Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259213806
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 140 x 225 mm

Les Privilèges

Collection : Feux croisés
Date de parution : 17/03/2011

Portrait d’une famille américaine étourdie de désir, d’argent et de beauté, Les Privilèges, bûcher des vanités du 21e siècle, brosse le tableau remarquablement subtil, et cynique, d’une nouvelle classe sociale, les ultra-riches.

Adam et Cynthia ont tout pour eux. Mariés à la sortie de la fac, ils forment un couple parfait auquel rien ne résiste. Deux magnifiques enfants et une brillante carrière dans la finance plus tard, leur beauté, leur provocante jeunesse et leur insolente réussite sont toujours inaltérées. Le monde autour...

Adam et Cynthia ont tout pour eux. Mariés à la sortie de la fac, ils forment un couple parfait auquel rien ne résiste. Deux magnifiques enfants et une brillante carrière dans la finance plus tard, leur beauté, leur provocante jeunesse et leur insolente réussite sont toujours inaltérées. Le monde autour n’existe pas, ou bien par le frisson du danger qu’il procure, mais leur noyau demeure, irréductible et indestructible, telle une forteresse dorée. Au coeur de cette famille, le roman dépeint son paradoxe: une intimité de papier glacé, des êtres humains prisonniers de la machine à succès qu’ils ont créée, et les effets décadents de leurs irrésistibles appétits. Portrait d’une famille américaine étourdie de désir, d’argent et de beauté, Les Privilèges, bûcher des vanités du 21e siècle, brosse le tableau remarquablement subtil et cynique d’une nouvelle classe sociale, les ultra-riches, et pose sur l’Amérique post-11 Septembre un regard qui interroge, observe et fait saillir l’absurde, le vice ou la déshérence de personnages en fuite.

« Virtuose dans sa langue, intellectuellement subtil, complexe et vif, Les Privilèges est aussi un roman très drôle qui procure un immense plaisir de lecture. »
Richard Ford

« Un délice à chaque page, une merveille de maîtrise, entre empathie et distance critique. »
Jonathan Franzen

« Les grands esprits littéraires s’attaquent rarement à des sujets comme l’argent et la classe, et c’est une des raisons pour lesquelles le roman de Jonathan Dee est si important et fascinant. C’est aussi une méditation émouvante sur la famille et l’amour absolu. À lui seul le tour de force du premier chapitre vaut le détour. »
Jay McInerney

Prix de la découverte Etranger 2011 par la rédaction du magazine Lire.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259213806
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

Le mot même de privilèges, appelé par le titre, revient de loin en loin dans le roman qui explore cette «zone de privilège», jusqu’à son ironique mise en abyme comme nom du groupe de rock dans lequel Jonas adolescent joue. Et le récit, si objectif en apparence, se fait cinglant, mimétique de l’insensibilité du couple, de sa métaphysique du paraître. Le romancier, privilège du talent, est le seul maître du jeu.

Mediapart

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Archive Posté le 8 Novembre 2020
    D'abord, je voudrais que si t'es un homme tu ailles mettre ton smoking et si t'es une dame, ta robe de soirée et ton collier de perles. Car ci, on est pas chez les traîne-patins. On est chez les ultra-riches. Avec un jet et des états d'âme. Le roman raconte la life d'Adam et Cynthia de leur mariage à jusqu'à ce que les enfants soient grands. Et se droguent donc. On est aux States, à Manhattan. Ou dans nos résidences secondaires. Je sais pas quoi penser de cette histoire... C'est bien écrit, c'est fin. J'ai passé un bon moment. A boire des cocktails dans des soirées caritatives, faire de l'hélicoptère et aller chez le psy. Mais, et c'est peut-être l'effet recherché. Même si, c'est moins évident que dans Moins que zéro de Bret Easton Ellis. C'est vain, c'est vide... Tu peux remettre ton jogging.
  • Givry Posté le 26 Octobre 2020
    Très bien écrit. Terrible thème du pouvoir de l'argent.
  • JacquesYvesDepoix Posté le 14 Mai 2020
    Lecture décevante au vu des bonnes critiques dont ce roman avait bénéficié. La première moitié est enlevée et on tient le livre. Mais brusquement une ellipse narrative surgit sans qu'on soit averti et qu'on sache pourquoi et là, patatras. Le roman se met à ronronner, la dynamique s'estompe, les personnages deviennent très antipathiques. Pas de fin non plus. Je ne comprends pas. On m'avait vendu du Franzen. J'étais content de démarrer ma lecture avec du Kennedy. Je la termine avec du Faulkner abscons.
  • Kimor Posté le 2 Mars 2020
    J’avais des apriori en commençant ce livre qui se sont avérés juste dès les premières pages du livre. J’ai donc continué la lecture, à reculons, et finalement, pourtant dans ce thème si loin de mes habitudes j’ai finis par prendre du plaisir. Les personnages sont plus profonds qu’il n’y parait. On n’y aborde pas seulement ces privilèges et privilégiés.. c’est une vision du monde d’une perspective que je n’ai pas l’habitude de croiser dans mes lectures et finalement pourquoi pas ! Cela dis comme à mon habitude j’ai été déçue par la fin... il s’agit d’une nouvelle ère pour chacun des personnages (ou presque) j’en conviens mais cela ne m’a pas convaincue.
  • croquemiette Posté le 25 Novembre 2018
    Un très bon roman, dense, qui se lit quasi d'une traite. On est plongé dans cette famille d'ultra-riches, pouvant tout se permettre sans exception... Le couple s'aime, aucun doute, mais les membres de cette famille sont seuls, malheureux, sans point de contact avec le réel. Le roman nous narre l'histoire de ce foyer, du mariage, du beau jeune couple jusqu'à ce que leurs enfants soient adultes. C'est une véritable épopée, on suit chaque personnage, les points de vue alternent, un certain suspens est distillé. Le livre a été comparé au « bûcher de vanité » de Tom Wolfe et je comprends pourquoi. Plus que l'histoire de cette famille, c'est un univers qui nous est décrit de l'intérieur, avec beaucoup d'acuité. Une belle découverte que cet auteur.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…