge auxquels se mêle la réalité de l’époque à savoir les difficultés agricoles, le travail dans les mines, la guerre... tout y apparaît avec force. Les personnages principaux, James et Leonora, sont de très beaux personnages de roman auxquels on s’attache très vite. On les voit évoluer de l’enfance à l’âge adulte, affronter les épreuves et se forger un caractère. Surtout Leonora qui, de petite fille perdue et fragile comme l’oisillon qu’elle tente de sauver au début du livre, devient malgré tous les coups qu’elle prend, autant psychologiquement que physiquement, une jeune femme au grand cœur, courageuse et déterminée. Elle tisse un lien avec les aborigènes et s’oppose aux missionnaires quand ces derniers les menacent. Elle est prête à sacrifier son bonheur et sa vie pour eux. C’est à mes yeux un grand personnage féminin sans en avoir l’air, car elle subit tellement, elle a l’air tellement soumise, que le cran qu’elle peut avoir en est estompé. Pour finir, pendant ma lecture je n’ai pas pu m’empêcher de coller au personnage de Leonora une touche très « culture 80’s », car pour moi c’ est une sorte de Princesse Sarah qui aurait percuté Docteur Quinn femme médecin, une orpheline se rêvant infirmière au secours des laissés pour compte. C’est vraiment un très beau roman, une lecture pour poursuivre l’été, et pourquoi pas une lecture d’été indien, quand les feuilles commencent à rougir comme le sable du bush australien.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        << Un roman tout aussi passionnant que touchant. >>
        Marie-Christine Luton / Pep's
        Toute l'actualité des éditions Belfond
        Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.