Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714446886
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 300
Format : 154 x 240 mm

Les Sacrifiés

Date de parution : 05/04/2012

S’inspirant d’un fait-divers qui a défrayé la chronique au début du XXe siècle, l’auteur met à nu avec une modernité implacable les rouages de la passion amoureuse et de la manipulation féminine. Un roman époustouflant, de la Malaisie coloniale aux États-Unis des années 1950, en passant par Londres et l’Argentine.

États-Unis, août 1954. Un vieil homme se fait renverser par une voiture, mortellement blessé. Refusant la thèse de l’accident, ses deux filles se penchent sur le passé trouble de leur mère, Ethel Proudlock, une Anglaise de Malaisie britannique accusée autrefois du meurtre de son amant et condamnée à mort, avant...

États-Unis, août 1954. Un vieil homme se fait renverser par une voiture, mortellement blessé. Refusant la thèse de l’accident, ses deux filles se penchent sur le passé trouble de leur mère, Ethel Proudlock, une Anglaise de Malaisie britannique accusée autrefois du meurtre de son amant et condamnée à mort, avant d’être graciée par le sultan de Selangor.
Cette quête vertigineuse de la vérité nous emmène des coulisses de la bonne société coloniale de l’empire des Indes à la côte Est des Etats-Unis dans les années cinquante. S’inspirant de l’« affaire Proudlock », un faitdivers qui a défrayé la chronique en 1911 et inspiré Somerset Maugham,
qui écrivit alors sa célèbre nouvelle La Lettre, l’auteur met à nu avec une modernité implacable les rouages de la manipulation féminine.
De non-dits en révélations effroyables, les personnages vont sombrer dans la folie et le lecteur, tour à tour séduit et trompé, comprendra dans un ultime rebondissement qu’il a été lui aussi pris dans les rets vénéneux d’Ethel, une femme amoureuse sublime dans toute sa splendeur
et sa cruauté.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714446886
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 300
Format : 154 x 240 mm

Ils en parlent

"Juliette Morillot a mis la main sur le dossier du procès aux archives de Kuala Lampur. A travers une écriture dense et affinée, elle nous a romancé la vie d'Ethel." Télépro

"Un magnifique roman sur les dangers de la passion amoureuse". L'essor Sarladais

"Juliette Morillot adopte, dans cette saga, le point de vue des filles d'Ethel confrontées, adultes, au passé de leur génitrice. Une histoire à triple fond". Le Pélerin

"Une histoire familiale, presque une saga, narrée d'une écriture sans faille, fait tout le charme des Sacrifiés. Un livre qui ne laisse pas indifférent, où les sentiments humains, bons et mauvais, crèvent les pages". Les nouvelles Versailles

"On ne sent pas arriver la fin de l'histoire, on la prend comme une grande claque". L'union

"Amateurs de suspsense, précipitez-vous. Voici un roman écrit comme un thriller, qui vous harponne dès la première page". Jeune Afrique

"Les sacrifiés, est une fouille implacable dans l'esprit d'une femme aussi passionée que machiavélique". Republicain-lorrain.fr

"Le dénouement nous cueille avec autant de cruauté que de splendeur". l'est magazine

"Dans sa version romanesque, d'une tenue et d'une virtuosité impeccables, les mots crépitent comme des flashes, éclairant les inconscients complexes des personnages". lefigaro.fr

"Juliette Morillot, s'intéresse à l'affaire Proudlock. Un fait divers des années 1910: Ethel Poudlock, Anglaise de Singapour, tire mortellement sur William Steward, qu'elle accuse d'avoir bafouer son honneur. En 1954, quand leur père se fait renverser par une voiture, ses filles vont devoir replonger dans cette affaire dont Juliette Morillot imagine avec brio tous les rouages". lille.sortir.eu

"Récit mélodramatique écrit d'une plume alerte, avec des évocations réussies de la vie des colons en Malaisie." Notes Bibliographiques

"Folie des personnages, séduction et tromperie du lecteur, l'auteur se joue magistralement de nous." L'Estrade Lorraine

"Juliette Morillot construit avec beaucoup de virtuosité un récit qui conduit le lecteur dans les méandres du mensonge et de la perversité. Les cartes de l'intrigue vont s'abattre une à une pour aboutir à un spectaculaire retournement final." Agence de presse Belga

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mjaubrycoin Posté le 4 Juin 2016
    Dans la Malaisie du début du 20e me siècle, une jeune femme anglaise de la bonne société coloniale tue un homme qui selon elle, avait tenté de la violer. Condamnée à mort, elle est ensuite graciee par le Sultan et elle rentre an Angleterre. Ce fait divers historique à laisse des traces dans la mémoire collective puisqu'on en parle encore dans les années 1980 période à laquelle la journaliste Juliette Morillon vient vivre en Malaisie à Juan à Lump ur. Fascinée par ce récit, elle décide de donner vie à son héroïne en imaginant une histoire pleine de rebondissements inattendus qui se révèle parfaitement crédible. Elle en profite pour brosser un portrait sans concession de cette société coloniale avec ses non dits et ses archaïsmes, son racisme érigé en système de gouvernance sociale ainsi que son profond mépris pour les femmes. Dieu sait qu'il en faudra de la ténacité à Ethel l'héroïne de cette histoire pour mener la vie qu'elle a choisi avec l'homme qu'elle aime et pour cela elle ira vraiment très loin... Les sacrifiés ce sont tous ceux qu'elle a laissés sur le bord de sa route personnelle, son premier mari toujours désespère dans son exil argentin, ses deux filles... Dans la Malaisie du début du 20e me siècle, une jeune femme anglaise de la bonne société coloniale tue un homme qui selon elle, avait tenté de la violer. Condamnée à mort, elle est ensuite graciee par le Sultan et elle rentre an Angleterre. Ce fait divers historique à laisse des traces dans la mémoire collective puisqu'on en parle encore dans les années 1980 période à laquelle la journaliste Juliette Morillon vient vivre en Malaisie à Juan à Lump ur. Fascinée par ce récit, elle décide de donner vie à son héroïne en imaginant une histoire pleine de rebondissements inattendus qui se révèle parfaitement crédible. Elle en profite pour brosser un portrait sans concession de cette société coloniale avec ses non dits et ses archaïsmes, son racisme érigé en système de gouvernance sociale ainsi que son profond mépris pour les femmes. Dieu sait qu'il en faudra de la ténacité à Ethel l'héroïne de cette histoire pour mener la vie qu'elle a choisi avec l'homme qu'elle aime et pour cela elle ira vraiment très loin... Les sacrifiés ce sont tous ceux qu'elle a laissés sur le bord de sa route personnelle, son premier mari toujours désespère dans son exil argentin, ses deux filles réunies autour du cercueil du second époux victime d'un chauffard (ou plutôt de son passé?), et peut être même ce fils disparu... Une intrigue intelligente avec des révélations savamment distillées tout au long du récit qui se déroule sur deux périodes, celle du crime , du procès et de leur contexte et celle de la mort du père et des mystères qui l'entourent. Hautement recommandable
    Lire la suite
    En lire moins
  • Annette55 Posté le 14 Août 2014
    Voici un roman surprenant, dérangeant,attachant,déroutant,qui nous transporte à travers le temps de 1907à 1954 et même 1969. Nous voyageons à travers le Monde, de chapitre en chapitre, Malaisie,Asie,Londres,Amérique du Sud,White Chapel: Connecticut,Cruz Chica: Argentine,prison de Pudu à Kuala Lumpur...... Ou le destin contrarié d'une famille hors norme, mystérieuse, vénéneuse, une quête de vérité voulue par Juliette Morillot qui a vécu quelques années à Kuala Lumpur et s'est inspirée d'une histoire vraie, résoudre l'énigme du meurtre commis par une femme pour son amant....en 1911, grâciée à l'époque par le sultan car elle était de nationalité anglaise.... Un vieil homme, Jasper Proudlock,se fait renverser par une voiture en août 1954:ses deux filles Vivian et Dorothy refusent la thése de l'accident et se penchent brutalement sur le passé trouble,d'Ethel, leur mère, accusée en son temps et grâciée, : un fait divers repris par Somerset Maugham qui écrivit la nouvelle : La Lettre... C'est le portrait d'une femme fatale, comédienne, amoureuse de sa beauté sensuelle, menteuse, meurtrière....... sans remords ,en toute inconscience,ne pensant qu'à son plaisir, dotée d'une réelle perversité, d'un égocentrisme exacerbé....une manipulatrice .... La tenue du roman est d'une virtuosité implacable qui va de non dits, de dissimulations, de faux semblants(les mots crépitent comme des flashes éclairant... Voici un roman surprenant, dérangeant,attachant,déroutant,qui nous transporte à travers le temps de 1907à 1954 et même 1969. Nous voyageons à travers le Monde, de chapitre en chapitre, Malaisie,Asie,Londres,Amérique du Sud,White Chapel: Connecticut,Cruz Chica: Argentine,prison de Pudu à Kuala Lumpur...... Ou le destin contrarié d'une famille hors norme, mystérieuse, vénéneuse, une quête de vérité voulue par Juliette Morillot qui a vécu quelques années à Kuala Lumpur et s'est inspirée d'une histoire vraie, résoudre l'énigme du meurtre commis par une femme pour son amant....en 1911, grâciée à l'époque par le sultan car elle était de nationalité anglaise.... Un vieil homme, Jasper Proudlock,se fait renverser par une voiture en août 1954:ses deux filles Vivian et Dorothy refusent la thése de l'accident et se penchent brutalement sur le passé trouble,d'Ethel, leur mère, accusée en son temps et grâciée, : un fait divers repris par Somerset Maugham qui écrivit la nouvelle : La Lettre... C'est le portrait d'une femme fatale, comédienne, amoureuse de sa beauté sensuelle, menteuse, meurtrière....... sans remords ,en toute inconscience,ne pensant qu'à son plaisir, dotée d'une réelle perversité, d'un égocentrisme exacerbé....une manipulatrice .... La tenue du roman est d'une virtuosité implacable qui va de non dits, de dissimulations, de faux semblants(les mots crépitent comme des flashes éclairant les inconscients complexes de la meurtrière, son mari, son amant,ses filles survivantes puisqu'elle n'hésitera pas à sacrifier son petit garçon Bobby...) en révélations effroyables: chocs à l'extrême fin qui nous laisseront,nous, lecteurs,heurtés, dérangés,presque trompés par rapport à toute l'histoire.... Une histoire peu commune faite de secrets , de secrets, jusqu'au suicide et à la folie...Les sacrifiés...Quoi!...difficile d'en dire plus..j'en dirais trop.... À la fin le lecteur se sent séduit mais trompé, je le redis mais c'était sans doute la volonté de madame Juliette Morillot,dont je n'ai lu que cette œuvre!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lizouzou Posté le 3 Novembre 2012
    En 1954, Dorothy et Vivian assistent à l'enterrement de leur père Jasper Proudlock. Dorothy est convaincue que son père n'est pas mort d'un banal accident de la route, elle se met donc à fouiller dans les souvenirs de sa famille, plus particulièrement dans le passé plus que douteux de sa mère Ethel Proudlock... Finalement mon résumé en dit peu, je vous laisse la peine ou le plaisir d'en découvrir un peu plus en lisant ce livre ! ^^ Vous l'aurez compris, ce livre regorge de secrets de famille, de souvenirs et de faits peu communs : de l'infidélité, des meurtres, des secrets, des secrets et encore des secrets ! Rien que ça ! L'auteure s'est inspirée d'un fait réel qui c'est passé en Malaisie dans les années 1910, à savoir le meurtre d'un homme par sa soit-disant amante et qui aurait été gracié par le sultan grâce à sa nationalité anglaise. Le film "La lettre" s'en est d'ailleurs inspiré également. On en parle dans ce roman. Dans sa préface, l'auteure insiste bien sur le fait qu'il s'agit de sa propre version, il faut donc comprendre que ce roman comporte donc une part de réel mais aussi une part de fiction. Pour ma... En 1954, Dorothy et Vivian assistent à l'enterrement de leur père Jasper Proudlock. Dorothy est convaincue que son père n'est pas mort d'un banal accident de la route, elle se met donc à fouiller dans les souvenirs de sa famille, plus particulièrement dans le passé plus que douteux de sa mère Ethel Proudlock... Finalement mon résumé en dit peu, je vous laisse la peine ou le plaisir d'en découvrir un peu plus en lisant ce livre ! ^^ Vous l'aurez compris, ce livre regorge de secrets de famille, de souvenirs et de faits peu communs : de l'infidélité, des meurtres, des secrets, des secrets et encore des secrets ! Rien que ça ! L'auteure s'est inspirée d'un fait réel qui c'est passé en Malaisie dans les années 1910, à savoir le meurtre d'un homme par sa soit-disant amante et qui aurait été gracié par le sultan grâce à sa nationalité anglaise. Le film "La lettre" s'en est d'ailleurs inspiré également. On en parle dans ce roman. Dans sa préface, l'auteure insiste bien sur le fait qu'il s'agit de sa propre version, il faut donc comprendre que ce roman comporte donc une part de réel mais aussi une part de fiction. Pour ma part, j'ai été parfois surprise des réactions de certains personnages, ce qui m'a amené à trouver quelques passages peu crédibles. Dans ces conditions, il devient difficile pour moi d'apprécier ces personnages même si l'histoire reste bien construite et est assez prenante. La fin est pleine de rebondissements, le lecteur apprend quasi tout d'un coup, on en ressort donc assez dérangé, autant par l'accumulation d'infos que par leur signification ! Une fin peut-être un peu trop rapide comparé à la mise en place de l'histoire. Une histoire qui reste agréable mais dont on ressort forcément un peu dérangé...
    Lire la suite
    En lire moins
  • sylire Posté le 28 Octobre 2012
    En s'inspirant d'un fait divers datant des années 1910, dont elle a eu connaissance en séjournant en Malaisie, Juliette Morillot a eu l'idée d' écrire ce roman à la fois passionnant et dérangeant. Elle ne prétend pas reconstituer la vérité des faits mais seulement tenter de s'approcher au plus près de la personnalité de l'héroine. Le fait divers qui a défrayé la chronique est le meutre de son amant par une jeune femme britanique. Condamnée à mort, elle a été graciée. Elle a alors quitté La Malaisie pour la Grande Bretagne. Bien des années plus tard, à l'occasion du décès de son mari, ses filles sont confrontées au passé trouble de leur mère, dont elles ignoraitent tout. Peu à peu, la personnalité de leur mère leur apparait, ainsi que le mal qu'elle a fait autour d'elle. La vérité est absolument terrifiante... Comme je l'ai dit au début de ce billet, ce livre est dérangeant car il est impossible de s'attacher à l'héroine ou de lui trouver des circonstances atténuantes. Sa cruauté prend sans doute racine dans sa propre enfance mais elle est inexcusable. Ses filles découvrent avec sidération que leur mère est un monstre se cachant sous une apparence... En s'inspirant d'un fait divers datant des années 1910, dont elle a eu connaissance en séjournant en Malaisie, Juliette Morillot a eu l'idée d' écrire ce roman à la fois passionnant et dérangeant. Elle ne prétend pas reconstituer la vérité des faits mais seulement tenter de s'approcher au plus près de la personnalité de l'héroine. Le fait divers qui a défrayé la chronique est le meutre de son amant par une jeune femme britanique. Condamnée à mort, elle a été graciée. Elle a alors quitté La Malaisie pour la Grande Bretagne. Bien des années plus tard, à l'occasion du décès de son mari, ses filles sont confrontées au passé trouble de leur mère, dont elles ignoraitent tout. Peu à peu, la personnalité de leur mère leur apparait, ainsi que le mal qu'elle a fait autour d'elle. La vérité est absolument terrifiante... Comme je l'ai dit au début de ce billet, ce livre est dérangeant car il est impossible de s'attacher à l'héroine ou de lui trouver des circonstances atténuantes. Sa cruauté prend sans doute racine dans sa propre enfance mais elle est inexcusable. Ses filles découvrent avec sidération que leur mère est un monstre se cachant sous une apparence de femme presque modèle, un monstre qui a gaché leur vie, elle le comprenne trop tard. La construction du roman est complexe mais très bien menée, à la manière d'un thriller psychologique. Une fois commencé, je ne l'ai plus laché. J'en suis sortie un peu sonnée avec des interrogations. Cette femme souffrait certainement d'une pathologie mentale mais que penser de certaines personnes de son entourage ont fermé les yeux ? Un roman à la fois dérangeant et passionnant...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sharon Posté le 20 Septembre 2012
    Ce livre est bien écrit, le récit est solidement construit. Non, ce n’est pas une erreur si je m’arrête ainsi, sur ce court éloge. Je n’ai pas aimé ce livre, je n’ai pas aimé son héroïne poisseuse et sans charisme, je n’ai aimé aucun de ses personnages. Point n’est besoin de ressentir de l’empathie pour un personnage pour le trouver remarquable. Dans ce récit, j’ai trouvé tous les personnages mesquins, étriqués. Même Vivian est oubliable car elle n’a rien de remarquable. J’aurai aimé que l’héroïne soit autre, flamboyante, passionnée. Elle est manipulatrice, certes, mais à sa petite échelle. J’ai envie de dire qu’elle a réussi de cruels tours de passe-passe, à son profit, sans jamais s’élever au-delà de sa médiocrité. Aucune sublimation de sa condition, aucune révolte bouleversante : il ne faut pas confondre grandiloquence et grandiose. Ethel passe sa vie à se mettre en scène, devant un publique toujours choisi. Elle sait très bien s’adapter pour chacun de ses spectateurs. Ce choix de vie est sans doute à rechercher dans cette mascarade que fut son enfance. Son éducation l’a parfaitement formaté, l’aidant à se servir des pires situations, tout en reproduisant les comportements dont elle a souffert – en toute connaissance de... Ce livre est bien écrit, le récit est solidement construit. Non, ce n’est pas une erreur si je m’arrête ainsi, sur ce court éloge. Je n’ai pas aimé ce livre, je n’ai pas aimé son héroïne poisseuse et sans charisme, je n’ai aimé aucun de ses personnages. Point n’est besoin de ressentir de l’empathie pour un personnage pour le trouver remarquable. Dans ce récit, j’ai trouvé tous les personnages mesquins, étriqués. Même Vivian est oubliable car elle n’a rien de remarquable. J’aurai aimé que l’héroïne soit autre, flamboyante, passionnée. Elle est manipulatrice, certes, mais à sa petite échelle. J’ai envie de dire qu’elle a réussi de cruels tours de passe-passe, à son profit, sans jamais s’élever au-delà de sa médiocrité. Aucune sublimation de sa condition, aucune révolte bouleversante : il ne faut pas confondre grandiloquence et grandiose. Ethel passe sa vie à se mettre en scène, devant un publique toujours choisi. Elle sait très bien s’adapter pour chacun de ses spectateurs. Ce choix de vie est sans doute à rechercher dans cette mascarade que fut son enfance. Son éducation l’a parfaitement formaté, l’aidant à se servir des pires situations, tout en reproduisant les comportements dont elle a souffert – en toute connaissance de cause. La lecture des Sacrifiés ne fut pas une déception, non, j’ai assisté à un exercice de style, une variation sur un fait divers qui ne m’a pas convaincue.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.