Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221115404
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 880
Format : 153 x 240 mm

Les Révoltés de Cordoue

Anne PLANTAGENET (Traducteur)
Date de parution : 05/05/2011

Dans la seconde moitié du XVIe siècle, soumis par l'Inquisition espagnole,
les Maures se préparent à la révolte. À leur tête, Hernando, dit « le nazaréen »...
Après le succès de La Cathédrale de la mer, le nouveau roman d'Ildefonso Falcones.

En cette année 1568, tandis que l'Inquisition continue à soumettre de son talon de fer la vie politique, religieuse et culturelle des royaumes espagnols, dans les montagnes et les vallées des Alpujarras, au sud de la Péninsule, l'heure de la révolte a sonné.
Écœuré par les injustices, les expropriations et...

En cette année 1568, tandis que l'Inquisition continue à soumettre de son talon de fer la vie politique, religieuse et culturelle des royaumes espagnols, dans les montagnes et les vallées des Alpujarras, au sud de la Péninsule, l'heure de la révolte a sonné.
Écœuré par les injustices, les expropriations et les humiliations, les musulmans se dressent contre l'oppresseur afin qu'on reconnaisse leurs droits civils et religieux.
Parmi eux, Hernando, dit « le nazaréen », né d'une Mauresque violée par un prêtre, qui rêve d'unir sa vie à celle de l'incandescente Fatima, est entraîné dans un combat redoutable qu'il fera sien et qui le forgera.
Après l'échec de l'insurrection, contraint de vivre avec sa famille une existence difficile, bravant le danger permanent, il va consacrer toutes ses forces et son intelligence à rendre à sa culture et à sa religion la dignité et le rôle qu'elles méritent.
Dans cette saga riche en péripéties et rebondissements, Ildefonso Falcones, comme pour La Cathédrale de la mer, traite de thèmes dont l'écho se prolonge aujourd'hui encore : le droit à la différence, la tolérance religieuse et la dignité des peuples.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221115404
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 880
Format : 153 x 240 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • VeroniquePascual Posté le 7 Juillet 2020
    Voici un roman historique qu'on ne lâche pas! Le style est souple et vif. J'ai été captivée par les aventures d'Hernando, homme d'honneur qui se débat au coeur d'un monde intolérant, entre musulmans et catholiques, dans l'Andalousie du XVIe siècle. J'ai découvert, mais on s'en doutait, que la Reconquista, théoriquement achevée avec la prise de Grenade en 1492, fut suivie de bien des massacres par les deux camps. J'ai découvert la cruauté et la toute puissance des Janissaires de l'empire Ottoman... J'ai découvert tant de choses ! La liste serait longue et gâcherait le plaisir de celles et ceux qui ne l'ont pas lu. Alors, disons simplement que ce roman est une mine d'or pour les curieux !!
  • visages Posté le 9 Avril 2020
    Comme cela avait été le cas avec Les cathédrales de la mer, j'ai beaucoup appris avec Les révoltés de Cordoue. C'est toute la tragédie des Maures du Sud de l'Espagne de 1560 à 1612 que nous livre Idefonso Falcones dont la richesse des connaissances ne fait aucun doute. Bien que très documenté en faits historiques,ce roman n'est à aucun moment rébarbatif car l'auteur a le don du romanesque et c'est avec passion que je me suis laissée entraînée dans cette grande aventure pendant plus de mille pages. Hernando Ruiz, Hamid ou le Nazaréen sont les trois noms du personnage principal et reflètent la complexité de son identité et le tiraillement de son histoire. Il porte en lui la chrétienté puisqu'il est né du viol de sa mère par un prêtre, il est profondément musulman par les croyances de son peuple. C'est l'archétype du héros un peu à la façon des personnage de Luca Di Fulvio, assoiffé de liberté,de justice, meurtris par les épreuves, débordant de compassion et,bien sûr , amoureux éperdu ! Tous les autres personnages sont captivants,que ce soit ceux créés pour le roman ou les véritables hommes qui ont participés à l'Histoire. Effectuant plusieurs métiers, occupant toutes les... Comme cela avait été le cas avec Les cathédrales de la mer, j'ai beaucoup appris avec Les révoltés de Cordoue. C'est toute la tragédie des Maures du Sud de l'Espagne de 1560 à 1612 que nous livre Idefonso Falcones dont la richesse des connaissances ne fait aucun doute. Bien que très documenté en faits historiques,ce roman n'est à aucun moment rébarbatif car l'auteur a le don du romanesque et c'est avec passion que je me suis laissée entraînée dans cette grande aventure pendant plus de mille pages. Hernando Ruiz, Hamid ou le Nazaréen sont les trois noms du personnage principal et reflètent la complexité de son identité et le tiraillement de son histoire. Il porte en lui la chrétienté puisqu'il est né du viol de sa mère par un prêtre, il est profondément musulman par les croyances de son peuple. C'est l'archétype du héros un peu à la façon des personnage de Luca Di Fulvio, assoiffé de liberté,de justice, meurtris par les épreuves, débordant de compassion et,bien sûr , amoureux éperdu ! Tous les autres personnages sont captivants,que ce soit ceux créés pour le roman ou les véritables hommes qui ont participés à l'Histoire. Effectuant plusieurs métiers, occupant toutes les places, Hernando n'aura de cesse que de transmettre sa foi, ses valeurs malgré les interdits et les dangers liés à l'Inquisition. Mais c'est une belle âme et la victoire des musulmans n'est pas son unique dessein, il rêve de réconcilier les deux religions. Pour cela il devra mettre en œuvre son intelligence, risquer sa vie et accepter la souffrance d'être longtemps considéré comme un traître. J'ai tout de suite été séduite par ce beau maure aux yeux bleus et tenue en haleine jusque la dernière page. Le plaisir de parcourir à dos de mule ou de superbe étalon les ruelles de l'alpujarras ,de Grenade et de Séville a été le bonus du roman !
    Lire la suite
    En lire moins
  • ChaK_ Posté le 22 Octobre 2018
    Initialement j’avais écrit un pavé à l’image de ce bouquin de 1100 pages pour expliquer en détail mon ressenti et justifier ma note. Et puis finalement non. Déjà car c’est chiant à lire, mais surtout le bouquin est plus bien complexe que ne le laissait transparaître mon avis initial… car oui, ce livre réussi l’improbable paradoxe d’être à la fois simple, basique même, et pourtant très profond et enrichissant. Simple car la structure même du livre est vue et revue depuis l’invention de l’écriture : parcours initiatique, enfance pourrave, un ou deux méchants bien identifiés, le mentor, les amours, le héro plus malin que la moyenne nationale etc… enfin voila, de grosses ficelles bien visibles de l’espace, pas franchement originales, présentes dans moult livres de fantasy ou autre romans. Et pourtant, Falcones est un petit malin : notre héro, bien qu’étant l’archétype du gars qui va vivre cent fois plus d’aventures en une vie que toute une ville réunie en un siècle, est assez complexe, et n’hésite pas à nous surprendre avec des décisions et des choix moraux intéressants. Il n’est pas rare de s’attendre à une réaction et de partir dans une chose complètement autre, souvent même pas envisagée, faisant basculer... Initialement j’avais écrit un pavé à l’image de ce bouquin de 1100 pages pour expliquer en détail mon ressenti et justifier ma note. Et puis finalement non. Déjà car c’est chiant à lire, mais surtout le bouquin est plus bien complexe que ne le laissait transparaître mon avis initial… car oui, ce livre réussi l’improbable paradoxe d’être à la fois simple, basique même, et pourtant très profond et enrichissant. Simple car la structure même du livre est vue et revue depuis l’invention de l’écriture : parcours initiatique, enfance pourrave, un ou deux méchants bien identifiés, le mentor, les amours, le héro plus malin que la moyenne nationale etc… enfin voila, de grosses ficelles bien visibles de l’espace, pas franchement originales, présentes dans moult livres de fantasy ou autre romans. Et pourtant, Falcones est un petit malin : notre héro, bien qu’étant l’archétype du gars qui va vivre cent fois plus d’aventures en une vie que toute une ville réunie en un siècle, est assez complexe, et n’hésite pas à nous surprendre avec des décisions et des choix moraux intéressants. Il n’est pas rare de s’attendre à une réaction et de partir dans une chose complètement autre, souvent même pas envisagée, faisant basculer le romans dans une direction originale. L’auteur en profite habilement pour ne pas tomber dans le piège facile des gentils Musulmans contre les méchants Chrétiens, les deux camps ayant leur lot de magnifiques salopards et de type réglos. Bons points donc. Le fond Historique est lui aussi très intéressant et rarement abordé : l’Espagne à partir de 1568 et la révolte des Alpujarras (région montagnarde d’Andalousie), opposant les Maurisques aux Chrétiens, jusqu’à l’édit de 1610 visant à purifier le royaume des Musulmans. Phénomène déjà mis en pratique un siècle auparavant avec les Juifs soit dit en passant... Le bouquin reflète la grosse dose de recherche, et profite d’une excellente imbrication entre Histoire et fiction pour la majorité du livre (voir plus bas); l’auteur soutient même une thèse assez originale mêlant l’évangile de St Barnabé et les plombs du Sacromonte. L’ensemble est très bien narré, et nous plonge dans un monde franchement impitoyable. Inquisiteurs, guerre, peur, reniement de soi... les musulmans obligé de se convertir et d’opérer “en sous-marin” pour ne pas renier leurs valeurs fondamentales et leur culture, s’organisant de leur mieux pour survivre en temps que communauté. Il prend son temps pour poser ce monde xénophobe et cruel, où l’issue est bien entendu terrifiante, à l’image de l’intolérance humaine. Alors “seulement 7” oui. Bien qu’étant bien écrit j’ai trouvé que vers le milieu survenait un sacré passage à vide, un peu trop long et qui ronronne, oubliant l’Histoire et s’embourbant dans la vie du héro et ses nombreuses (més)aventures. Je n’ai pas retrouvé le savant mélange du reste du livre, et ce moment m’a laissé sur ma faim, s’éloignant de la conception didactique que j’ai des romans historiques. Quelques coupes par ci par là ne m’auraient pas gêné. Rien de catastrophique cela dit, il se rattrape très bien après, mais pour ma part ce long passage lui coûtera un points. Au final une fresque historique intéressante, narrativement riche en péripéties et qui comme souvent avec ce genre de pavé laisse un peu triste sur la fin, nous obligeant à quitter ce personnage qu’on avait fini par bien connaitre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Chez-Clas Posté le 16 Octobre 2018
    J'ai écouté ce livre en espagnol, une longue histoire basée sur des informations historiques. À travers 71 chapitres on découvre Hernando qui vit entre deux religions. J'ai apprécié plusieurs informations sur cette époque. Je recommands.
  • gouelan Posté le 5 Avril 2018
    Dans le dernier juif, Noah Gordon évoque la tragédie de l'expulsion des Juifs d'Espagne à la fin du XVe siècle. En sautant d'une critique à l'autre j'ai découvert Les révoltés de Cordoue. Je ne connaissais pas l'histoire des Maures, chassés eux aussi d'Espagne un siècle après les Juifs, alors qu'ils vivaient avec les chrétiens depuis plusieurs siècles en Andalousie. La révolte gronde. Les Maures sont de plus en plus oppressés par l'Inquisition, la cupidité et la haine. le cercle infernal de la vengeance est lancé. Une grande fresque où se mêlent atrocité, amour, ignorance et haine. On construit des cathédrales qui gardent pourtant l'âme d'une mosquée. On prie le même Dieu, pourtant on se déchire. Et les femmes et les enfants dans tout cela font souvent l'objet de terribles injustices. Viols, esclavages… dans un camp comme dans l'autre. Plus qu'une guerre de religion, c'est une guerre d'intolérance et de pouvoir. le pouvoir de la religion d'aimer ou d'anéantir, de tolérer ou de s'enrichir, d'accorder le pardon ou de se venger. Un roman passionnant, à cheval entre deux peuples, deux façons d'être et de penser, deux croyances pas si différentes l'une de l'autre finalement. Elles pourraient bien s'accommoder, voir s'enrichir de leurs différences, si... Dans le dernier juif, Noah Gordon évoque la tragédie de l'expulsion des Juifs d'Espagne à la fin du XVe siècle. En sautant d'une critique à l'autre j'ai découvert Les révoltés de Cordoue. Je ne connaissais pas l'histoire des Maures, chassés eux aussi d'Espagne un siècle après les Juifs, alors qu'ils vivaient avec les chrétiens depuis plusieurs siècles en Andalousie. La révolte gronde. Les Maures sont de plus en plus oppressés par l'Inquisition, la cupidité et la haine. le cercle infernal de la vengeance est lancé. Une grande fresque où se mêlent atrocité, amour, ignorance et haine. On construit des cathédrales qui gardent pourtant l'âme d'une mosquée. On prie le même Dieu, pourtant on se déchire. Et les femmes et les enfants dans tout cela font souvent l'objet de terribles injustices. Viols, esclavages… dans un camp comme dans l'autre. Plus qu'une guerre de religion, c'est une guerre d'intolérance et de pouvoir. le pouvoir de la religion d'aimer ou d'anéantir, de tolérer ou de s'enrichir, d'accorder le pardon ou de se venger. Un roman passionnant, à cheval entre deux peuples, deux façons d'être et de penser, deux croyances pas si différentes l'une de l'autre finalement. Elles pourraient bien s'accommoder, voir s'enrichir de leurs différences, si on ouvrait les yeux. En tout cas, au nom d'aucune croyance divine on ne devrait autoriser de tels massacres. Une lecture qui donne envie de visiter l'Andalousie, si riche de toutes ces communautés qui ont foulé son sol, de retrouver les traces des Maures, des Juifs et des chrétiens de ces siècles passés, de donner raison à la tolérance en admirant la Mezquita de Cordoue.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.