Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714438683
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 444
Format : 154 x 240 mm

Les Passagers anglais

Georges-Michel SAROTTE (Traducteur)
Date de parution : 02/05/2002

À Londres, en 1857, se prépare l'une des plus grandes aventures du siècle : le révérend Wilson entend prouver au monde que le jardin d'Éden existe et se trouve en Tasmanie.

Fidèle à la grande tradition des récits d'aventures du XIXe siècle mais aussi résolument moderne par son questionnement sur le racisme, les religions et la colonisation, un formidable roman doté d'une dimension philosophique, d'un humour, d'une érudition et d'une qualité d'écriture exceptionnels.

À Londres, en 1857, se prépare l'une des plus...

Fidèle à la grande tradition des récits d'aventures du XIXe siècle mais aussi résolument moderne par son questionnement sur le racisme, les religions et la colonisation, un formidable roman doté d'une dimension philosophique, d'un humour, d'une érudition et d'une qualité d'écriture exceptionnels.

À Londres, en 1857, se prépare l'une des plus grandes aventures du siècle : mû par une révélation divine autant que par ses rêves de gloire, le révérend Wilson entend prouver au monde que le jardin d'Éden se trouve en Tasmanie. En compagnie d'un jeune botaniste désabusé et d'un médecin auteur en secret de sinistres traités sur la supériorité de la race blanche, le révérend embarque à bord du bateau d'un capitaine Kewley davantage intéressé par la vente de sa cargaison de contrebande que par la quête mystique de ses passagers.

Pendant ce temps, à l'autre extrémité du globe, Peevay l'aborigène raconte les luttes de son peuple contre les colons, ces « fantômes à la peau morte et aux pieds sans orteils ».

Au terme d'un périlleux voyage, alors que les passagers anglais approchent de l'île de Peevay, le choc entre deux civilisations que tout oppose paraît inéluctable…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714438683
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 444
Format : 154 x 240 mm
Belfond

Ils en parlent

« Matthew Kneale maîtrise à la perfection cette spécialité britannique qui consiste à parler sérieusement des choses drôles et drôlement des choses sérieuses. »
Didier Sénécal - Lire

« Jules Verne et Stevenson se sont-ils penchés sur le berceau de Matthew Kneale ? Sans doute. [...] Il vient de déposer sur nos rivages une épopée maritime dont l’exotisme enchante. »
André Clavel - L’Express

« Passionnant, inspiré, érudit, récit épique autant que conte moral, Les Passagers anglais a la saveur des grands romans d'aventures d'antan, des réminiscences de Stevenson et de Jules Verne, des accents conradiens. »
Michel Abescat - Télérama

« Matthew Kneale [mêle] avec une inventivité narrative exceptionnelle drôlerie et férocité, comédie et drame, histoire et fiction. [...] Ajoutons à cela une érudition prodigieuse, une indiscutable dimension philosophique, un humour pétillant et une émotion constante, et l'on aura compris que ce roman si brillant est tout simplement un chef d'oeuvre. »
Nancy Dolhem - Le Monde diplomatique

« Dans la droite ligne des romans d'aventures du XIXe siècle, Matthew Kneale compile érudition, humour et souffle épique. »
Victor Blanche - À Nous Paris

« Une épopée maritime flamboyante d'exotisme et d'exentricité. »
Laurence Vidal - Gala

« Un roman d'une incroyable intelligence. D'une plume incisive, et avec un humour décapant, Matthew Kneale met à plat les aberrations de la colonisation et de la religion. »
Tifenn Duchatelle - Voici

« Une fiction aussi savante que captivante. »
Daniel Martin - La Montagne

« Plein d'érudition et d'humour, [Matthew Kneale] a donné à son histoire une portée philosophique avec une réflexion sur la tolérance et le droit à la différence. »
Fabrice Littamé - L'Union

« Une oeuvre courageuse, criante de vie. »
René Vigo - L'Est Eclair

« Une histoire polyphonique qui s'appuie sur une solide érudition pour dénoncer les méfaits de la colonisation, la naissance des thèses racistes ou encore l'enfer du bagne. [...] Entre comédie et roman historique, ce livre intelligent et drôle est un régal de la première à la dernière ligne. »
Frédérique Bréhaut - Le Maine libre

« Un grand roman d'aventures où l'humour ne manque pas, [...] un roman exceptionnel d'intelligence, d'habileté et de finesse. »
Pierre Maury - Le Soir (Belgique)

« Un des événements les plus honteux de l’histoire de l’Empire britannique exploré avec courage, une intelligence éclairée et une imagination sans faiblesse. Une histoire fascinante, brillamment racontée : l’œuvre majeure d’un grand talent. »
The Independent

« Un livre criant de vie […]. Un roman ambitieux qui se révèle impressionnant de réussite car très abouti. Chaque page pétille d’invention linguistique et entremêle savamment comédie et drame. »
The Guardian

« Ceux qui en savent peu sur le passé de la Tasmanie auraient peine à trouver histoire plus vivante […]. Matthew Kneale a su donner à son personnage de Peevay, l’aborigène, une voix parfaite, un idiome très vraisemblable, mélange de métaphores bibliques et de l’argot des bagnards. »
Times Literary Supplement

« Un roman historique plein de fougue, une conception imposante, solide et soignée […]. Un de ses aspects les plus intéressants est la façon dont il ravive notre intérêt pour l’Histoire et pour la vérité. »
The Times

« Un travail ingénieux, enrichi d’éclats comiques, évoquant à certains égards le Stevenson de L’Île au trésor. Un roman historique inhabituel qui mérite un vaste public. »
Daily Express

« Grand, courageux, brillant […]. Après des recherches rigoureuses et sept ans de travail, voilà un beau roman édifiant, substantiel, prenant et remarquablement bien écrit. »
The Economist

« Un roman historique, féroce et hilarant où il est question de l’extinction des Tasmaniens, de la quête du jardin d’Éden et d’un capitaine de navire mannois qui, à l’insu de ses passagers anglais, se livre à la contrebande. »
New York Times Book Review

« Certains romans se savourent confortablement installés au coin du feu. Cet exubérant et solide roman historique en fait partie. Matthew Kneale a réussi là une entreprise difficile : une épopée mémorable. Préparez-vous à la rencontre d’un monde fascinant. »
New York Post

« Un roman historique original, très émouvant, et d’une érudition impressionnante. »
Kirkus Review

« Une histoire formidable, ingénieusement racontée dans une langue qui touche souvent à la poésie. Matthew Kneale parvient à faire résonner un puissant écho moral sans jamais donner de leçons. Que demander de plus à un auteur et à un livre ? »
Philadelphia Inquirer

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bellonzo Posté le 20 Janvier 2014
    Cet homme s'appelle Matthew Kneale et c'est l'auteur d'un roman génial qui convoque Stevenson, Conrad, Darwin, De Foe entre autres.Ceci est une introduction très quelconque car Kneale n'a besoin d'aucun parrainage.Il suffit de lire Les passagers anglais(Belfond,Presses Pocket) pour qu'éclate son talent de conteur et de moraliste.Le livre tient à la fois du conte des Lumières et de l'épopée à la Jules Verne.Mais assez de name dropping comme dirait Delerm.Plongez vous dans ce voyage au bout du monde d'un navire dont le capitaine convoie un jeune botaniste,un pasteur plutôt fondamentaliste comme on dit aujourd'hui,un médecin convaincu de supériorité.Ce voyage les mène en Tasmanie,cette île du sud de l'Australie où vivent des autochtones ce qui est bien leur droit. Que de questions à l'arrivée après les périls des océans sur la terre de Tasman pas trop hospitalière!Y trouve-t-on le Jardin d'Eden?Le racisme est-il justifié par les théories scientifiques très pointues sur la forme des crânes aborigènes?Les colons ont-ils des orteils?La contrebande a-t-elle un avenir entre Sydney et Hobart?Le diable de Tasmanie de nos dessins animés est-il porteur d'un virus?A dire vrai j'ai rajouté cette dernière question pour faire rigolo.Matthew Kneale a choisi pour son récit la forme d'un... Cet homme s'appelle Matthew Kneale et c'est l'auteur d'un roman génial qui convoque Stevenson, Conrad, Darwin, De Foe entre autres.Ceci est une introduction très quelconque car Kneale n'a besoin d'aucun parrainage.Il suffit de lire Les passagers anglais(Belfond,Presses Pocket) pour qu'éclate son talent de conteur et de moraliste.Le livre tient à la fois du conte des Lumières et de l'épopée à la Jules Verne.Mais assez de name dropping comme dirait Delerm.Plongez vous dans ce voyage au bout du monde d'un navire dont le capitaine convoie un jeune botaniste,un pasteur plutôt fondamentaliste comme on dit aujourd'hui,un médecin convaincu de supériorité.Ce voyage les mène en Tasmanie,cette île du sud de l'Australie où vivent des autochtones ce qui est bien leur droit. Que de questions à l'arrivée après les périls des océans sur la terre de Tasman pas trop hospitalière!Y trouve-t-on le Jardin d'Eden?Le racisme est-il justifié par les théories scientifiques très pointues sur la forme des crânes aborigènes?Les colons ont-ils des orteils?La contrebande a-t-elle un avenir entre Sydney et Hobart?Le diable de Tasmanie de nos dessins animés est-il porteur d'un virus?A dire vrai j'ai rajouté cette dernière question pour faire rigolo.Matthew Kneale a choisi pour son récit la forme d'un journal de bord tenu par de nombreux personnages et ceci vivifie encore le bouquin. Comme les Anglais sont privés de bien des choses mais pas d'humour Kneale aborde des choses sérieuses comme le progrès et la paix avec des moments drôles et assassins pour nos certitudes d'avant le Musée du Quai Branly.Jerome k.Jerome ou Redmond O'Hanlon sont eux aussi des voyageurs anglais qui avaient bien compris la grandeur à savoir parler des choses graves avec l'humour,cette politesse du désespoir(ça n'est pas de moi mais je revendique).
    Lire la suite
    En lire moins
  • paulotlet Posté le 4 Mars 2011
    Ce roman hilarant met en scène une invraisemblable compagnie partie, au beau milieu du XXe siècle pour la Tasmanie sur un rafiot affrété par un contrebandier mannois fuyant la justice britannique. A la recherche des lieux renseignés dans le texte biblique qu'un invraisemblable raisonnement lui fait situer aux antipodes, un pasteur déséquilibré emmène le groupe sans savoir que chacun des personnages poursuit en fait ses propres objectifs. Les dialogues sont drôles, les situations cocasses et les réflexions des protagonistes, tout empreintes de morale victorienne, en complet décalage par rapport à leurs comportements.
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.